Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #canterbury tales '07 catégorie

Le temps du bilan...

Le temps est venu (du moins c’est l’impression que j’ai) d’écrire le mot « fin » à la série d’articles consacrés à mon séjour à Canterbury, une série qui m’a permis de partager avec vous qui me lisez, les moments les plus importants de ces huit mois que j’ai passé en terre anglaise. Il faut admettre que ce blog a été un instrument fort pratique pour donner des nouvelles de moi aux amis que j’avais laissés en Suisse et qu’il a bien exercé le rôle pour lequel il avait été crée il y a un peu plus d’une année ; et pourtant, même si le séjour à Canterbury est désormais fini, je n’ai aucune envie de fermer les portes de cette page que j’affectionne et qui reste un endroit où j’arrive à exprimer, sans frein, le fond de ma pensée.

N’ayez donc aucune crainte : cet article veut être une sorte de bilan de mon échange Erasmus, mais ce ne sera pas mon chant du cygne ; il y aura encore plusieurs articles qui vont paraître sur ces pages (certains sont déjà en gestation dans ma tête) et même si j’ignore encore quel sera (ou seront) le(s) nouveau(x) but(s) de Confessions on my Balcony, eh bien, il n’y a rien de mieux pour vous de continuer à me lire pour savoir où je vais.

Mais passons aux choses sérieuses et au sujet de cet article ; il aura fallu plus de huit mois de préparation pour organiser mon séjour à Canterbury et vous n’avez pas idée du nombre de fois que j’ai failli tout plaquer lorsqu’une nouvelle complication de dressait sur mon chemin. Et pourtant j’ai tenu bon et le 16 septembre 2006, après un voyage plutôt pénible, me voilà sur le campus de l’université de Kent à Canterbury. Rien m’avait préparé au vide que j’ai ressenti lorsque j’ai franchi la porte d’embarquement à l’aéroport de Genève ; pendant huit mois j’allais quitter mon monde à moi, mes amis, nos délires et je me lançais dans une aventure dont j’avais entendu des échos fantastiques mais qui me faisait quand même un petit peu peur.

J’avais peur, peur qu’à mon retour en Suisse tout aurait changé, que j’aurais perdu la place que j’avais dans le cœur des personnes que j’aime et apprécie, peur de ne pas réussir et d’aller à l’encontre d’un échec lamentable. Finalement tout cela ne s’est pas produit : le retour en Suisse pour les vacances de Noël au mois de décembre m’a rassuré quant à ma place dans le cœur des gens ; rien n’avait changé entre nous et je ne pouvais pas être plus ravi. En plus, je pense même que certains liens se sont renforcés et qui sont beaucoup plus solides qu’ils l’étaient avant mon départ. Ce blog, Internet et la technologie ont bien entendu joué un rôle primordial dans ce processus et  je leur suis très reconnaissant.

Quant à l’échec envisagé et craint pendant quelques jours après mon arrivée ne s’est pas produit et ce séjour à Canterbury aura été un grand succès personnel ; je ne parle pas seulement des examens que j’ai réussi sans trop de problèmes, mais aussi de l’amélioration de mon expression (écrite et orale) en anglais qui s’est beaucoup renforcée et puis des appréciations diverses faites par mes enseignants durant les cours ou dans les corrections à mes essais. Donc, un vif succès personnel qui ne touche pas seulement l’aspect académique de l’échange, mais aussi tout ce qui tourne autour de cela.

Il est vrai que les huit mois de colocation avec des jeunes anglais n’ont pas toujours été le pied et qu’il y a des fois où j’aurais voulu faire un massacre, mais tout cela fait partie des règles du jeu ; j’ai choisi de passer une année académique dans une autre culture, une culture qui, comme la mienne, a ses règles et ses particularités et il est donc difficile de tout comprendre ou accepter du premier coup. Des fois j’ai été un peu dur, même sur ces pages, concernant la propreté et les mœurs de mes quatre colocataires et leurs amis, et j’ai fait semblant d’oublier qu’après tout ils étaient jeunes et qu’il s’agissait de leur première expérience (sauf pour Kirsty) loin du cocoon familial. C’est vrai que des fois c’était bien embêtant d’avoir une cuisine sale, mais on ne peut pas prétendre d’en avoir une propre lorsqu’il y a des usagers qui n’ont jamais été habitués à faire leur vaisselle après leur repas.

Enfin, maintenant que tout cela est loin derrière, je remémore presque avec plaisir tous ces moments d’énervement qui finalement n’étaient qu’une minuscule partie de mon séjour.

A côté de cela il y a toutes les rencontres que j’ai pu faire, les moments que j’ai pu passer avec des personnes que j’ai appris à apprécier, les soirées au Studio41 ou au Woody’s, les soirées de l’association LGBT. Il s’agit de choses qui ont marqué mon esprit et qui vont rester gravés dans ma mémoire… Comme il arrive souvent, les mauvais souvenirs s’estompent (surtout s’ils sont occasionnés par des broutilles), mais les bons souvenirs restent.

Si on me demandait « est-ce que tu referais cette expérience ? » je pense que je répondrai sans hésitation « oui » car elle m’a permis de faire un autre pas sur le chemin qui me mène vers une meilleure version de moi-même ; j’ai pu, encore une fois, tester mes limites, essayer de maîtriser mes défauts et me voir rassuré en ce qui concerne mes « qualités ». Une année qui n’a pas du tout été perdue, même si cela m’a un peu obligé à laisser ceux que je chéris le plus et à dévier un petit peu du parcours que je m’étais fixé ; est-ils donc le moment d’écrire le mot « fin » à cette série d’articles ? Je pense que oui, mais cette porte qui s’est fermée n’en a déjà ouvertes d’autres.

Je le dis donc pour la dernière fois (avant de chercher une nouvelle formule) : Take Care

Votre Paadre dévoué

the Best of Canterbury Tales

Bonjour à tous,

Dans mon article de vendredi je vous ai proposé quelques clichés et quelques commentaires de la dernière soirée à laquelle j’ai participé lors de mon séjour à Canterbury. Quelques jours plus tard j’ai en effet pris mon Eurostar et j’ai quitté l’Angleterre après neuf mois d’échange Erasmus. L’aventure tant attendue et redoutée était donc arrivée à sa fin et je rentrais en Suisse avec des bons souvenirs et, peut-être quelques regrets. Aujourd’hui nous sommes le 16 juillet : plus d’un mois et demi s’est écoulé depuis mon retour à Neuchâtel et j’ai eu le temps de jeter un regard sur cette aventure anglaise ; mais avant de tenter une sorte de bilan de cette expérience, je veux, encore une fois revenir sur ce séjour et vous proposer une sélection de 28 clichés (dont quatre complètement inédits) de manière à retracer mon parcours et revenir sur quelques événements saillants.

La plupart des photos utilisées dans cet article ici ont déjà été publiées par ici (à part le quatre inédits)… il faut donc voir cet article-ci comme une sorte de best of, à savourer sans modération. Bon, assez avec mes délires… Passons aux photos.



On commence d’emblée avec un inédit : j’ai mis les mains sur cette photo (et ses sœurs) il y a peu de temps ; il s’agit d’une série de clichés que Sam, mon CardinaL du Haut du Canton, avait pris le jour de mon départ en Angleterre, ce 16 septembre 2006. Nous étions, avec Sam, Julienne, Romain, Ana, ses parents et Célia, à l’aéroport de Genève et on attendait l’embarquement… La tension était palpable… quelques minutes après Ana et moi aurions traversé la porte d’embarquement en route vers l’inconnu. Il semblerait que l’image de votre Paadre avec son sac bleu sur le dos (ce sac que Sam appelle « le sac de touriste suisse-allemand ») soit désormais gravée dans la mémoire de mes CardinauX de manière indélébile.


Après un voyage qui ne fut pas exempté d’imprévus et de contretemps, nous sommes arrivés (Ana et moi donc) sur le campus de l’Université de Kent à Canterbury. Mais ce ne fut pas pour autant que l’on était arrivés au bout de nos peines car à cause d’un problème informatique il y a eu un tout petit problème avec ma chambre… Après une course assez forcenée et après avoir dit clairement que je ne dormirais pas à l’hôtel, la « conciergerie » a enfin pu me donner une autre chambre, au numéro 4 de Marley Court.


En arrivant dans mon futur appartement j’ai fait la connaissance de mes quatre colocataires : deux garçons, Adam et Scott, et deux filles, Kirsty et Jenny (qui sera assez rapidement surnommée Britney par votre Paadre et par Ana). Il ne passera pas beaucoup de temps avant que je rencontre Aaron, Claire et Astrid qui vont devenir (surtout Aaron) des presque-colocataires.


La première semaine (la Fresher’s week) a été, pour les étudiants Erasmus, une sorte de marathon … en fait nous avons été invités à participer à un certain nombre d’événements organisés à notre intention qui avaient le but de nous présenter l’université, mais aussi la ville de Canterbury, sa cathédrale et même le château de Leeds. En tout cas, à la fin de cette longue semaine, on a eu l’impression, en se couchant le dimanche soir, de se coucher moins bêtes qu’avant.


Il fallait aussi s’habituer à la vie dans un campus : celui de l’Université de Kent n’est pas énorme, mais est quand même assez grand et pendant les premiers jours il était parfois difficile de s’y retrouver. Mais peu à peu on apprend à découvrir cette petite ville pour les étudiants et à en apprécier la beauté (car oui, ce campus est un véritable joyau, tel qu’il est, perdu au milieu de la nature… ça faisait Presque Harry Potter).


L’acclimatation au nouveau train de vie anglais, auquel il faut, bien entendu, s’habituer lorsqu’on y passe plus que quelques semaines, s’est fait aussi grâce à une longue série de soirées qui ont laissé des souvenirs indélébiles ; sur la photo, un moment mythique du premier souper (et même l’unique pour ce qui me concerne) chez Sören (le grand chef) et Sajid. On avait même discuté de la création d’une nouvelle secte… Salamsky ??


Un autre point important à ne pas négliger : l’exploration des environs ! C’est pour nous coucher moins bêtes qu’avec Ana nous avons décidé de rejoindre Marla à Londres et d’explorer quelques coins de cette ville qui nous étaient inconnus (lors de ma visite en 2005 je n’ai, hélas, pas eu le temps de tout voir). Finalement notre visite s’est beaucoup concentrée sur Harrod’s, mais c’est toujours mieux que rien. De plus que quelques jours après je retournais à Londres pour voir Alain et d’autres amis et que cela m’a permis d’explorer Cadmen Town et de voir le Koko.


Encore un cliché qui vous montre les efforts d’acclimatation que j’ai dû produire pendant le premier mois… Cette photo, qui est d’ailleurs inédite, a été prise lors de la soirée d’anniversaire de Max… Ce soir-là j’ai pu approfondir ma connaissance des membres de l’association LGBT de l’uni de Kent… Malheureusement j’ai même réussi à me faire une renommée de fêtard qui ne m’a pas quitté pendant mon séjour… Enfin tant pis non ? :D


21 octobre 2006 : mon 24e anniversaire
… c’est d’ailleurs la première fois de ma vie que je fête mon anniversaire en dehors des frontières suisses. La journée fut fort sympathique : avec Ana nous nous sommes offerts un repas au café rouge, un après midi shopping (bon ça c’est surtout moi qui se l’est offert). Et puis le soir j’ai accueilli quelques amis au numéro 4 de Marley Court, histoire de boire un verre de Martini et de marquer l’entrée dans ma 25e année. Sur la photo je suis en compagnie d’Ana, Ricky, Kerry (deux colocataires à Ana) et Cary.


C’était aussi la première fois que je fêtais Halloween… Au Tessin on a la « fête des morts », mais la tradition de se promener en costume et de faire des farces à ceux qui ne nous donnent pas des sucreries ne sont pas très implantées. J’ai donc décidé de me lâcher et de jouer le jeu… Et il faut dire que je me suis bien amusé en tant que Swiss Witch (et heureusement que j’ai pu utiliser le même costume pour plusieurs soirées, dont la soirée Wizard of Oz au Woody’s).


Parmi les bons souvenirs de cette année passée en Angleterre, je classe sans hésitation la rencontre avec Simon. Ce gars (qui est aussi né un 21 octobre, ce qui lui vaut le titre de « jumeau cosmique ») est exceptionnel et je l’apprécie beaucoup. Dommage qu’il ait quitté l’uni après le premier trimestre et qu’on n’ait pas eu l’occasion de passer plus de temps ensemble.


Et comme les bonnes choses ne viennent jamais seules, après cette petite pensée pour Simon, je vais évoquer un des événements-clé du mois de novembre : le passage de Lionel à Canterbury… Jamais (ou presque) je n’ai vu Ana dans cet état d’excitation pendant les jours précédant l’arrivée de son homme… Et finalement j’étais aussi content de le revoir ce Jurassien ;o).


Peu avant de rentrer en Suisse pour les vacances de Noël, j’ai passé une soirée très chouette avec des membres de l’association LGBT et j’ai retrouvé cette photo qui me permet de parler de trois filles qui ont une place spéciale dans mon cœur ; il s’agit bien entendu de Jess (la première à droite) alias Madame la Présidente, Helen, la fille en rouge au centre, et Sandrine, notre First Lady adorée (tellement de délires avec cette jeune femme). Sur la photo il y a aussi Marco et Stéphanie, la fille aux cheveux roux.


Mike
est aussi un personnage que je suis ravi d’avoir connu ; il nous arrivait directement du South Carolina (aux States) et c’était mon seul compagnon lors du séminaire d’histoire que j’ai suivi pendant le premier trimestre. Sans lui je pense que le cours aurait été mortel et je ne me serais pas amusé autant à « me foutre de la gueule » des camarades de classe. Mike était géant, surtout quand il se plaignait des prix des marchandises en Angleterre (et il n’avait pas du tout tort de le faire).


Entre une soirée, un cours, un peu de shopping et une session de courses chez Tesco, le premier trimestre est passé à une vitesse insoupçonnée... il s’est écoulé si rapidement que j’ai eu du mal à réaliser qu’on était en décembre et qu’Ana allait bientôt quitter Canterbury. Voici une photo de sa soirée de départ, qui s’est prolongée jusqu’au petit matin avec une exploration fascinante de Wikipedia…


Peu après la soirée d’Ana, et juste avant que je parte pour rentrer en Suisse, mes colocataires, leurs amis et moi-même, avons organisée une petite fête de Noël chez nous. La soirée fut un succès certain et nous nous sommes bien amusés. Voici Adam et Arielle, sa dulcinée.


Le retour à Canterbury au mois de janvier ne fut pas facile pour votre Paadre ; il faut avouer qu’il a traversé une période pendant laquelle il avait le blues et avait envie de rentrer en Suisse. Il y a même eu une petite période de silence sur ces pages, mais finalement le soleil est revenu dans son esprit assombri et avec le beau temps aussi l’envie d’écrire de tout et de rien, tant qu’en février il s’est senti obligé de rédiger un article pour saluer l’arrivée de la neige ; ceci est un événement très rare en Angleterre, tellement rare que la blanche poudreuse ne fait qu’occasionner des problèmes énormes à la circulation et au bon fonctionnement des choses. Heureusement elle n’a pas tenu longtemps car sinon tout cela aurait viré à l’émergence nationale :D


Le mois de février a aussi été caractérisé par la deuxième sortie avec l’association LGBT (la première avait eu lieu pendant le premier trimestre : on était allés à Londres, mais je n’ai malheureusement pas pris de photos lors de cette soirée au Popstarz). Nous sommes allés dans celle qui est considérée comme la capitale LGBT du Royaume-Uni : Brighton. La soirée fut un franc succès et je me suis bien amusé. Je compte d’ailleurs retourner dans cette ville débridée… Sur la photo il  y a Britney, Max, Vicky, Adam, Jess, Finch et Alex.


Quelques semaines après la sortie à Brighton a eu lieu l’événement clou de mon séjour à Canterbury : la visite de mes CardinauX. C’était le premier week-end du mois de mars et le passage en Angleterre de Romain, Julienne et Samuel a fait l’objet d’un très long récit sur cette page. En tout cas on peut dire que ces deux jours et demi resteront dans les annales pour des moments uniques et exceptionnels, tels que le coup du tabouret pour Julienne, la perte de son t-shirt H&M noir pour Romain et la recherche (hélas sans résultat) d’un magasin d’habits gay pour Samuel… Des moments mémorables entre Londres et Canterbury !


Troisième photo inédite sur ce blog
 : il s’agit d’un cliché sur lequel je suis en compagnie de Sam, un copain de Kirsty que j’ai eu le plaisir de connaître un soir qu’il est venu rendre visite à ma colocataire. Inutile de dire que le courant avec ce charmant jeune homme est bien passé dès le premier instant et que j’avais un petit peu le béguin pour ce mec qui affichait une ouverture d’esprit remarquable. La photo en question a été prise au Studio 41 lorsqu’il accompagnait une amie lesbienne qu’il voulait caser… Dommage qu’il ne voulait pas se caser, lui…


Ah le Studio 41… Ce n’était pas juste un lieu de sortie à mes yeux, mais aussi un lieu où je pouvais me détendre et évacuer la tension accumulée. En plus la plupart des membres de l’association LGBT y allaient… Que demander de plus pour passer une bonne soirée ? Sur la photo je suis avec Christina, fille qui nous venait d’Estonie qui avait (pour une fois) à peu près mon âge et qui était la secrétaire de l’association.


Sur cette autre photo, prise aussi au Studio 41, vous pouvez voir Jemma, Alex et Christine, des membres de l’association qui étaient presque aussi souvent que moi au Studio :D.


Autre visage très connu par les visiteurs de mon blog, celui d’Amanda… Amanda c’est des délires sans fin, surtout quand elle a bu un ou deux verres :D. Lorsqu’on s’est vus la dernière fois avant les vacances de Pâques pour la dernière soirée « officielle » de l’association, je lui ai offert un de mes bracelets, bracelet que j’affectionnais et sur lequel elle avait mis l’œil depuis un moment. En tout cas je me réjouis de la revoir.


Cette photo pourrait s’appeler « la vie en colocation n’est pas toujours une partie de plaisir » ; il est vrai que mes colocataires étaient fort sympathiques, mais, comme beaucoup d’autres jeunes anglais, ils n’avaient pas beaucoup de notions concernant l’ordre et la propreté, deux valeurs que j’apprécie et affectionne. Cette divergence, qui pourrait sembler toute petite aux yeux de ceux qui lisent ces lignes et n’ont pas expérimenté la vie communautaire, était des fois quasiment insurmontable et n’a pas manqué d’occasionner des prises de bec entre colocataires.


Après les vacances de Pâques je suis retourné à Canterbury pour passer mes examens finaux du 8 au 18 mai. Après cette dernière date, libéré d’un poids qui pesait quand même assez lourd (celui des exas), j’ai essayé de profiter du beau temps (revenu le jour de mon dernier examen) pour visiter Canterbury et les environs… J’ai donc lancé le Kent Tour 2007. Ici un vue presque aérienne de Canterbury (prise depuis la Westgate).



La deuxième étape de mon tour du Kent s’est faite en vélo
… environ 60 kilomètres en pédalant dans la partie nord-orientale de la contée. Sur la photo on peut me voir sur le toit de la Maison d’Augustus Pugin à Ramsgate, la première d’une série d’étapes sur un parcours qui a touché North Foreland, Margate, Reculver, Herne Bay et Whitstable. Une très bonne journée si l’on oublie le coup de soleil qui a laissé des séquelles visibles encore aujourd’hui.


Et voici le dernier inédit
 : une photo prise par le photographe officiel du Studio 41 lors de ma dernière soirée passée dans cette boîte… Je sais, ce n’est pas le meilleur cliché de moi, mais j’ai au moins la satisfaction de dire que j’ai été (rien qu’une seule fois) sur le site du Studio 41.


Pour finir cette série de clichés, je vous propose une photo que j’ai publiée il y a quelques jours, une photo de la dernière soirée à Canterbury (soirée dont je parlais au tout début de cet article). Me voici avec Serina, Carolina, Megan et Scott dans cette fameuse boîte prénommée « The Works ». Je n’en dirai pas plus vu qu’il vous suffit de lire l’article précédent pour avoir plus de détails.

Voilà, je pense qu’il est temps de vous laisser. Je sais, cet article était un tout petit peu trop long, mais il n’est pas facile de résumer 8 mois en quelques lignes.

Take Care

Votre Paadre dévoué

Soirée @ the Works

Dans mon article d’hier je vous ai proposé d’entreprendre un tour du Kent en ma compagnie ; aujourd’hui je vous propose d’abandonner les beaux paysages (et les belles falaises) et de vous incruster à la dernière soirée (officielle) à laquelle j’ai participé en Angleterre.

Depuis mon arrivée à Canterbury on m’a plusieurs fois parlé d’une boîte prénommée « The Works » qui ouvrait ses portes aux étudiants de l’uni tous les lundis et leur proposait une soirée assez bon marché mais (bien évidemment) bien chargée d’alcool. J’ai toujours eu plusieurs réticences (surtout que ça ne me tentait pas trop de sortir le lundi), mais j’ai enfin cédé la dernière semaine en me disant que c’était le moment d’y aller. Et finalement je n’ai pas regretté cette décision (car en début de soirée il y avait des raisons pour douter du bien fondé de cette décision).

Je me suis rendu à la soirée avec Scott et Jenny (Britney) ainsi qu’Aaron et Claire (petit rappel : Kirsty et Adam avaient déjà quitté les lieux) ; après un petit trajet en taxi (c’était peut-être la deuxième fois en sept mois que je prenais un taxi), nous nous sommes retrouvés devant la boîte et déjà j’avais pu apercevoir des gens que je connaissais.

Une fois entrés, nous avons croisé plusieurs personnes qui, apparemment attendaient sur nous (comme quoi finalement j’étais presque devenu une semi-célébrité). La soirée fut bien joyeuse et j’irais presque jusqu’à dire que Jenny n’était pas aussi mal que je l’avais imaginée… nous nous sommes bien amusés les deux… nous avons dansé, bu, rigolé… enfin nous avons fait tout ce que normalement je fais avec des personnes que je considère comme « amis ».

L’ambiance était au rendez-vous grâce aussi (je suppose) à une présence constante de Monsieur Alcool qui se promenait parmi ces jeunes étudiants et qui dispensait des Vodka RedBull pour 1£… Bon le goût n’était pas terrible vu qu’il s’agissait de Vodka blanche, mais à la quatrième ou à la cinquième, le goût devient quelque chose de secondaire.

La soirée s’est donc super bien passée et il est fort dommage que cela se soit produit pendant la dernière semaine… Je me dis que j’y serais allé plus souvent si j’avais su que c’était comme ça tous les lundis (ce qui, d’ailleurs, aurait fait en sorte que je ne sois pas réveillé par mes colocataires). En tout cas la tristesse était aussi dans l’air ; une partie des gens que j’aimais bien étaient déjà parties et c’était la dernière occasion d’en voir d’autres. Je pense que je n’étais pas le seul qui a éprouvé cela, et c’est peut-être pour cette raison qu’on s’est autant éclatés ;O).

Voilà donc quelques clichés de cette soirée mythique…



Pour commencer une petite photo de mes accompagnateurs ; je pense que vous les connaissez déjà, mais je vais vous rafraîchir la mémoire : de gauche à droite vous avez Claire, Scott, Aaron et Jenny.


Aaron
a insisté pour que je sois sur cette photo… On prend donc le quatuor du cliché d’avant, on enlève Aaron, on ajoute votre Paadre et les jeux sont faits !


En tout cas cet Aaron va sûrement me manquer ; tout d’abord il est rare en Suisse de trouver un beau gosse qui se promène en caleçon dans votre appartement et qui ne se gène pas de se montrer dans cette tenue (et je vous promets que c’est quelque chose de beau à voir). Ensuite il s’agit de quelqu’un de vraiment gentil, sympa et génial avec qui j’ai beaucoup ri et discuté. Et, dulcis in fundo, il a un meilleur ami gay très très charmant qui, hélas, sort déjà avec quelqu’un (mais bon, en plus il habite à Birmingham). J’espère avoir un jour l’occasion de revoir ce cher Aaron.


Mais Scott aussi va me manquer. Il était aussi très drôle et toujours cool (j’aime bien les personnes avec la « cool-attitude »). En plus il est ne le 22 octobre, donc on se ressemblait pas mal. Un vrai noceur ce Scott (juste un tout petit peu pénible lorsqu’il était sou).


Photo de groupe avec incruste de la part de Scott ; me voici en compagnie de quelques étudiants étrangers : à côté de moi il y a Carolina (jeune Suisse-alémanique qui étudie à Lausanne), ensuite il y a Serina, colocataire d’Aaaron qui nous arrive du Japon, et pour finir Megan qui nous arrive des Etats-Unis et qui était colocataire de Claire.


Ici par contre, je vous présente deux étudiants allemands que j’ai eu le plaisir de rencontrer pendant cette année Erasmus : à gauche Peter qui était dans le même séminaire d’histoire que moi. A droite Johannes (ou John) qui était le colocataire d’Aaron et Serina.


Celle qui est sur cette photo avec moi est une tête qui n’est pas neuve par ici car j’ai déjà eu la possibilité de vous présenter Daniel. J’ai eu la chance de faire la connaissance de ce jeune étudiant allemand lors de la première semaine à Canterbury… Après le départ d’Ana en décembre on avait un peu perdu le contact, mais nous avons quand même passé quelques soirées ensemble.


Je pense que désormais Jess se passe de toute présentation ; j’ai déjà parlé d’elle plusieurs fois par ici et c’est quelqu’un qui restera à jamais dans mon cœur. Une fille avec qui j’ai passé des moments délirants et que j’espère de revoir un jour.


Et j’espère aussi que les chemins d’Helen et moi vont encore se croiser à l’avenir car c’est aussi une fille géniale. Impossible de ne pas être à l’aise avec elle et de ne pas se retrouver dans ses histoires de cœur avec une fille « hétéro ».


Et pour finir, voici un petit cliché de Stéphanie,  Lucy et Helen.

Voilà, pour cet article je m’arrête ici… Je ne pense pas pouvoir vous raconter la suite de mes aventures avant lundi (mais qui sait, peut-être qu’un miracle de la technologie pourrait se produire dans mon nouvel appartement) ; quoiqu’il en soit, le prochain article va être une sorte de « best of » de mes huit mois à Canterbury et je vous conseille de ne pas le rater :D.

Take Care

Votre Paadre dévoué

The Kent Tour 2007 - Etape 2 - promenade en vélo

A présent il est temps pour moi de reprendre mon parcours narratif et d’essayer de rattraper le retard que j’ai accumulé dans la rédaction de mes dernières aventures. Et comme je suis quelqu’un qui aime l’ordre et la logique, je vais commencer par où je m’étais arrêté il y a désormais plusieurs semaines. Dans le dernier article « canterburien » publié dans ce site, je vous proposais de m’accompagner dans une visite guidée de la ville de Canterbury, visite qui était censée être le départ du Kent Tour 2007. Ce tour, qui a effectivement eu lieu, a été légèrement différent de celui que j’avais planifié, mais il m’a permis d’explorer la partie nord-orientale d’une des plus belles contées du Royaume-Uni (le Kent justement).

Ici de suite je vous propose une petite carte sur laquelle j’ai indiqué le parcours que j’ai effectue lors de cet épique tour en vélo qui m’aura valu un monstre coup de soleil, un pneu crevé, mais aussi la satisfaction d’avoir entrepris quelque chose dont je ne peux qu’être fier.


Voici donc le parcours : Je suis parti de Canterbury (la grande croix rouge) vers 10 heures du matin en direction de Sturry (1), Minster (2), Ramsgate (3), Broadstairs (4) et North Foreland (5) où je me suis arrêté pour pique-niquer. Après un repas plutôt rapide et frugal je me suis remis en route en direction de Margate (6), Reculver (7), Herne Bay (8) et Whitstable (9), avant de rentrer à Canterbury aux alentours de 17 heures.

Ce fut bien entendu une journée très intense pendant laquelle je dois avoir parcouru entre 50 et 60 kilomètres (voir plus étant donné que vers la fin j’ai failli me perdre), mais que, comme j’ai dit auparavant, je ne regrette pas du tout. Je vous propose donc de revoir les points saillants de cette promenade à l’aide de quelques clichés dûment commentés par votre serviteur.


Le Kent est une contée très verte où l’agriculture joue, et cela depuis des siècles, un rôle important (voir primordial). On dit même assez souvent que le Kent est le grenier du Royaume-Uni… bon je pense que c’était le cas dans le passé, mais aujourd’hui cette région est toujours très rurale et très chouette. La preuve ci-dessus.

En plus d’avoir été une zone agricole primordiale pour le développement de l’Angleterre, le Kent présente aussi un bagage historique considérable ; c’est dans le Kent que les Romains ont mis le pied (pour la première fois) sur les îles Britanniques, et il en fut de même pour les Vikings quelques siècles après. Je sais que ce drakkar est assez kitch, mais il était fort utile (pour moi) pour avoir une occasion d’évoquer le riche passé historique du Kent.

Encore une image du Kent rural, mais ici il y a une petite variation : derrière on peut apercevoir la Mer du Nord, source de subsistance pour les habitants des villages de la côté orientale de la Grande Bretagne.

Ici nous sommes à Ramsgate et celle-ci est la maison d’Augustus Pugin dont peu d’entre vous auront entendu parler ; ce Monsieur était un architecte anglais à qui on doit l’explosion de la nouvelle vague « gothique » au Royaume-Uni, au XIXe siècle. Pugin a révolutionné la façon de concevoir et construire les bâtiments en Angleterre (c’est à lui qu’on doit le style architectural actuel des maisons familiales) et s’est distingué dans la décoration du Parlement et de plusieurs Eglises catholiques (car il était catholique le Monsieur). Sa maison était donc une sorte manifeste du style qu’il a aidé à imposer et il faut dire que la visite vaut le détour. D’ailleurs on peut même la louer pour y passer les vacances… mais bon Ramsgate n’est pas l’endroit le plus charmant du monde.

Votre Paadre sur la petite tour de la maison de Pugin.

Un premier aperçu de Ramsgate ; je pense que cette ville peut-être considérée comme un exemple de village de pêcheurs qui s’est développé grâce à ses activités dans la Mer du Nord. Il faut aussi dire que la ville en soi n’est pas très belle et qu’il n’y a pas grand-chose à visiter, mais on peut toujours se détendre avec une promenade au bord de la mer.

Autre photo de Ramsgate, cette fois depuis le port.

Cette photo se passe de commentaire je crois :D.

Après une petite visite des « beautés » de Ramsgate, il est temps de se remettre en marche en direction de Broadstairs et North Foreland. Voici donc une dernière image, volée, d’une des nombreux escaliers qui descend au bord de la mer.

Le village (ou ville) de Broadstairs est différente par rapport à Ramsgate ; on voit tout de suite que la pêche n’est plus l’activité principale et que depuis des années cet endroit s’est spécialisé dans le tourisme ; au mois de mai il ne fait pas toujours très chaud en Angleterre, mais on pouvait déjà apercevoir des personnes au bord de la mer dans leur cabanes mais aussi sur les terrasses des bistrots du village. Je dois avouer que cette vue m’a fait penser à Locarno en été.

Encore un cliché de Broadstairs et de sa promenade au bord de la mer.

Broadstairs est désormais derrière et on va en direction de North Foreland la pointe plus septentrionale du Kent. A côté il y a même un village qui porte le même nom et qui est habité surtout par des personnes très fortunées (vous auriez dû voir les villas). Sur la photo vous pouvez apercevoir un bout de falaise vers ces grandes maisons.

Toujours plus près du North Foreland, voici une image d’une autre falaise (lol on pourrait presque penser qu’il n’y a pas grand-chose à photographier à part des falaises), celle qui précède le North Foreland.

Quand je vous parlais des villas de North Foreland, je pensais à des maisons immenses comme celle que vous pouvez voir sur cette photo… Celle-ci est un véritable château… Que ceux qui n’aimeraient pas vivre là lèvent la main…

Ces ruines sont au bord d’un terrain de golf à North Foreland ; je pense que dans un passé glorieux il y avait un phare à leur place et je dois dire que ça fait presque mal de voir que maintenant elles ne sont qu’une partie du décor d’un terrain de golf. Enfin qu’est-ce que vous voulez ? C’est triste mais on ne peut pas non plus sauvegarder tous les bâtiments en ruine. D’ailleurs je pensais me trouver sur la pointe plus septentrionale du Kent mais ce n’était pas le cas… Le North Foreland était au bout de la falaise suivante (d’ailleurs on ne pouvait même pas y accéder car il y avait des travaux).

Un petit aperçu de la ville de Margate. Comme Ramsgate elle n’est pas trop belle et je ne m’y suis pas arrêté longtemps… On pourrait presque dire que je n’ai fait que passer en coup de vent.

Entre Margate et Herne Bay, j’ai eu l’agréable surprise de tomber sur ces ruines d’Eglise qui se trouvent dans un endroit qui s’appelle Reculver où il y a juste lesdites ruines, un office du tourisme et un camping (qui ont surgi grâce aux ruines je suppose). En tout cas je peux dire que j’ai passé plus de temps en contemplant ces ruines qu’à Margate :D.

Après Reculver j’ai eu un moment d’égarement et j’ai failli me perdre… Pas facile de trouver la route pour Herne Bay (il n’y avait aucune route qui suivait la côté), mais finalement j’y suis arrivé et j’ai dû faire un pit stop improvisé pour reprendre le souffle et me réhydrater. Encore une fois je suis passé en coup de vent, mais l’endroit avait l’air tout à fait charmant… Un mixte entre un village de pêcheurs et une zone touristique.

Le pit stop terminé, je me suis remis en route en direction de Whitstable ; ici une petite vue de la côte et de la mer.

Et finalement le Paadre, après avoir rongé pas mal de kilomètres, arriva à Whitstable, un village assez charmant avec un centre ville tout à fait caractéristique. Le temps commençait à presser (il fallait que je rentre à Canterbury avant 17h30) et je n’ai malheureusement pas pu visiter à fond. Quoiqu’il en soit j’ai eu le temps de prendre cette belle photo de la côté (et pas de la falaise pour une fois), ensuite j’ai repris la route et après une déviation imprévue et un pneu crevé, je suis enfin arrivé à Canterbury.

Voilà, j’espère que ce récit vous à plu

Take Care

Votre Paadre dévoué

Article pour donner des nouvelles et râler

J’ai enfin un pu de temps pour vous donner quelques nouvelles concernant ce qui m’est arrivé pendant ces derniers jours ; en gros il n’y a pas grand-chose de palpitant qui s’est passé, mais je peut relever au passage quelques moments qui méritent d’être mentionnés.

Je débuterai donc par le plus important de tous : samedi matin j’ai passé mon deuxième examen (Revolution or Reform ? England 1815-1914) ; j’étais un peu plus détendu par rapport à celui que j’avais passé quelques jours auparavant et je pense que j’ai répondu de manière assez sensée aux deux questions que l’on ma demandé d’attaquer (bon pour tout dire, j’étais plus à l’aise car on avait déjà une idée très claire des questions d’examen). En ce moment je me prépare psychologiquement pour les deux derniers examens qui auront lieu jeudi et vendredi, deux examens de littérature anglaise pour lesquels je n’ai pas encore commencé à réviser… Je ne sais pas qu’est-ce qui m’arrive, mais je n’arrive pas du tout à être stressé. Cette session d’examens est vraiment bizarre : c’est la première fois que je suis aussi zen et que je ne me fais pas trop de soucis… c’est peut-être parce que je sais que je n’ai pas besoin de faire des bonnes notes mais juste de passer.

Pour me détendre, le samedi après midi je suis allé me promener en ville et j’ai pris un grand nombre de photos que je suis en train de trier de façon à pouvoir vous présenter une nouvelle série de clichés consacrés à des parties de Canterbury que je trouve caractéristiques et dont je n’ai pas parlé dans mon article du mois d’octobre. D’ailleurs, vu que je suis en train de parler de cela, j’ai décidé qu’après le dernier examen je me consacrerai à des visites de quelques endroits du Kent (NDR. : la région dans laquelle se trouve Canterbury) ; je me disais qu’il serait bien de visiter tout le Royaume-Uni mais cela serait bien trop coûteux et c’est pour cette raison que je vais me limiter à une exploration plus détaillée du Kent (qui est en tout cas déjà passablement grand). J’ai déjà commencé à réfléchir à des endroits que je souhaite visiter et je vais demander à Britney (qui a grandi dans le Kent) de m’indiquer des attractions qui valent le détour (la connaissant elle va mettre au début de la liste le centre commercial de Bluewater hi hi hi). Je sens que ces visites seront l’occasion de poster pas mal d’articles, mais aussi l’occasion rêvée d’avoir un peu de temps pour moi avant de rentrer en Suisse.

En parlant de Suisse, mon retour au pays se précise de plus en plus ; cet après midi je suis allé acheter les billets de train pour rentrer ; je vais vous épargner les détails, mais ce fut une aventure qui pourrait faire l’objet d’une nouvelle Odyssée ; des fois la logique anglaise m’échappe… je voulais acheter les billets de train et je me suis rendu dans une agence de voyage : je m’adresse à la fille (une fille tout à fait gentille) et je lui explique mon cas ; elle me laisse tout expliquer puis elle me dit : « désolé mais nous ne traitons pas de voyages (en train) pour l’Europe ». Cela m’a beaucoup étonné car je pensais que c’était une agence de voyage et je vois mal une agence de voyage ne pas traiter l’Europe… Mais bon… C’est à la troisième tentative que j’ai réussi à acheter mes billets et encore ce n’était pas comme je l’entendais : déjà le monsieur voulait me faire payer le ticket Eurostar 80 livres (=200) ; quand je lui dis que normalement je le paie 40 il me dit qu’il n’y a plus de place dans ce train et que je dois prendre le suivant… le problème avec le train suivant c’est que je n’ai que 45 minutes pour aller de la Gare du Nord à la Gare de Lyon, ce qui est très short. Je me dis qu’avec un peu de motivation je peux y arriver et j’accepte cette offre, pour découvrir que le ticket me coûte quand même 60 livres ; vous direz que 20 livres de plus ce n’est pas énorme, mais 20 livres ça fait 50 francs. Je demande au Monsieur de m’expliquer pourquoi le prix est si haut et il me dit « parce que ce week-end là c’est les vacances ». Bordel je prends un billet le jeudi pour éviter la bagarre du week-end et je tombe sur un long week-end… super.

Finalement je n’avais pas le choix et j’ai acheté ce billet… Seulement que ce type m’a taxé 12 livres de je ne sais pas quelle taxe (=environ 30 francs). Donc finalement le fait de ne pas avoir de carte de crédit pour m’acheter le billet moi-même (et cela n’est pas une raison pour maudire la Postcard) m’a coûté 80 francs. J’étais aux anges… Il me faudra me limiter dans les dépenses jusqu’à la fin du séjour (même si j’ai largement assez).

En sortant du machin j’étais assez contrarié et ma contrariété n’a fait qu’augmenter lorsque je me suis rendu à l’hôpital pour chercher les résultats de mes analyses du sang (pour voir si la vaccination contre l’hépatite avait marché) et que j’ai trouvé le bureau fermé. J’étais livide de rage… un mot de travers et je décapitais la personne en face de moi… heureusement les gens ont probablement perçu qu’il n’était pas le moment de venir m’importuner et l’énervement s’est gentiment estompé. Là je me sens à nouveau tranquille…

Sinon à part tout cela il n’y a pas grand-chose à ajouter ; samedi soir je suis sorti au studio 41, mais je n’étais pas trop d’humeur pour faire la fête… je ne sais pas qu’est-ce qui m’est arrivé… je suis parti de chez moi motivé à m’éclater et à danser jusqu’à pas d’heure, mais en arrivant au Studio 41 j’étais de mauvaise ; je ne supportais rien et j’ai même failli commettre un meurtre lorsqu’un connard que je n’ai pas pu identifier m’a aspergé avec un verre de vin blanc. Enfin, il y a des jours comme ça… heureusement chez moi ce genre de journée n’arrive pas souvent.

Pour terminer cet article en râlant (vu que là je suis si bien parti lol) je voulais vous proposer un petit cliché qui va sûrement faire réagir certains d’entre vous (je suis sûr que ma chère CardinalE voudra s’exprimer là-dessus) : il s’agit d’une photo que j’ai pris samedi dans la cuisine du numéro 4 de Marley Court :



Il faut savoir que je n’utilise jamais cette plaque (j’ai ma propre) et que je me suis dit que cette photo fera comprendre à ceux qui ont du mal à croire à mes récits, que je n’exagère pas quand je me plains des conditions dans lesquelles je retrouve la cuisine de temps en temps ; regardez cette plaque et dites-moi que vous trouvez ça normal ! Moi je trouve tout ça dégoûtant, de plus qu’ils la laissent traîner comme ça dans le four commun (mon fromage puant n’était qu’une broutille face à cela)… Non mais je ne sais pas si vous vous rendez compte en regardant la photo, mais il y a la graisse du bacon à Scott incrusté sur le fond, les miettes des gaufres à Kirsty un peu partout. Samedi Britney est revenue à la maison et je pense qu’elle et Matt (qui d’ailleurs passe tout son temps chez nous) l’ont nettoyée car maintenant elle est propre.

Des fois je m’interroge par rapport à tout ça… Comment est-il possible de vouloir vivre dans un merdier pareil ? Juste hier soir je parlais avec Julienne de la photo que j’ai posté il y a quelques jours (celle du bordel dans le train) et je lui expliquais qu’il était impossible de trouver une poubelle dans la gare d’Ashford et que j’ai amené ma bouteille jusqu’à chez moi pour pouvoir la jeter… Elle m’a répondu « on voit que tu es Suisse comme moi » ; je ne pense pas que c’est juste une question d’être Suisse, mais plutôt une question d’éducation, de respect de la nature et de l’environnement.

Enfin j’arrête sinon je vais râler pendant les trois prochains jours ; je vous donne rendez vous pour très bientôt pour un article avec des clichés plus plaisants.

Take Care

Votre Paadre dévoué

Welcome back to England

Quelques jours s’est écoulé depuis mon retour à Canterbury et au numéro quatre de Marley Court ; j’ai eu le temps de reprendre mes marques, de me re-installer dans mes appartements pontificaux et de récupérer après le long voyage de retour ; la dernière fois que je vous ai donné des nouvelles fraîches, j’étais assis sur un banc dans une salle d’attente à Paris (je ne compte donc pas l’article qui retrace mon mois d’avril), là par contre je suis confortablement installé sur mon fauteuil de bureau couleur saumon (ils devraient donner un prix a celui ou celle qui a choisi les couleurs pour le mobilier de cette maison) et j’ai envie de partager quelques impressions sur mon retour.

Je veux tout d’abord parler du retour à Marley Court et des retrouvailles avec mes colocataires ; en arrivant samedi soir il y avait seulement Scott… donc pendant le reste du week-end (et c’était un long week-end vu que lundi c’était férié) la maison a été très calme et paisible ; lundi soir j’étais en train de parler discuter avec ma mère au téléphone lorsque j’ai vu (depuis la cabine) Kirsty arriver en voiture… Scott et moi n’étions plus seuls. Pour compléter le cadre, quelques heures après Adam est arrivé avec sa copine. A présent seulement Britney n’est pas encore rentrée, mais je sens qu’elle va bientôt faire son apparition (espérons avec son copain).

Donc j’ai retrouvé ma petite « famille » et devinez quoi ? Adam a décidé de m’adresser la parole ; il faut dire que je savais qu’il aurait cédé en premier et qu’il serait revenu vers moi… Bon je vais changer de sujet avant que je transforme cet article en article écrit par un gamin de six ans qui se réjouit d’avoir eu raison et d’avoir gagné (hi hi hi en tout cas c’est tout à fait ça dans mon esprit). Donc Adam a décidé de me parler à nouveau, ce qui veut dire qu’il faudra que je m’efforce à être aussi courtois que lui par la suite.

Quoiqu’il en soit, même s’il y a eu du changement dans le rapport de colocation avec le Monsieur susmentionné, in n’en va malheureusement pas de même pour la cuisine, qui est toujours dans le même état de crise qu’avant les vacances… enfin pas le même car on a eu la femme de ménage toutes les semaines, mais cela n’a rien fait contre la nature bordélique de mes colocataires. En fait c’était même assez drôle : je suis rentré dans la cuisine et j’ai vu qu’en effet ils n’avaient même pas re-arrangé les chaises empilées par la femme de ménage lorsqu’elle est venue faire ses nettoyages, mais alors l’évier débordait de vaisselle sale, de façon que si l’on voulait faire sa propre vaisselle, il fallait d’abord faire celle des autres.



Et pour rester dans le thème de la proprété, voici la vue qui se présentait à moi lorsque je suis monté dans le train à Ashford ; je me suis rapidement rendu compte (comme s'il y en avait besoin) que j'étais à nouveau en Angleterre : ne trouvez-vous pas cette image familière ? Moi oui ! Enfin c'est vrai que ça c'est vraiment déguelasse et que les personnes qui ont laissé ce merdier sont en partie excusées par le fait qu'il est carrément impossible de trouver une poubelle dans les gares et les trains, mais quand même, ça ne donne pas une image très propre du pays...


A part cela, j’ai repris ma routine quotidienne ; samedi soir je me suis rendu au Studio 41 où j’ai flirté avec un garçon plutôt louche (ou chelou comme dirait ma CardinalE) qui à un certain point est parti aux toilettes et qui n’est pas revenu. Lundi je voulais faire 2000 choses, mais en arrivant au secrétariat de l’institut d’anglais je me suis rendu compte que c’était un jour férié et que tout était fermé… Que du bonheur ! Tout à coup j’ai repoussé au lendemain après midi mes 2000 choses à faire.

Mardi j’ai passé le premier de quatre examens (celui d’histoire moderne) ; je ne saurais pas dire comment il est allé mais je suis assez confiant… je me dis que dans les six pages que j’ai écrit il y aura forcement quelque chose de bon et que je n’ai pas écrit six pages de conneries ; enfin, il serait même inutile de se prendre la tête avec cela maintenant vu que j’ai encore trois autres examens et que les résultats ne seront de toute façon pas disponibles avant le mois de juillet… ce qui est encore plus drôle c’est que si j’ai raté un de mes exas, j’aurais même le droit de le refaire au mois d’août, mais alors c’est sûr que je ne reviendrais pas pour repasser un examen qui ne me sert de toute façon à rien.

Après avoir déjeuné, je suis allé au bureau d’anglais et au bureau d’histoire pour chercher les deux essais que j’avais rendu juste avant les vacances ; j’ai été ravi d’apprendre que j’avais obtenu des bonnes notes. Il y a quelques mois je vous avais fait part de mon mécontentement concernant les corrections de mon prof d’histoire sur mon premier essai ; eh bien apparemment ses critiques m’ont boosté et ont eu un effet positif sur moi car cette fois j’ai reçu des critiques excellentes (j’ai fait un 71/100 qui est une très bonne note). J’étais aux anges et l’évaluation de l’essai d’anglais n’a fait qu’améliorer mon humeur : dans le premier elle m’avait donné un misérable 53 (l’unique note que j’ai pris en dessous de 60)… cette prof aussi avait écrit pas mal de conseils et critiques sur mon premier essai et en essayant de les suivre j’ai quand même remédié un 63 (note qui n’est pas donnée avec cette dame) et puis un 75 comme note pour la participation en classe. Que c’est beau !

Voilà donc, je ne vais pas faire plus long… Vous avez déjà un bon petit bout à lire et il se fait tard… Je vous donnerai bientôt des nouvelles ;O). Take Care

Votre Paadre dévoué.

Souvenirs LGBT - Partie 2

Voilà un article en vitesse qui veut être un complément à celui que je vous ai proposé hier ; il s’agit de deux petites vidéos que j’ai prises lors de la soirée que j’ai passée chez Max avec ces fous de l’association LGBT :


Vidéo 1 : Discussions d'LGBT

Vidéo 2 : L'allocution finale de la Présidente et de la First Lady

Sur la première vidéo vous pouvez essayer de suivre une conversation délirante qui part en cacahuètes alors que sur la deuxième vous verrez les salutations de Madame le Présidente et de la First Lady lors de la soirée susmentionnée.

J’espère que ces vidéos vous plairont

Take care

Votre Paadre dévoué

Souvenirs LGBT

Dans mon dernier article je vous avais promis, chères lectrices et chers lecteurs, un article un peu plus léger et « imagé ». J’ai donc pris le parti de vous proposer une série de photos prises lors du dernier samedi que j’ai passé à Canterbury, mais aussi quelques clichés que j’ai fait lors de la dernière rencontre « officielle » de l’association LGBT. Les photos du samedi ont bien entendu été prises au Studio 41 lors d’une énième soirée déjantée, alors que les photos du dernier meeting avec les LGBT ont été prises chez Max.

Il faut admettre que je suis un petit peu triste lorsque je pense qu’à la fin de cette aventure anglaise je ne verrai probablement plus jamais certaines personnes que j’ai connu à Canterbury car j’ai passé des très bons moments avec elles et elles étaient désormais devenues un peu plus que des simples connaissances ; certaines de ces personnes sont devenues des amis (voir des bons amis) et j’espère vraiment d’être capable de garder le contact après notre séparation.

En tout cas j’ai promis de publier un article léger et facile à lire vu que l’on m’a dit que mes articles sont parfois trop longs à lire (je vous assure que ces articles sont aussi longs à écrire) et je vais donc passer aux photos.



Votre Paadre et Christina, une fille fort sympathique que j’ai appris à connaître et apprécier pendant les dernières semaines passés à Canterbury. Christina vient de Scandinavie (sauf erreur d’Estonie) et était la secrétaire de l’association LGBT.


Finch
a déjà été protagoniste de quelques clichés publiés sur ce site, mais on ne s’en lasserait jamais… ce gars est extraordinaire et passer une soirée avec lui c’est du pure délire (si jamais je parle d’une soirée en boîte et pas d’autre chose). En tout cas on se sera bien amusés et je n’oublierai jamais le compliment qu’il m’a fait pour mes fesses :D.


Et comme je n’étais pas le seul gay non-britannique de l’association, voici trois beaux gosses qui représentent le bassin méditerranéen : à gauche vous avez le petit Nicolas, puis Laurent et enfin le grand Nicolas. Les deux Nicolas, comme le suggère probablement le nom, sont grecs tandis que Laurent vient du sud de la France (Marseille sauf erreur). Potin qui en est pas un, Laurent sort avec le grand Nicolas ;O).


Sur cette photo vous pouvez voir mon amie Jemma accompagnée de deux filles dont je ne me souviens plus le nom (oui c’est toujours comme ça je sais, j’oublie facilement le nom des filles) et d’Alex qu’on aperçoit derrière Jemma.


Amanda
et votre Paadre ; on passe ici aux photos de la soirée chez Max : Amanda était bien lancée et il est vrai que lorsqu’elle est bien lancée (mais qui au même temps n’a pas trop trop bu) est intenable… J’ai été obligé de lui offrir un de mes bracelets pour la calmer et ravoir mon béret… bon je lui ai fait promettre de penser à moi lorsqu’elle le mettra :D.


Votre Paadre et le grand Nicolas ; ce gars est aussi super sympathique… Je ne l’ai pas souvent vu aux activités de l’association LGBT, mais je le rencontrais souvent le samedi soir au Studio 41. On s’est en tout cas bien marrés lors de nos soirées :O ).


Britney
et Amanda : attention il ne s’agit pas de la Britney avec laquelle je partage mon appartement sur le Campus… c’est une autre Britney, originaire des Etats-Unis et bisexuelle ; une fille aussi fort sympathique.


Je pense qu’elles n’ont désormais plus besoin de présentations : Jess et Sandrinela Présidente et la First Lady ; j’adore ces deux filles et elles vont sûrement me manquer lorsque je reviendrai en Suisse à la fin du mois de mai.


Alex
et Helen : Helen était la responsable des communications de l’association mais elle n’a plus concouru pour le poste car l’année prochaine elle sera en échange en France. J’adore cette fille aussi et c’est aussi quelqu’un qui va me manquer. Pour ce qui concerne Alex, il est fort sympathique, mais je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de parler avec lui ou d’approfondir notre relation.


Max
, l’hôte de la soirée ; c’est un garçon que j’apprécie énormément et je suis content d’avoir fait sa connaissance lors de mon séjour en Angleterre. Ce sera aussi quelqu’un qui va me manquer lorsque cette aventure sera finie.

Voilà donc pour cet article ; j’espère que vous allez apprécier et j’attends des réactions de votre part. Pour ce qui concerne la suite, je pense que vous aurez droit à un autre article plutôt léger… un autre article avec beaucoup de photos, mais je ne vais pas vous en dire davantage… revenez me rendre visite et vous verrez.

Take Care

Votre Paadre dévoué

Mon dernier mois à Canterbury (résumé pas exhaustif)

Mes chères lectrices, mes chers lecteurs,

Apres avoir consacré plus de temps que prévu à la publication des photos et du récit du week-end cardinalesque en Angleterre, je me rends compte que depuis un petit moment je n’ai plus donné des nouvelles fraîches sur ma petite vie et mon séjour à Canterbury. Maintenant que je suis (plus ou moins) en vacances, je vais essayer de rattraper le temps perdu et vous mettre au courant des dernières aventures pontificales ; je ne crois pas pouvoir tout raconter dans un seul article et je vais donc commencer, dans celui-ci, avec un petit résumé de ce qui s’est passé pendant le mois de mars à Canterbury.

Il faut dire que plus la fin du semestre approchait, plus j’avais de choses à faire et moins j’ai vu le temps passer ; il est aussi vrai que, comme je le disais aux personnes qui à mon retour m’ont demandé comment c’était ce deuxième trimestre, je n’ai pas vu ces douze semaines passer. Je pense que pendant ce deuxième trimestre j’étais enfin entré dans une espèce de routine remplie de petites choses qui rythmaient ma vie à Canterbury et donc, sans que je m’en rende compte, le dernier mois est passé avec une rapidité surprenante.

Au même temps il faudrait aussi ajouter que je n’ai pas arrêté de bouger… Ceux qui me connaissent savent que je ne parle bien évidemment pas que des soirées au Studio 41 ou celles avec mes amis, mais aussi des « obligations » académiques ; en fait ceux qui disent « fin de trimestre » disent aussi « beaucoup de travail »… il y a toujours des exposés, des essais et des lectures à effectuer et, de façon pas trop surprenante le charge de boulot augmente de façon incroyable vers la fin du trimestre. On pourrait me rétorquer que je n’avais qu’à travailler un peu plus pendant le reste des douze semaines, mais cela n’aurait servi à rien car je suis incapable de commencer à travailler sur un essai ou une présentation trop à l’avance : je commence toujours une semaine avant le dernier délai et j’oserais presque dire que je suis plus performant lorsque je suis « stressé » car je dois vraiment me concentrer sur ce que je lis, écris et il ne serait pas faux de dire que, lorsque je commence juste quelques jours avant, j’arrive à mieux m’immerger dans le contexte du travail que je dois faire.

Donc j’ai rendu mon huitième (et dernier) essai de cette aventure à Canterbury le vendredi 30 mars vers 16 heures, moins de 24 heures avant mon retour en Suisse. En rentrant j’ai fêté la fin du trimestre avec Kirsty et deux bouteilles de vin pendant que je préparais mes bagages pour le retour en Suisse ; eh oui, ma grosse valise est ressortie de sa cachette et s’est, encore une fois prêtée au long et périlleux voyage entre Canterbury et Bellinzona (avec, comme d’habitude, une petite halte à Neuchâtel ;O)). Après avoir fêté avec Kirsty, je suis sorti faire la noce (bien que je n’appellerais pas cette soirée pourrie au Venue une « noce ») avec Scott, Aaron, Serina (une colocataire à Aaron fort sympathique) et une amie à elle ; en rentrant à deux heures, Aaron et Scott étaient complètement ivres et j’ai donc décidé de les abandonner chez Aaron et de rentrer chez nous pour finir de préparer les bagages. A la cuisine j’ai retrouve Jenny et son charmant copain qui avaient aussi fait la fête de leur côté ; nous avons échangé quelques mots puis ils sont allés se coucher.

Là je vois déjà quelques-uns d’entre vous se demander : « mais comment ? Le Paadre parle de nouveau à Britney ? Ils n’étaient pas en froid depuis la fameuse histoire de la poubelle ? ». Il est tout à fait vrai que Britney et moi avons eu quelques petits problèmes de communication, mais nous avons résolu nos divergences au début de la dernière semaine ; en gros elle m’en voulait une peu parce qu’elle pensait que le billet que j’avais laissé sur la poubelle lui était adressé (alors que je l’avais implicitement adressé à Adam et Scott) et c’est pour cela qu’elle avait piqué la mouche et répondu avec ses propres billets. Donc voilà, nous avons mis au clair la situation et tout est redevenu comme avant.

Par contre, avec Adam et sa copine les choses n’ont subi aucune évolution positive ; on pourrait presque dire que leur situation et popularité à l’intérieur du numéro 4 de Marley Court n’a fait que chuter. Pour ce qui me concerne, depuis l’incident du billet, c’était comme s’il n’était plus là et je me suis tenu à cette résolution ; on ne s’est plus adressés la parole et cela semblait convenir aux deux (au moins, lui aussi il n’avait pas à devoir être sympa avec moi). Malheureusement (pour lui) il a aussi réussi à se mettre à dos Kirsty et Jenny pendant les deux dernières semaines du trimestre ; tout le monde dans la maison avait beaucoup de travail à faire, tout le monde sauf Adam ! Jenny, Scott, Kirsty et moi travaillions comme des malades pour parvenir à tout rendre à temps et lui il était dans la maison avec sa copine en train d’écouter de la musique et d’être bruyant comme si rien n’était. Ce qui est pire c’est qu’il était conscient que tout le monde était débordé, mais il s’en foutait ; il est allé vers Kirsty pour savoir comment procédait son essai et lorsqu’elle lui a dit qu’elle avait encore plein de boulot à faire il lui a dit quelque chose style « oh je suis désolé », mais deux minutes après il était dans sa chambre avec la musique à coin ! Bonjour le respect.

Adam a donc fâché plus d’une personne (en effet, le seul qui s’en foutait (je crois pour solidarité masculine) était Scott) et mercredi soir, avec Kirsty, Jenny et Matt nous avons décidé de nous venger des fois qu’il nous a fait chier en étant bruyant ; il se trouve que pour une fois Arielle et lui étaient déjà au lit alors que moi je rentrais d’une soirée avec les LGBT et que Kirsty, Jenny et son copain avaient passé une soirée au Venue ; un peu enivrés par l’alcool (moi je n’avais pas énormément bu) nous avons décidé de faire exprès à faire du bruit pour faire chier Adam et Arielle et c’est ce que nous avons fait jusqu’à trois heures du matin !

Je sais, cela ne me ressemble pas trop et il faut admettre que je ne suis pas un partisan du œil pour œil, dent pour dent, mais je dois admettre que ça faisait du bien ; ça fait depuis le début du premier trimestre que Monsieur rentrait à pas d’heure et qui réveillait tout le monde et il était temps qu’il se rende compte de comment c’est plaisant de se faire réveiller comme ça. Ce qui est comique c’est que personne ne s’est jamais levé pour lui demander d’être plus tranquille lorsqu’il faisait du bordel, mais lui, il a rapidement fait comprendre qu’il n’aimait pas en claquant la porte de sa chambre (ce qui nous a fait un peu rire).

Résultat des courses, le jour d’après il est rentré chez lui sans dire au revoir à personne… Si j’étais un brin plus hypocrite je pourrais feindre que je suis triste qu’il ne m’a pas dit au revoir, mais je ne le suis pas et tout le monde dans la maison a été plus que ravi de le voir partir avec Arielle (d’ailleurs j’ai appris en discutant mercredi avec Kirsty et Jenny que je n’était pas le seul qui les entendait baiser et qu’apparemment ils l’ont même fait dans la douche… beurk :S).

Le mois de mars a donc été rempli d’aventures palpitantes et de moments que je n’oublierai jamais… Enfin, il est vrai que je me serais passé de quelques petits événements, mais bon, on ne peut pas tout avoir et puis la vie ne serait pas très palpitante si tout allait tout le temps bien. Quoiqu’il en soit, le 31 mars à 11 heures j’ai pris mon Eurostar et je suis rentré en Suisse… Depuis je n’ai pas vraiment eu le temps de vous écrire, mais je pense que vous comprenez (surtout si vous me voyez en train de boire des cafés à l’uni ou des Martinis à Tuyau Rouge).

Sur cela je vous laisse et je vous donne rendez-vous à tout bientôt avec un article avec des belles photos (enfin) ;O)

Take Care

Votre Paadre dévoué

Visite officielle des CardinauX - LE récit officiel - Parties 11 - 14

De retour en Suisse après douze semaines passées à Canterbury, j’ai enfin un peu de temps à consacrer à la rédaction de la dernière partie du récit du week-end des CardinauX en Angleterre, ainsi qu’autres articles que j’ai dans ma tête depuis un moment et que, pour des raisons déjà exposées, je n’ai pas encore rédigés. Je m’excuse encore une fois de cette longue attente et j’espère que vous allez lire cette dernière partie de nos aventures avec intérêt.

 

Partie XI – Préparation pour la soirée

La préparation pour la soirée s’est déroulée sans trop d’inconvénients ; on a même employé moins de temps que prévu et nous avons pu quitter l’auberge une demi heure plus tôt (et malgré cette demi heure d’avance sur notre planning nous sommes partis de Marley Court deux heures plus tard que prévu :D). Enfin en rentrant la CardinalE et les deux CardinauX ont pu prendre une « longue » douche et se relaxer alors que votre serviteur squattait une chaise plus ou moins confortable dans la chambre des garçons. Il est tout à fait vrai que la chaise n’était pas la chose la plus confortable que j’ai testé dans ma courte vie, mais au moins j’ai eu la possibilité de tchatcher avec Samuel et Romain et de rester fasciné par le long processus qu’ils ont entamé pour se préparer à la sortie… J’ai été très surpris de voir combien de temps il passent à se coiffer les cheveux et à arranger chaque mèche à sa place (bon là j’exagère un tout petit peu, mais lorsqu’on est comme moi et que l’on n’a plus beaucoup de cheveux, on réalise qu’en réalité on gagne beaucoup de temps :D).

De son côté Julienne a aussi effectué ses préparatifs pour être prête à 19h15 (l’heure qu’on avait fixé pour partir) ; mais lorsqu’on a vu qu’on pouvait partir un peu avant, je lui ai demandé si ça jouait pour elle et je l’ai probablement un peu forcée à augmenter son rythme. Résultat des courses, nous sommes partis à l’heure de l’auberge, mais dans le bus ma CardinalE s’est aperçue qu’elle avait oublié de mettre le collier qu’elle avait prévu de porter pour la soirée… Je pense que dans son cœur elle m’a maudit pour l’avoir pressée et je m’en suis un peu voulu d’avoir fait échouer ce projet ; si l’on était pas dans le bus en train de monter au campus, j’aurais probablement proposé de retourner chercher le collier, mais là il était trop tard pour faire marche arrière… notre moyen de transport à deux étages allait bientôt prendre la route pour nous amener au numéro quatre de Marley court.

Arrivés sur le Campus, le bus nous a dépose près de Keynes (avant l’arrêt était près du Venue, mais il a récemment été déplacé un peu plus loin pour une raison que j’ignore) ; en arrivant sur les lieux j’ai fait une mini visite guidée aux CardinauX (en effet il faut imaginer votre Paadre en train d’indiquer des bâtiments enveloppés dans l’obscurité et en train de dire leur nom et d’expliquer leur fonction à ses CardinauX) ; nous sommes passés devant le mythique Venue, puis nous nous sommes arrêtés chez Essentials pour acheter une bouteille de vin (je n’ai pas trouvé celle que j’aurais voulu acheté, chose qui m’a, bien entendu, agacé…) et après nos emplettes nous nous sommes acheminés vers Marley Court que nous avons rejoint une dizaine de minutes plus tard.


Partie XII – Les Cardinaux à Marley 4

En arrivant à la maison, j’étais ravi de pouvoir montrer mon appartement à mes trois CardinauX ; après tout il s’agit des appartements dans lesquelles votre Pontife a passé vingt cinq mois de sa vie… Il m’est donc difficile de cacher ma déception lorsque j’ai ouvert la porte de la maison et constaté l’état du sol du hall d’entrée ; ma déception s’est transformée en énervement lorsque j’ai poussé la porte de la cuisine et j’ai vu qu’elle était dans un état assez pitoyable. J’ai eu honte de la montrer à mes amis… non je n’ai pas eu honte pour moi, mais pour mes colocataires… Je ne pouvais pas croire au bordel qui régnait dans la cuisine.

J’attendais les commentaires de mes CardinauX et je n’ai pas été surpris d’entendre les réactions plutôt choquées de Romain et Julienne ; je savais que mes deux CardinauX du bas du canton sont très attentifs à la propreté et leur réaction choquée (pour ne pas utiliser le mot « dégoûtée ») était plus qu’attendue. Il faut aussi dire que mes charmants colocataires (ou peut-être certains d’entre eux) avaient fait très fort. Ici j’aimerais demander à Romain et Julienne de laisser un commentaire pour donner leur avis sur cette cuisine car je pense que tout effort de ma part ne parviendrait pas à exprimer le fond de vos pensées et les multiples facettes de votre point de vue.

Et ce sont justement Romain et Julienne qui se sont penchés sur les problèmes d’hygiène dans cette magnifique cuisine et qui ont initié les opérations de nettoyage (suivis, bien entendu par Samuel et moi) ; il a fallu un bon moment pour rétablir des normes d’hygiène acceptables et encore, nous ne nous sommes penchés que sur les nettoyages essentiels car sinon il y aurait eu une soirée de boulot. Quoiqu’il en soit, après des longs moments de nettoyage, j’ai enfin pu commencer à préparer le souper : des spaghettis à la crème et au jambon (un de mes menus fétiches).

Je ne saurais pas vous dire à quelle nous nous sommes attablés, mais il devait être entre 20 et 21 heures et le repas s’est à peu près laissé manger (ce n’était pas ma meilleure cuisine, mais pas ma pire non plus). Après le repas et quelques verres d’eau bénite, Adam et sa copine sont sortis pour rejoindre la fête à Aaron (à laquelle on avait aussi été conviés) ; comme d’habitude j’ai pu remarquer le manque d’enthousiasme d’Adam lorsque je lui ai présenté mes CardinauX… c’est toujours comme ça, il a toujours quelque chose à redire sur les potes de ses colocataires… Enfin, je dois aussi dire que je m’en fous un peu… Monsieur a la mauvaise habitude de critiquer tout le monde, mais personne ne peut vraiment oser lui adresser une critique (soit elle constructive ou pas).

Restés seuls à la maison, nous avons été rejoints par Kirsty qui a tout de suite conquis le cœur de mes CardinauX avec son caractère très ouvert et sa sympathie. Il est vrai que je n’avais aucun doute par rapport à cela… j’étais sûr que le courant entre Kirsty et mes CardinauX serait passé :D. Bon il est vrai que c’est plutôt Julienne qui a discuté avec elle, mais elle n’a en tout cas pas déplu aux autres CardinauX. Le temps passait rapidement en compagnie de Kirsty (qui nous a même amené des gourmandises) et il s’est fait tard pour sortir ; un peu à contre cœur nous avons donc quitté la charmante compagnie de ma colocataire et nous nous sommes acheminés vers le Studio 41.


Partie XIII – Soirée à Canterbury : Studio 41

Il n’était en tout cas pas concevable de ne pas montrer aux CardinauX ce lieu mythique où votre serviteur a, depuis son arrivée en Angleterre, vécu des samedis soir inoubliables avec les membres de l’association LGBT, mais aussi tout seul. C’est donc après les habituels 40 minutes de marche qu’il faut pour aller de Marley 4 au Studio 41 que nous avons débarqué dans la boîte la plus sympathique de Canterbury. Il y avait pas mal de monde, mais presque personne de l’association ; j’aurais bien aimé présenter mes CardinauX à quelques amis d’Angleterre, mais apparemment on est tombés sur le week-end où tout le monde avait déjà quelque chose d’autre de prévu :S.

Sinon mes CardinauX et moi nous nous sommes bien éclatés pendant cette soirée. Déjà lancés après les verres de vin et d’eau bénite que l’on avait bus chez moi, nous n’avons plus beaucoup dépensé au Studio 41. Romain a voulu nous faire goûter l’after shock, un breuvage typiquement anglo-saxon qui n’a pas fait l’unanimité auprès du sommet du clergé ; en fait, le CardinaL du Haut du Canton n’a pas apprécié ce shot au goût de cannelle qui arrache la gorge et le reste de la bouche avec elle.

Et à part cela, nous avons pris des photos très sympathiques (que vous pouvez trouver sur l’album photo consacré au week-end Cardinalesque en Angleterre) et nous avons même essayé de prendre une nouvelle photo officielle, sans avoir, beaucoup de succès. Il faudra encore y travailler pour réaliser un cliché qui convienne au Paadre et aux trois CardinauX… D’ailleurs je me demande s’il ne faudrait pas que sur cette photo apparaisse aussi mon HCP... Et puis, comment oublier la photo avec la fille qui croyait que nous étions suédois et qui voulait à tout prix avoir nos numéros pour nous appeler lorsqu’elle viendra en Suède… Un autre personnage assez mythique qui restera gravé à jamais dans les mémoires du souverain Pontife…

La soirée s’est donc bien déroulée… nous avons bu, nous avons dansé et mes CardinauX ont même fait la connaissance de quelques charmantes personnes… Ce qui est drôle c’est qu’il s’agit de deux mecs que j’avais déjà croisé plusieurs fois et qui n’avaient jamais estimé utile de venir me parler et qui, tout à coup, se sont intéressés à moi et à mes charmants amis suisses… ça ne le fait pas trop, il faut bien le reconnaitre, mais bon, ce n’est pas non plus les mecs avec qui j’avais le plus envie d’établir un contact…

Fini la soirée j’ai souhaité une bonne nuit aux CardinauX et je suis rentré à la maison où je ne suis pas arrivé avant quatre heures (vu que je me suis fait happer par Aaron et ses amis pendant plus d’une heure… une aventure épique que je vais en tout cas vous épargner car elle me rappelle aussi des souvenirs peu plaisants).


Partie XIV – Breakfast at Café Rouge et adieux

La nuit entre samedi et dimanche n’a pas été beaucoup plus longue que les précédentes. Je voulais à tout prix aller dire au revoir à mes CardinauX et il fallait donc se lever assez tôt pour descendre en ville… Nous avions rendez-vous à la station des bus vers 10 heures 30 ; il faisait plutôt froid et on sentait qu’il allait bientôt pleuvoir.

Arrivé au lieu de rendez-vous j’ai pu constater que Julienne, Romain et Samuel étaient déjà là et m’attendaient ; après les salutations rituelles, les trois m’informent qu’ils avaient eu droit à une panne d’électricité et d’eau chaude dans leur auberge. Cela n’a pas manqué de les contrarier et de miner l’opinion largement positive qu’ils s’étaient construits sur l’auberge Kipps. Il est vrai que cela relevait surtout du manque de chance plutôt que des services offerts par l’établissement… La panne aurait pu arriver à n’importe quel moment… c’est juste dommage qu’elle soit arrivée le samedi soir, après qu’on n’avait déjà pas eu énormément de chance avec l’auberge à Londres.

Après avoir appris cette nouvelle assez fâcheuse (surtout pour les CardinauX), nous sommes allés au Café Rouge où nous avons pris notre petit déjeuner ; Romain a voulu goûter le célèbre « English Breakfast »… Là aussi je laisserai à Romain l’honneur de commenter personnellement cette expérience unique qui change la vie… En tout cas cette virée au Café Rouge a été fort sympathique (à part le fait qu’on était assis un peu trop près de la porte d’entrée…) et c’était bien de s’asseoir autour d’une table et de discuter encore un moment avec les mythiques CardinauX.

Et puis le moment de la séparation est arrivé ; avec les CardinauX nous sommes retournés à la station des bus et nous avons attendu le coach qui allait les ramener à Londres… Le week-end arrivait gentiment à sa fin… C’était bizarre de les voir partir… Il faisait froid et il avait commencé à pleuvoir. J’étais triste de les laisser partir et de ne pas pouvoir rentrer en Suisse avec eux, mais après tout il ne me restait plus qu’un mois à passer avant les vacances de Pâques et cela m’a beaucoup aidé à résister à la tentation de sauter dans le bus et de voyager clandestinement dans l’avion Easy Jet qui a ramené Julienne, Samuel et Romain en Suisse.

Quoiqu’il en soit, le week-end qui a fait l’objet de ce long récit restera à jamais gravé dans ma mémoire. Je m’en veux d’avoir pris autant de temps pour tout écrire, mais ce qui compte c’est qu’à la fin j’ai quand même réussi à arriver au bout de ce récit. Je tiens en tout cas à remercier mes trois CardinauX pour être aussi exceptionnels et pour m’avoir permis de passer un week-end aussi inoubliable… Je vous adore

Votre Paadre dévoué