Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #collegues catégorie

13 juillet 2013 : tour du lac de Gruyère

Bonsoir à toutes et à tous !

 

Ce soir je vais vous parler d’une autre promenade que j’ai faite avec mes collègues de la Chancellerie ; certains d’entre vous vont penser que je passe mon temps à me promener, mais je vous assure que ce n’est pas le cas… le hasard a voulu que deux articles concernant des balades dans deux beaux recoins de Fribourg soient publiés par ici avec quelques jours d’intervalle ; en réalité, un mois s’est écoulé entre l’ascension à la tour du Gibloux et le tour du lac de Gruyère et les équipes avec lesquelles j’ai découvert ces beaux endroits étaient complètement différentes ; seuls Thierry et moi avons participé aux deux ; David avait aussi été convié à la deuxième promenade, mais il a décliné l’invitation, principalement à cause du fait qu’on la faisait un samedi et qu’il n’avait pas très envie de quitter Fleurier (de plus qu’il y avait des travaux sur la ligne entre Neuchâtel et Marin-Epagnier et que - du coup il aurait dû prendre un train jusqu’à Neuch., un bus de remplacement de la gare de Neuch. à Marin-Epagnier, ainsi qu’un train de Marin à Fribourg… une vraie sinécure !).

 

Du coup, nous nous sommes retrouvés entre titulaires. Nous étions au grand complet et il y a même Michel, le compagnon à Marie-Jo, et Daniel, le mari à Rose. C’était la première fois qu’on faisait une sortie tous ensemble et je peux vous dire que c’était très chouette ; nous avons bien rigolé et je peux vous dire que j’ai passé une très bonne journée, pendant laquelle j’ai découvert quelques beaux coins de la Gruyère, une région que je connais encore très mal et qui mérite sans doute d’être découverte.

 

Pour ceux qui ne connaissent pas le Canton de Fribourg, il faut savoir que le lac de Gruyère (qui ne doit pas son nom au célèbre fromage, mais au district dans lequel il est situé) n’est pas un lac naturel, mais le résultat de la construction du barrage de Rossens (une petite commune du district de la Sarine) au milieu du XXe siècle ; ce barrage a donc créé un lac artificiel qui a submergé toute la vallée située entre ledit village de Rossens et la commune de Broc, célèbre partout dans le monde à cause de la chocolaterie Cailler ; par ailleurs, la montée des eaux obligea les habitants de Pont-la-Ville à quitter leurs maisons et à reconstruire le village un peu plus en hauteur. Le niveau du lac varie assez fortement au cours de l’année en fonction des purges du barrage et de la fonte des neiges ; c’est ainsi que l’île d’Ogoz, sur laquelle se trouvent les ruines du château portant le même nom,  n’est pas une île tout le long de l’année et - pendant plusieurs mois - on peut l’atteindre à la marche.

 

Notre promenade n’est pas passée par l’île d’Ogoz ; en effet, les plus courageux d’entre nous, à savoir Thierry, Michel et moi, sont partis du pont de Corbières et ont suivi le sentier qui borde le lac, du côté de Villarvolard et de Botterens, jusqu’à Broc, où ils ont retrouvé le reste de l’équipe. Ensuite, après un pique-nique très sympathique dans un parc en face de la chocolaterie, nous avons tous repris le chemin en direction du pont de Corbières, en parcourant cette fois le sentier du côté de Morlon.

 

La première partie du parcours est un peu plus accidentée que la deuxième : il y a quelques montées et quelques sorties assez raides qui nous ont bien fait transpirer par ce magnifique jour d’été ; mais - en même temps - une grande partie du parcours jusqu’à Broc est ombragé ; c’est juste vers la fin, vers Botterens que le chemin sort du bois et quitte le bord du lac en obligeant le promeneur à faire un détour à travers le village avant de descendre vers la fabrique électrique de Broc. La deuxième partie du parcours présente des pentes plus douces, avec des bouts de chemin en forêt, un camping avec buvette à mi-chemin, des plages et des petits ports de plaisance ; il faut dire que du côté de Morlon la morphologie du territoire et beaucoup plus douce que du côté de Botterens où le Lac mouille déjà les pieds des Préalpes.

 

Le rythme de marche était assez tranquille. Nous avons pris notre temps pour admirer le paysage, reprendre notre souffle et de profiter d’une météo exceptionnelle ; nous sommes arrivés au pont de Corbières peu après 16 heures ; là, nous avons repris les voitures et nous nous sommes tous retournés à Broc où une partie des collègues avaient laissé leur véhicules ; arrivés sur le parking de la chocolaterie, l’équipe a décidé d’aller boire un dernier verre sur la magnifique terrasse du Vignier ; hélas, je n’ai pas pu les accompagner car je devais prendre un train pour Saint-Ursanne vers 17h30 à Fribourg afin de me rendre aux Médiévales avec Julienne.

 

Voilà. Avant de vous quitter, je vous laisse à quelques clichés qui illustrent cette promenade.

 

Bien à vous

 

Votre Stefano

Un aperçu du lac depuis la forêt qui pousse sur sa rive entre Corbières et Villarvolard.

Un aperçu du lac depuis la forêt qui pousse sur sa rive entre Corbières et Villarvolard.

Clair-obscur.

Clair-obscur.

Un bref regard en direction du Moléson (le troisième sommet à droite).

Un bref regard en direction du Moléson (le troisième sommet à droite).

Le lac de Gruyère dans toute sa splendeur.

Le lac de Gruyère dans toute sa splendeur.

L’été c’est aussi le temps des foins et des regains…

L’été c’est aussi le temps des foins et des regains…

Le charmant (et mondialement célèbre) village de Broc sur sa colline.

Le charmant (et mondialement célèbre) village de Broc sur sa colline.

Champ de blé vers l’usine électrique de Broc.

Champ de blé vers l’usine électrique de Broc.

Encore un cliché du même champ de blé.

Encore un cliché du même champ de blé.

L’usine électrique de Broc, à quelques pas seulement de la chocolaterie Cailler.

L’usine électrique de Broc, à quelques pas seulement de la chocolaterie Cailler.

Derrière cette colline se cache le sympathique village de Morlon.

Derrière cette colline se cache le sympathique village de Morlon.

Après un pique-nique en face de la chocolaterie à Broc et un café au camping près de Morlon, la Joyeuse Equipe reprend la route en direction du pont de Corbières.

Après un pique-nique en face de la chocolaterie à Broc et un café au camping près de Morlon, la Joyeuse Equipe reprend la route en direction du pont de Corbières.

De l’autre côté du lac on devine Botterens, localité très connue pour ses meringues.

De l’autre côté du lac on devine Botterens, localité très connue pour ses meringues.

Le lac.

Le lac.

La maison de mes rêves ! Et le panorama qui va avec !

La maison de mes rêves ! Et le panorama qui va avec !

Un paysage très bucolique : l’idéal pour se détendre et se ressourcer.

Un paysage très bucolique : l’idéal pour se détendre et se ressourcer.

Un paysage typiquement fribourgeois.

Un paysage typiquement fribourgeois.

La Joyeuse Equipe fait une petite halte avant d’affronter le dernier bout de route.

La Joyeuse Equipe fait une petite halte avant d’affronter le dernier bout de route.

Le pont de Corbières, notre destination finale.

Le pont de Corbières, notre destination finale.

La journée étant splendide, beaucoup de personnes ont sorti leur bateau.

La journée étant splendide, beaucoup de personnes ont sorti leur bateau.

Le château de Corbières (en blanc sur la droite de la photo).

Le château de Corbières (en blanc sur la droite de la photo).

Un dernier petit effort : nous sommes presque arrivés à la voiture !

Un dernier petit effort : nous sommes presque arrivés à la voiture !

Corbières et son château. Ce village me paraît très chouette : à visiter !

Corbières et son château. Ce village me paraît très chouette : à visiter !

Un dernier cliché pour la route : on aperçoit tout au fond la tour du Gibloux.

Un dernier cliché pour la route : on aperçoit tout au fond la tour du Gibloux.

7 mars 2013 : poulet au panier à Belfaux

Bonsoir à toutes et à tous !

 

Il y a quelques jours, je vous ai proposé une série de photos prises par Arnaud au cours de ses derniers jours de travail en Chancellerie. Ce soir j’ai le plaisir de vous présenter une petite série de clichés que j’ai pris lors de son souper de départ, qui a eu lieu à Belfaux, à l’Auberge du mouton, un restaurant très connu pour son poulet au panier. Ce ne sont pas des images de qualité exceptionnelle car elles ont été capturées avec mon téléphone portable qui ne donne pas de bons résultats lorsque l’éclairage n’est pas optimal. Malgré cela, j’estime que ces photos sont sympathiques et que ça vaut la peine de les partager avec vous.

 

Ce repas a été fort sympathique ; j’ai trouvé que le poulet au panier était digne de sa réputation et que ça vaut décidément la peine de s’arrêter à Belfaux pour le déguster ; par ailleurs, pas très loin de l’Auberge du mouton, se trouve le restaurant mongole où l’équipe de la Chancellerie avait découvert quelques semaines plus tôt le célèbre « barbecue mongole » (un autre bon plan à Big Foot). En plus de cela, nous étions quasiment au complet : il manquait juste Nathalie, Brigitte, Benoît et Veton ; en revanche, David était de la partie, ce qui constitue un événement en soi !

 

Ce beau souper convivial a également été l’occasion de remercier Arnaud pour son aide précieuse au cours des premiers mois de préparation des dossiers de Meyriez, mais aussi l’occasion de lui remettre deux petits cadeaux : un CD compilé par mes soins avec les daubes qu’il nous a imposé pendant ses trois mois en Chancellerie (je ne nommerai que le poussin Piou, Heavy Metal Farmer, Sous le vent de Céline Dion et Ma philosophie d’Amel Bent), ainsi qu’un set à fondue - son plat fétiche - avec deux caquelons qui permettent la formation de la « religieuse », un cadeau qui a bien plus à notre brave Big.

 

Voilà. Pour ce soir je vais m’arrêter ici.

 

Bien à vous

 

Votre Stefano

Arnaud montre fièrement un de ses nouveaux caquelons.

Arnaud montre fièrement un de ses nouveaux caquelons.

La désormais célèbre compilation « Cardiologie invasive » : un concentré de tubes !

La désormais célèbre compilation « Cardiologie invasive » : un concentré de tubes !

L’équipe à l’heure du café.

L’équipe à l’heure du café.

Arnaud lit nos petits mots de remerciement.

Arnaud lit nos petits mots de remerciement.

Mais que font David et Thierry ?

Mais que font David et Thierry ?