Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Du concept de virilité

 

« La culture gay a transformé le masculin, autorisant l'homme à davantage exprimer sa sensibilité. »

 

 

C’est en parcourant d’un regard distrait et fatigué (il était une heure du matin) le magazine Migros que je suis tombé sur cette citation. Ce propos est tenu par la sociologue Christine Castelain Meunier, appelée par l’hebdomadaire à s’exprimer sur les raisons pour lesquelles un nombre croissant d’hommes se fait la bise en guise de salutation au lieu que recourir à la traditionnelle – et très virile – poignée de main. L’article soulève des points intéressants, notamment au sujet d’une soi-disant nouvelle quête de sensibilité qui toucherait la gente masculine de notre société occidentale. Et encore une fois, force est de constater que la communauté homosexuelle a – une fois de plus – été en avance sur les temps et a devancé ce que pour le magazine Migros est devenu un phénomène de société. Si l’on suit la thèse avancée par Madame Castelain Meunier, ce rôle précurseur des homos s’explique d’ailleurs très facilement car (oui, oui, il paraît) les théières sont souvent plus en phase que les (hommes) hétérosexuels avec leur côté sensible parce qu’ils ne la perçoivent pas comme un trait caractéristique de la gente féminine et donc ils ne la refoulent pas.


Tout ceci est certainement vrai pour une partie des homos, mais il serait faux de faire des généralités hasardeuses ; je connais des gays qui ne « s’abandonnent guère à leur côté féminin », donc il ne faut pas voir dans ce discours une vérité absolue. Enfin, revenons aux hétéros sensibles : je trouve que cette prise de conscience des bienfaits de la sensibilité est une bonne chose : car qui a décidé que la sensibilité était à l’unique apanage des femmes ? A une époque où nous œuvrons inlassablement à la parité des sexes, ne serait-il pas normal que les hommes accèdent à des prérogatives qui ont si longtemps été réservées aux femmes ? Après la femme à l’usine et l’homme derrière les fourneaux, pourquoi ne pas avoir un homme qui n’a plus besoin de retenir ses larmes et de cacher sa sensibilité afin de ne pas compromettre l’image virile qu’on a de lui ? Personnellement, en tant qu’homosexuel, je peux assurer ces messieurs que ce n’est pas parce que je laisse libre cours à ma sensibilité que je me sens moins viril ou masculin qu’un champion de lutte suisse…

D’ailleurs, il faut dire que l’homme du XXIe siècle s’est rendu compte qu’il n’est pas nécessaire de roter, jurer et jouer à l’homme viril pour affirmer sa propre masculinité. Ce n’est probablement pas un hasard qu’aujourd’hui beaucoup d’hommes prennent autant soin d’eux que les femmes, qu’ils passent des heures chez le coiffeur ou chez l’esthéticienne et qu’ils sont devenus aussi bons clients que les femmes pour les chirurgiens esthétiques. Pour tout dire, je pense que le phénomène de costume décrit dans l’article ne se limite pas à la bise, mais touche aussi la manière d’apparaître de l’homme ; au cours de ces dernières années nous avons vu naître les métrosexuels, les übersexuels et d’autres sortes de prototypes masculins, lancés par le monde de la mode, qui semble (enfin !) se rendre compte de l’existence des hommes.

Je ne peux qu’applaudir et me réjouir de ce nouveau prototype d’homme viril et sensible que l’avenir nous réserve. Ne serait-il pas merveilleux de faire fi et – avec un simple claquement de doigts – passer outre ces idées archaïques et préconçues de virilité pour apprendre à exprimer et à s’exprimer en toute liberté ? Hélas, le chemin est encore long et tortueux ; il n’est pas facile de balayer des siècles d’obscurantisme et de retenue ; certains obstacles seront difficiles à abattre et certaines barrières résister plus que d’autres, mais l’avenir est en marche et rien ne pourra l’arrêter.

Merci de votre attention.

Votre Stefano