Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ciao Nonno

« Surveille-la… tu sais qu’elle est un peu fofolle » ; cette phrase était devenue une sorte de tradition : à chaque départ je la lui lançais avant de le saluer et de partir pour rentrer à Neuchâtel. Or, en y pensant bien, cette plaisanterie reflétait assez bien la réalité : tout au long de sa vie il s’est occupé d’elle, de ses enfants et même de mes cousins et moi ; c’est probablement grâce aux sacrifices qu’il a fait au cours de sa jeunesse que mes parents ont pu m’offrir la vie et les avantages qui ont fait de moi ce que je suis.

Son comportement a été héroïque ; je ne sais pas si j’aurais pu faire et assumer tout ce qu’il a pris sur lui. Je l’ai compris un peu tard, mais c’est d’ailleurs en me rendant compte de ce qu’il avait accompli que j’ai appris à le respecter et à l’aimer. Lorsque j’étais petit, j’étais intimidé par lui et pas son austérité : il faut dire qu’il était grand, il était massif sévère et rude comme tous ces enfants de ce Tessin du début du XXe siècle qui n’ont pas toujours eu une vie facile.


Blog 2649

Grand-père, mon père (à gauche) et ses frères en 1972.


Grand-père nous a quittés au cours de la nuit entre vendredi et samedi, presque sans s’en rendre compte ; il s’est endormi à la maison pour ne plus jamais réveiller. Ses longues années de maladie l’avaient affaibli et ses défenses étaient de moins en moins efficaces face aux attaques externes. Cela faisait cinq ans que son état de santé subissait des revers constants ; force des choses, il avait dû renoncer à un train de vie pesant qui ne lui convenait probablement pas. Il est donc parti chez lui, entouré de ses proches, de ma Grand-mère (une autre personne dans ma vie qui a brillé pour un héroïsme incroyable) qui s’est occupée de lui nuit et jour avec amour et dévouement.


Blog 2651

Grand-père et Grand-mère au mariage de ma tante en mai 2004.

 

J’ai appris la nouvelle par téléphone ; à ma mère la tâche ardue de me l’annoncer. C’était le coup de fil que je redoutais depuis des années, depuis que son état s’était rapidement détérioré ; à chaque fois que je quittais le Tessin je me demandais si je le reverrais la prochaine fois ou bien si j’allais recevoir un coup de fil m’annonçant son départ. Finalement le moment tant redouté est arrivé samedi et dimanche après-midi je prenais mon train pour Bellinzone.

Aujourd’hui j’ai assisté à l’enterrement entouré par toute la famille, des amis et des connaissances de Grand-père. J’ai eu le temps de lui dire au revoir ; au revoir et non adieu, car il n’est peut-être plus parmi nous physiquement, mais les souvenirs sont impérissables : et de souvenirs j’en ai des tonnes… il a été une figure très présente au cours de ma jeune vie ; j’ai passé les étés de mon enfance et de ma jeunesse à la montagne avec lui ; j’ai appris à voir derrière son apparence rude et sévère, à déceler l’homme sensible et foncièrement gentil qui se cachait derrière. En grandissant je suis devenu un peu effronté et – certaines fois – je n’ai pas été très cool avec lui (saleté d’adolescence) ; mais les choses se sont arrangées d’elles-mêmes lorsque j’ai été en mesure de comprendre le parcours de sa vie.


Blog 2650

60e anniversaire de Grand-père (janvier 1992).


Il nous a bien fait rire Grand-père ; même ces derniers temps… un matin, lors de mon dernier séjour au Tessin, j’ai été réveillé par quelqu’un qui chantait : c’était lui, dans sa chambre (qui se trouve juste au-dessous de la mienne). J’en riais dans mon lit, surtout parce que ma Grand-mère est débarquée dans la chambre et lui a dit « Chut, tu réveilles Stefano ! ». Enfin, un moment de bonheur, surtout que ma mère était en train de rire à la cuisine.

Donc voilà, ces jours-ci je suis envahi par cette tristesse énorme, mais en même temps je me sens soulagé en pensant qu’il a arrêté de souffrir à cause de cette maladie hautement dégénérative. Mais à chaque fois que j’aurai envie de le revoir, il me suffira de penser à lui et à tous les bons moments vécus avec lui.

Bien à vous

Votre Stefano

A T und F 15/12/2010 09:34



Super joli ce que tu as écrit. Il est sans nul doute fier de toi! Je suis en chaleureuses pensées avec toi et ta famille, Stefano!



Florian 14/12/2010 11:20



Encore mes condoléances Stefano, à bientôt gros bec.



Sue 14/12/2010 09:59



Comme tu le dis, les souvenirs restent. C'est ce qui importe.


Des pensées et des bisous,


Sue.