Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La fin d'une époque...

Pendant ces derniers jours il y a un sentiment bizarre et incontrôlable qui domine mon cœur ; je ne parviens pas à m’en débarrasser et Dieu sait comme j’aimerais bien pouvoir concentrer mes efforts sur d’autres problèmes et soucis plus importants… Je sais que ce sentiment ne va pas disparaître et va s’intensifier pendant les prochaines semaines, voir pendant les prochains mois ; je parle du sentiment d’arriver à la fin de quelque chose, d’approcher les derniers ébats d’une époque, l’épilogue d’une phase de ma vie débutée en octobre 2002 avec mon déménagement à Neuchâtel.

Ce n’est pas difficile de comprendre d’où vient ce sentiment et je peux dire qu’il se justifie complètement si l’on tient compte de ce qui se passe dans ma vie et autour de ma vie ; il y a une semaine je suis entré dans celle qui va probablement être ma dernière année à l’université (en tant qu’étudiant)… si tout va comme prévu, dans une année au plus tard j’aurai ma licence et je serai en train de m’interroger sur la suite ; je sais déjà que je vais probablement ajouter un autre semestre aux 12 que j’ai passés ici pour obtenir un master à la place de ma petite licence, mais, même si l’on ajoute ce semestre, au plus tard en février 2009 ma vie d’étudiant touchera à sa fin.

Certains d’entre vous pourraient se dire « finalement il va faire quelque chose de sa vie et gagner un peu d’argent ! », mais à mes yeux il y a bien plus que cela ; pour beaucoup de gens, l’université est tout simplement une école, un choix pour une carrière brillante, mais, pour ce qui me concerne ça ne s’arrête pas là : les années que j’ai passées à l’uni ont été les meilleurs de ma vie et pas uniquement parce que j’ai passé (comme on le pense bien trop souvent) cinq années à rien faire d’autre que lire et passer mes après midis sur MSN. Ces dernières cinq années m’ont beaucoup changé et façonné d’une manière que je n’aurais jamais pu imaginer il y a six ans… Et là tout arrive au bout…

Je sais, cela pourrait sembler ridicule pour certains d’entre vous, mais je vais bientôt devoir faire face à un changement majeur, à quelque chose de nouveau et inattendu qui me fascine et inquiète à la fois ; en fait ce n’est pas le changement qui me fait peur, mais le fait d’abandonner ce que j’ai en ce moment. Et pourtant, il faut bien que cela arrive un jour ; il faut bien que je vole de mes propres ailes.

L’épilogue approche et je crains même que cela ait déjà commencé : pendant la session d’examens qui s’est déroulé durant ces dernières semaines, il y a plusieurs amies et amis qui ont commencé leur parcours universitaire avec moi qui ont fini leurs examens et qui ont soutenu leur mémoire (je tiens d’ailleurs à féliciter Sandrine et Christina pour leurs résultats… bravo les filles) ; je suis bien entendu content pour eux, mais cela veut aussi dire qu’ils ont fini et qu’ils vont quitter la faculté et que je ne les croiserai plus à la cafétéria ou à la bibliothèque (soyons honnêtes, il y avait plus de chances que je les croise à la cafet’) ; cela peut sembler très débile, mais c’est étrange de les voir partir… Et en février une deuxième partie des gens que je connais et apprécie vont les rejoindre parmi les licenciés et ceux que je ne croiserai plus à la cafétéria… Heureusement qu’il y aura des fidèles qui resteront avec moi jusqu’au bout ;O).

Et comme si cela n’était pas suffisant, d’autres choses que j’ai connues et appréciées depuis mon arrivée à Neuchâtel sont en train de changer radicalement ; l’exemple qui me vient à l’esprit c’est celui de Champréveyres… sans entrer dans les détails ici (car je ne sais pas si j’ai le droit de parler de certains détails) j’assiste en ce moment à des changements radicaux qui vont transformer cette maison qui m’a hébergé pendant quatre ans ; j’ai choisi d’être témoin de ces changements et de m’engager dans ce foyer jusqu’au bout, quoiqu’il arrive et ça va être difficile de le voir changer et évoluer… mais bon, après tout, durant ces dernières années il y a déjà eu pas mal de changements, c’est juste que là ça va être un peu plus radical :O(.

Enfin, je suis persuadé que cet état mélancolique dans lequel je suis plongé depuis quelques temps va s’estomper : je pense qu’en ce moment je me retrouve dans une période qui me pousse à la réflexion et qui me donne envie de faire des bilans et des constats de ce qui s’est passé dans ma vie pendant mes premiers 25 ans… mon anniversaire approche rapidement et je crois que cela contribue à cet humeur « mélancolique » ; j’ai envie de jeter un regard (ou plusieurs regards) sur mon passé… je suis comme ça…

Bien à vous

Votre Paadre dévoué