Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Quatre âmes se battent pour un seul corps

Quatre âmes se battent pour un seul et unique corps : le mien ! D’ailleurs il faut bien être désespéré pour se battre pour mon corps ; j’entends par là que si on se battait pour le corps d’un Brad Pitt ou d’un Jared Leto je pourrais mieux comprendre la lutte acharnée qui a lieu entre ces quatre âmes, mais là on se bat pour le corps d’un jeune homme de presque 25 ans qui rêverait d’être plus mince et musclé et avec des longs cheveux châtains. Enfin, ces quatre âmes semblent se ficher royalement de l’état du corps pour lequel elles luttent, et chacune d’entre elles fait tout ce qui est en son pouvoir pour dominer les autres. Enfin, je vais vous présenter ces quatre âmes et essayer d’exposer les raisons qui leur font croire qu’elles seraient la souveraine idéale de ce corps.

On commencera par Vintage : des quatre âmes, Vintage est celle qui a le plus récemment rejoint le combat. Vintage a envie de renouveau et cherche ce renouveau dans le retour en arrière ; rien ne ferait plus plaisir à Vintage que d’avoir la possibilité de revivre son adolescence. Ce n’est pas qu’elle (cette âme donc) n’ait pas eu d’adolescence, mais, occupée comme elle était à écouter ce que les autres attendaient d’elle, Vintage a souvent le sentiment de ne pas avoir vécu pleinement ce moment de sa vie. Le rêve de Vintage est de revenir à son adolescence mais d’éviter tous les troubles qu’elle a dû traverser depuis : en gros elle voudrait vivre sa vie de maintenant (c'est-à-dire assumer sa sexualité et son unicité) mais avoir 15 ans et toute sa jeunesse devant elle.

Donc Vintage est l’âme qui songe au renouveau et au retour en arrière, un retour en arrière qui fait très peur à Impressive, la deuxième âme. Des quatre, Impressive est celle qui réfléchit le plus et celle qui s’est toujours chargée du bagage émotionnel des quatre. Ce n’est pas qu’elle en avait toujours envie, mais elle a un peu été forcée de le faire. C’est donc elle qui veillait sur la vie sentimentale de ce pauvre corps, elle qui a dû faire le plus d’efforts lorsque ce corps a dû assumer son homosexualité et elle qui doit porter toute la douleur. Impressive est aussi l’âme qui se chargeait de parler aux autres et celle qui sait le mieux parler des quatre ; elle vit parce que les trois autres ne sont rien sans elle ! Elle vit parce qu’elle est la voix et la conscience des trois autres. Elle est à la fois la plus forte et la plus faible des quatre âmes : les trois autres voudraient la soumettre à leur contrôle, mais ne peuvent pas le faire.

Et pourtant cela pourrait sembler bizarre de dire qu’Impressive est la plus forte car on pourrait croire que ce rôle revienne tout naturellement à Paadre, la troisième des quatre âmes : il s’agit de la star du groupe, celle qui est bien dans sa peau et qui est un peu « l’idéal » des trois autres. Paadre est fort bien dans sa peau, a du succès (mais pas d’argent, on ne parle pas de Zéro Janvier là…) et a aussi un caractère assez dominateur. Hélas, Paadre n’est qu’un masque, une figure crée pour duper les autres (probablement), une façade toute belle pour cacher ce qu’il y a de plus moche. Si on devait définir le rôle de Paadre dans ce corps, on pourrait dire qu’il s’agit de l’attaché des relations publiques.

Paadre doit constamment se battre contre la dernière âme pour bien faire son boulot : et les combats entre Paadre et Stefano sont probablement les plus violents. Stefano est censé être le patron originel de ce corps, mais comme tout patron, il doit faire face aux critiques de ses dépendants : Vintage lui reproche d’avoir passé une partie de sa vie à vouloir plaire aux autres, ce qui, à son avis, l’a empêché de vivre pleinement son adolescence. De son côté, Impressive aurait souhaité que Stefano prenne plus sur lui la gestion de ses émotions et qu’il ne lui laisse pas tout le sale boulot. La dispute entre Paadre et Stefano est, comme je l’ai dit, beaucoup plus féroce : Paadre ne cesse de rappeler à Stefano qu’il pourrait être dix-mille fois mieux, qu’il pourrait être comme lui ; de son côté Stefano se rend compte que Paadre voit les choses de manière limitée et qu’il ne pourra jamais être plus qu’une façade pour ce corps.

C’est en effet grâce à Stefano que le corps est arrivé à 25 ans ; il est vrai qu’il a commis des erreurs et qu’il en est tout à fait conscient, mais à côté de cela, il a aussi fait pas mal de bonnes choses pour ce bout de chair et d’os. C’est Stefano le véritable cerveau de ce corps et même s’il délègue le domaine des émotions à Impressive, c’est lui qui gère ce qui doit être dit et ce qui doit rester enfui. Et Paadre aussi ne serait pas grand-chose si Stefano n’avait pas pris du temps pour le façonner et le transformer en véritable vedette. Et que dire de Vintage ? Eh bien, ses revendications ne plaisent guère aux trois autres et c’est celui qui a le moins de chances de remporter le combat.

Finalement Stefano reste bel et bien l’âme la plus forte et la plus dominante dans ce corps, mais il n’est hélas pas encore prêt à gouverner toute seule : en fait, il s’agit tout de même d’une âme qui a encore énormément de doutes et de questions et le fait de déléguer à Impressive et à Paadre (on évitera de mentionner Vintage) une partie de ses tâches lui convient tout à fait. Elle n’est peut-être pas prête pour gouverner seule, mais elle veut tout de même contrôler les trois autres et faire en sorte qu’il y ait entente. Peut-être que quatre âmes ne sont pas trop pour un seul corps, mais il faudrait qu’elles travaillent ensemble et qu’elles agissent suivant une seule et unique volonté. C’est facile à dire, mais assez difficile à mettre en pratique.

Bien à vous

Votre Paadre dévoué

ATF 15/08/2007 17:03

Mon cher Paadre,Je viens de lire ta réflexion, et j'ai envie d'y laisser ce commentaire, car ton texte est évidemment évocateur et invite naturellement les êtres sensibles à ressentir de l'émotion et du respect.D'une part je pense que, si on fait abstraction de tout ce qui nous entoure de manière superficielle, nous sommes beaucoup à ressentir ce que tu as si bien formulé. Dans le sens où j'ai l'impression que nous sommes tous "obligés" de se créer une sorte de délégué pour affronter une civilisation qui est - personne ne peut le nier - basée sur une proportion phénoménale de paraître et d'image. Dans cette dure facette de notre ère, nous sommes forcés de tout faire pour paraître fort et bien dans sa peau. D'autre part ton texte exprime avec beaucoup d'humilité que ce n'est pas simple de grandir lorsqu'on a derrière nous une adolescence embarassante, où nous n'avons peut-être pas pu nous amuser sans devoir se poser mille questions et savoir que dire, que ne pas dire, que faire ressortir de notre personne et que cacher pour se protéger.Si je t'exprime tout ça ici, c'est que finalement je me reconnais pas mal dans ce que tu dis. Je n'ai jamais pensé mettre des noms sur toutes ces facettes de moi qui font un peu la guerre depuis plusieurs années, mais ton texte me pousse à réfléchir là-dessus... Il y a sans doute l'ATF; celui qui écoute, qui rit, qui dessine, qui paraîtra toujours en forme, et Christophe ; celui qui doute, qui réfléchis, qui rêve, qui essaie d'évoluer au mieux pour avoir une vie chaque jour un peu plus belle...Que dire sinon te remercier de nous faire part d'une partie si intime de toi, et te dire que ces 4 personnages font de toi le Stefano que beaucoup de gens apprécient. Et que si tout le monde assumait - comme tu le fais si bien - ses joies et ses peurs, ses qualités et ses défauts, on se rendrait compte que finalement nous ne sommes de loin pas seuls dans ce combat, comment dire,... du "paraître ou ne pas être" et du "être ou ne pas paraître"... That is the question...On aura peut-être l'occasion d'en reparler au Tessin, devant un verre de Montbazillac ;o)A bientôt.Bien à toi,A T F