Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Juin-août 2013 : photos diverses

Bonsoir à toutes et à tous !

 

Le récit de mes aventures et péripéties avance à grands pas. Le mois d’août a défilé à une vitesse folle, entre anniversaires, soirées en ville et beaucoup d’heures de travail sur les dossiers de Meyriez ; avant de passer à la suite, je souhaite m’arrêter encore une fois sur le trimestre écoulé et vous proposer un petit florilège de photos qui ont été prises à différentes occasions durant les mois de juin, juillet et août.

 

Parmi ces clichés, il y en a quelques-uns qui retracent la « fin de Meyriez », la diminution de la masse de travail, mais aussi les « belles » surprises que l’on pouvait trouver dans les dossiers… Cette aventure professionnelle aura vraiment marqué les premiers huit mois de cette année de manière indélébile…

 

Mais rassurez-vous : cette série n’est pas entièrement consacrée à Meyriez. En fait, il y a également des photos qui ont été prises à d’autres moments clé : il y a, par exemple, une photo de Benoît et son groupe (les Maverick : achetez leur CD !) prise durant le concert qu’ils ont donné à Fribourg dans le cadre de la Fête de la Musique, ou bien une photo de Thierry, Fred et Murielle prise devant le Palais fédéral le jour où nous nous sommes rendus à Berne pour voir « Qin », l’impressionnante exposition consacrée à l’empereur chinois qui a fait construire la célèbre armée de terre cuite.

 

Cette exposition aurait certainement mérité un article à part entière, mais il n’était pas possible de prendre des photos au cours de la visite et je pense qu’un texte sans images ne lui aurait pas rendu justice. Un autre événement qui aurait mérité un « vrai » article a été le concert de Woodkid au Montreux Jazz Festival que j’ai vu avec Florian, Mano, Fiona et Sophie ; il était interdit de prendre son appareil photos dans la salle et les images que j’ai volées avec mon téléphone sont vraiment de mauvaise qualité car nous étions assez éloignés de la scène. C’est vraiment dommage car le concert a été exceptionnel, mais sans les photos…  

 

Enfin, trêve de bavardages : je vous laisse découvrir les images. 

 

Bien à vous

 

Votre Stefano

Parfois, on retrouvait des mauvaises surprises dans les dossiers de Meyriez…

Parfois, on retrouvait des mauvaises surprises dans les dossiers de Meyriez…

… cette jolie « surprise » a occupé notre brave David pendant un après-midi entier.

… cette jolie « surprise » a occupé notre brave David pendant un après-midi entier.

21 juin : l’Hôtel de ville de Fribourg.

21 juin : l’Hôtel de ville de Fribourg.

La tour de la cathédrale de Saint Nicolas.

La tour de la cathédrale de Saint Nicolas.

Fête de la musique (21.6) : le groupe Maverick sur scène. Achetez leur CD !

Fête de la musique (21.6) : le groupe Maverick sur scène. Achetez leur CD !

30 juin : derniers instants dans l’appartement de Flo et Mano à La Tcho.

30 juin : derniers instants dans l’appartement de Flo et Mano à La Tcho.

1 juillet : photo prise depuis le toit de l’HFR.

1 juillet : photo prise depuis le toit de l’HFR.

9 juillet : concert de Woodkid au Montreux Jazz Festival. Une tuerie !

9 juillet : concert de Woodkid au Montreux Jazz Festival. Une tuerie !

13 juillet : à la gare de Bienne, en revenant des Médiévales.

13 juillet : à la gare de Bienne, en revenant des Médiévales.

27 juillet : journée à Berne avec les collègues (visite de l’exposition Qin).

27 juillet : journée à Berne avec les collègues (visite de l’exposition Qin).

6 août : journée de travail intense au Scanning. Hauteur de pile record : 76 cm.

6 août : journée de travail intense au Scanning. Hauteur de pile record : 76 cm.

13 août : les derniers cartons de dossiers de Meyriez sont amenés au bureau. La fin est proche…

13 août : les derniers cartons de dossiers de Meyriez sont amenés au bureau. La fin est proche…

14 août : grillade (très attendue) avec les collègues.

14 août : grillade (très attendue) avec les collègues.

La cinquième tentative aura donc été la bonne…

La cinquième tentative aura donc été la bonne…

Vendredi 23 août, 17 heures : allez ! Un dernier petit effort !  On arrive au bout de Meyriez !

Vendredi 23 août, 17 heures : allez ! Un dernier petit effort ! On arrive au bout de Meyriez !

31 août : jeux de lumières et d’eau à la Braderie.

31 août : jeux de lumières et d’eau à la Braderie.

Danseuses.

Danseuses.

24 août 2013 : premier anniversaire des 29 ans de Julienne

Bonsoir à toutes et à tous !

 

Pour commencer dignement cette semaine, je vais vous parler d’un des « highlights » du mois d’août, à savoir le petit pique-nique que Julienne a organisé le samedi 24 pour fêter dignement le premier anniversaire de ses vingt-neuf ans. Cela faisait plusieurs mois que j’attendais cette journée, un événement très select auquel seuls quelques privilégiés étaient conviés, et je peux vous assurer qu’elle a été à la hauteur de mes attentes.

 

C’est à la cabane du stand de tir de Bevaix que Julienne a donné rendez-vous à ses invités pour sa fête d’anniversaire, une très jolie bâtisse dans les hauteurs de la commune, en pleine nature, qui, avec sa grande table en bois sous une pergola débordante de feuilles de vigne, fournissait le cadre idéal pour des grillades en plein air ; malheureusement, la météo n’a pas été de notre côté et Julienne a donc dû se replier sur son plan b et transformer la grillade en un pique-nique/buffet à l’intérieur de la cabane. Il est clair que nous aurions bien aimé manger dehors et profiter du soleil tout en grignotant notre bout de saucisse, mais Ju nous a tellement gâtés qu’il n’y a pas lieu de regretter ce mauvais tour que la météo nous a joué ; le buffet était tellement riche et varié qu’on ne savait pas par quoi commencer et - bien évidemment - j’ai un peu abusé avec la nourriture (par contre, du point de vue de l’alcool, je suis resté raisonnable).

 

La nourriture et les boissons n’étaient pas les seules choses de qualité : il y avait aussi les invités ! Nous n’étions pas très nombreux et je connaissais déjà pratiquement tout le monde (à part Richard, le copain à Lucie). On était une chouette équipe et ce fut très agréable de passer l’après-midi en compagnie de ces personnes qui comptent autant pour Julienne ; de plus que le petit Maxim, le fils à Mylène et Beat égayait encore davantage cette grise journée avec sa joie de vivre communicative ; il fallait tout simplement le voir courir et sautiller sous la pluie battante, avec un sourire jusqu’aux oreilles…

 

En somme, une grande journée qui restera à jamais gravée dans ma mémoire.

 

Bien à vous

 

Votre Stefano

La vue depuis les fenêtres de la cabane.

La vue depuis les fenêtres de la cabane.

Au cas où on oubliait qu’on est dans la cabane de la Compagnie des mousquetaires…

Au cas où on oubliait qu’on est dans la cabane de la Compagnie des mousquetaires…

Dommage qu’il pleuvait et que nous n’avons pas pu profiter de cette belle pergola…

Dommage qu’il pleuvait et que nous n’avons pas pu profiter de cette belle pergola…

Beat et le petit Maxim.

Beat et le petit Maxim.

Le sœur et la mère à Julienne en pleine conversation.

Le sœur et la mère à Julienne en pleine conversation.

Lucie en mode « chasse aux mouches ».

Lucie en mode « chasse aux mouches ».

Il y en a un qui s’est délecté sous la pluie qui tombait à flots…

Il y en a un qui s’est délecté sous la pluie qui tombait à flots…

… sous le regard attentif et amusé de sa marraine.

… sous le regard attentif et amusé de sa marraine.

24 août 2013 : premier anniversaire des 29 ans de Julienne
24 août 2013 : premier anniversaire des 29 ans de Julienne
Mais que font Julienne et Maxim ?

Mais que font Julienne et Maxim ?

Mylène et Mattia.

Mylène et Mattia.

L’heure d’ouvrir les cadeaux a sonné.

L’heure d’ouvrir les cadeaux a sonné.

Enfin, il faut d’abord commencer par la carte, avec toutes ces belles photos…

Enfin, il faut d’abord commencer par la carte, avec toutes ces belles photos…

Lucie et son père.

Lucie et son père.

Mais quel beau bracelet !

Mais quel beau bracelet !

La petite famille se remet en route pour rentrer dans ses contrées éloignées.

La petite famille se remet en route pour rentrer dans ses contrées éloignées.

La vue s’est dégagée : à présent on voit même les Alpes.

La vue s’est dégagée : à présent on voit même les Alpes.

Photo de groupe : Julienne, ses parents, sa sœur, son homme et Stéph.

Photo de groupe : Julienne, ses parents, sa sœur, son homme et Stéph.

Deuxième photo de groupe avec votre serviteur en bonus.

Deuxième photo de groupe avec votre serviteur en bonus.

16 août 2013 : soirée aux Buskers

Bonsoir à toutes et à tous !

 

La semaine des Buskers est un temps fort incontournable de la vie mondaine neuchâteloise, une occasion (s’il fait beau) de se promener dans les rues de la vieille ville et de découvrir des artistes talentueux dont on ne pourrait probablement pas profiter autrement ; le festival est principalement animé par des musiciens, mais une partie des saltimbanques qui envahissent les rues neuchâteloises propose également des numéros de danse, de jonglage ou de magie mais qui restent toutefois liés à la musique. Les Buskers sont aussi l’occasion de rencontrer du beau monde et puis, pour Julienne et moi, c’est devenu une sorte de tradition de sortir au moins un soir ensemble en ville pour boire un ou deux verres et profiter de l’ambiance un peu surréaliste qui règne en ville.

 

Il faut dire que j’ai déjà pu profiter un tout petit peu de l’ambiance festive des Buskers le jeudi en fin d’après-midi, après que Christophe m’a fait visiter les Archives d’Etat de Neuchâtel ; en effet, une fois sortis du Château, nous nous sommes offerts une glace à la « Gelateria », glace que nous avons dégustée vers la Fontaine de la Justice, où nos oreilles ont été captivées par deux groupes, un du nord de la France et l’autre (qui porte le nom de Grand-mère indigne) de la région de Neuch. Mais jeudi soir, je ne me suis pas trop attardé dans les rues car j’avais encore des courses à faire.

 

Par contre, le lendemain soir, après un petit souper très convivial chez moi, Christophe et Loïc (qui, d’abord, voulait rentrer à Fribourg, mais qui a eu un petit souci de bus, et a donc fini par se joindre à nous) et moi avons retrouvé Julienne, Stéphanie et Laurence au centre-ville où nous avons écouté un peu de musique, bu quelques verres, discuté et bien ri (avec Bibi, impossible de ne pas piquer au moins un fou-rire…). Parmi les spectacles que nous avons vu, il y a celui d’un trio de musiciens russes (il me semble qu’ils étaient Russes… dans tous les cas, ils venaient d’un pays de l’Est) dont tout le monde parlait ; c’était un grand moment de Musique qui a été accueilli par une standing ovation.

 

Voilà, pour ce soir je m’arrête ici. Bien à vous

 

Votre Stefano

Bibi ne loupe pas une syllabe de ce que Stéphanie est en train de lui raconter.

Bibi ne loupe pas une syllabe de ce que Stéphanie est en train de lui raconter.

L’heure des confessions a sonné pour Laurence et Christophe.

L’heure des confessions a sonné pour Laurence et Christophe.

Non, nous ne sommes pas perdus dans notre propre ville : on cherche juste où aura lieu le prochain spectacle… Pas facile avec ce petit programme…

Non, nous ne sommes pas perdus dans notre propre ville : on cherche juste où aura lieu le prochain spectacle… Pas facile avec ce petit programme…

Loïc vient juste de rater le dernier train, mais ne se laisse pas abattre pour autant

Loïc vient juste de rater le dernier train, mais ne se laisse pas abattre pour autant

Un très beau cliché de Julienne.

Un très beau cliché de Julienne.

L’équipe en pleine conversation.

L’équipe en pleine conversation.

Au bout de moult péripéties (et de quelques verres), nous avons finalement retrouvé les artistes qu’on voulait voir.

Au bout de moult péripéties (et de quelques verres), nous avons finalement retrouvé les artistes qu’on voulait voir.

11 août 2013 : promenade dominicale

Bonsoir à toutes et à tous !

 

Dans l’article que je souhaite vous proposer ce soir, je souhaite vous parler d’une belle journée que j’ai passée en compagnie de mon collègue Thierry et de David, un des civilistes qui a travaillé en Chancellerie au cours de cette année et qui a grandement contribué à la préparation des dossiers de Meyriez, non seulement par son efficacité et son dévouement, mais aussi par sa bonne humeur et ses nombreux délires. Au cours de cette belle journée d’août, David nous a fait découvrir quelques trésors du Val-de-Travers et de la vallée de la Brévine, deux régions que je connais relativement mal, même si elles ne sont pas très loin de Neuchâtel. Il faut dire que David aime son Vallon ; on le ressent à chaque fois qu’il en parle et cette promenade nous a prouvé (était-ce encore nécessaire ?) qu’il est un grand connaisseur de sa région.

 

Les retrouvailles entre Thierry, votre serviteur et notre ancien collègue ont eu lieu à la gare de Fleurier ; c’est là que David nous attendait, avec son père, engagé pour l’occasion pour nous conduite au point de départ de notre excursion ; mais avant de faire cela, David et son père (qui aime et connaît le Val-de-Travers autant que son fils, voire plus) ont tenu à faire un petit crochet par Saint-Sulpice pour nous montrer les source de l’Areuse, la célèbre rivière neuchâteloise très connue pour ses gorges. Ce crochet vers les sources a été très intéressant et il faut dire qu’on ne peut qu’être impressionnés face aux travaux qui ont été effectués autour des sources : en effet, on a construit un petit barrage qui retient les eaux et en régule l’écoulement (bon, il paraît qu’en cas de fortes pluies l’eau passe par-dessus le barrage).

 

Après ce premier crochet, David et son père nous ont également montré le dépôt des trains à vapeur qui circulent encore aujourd’hui - de temps en temps - entre Saint-Sulpice et Travers ; au passage, on nous a montré d’autres choses intéressantes qui témoignent du passé industriel très riche de la région, car il ne faut pas oublié que le Vallon s’est beaucoup industrialisé au cours des XIXe et XXe siècles. Après ce petit passage au dépôt des trains, le père à David nous a menés jusqu’au point de départ de notre excursion, quelque-part dans les hauteurs de Fleurier et Saint-Sulpice, tout près de la ferme de la famille Gfeller qui s’est récemment illustrée dans un épisode du « Dîner à la Ferme » (pour les non-Romands, il s’agit d’une version helvétique beaucoup moins trash du « Dîner presque parfait »).

 

Nos pas nous ont d’abord conduit à la grotte de la Baume, une grotte naturelle qui se développe sur plusieurs dizaines de mètres dans le sous-sol et qui est très appréciée par les spéléologues ; ensuite, après une pause déjeuner prise en forêt sur une belle table en bois, nous avons poursuivi notre route en direction d’un petit alpage appelé les Fontenettes, avant de descendre vers la vallée de la Brévine ; une fois arrivés sur le fond de la vallée (ce qui ne prend pas beaucoup de temps car ce n’est pas une vallée très profonde), nous avons pris un café chez Bichon, puis nous avons encore marché jusqu’au lac des Taillères où nous avons retrouvé le père à David venu nous chercher pour nous ramener à Fleurier ; toutefois, avant de retourner au Val-de-Travers, nous avons fait un dernier crochet par la Glacière de Monlési, une glacière naturelle exploitée depuis des centaines d’années (on m’a dit que sa glace était envoyée très loin) ; en gros, ils s’agit d’une cavité de plusieurs mètres de profondeur où on retrouve de la glace qui ne fond jamais et qui se régénère grâce aux précipitations de pluie et de neige. C’était un spectacle naturel auquel je n’avais jamais assisté et qui m’a laissé complètement émerveillé.

 

Après cette dernière visite surprenante, nous avons repris la route pour Fleurier où Thierry et moi avons été invités souper par les parents à David. J’ai vraiment passé une journée merveilleuse ! J’ai été ravi de découvrir les endroit qu’on m’a montrés et d’écouter ce que David et son père (que je tiens encore une fois à remercier pour nous avoir accueilli et nous avoir ouvert les portes de leur maison ; ce sont des personnes en or, avec le cœur sur la main qui nous ont fait sentir comme si on était à la maison) avaient à me dire par rapport à cette région que - à présent - j’ai l’impression de mieux connaître. J’espère avoir bientôt à nouveau l’occasion de revoir la vallée de la Brévine et le lac des Taillères car c’est un véritable coin de paradis ; bon, je dis cela car je m’y suis rendu en été… je pense que mon point de vue aurait été quelques peu différents si j’y avait été pendant l’hiver ; car la Brévine est aussi connue pour être la Sibérie de la Suisse, c’est à savoir l’endroit où on enregistre chaque hiver les températures les plus basses du pays (jusqu’à –40 °C)… Mais ce dimanche 11 août il faisait un temps magnifique, donc aucun risque de geler sur place.

 

Voilà, j’arrive au bout de cet article ; je vous laisse, comme d’habitude, à une petite sélection de photos.

 

Bien à vous

 

Votre Stefano

Le barrage construit devant les sources de l’Areuse pour retenir ses eaux.

Le barrage construit devant les sources de l’Areuse pour retenir ses eaux.

Une autre vue du barrage.

Une autre vue du barrage.

Détail d’un des trains à vapeur garés au dépôt de Saint-Sulpice.

Détail d’un des trains à vapeur garés au dépôt de Saint-Sulpice.

Un des vieux train à vapeur qui relient Travers à Saint-Sulpice.

Un des vieux train à vapeur qui relient Travers à Saint-Sulpice.

Rails.

Rails.

Saint-Sulpice, son école et l’Areuse.

Saint-Sulpice, son école et l’Areuse.

Une jolie tradition : la souche de chaque arbre coupé reçoit une petite statue.

Une jolie tradition : la souche de chaque arbre coupé reçoit une petite statue.

Vers la grotte de la Baume : des vieux murets en guise de clôture.

Vers la grotte de la Baume : des vieux murets en guise de clôture.

Sapins.

Sapins.

Route de montagne, pas très loin de la grotte de la Baume.

Route de montagne, pas très loin de la grotte de la Baume.

Un chemin à travers les sapins.

Un chemin à travers les sapins.

Les Fontenettes (1200 m).

Les Fontenettes (1200 m).

Les Fontenettes (1200 m).

Les Fontenettes (1200 m).

Descente vers la vallée de la Brévine.

Descente vers la vallée de la Brévine.

Notre destination suivante : le restaurant Chez Bichon (à droite).

Notre destination suivante : le restaurant Chez Bichon (à droite).

On profite de cette journée magnifique pour avancer avec les travaux agricoles…

On profite de cette journée magnifique pour avancer avec les travaux agricoles…

David, Thierry et moi arrivons enfin chez Bichon.

David, Thierry et moi arrivons enfin chez Bichon.

Petit coup d’œil sur la vallée de la Brévine.

Petit coup d’œil sur la vallée de la Brévine.

Deux copines nous ont encouragés lors de notre passage devant leur enclos.

Deux copines nous ont encouragés lors de notre passage devant leur enclos.

Le lac des Taillères.

Le lac des Taillères.

Un endroit vraiment sublime et calme.

Un endroit vraiment sublime et calme.

Reflets de soleil sur l’eau.

Reflets de soleil sur l’eau.

Ca donne envie de se baigner… et l’eau ne paraissait pas trop froide.

Ca donne envie de se baigner… et l’eau ne paraissait pas trop froide.

Barque.

Barque.

Une dernière photo du lac pour la route…

Une dernière photo du lac pour la route…

La glacière de Monlési.

La glacière de Monlési.

De la glace naturellement formée, et cela pendant toute l’année.

De la glace naturellement formée, et cela pendant toute l’année.

Et, pour terminer, un petit cliché de votre serviteur devant la Glacière.

Et, pour terminer, un petit cliché de votre serviteur devant la Glacière.

31 juillet - 4 août 2013 : Fête nationale Tessin

Bonsoir à toutes et à tous !

 

Voilà que j’entame enfin le mois d’août ! Le rattrapage a porté ses fruits et - à l’heure actuelle - je n’ai plus qu’une poignée d’articles de retard, ce qui est déjà plus acceptable que de relater des faits qui se sont passés en janvier au mois de juin…

 

Mais revenons à nos moutons : ce soir je souhaite vous proposer une petite série de photos que j’ai prises lors de mon dernier séjour au Tessin, du 31 juillet au 4 août. Dans cette sélection, il y a notamment des essais plus ou moins concluants que j’ai faits lors d’une promenade entre notre chalet et le désormais célèbre (du moins sur ce site) Motto della Croce ; mon but était de mieux maîtriser les modes manuels de mon nouvel (enfin, cela fait plus d’une année que je l’ai, donc il n’est plus tout à fait neuf) appareil photo. Loin de moi l’idée d’évaluer la qualité de mon travail, mais j’estime que ces clichés sont assez satisfaisants.

 

En plus de ces essais, il y a aussi trois photos que j’ai prises avec mon téléphone portable en me baladant dans les rues de Bellinzona le vendredi après-midi lorsqu’il faisait très chaud et je cherchais à me rafraîchir ; c’est ainsi que mes pas, après m’avoir conduit chez le meilleur glacier du canton, m’ont mené jusqu’au bord de la rivière, tout en passant par la cour ombragée de mon ancienne école primaire.

 

Ce long week-end du 1er août au Tessin a été très sympathique ; il faisait un temps magnifique et j’en ai bien profité : le jeudi, jour de notre Fête nationale, j’ai passé l’après-midi à la piscine (la même piscine communale pendant laquelle j’ai travaillé plusieurs étés pendant mes années « lycée »), puis le soir j’ai retrouvé mon frère, mon cousin Matteo et un ami à eux pour boire des verres et regarder les feux d’artifice (fin de soirée très alcoolisée à « la Clava »). Le vendredi en début de soirée je suis allé au chalet avec mes parents et le lendemain soir j’ai été convié par mon cousin Luca à une grillade qu’il a organisé pour fêter la fin de son école de recrue ; ce fut une soirée très sympa, même si j’ai vraiment trop mangé et j’étais bien plus vieux que le reste de l’équipe. En somme, ce week-end qui devait être tranquille ne l’a pas du tout été…

 

Bien à vous

 

Votre Stefano

La plaine de Magadino vue depuis le lieu-dit Cortasell.

La plaine de Magadino vue depuis le lieu-dit Cortasell.

Sapinière.

Sapinière.

Non, ce n’est pas une photo de Prada (pour une fois)…

Non, ce n’est pas une photo de Prada (pour une fois)…

… c’est une maison abandonné entre notre chalet et le « Motto ».

… c’est une maison abandonné entre notre chalet et le « Motto ».

Quand la Nature reprend ses droits…

Quand la Nature reprend ses droits…

La vallée Riviera, qui s’étend entre Bellinzona et Biasca.

La vallée Riviera, qui s’étend entre Bellinzona et Biasca.

Bellinzona vue du haut : Artore, mon charmant village est en bas à gauche.

Bellinzona vue du haut : Artore, mon charmant village est en bas à gauche.

Sur le chemin de retour : un paysage presque féerique.

Sur le chemin de retour : un paysage presque féerique.

Notre chalet à la montagne : toujours en travaux…

Notre chalet à la montagne : toujours en travaux…

Des beaux tableaux de Bellinzona dans la cour de mon ancienne école primaire.

Des beaux tableaux de Bellinzona dans la cour de mon ancienne école primaire.

Les « Scuole Nord », l’école dans laquelle j’ai fait les trois dernières années du cycle primaire ; ma salle de classe était la première sur la droite.

Les « Scuole Nord », l’école dans laquelle j’ai fait les trois dernières années du cycle primaire ; ma salle de classe était la première sur la droite.

Au bord du Tessin, la rivière qui a donné son nom à mon canton d’origine.

Au bord du Tessin, la rivière qui a donné son nom à mon canton d’origine.

20-25 juillet 2013 : derniers jours de Florian et Suisse

Bonsoir à toutes et à tous !

 

Avec ce nouvel article, je reviens sur un des moments les plus déchirants de ces derniers mois, à savoir le départ de Florian pour Montréal. Je ne vais pas vous parler ici du tourbillon de pensées et de réflexions que cet événement a éveille en moi car j’estime qu’un article ad hoc serait plus indiqué ; non, ici je me contenterai tout simplement de partager avec vous quelques images que j’ai prises lors de sa grillade de départ, ainsi que deux photos prises au cours de la dernière soirée que notre Floppy a passé en terre helvétique.

 

La grillade a eu lieu le samedi 20 juillet dans le jardin de Nicolas et Carole ; tout le gratin de l’entourage à Florian était présent : il y avait nos hôtes, Fiona, Johann, plusieurs camarades de classe de Flo, ainsi que (évidemment !) Manoel et moi ; parmi les grands absents : Coralya, qui était en vacances, Sophie, Coraline et Thomas (ces deux derniers étaient de la partie le soir qui a précédé le grand départ). L’ambiance était au rendez-vous, avec des rires, des discussions plus ou moins sérieuses, des bonnes grillades et de la bière (!) ; à la nuit tombée, une équipe menée par Stéphane - l’ancien collègue de Florian qui m’avait convié à sa soirée de Nouvel An - a débarqué et a contribué à mettre encore plus d’ambiance.

 

Le programme de la dernière soirée a été beaucoup plus « improvisé », mais autant riche en émotions ; après un premier verre sur la terrasse du Café du Coin, nous avons soupé à la Brasserie de la Fontaine, avant de terminer la soirée (enfin, pour Mano et moi qui avions encore de la route pour rentrer) avec une bonne bière sur la terrasse de l’Entre-Deux. Le comité était aussi plus restreint et comprenait des personnes qui n’étaient pas de la partie le 20, et notamment Coraline, Thomas, Raymonde et Arnaud un pote/collègue de travail de Thomas. Nous avons passé une soirée très agréable et - pour tout vous dire - on n’avait pas du tout l’impression que, dès le lendemain matin, Florian serait de l’autre côté de l’Atlantique…

 

Enfin, pour ce soir je vais m’arrêter ici.

 

Bien à vous

 

Votre Stefano

Petit souvenir du 18 août 2012…

Petit souvenir du 18 août 2012…

Florian, Carole et Nico (nos hôtes impeccables), Mika et Mano.

Florian, Carole et Nico (nos hôtes impeccables), Mika et Mano.

Flo entouré de quelques-uns de ses amis et de ses proches.

Flo entouré de quelques-uns de ses amis et de ses proches.

Je sais, cette photo est un peu floue, mais je la trouve rigolote.

Je sais, cette photo est un peu floue, mais je la trouve rigolote.

La star de la soirée.

La star de la soirée.

Mais qu’est-ce que Johann est en train de raconter ?

Mais qu’est-ce que Johann est en train de raconter ?

Dans tous les cas, le sujet semble beaucoup intéresser Mano…

Dans tous les cas, le sujet semble beaucoup intéresser Mano…

La nuit tombée, une équipe menée par Stéphane a débarqué pour mettre l’ambiance… et cela jusqu’au bout de la nuit !

La nuit tombée, une équipe menée par Stéphane a débarqué pour mettre l’ambiance… et cela jusqu’au bout de la nuit !

Johann, Nico et Gianni autour du feu.

Johann, Nico et Gianni autour du feu.

25 juillet : dernière soirée de Floppy en Suisse.

25 juillet : dernière soirée de Floppy en Suisse.

Photo de groupe devant l’Entre-deux : Flo, Mano, Coraline, Thomas et Arnaud.

Photo de groupe devant l’Entre-deux : Flo, Mano, Coraline, Thomas et Arnaud.

13 juillet 2013 : tour du lac de Gruyère

Bonsoir à toutes et à tous !

 

Ce soir je vais vous parler d’une autre promenade que j’ai faite avec mes collègues de la Chancellerie ; certains d’entre vous vont penser que je passe mon temps à me promener, mais je vous assure que ce n’est pas le cas… le hasard a voulu que deux articles concernant des balades dans deux beaux recoins de Fribourg soient publiés par ici avec quelques jours d’intervalle ; en réalité, un mois s’est écoulé entre l’ascension à la tour du Gibloux et le tour du lac de Gruyère et les équipes avec lesquelles j’ai découvert ces beaux endroits étaient complètement différentes ; seuls Thierry et moi avons participé aux deux ; David avait aussi été convié à la deuxième promenade, mais il a décliné l’invitation, principalement à cause du fait qu’on la faisait un samedi et qu’il n’avait pas très envie de quitter Fleurier (de plus qu’il y avait des travaux sur la ligne entre Neuchâtel et Marin-Epagnier et que - du coup il aurait dû prendre un train jusqu’à Neuch., un bus de remplacement de la gare de Neuch. à Marin-Epagnier, ainsi qu’un train de Marin à Fribourg… une vraie sinécure !).

 

Du coup, nous nous sommes retrouvés entre titulaires. Nous étions au grand complet et il y a même Michel, le compagnon à Marie-Jo, et Daniel, le mari à Rose. C’était la première fois qu’on faisait une sortie tous ensemble et je peux vous dire que c’était très chouette ; nous avons bien rigolé et je peux vous dire que j’ai passé une très bonne journée, pendant laquelle j’ai découvert quelques beaux coins de la Gruyère, une région que je connais encore très mal et qui mérite sans doute d’être découverte.

 

Pour ceux qui ne connaissent pas le Canton de Fribourg, il faut savoir que le lac de Gruyère (qui ne doit pas son nom au célèbre fromage, mais au district dans lequel il est situé) n’est pas un lac naturel, mais le résultat de la construction du barrage de Rossens (une petite commune du district de la Sarine) au milieu du XXe siècle ; ce barrage a donc créé un lac artificiel qui a submergé toute la vallée située entre ledit village de Rossens et la commune de Broc, célèbre partout dans le monde à cause de la chocolaterie Cailler ; par ailleurs, la montée des eaux obligea les habitants de Pont-la-Ville à quitter leurs maisons et à reconstruire le village un peu plus en hauteur. Le niveau du lac varie assez fortement au cours de l’année en fonction des purges du barrage et de la fonte des neiges ; c’est ainsi que l’île d’Ogoz, sur laquelle se trouvent les ruines du château portant le même nom,  n’est pas une île tout le long de l’année et - pendant plusieurs mois - on peut l’atteindre à la marche.

 

Notre promenade n’est pas passée par l’île d’Ogoz ; en effet, les plus courageux d’entre nous, à savoir Thierry, Michel et moi, sont partis du pont de Corbières et ont suivi le sentier qui borde le lac, du côté de Villarvolard et de Botterens, jusqu’à Broc, où ils ont retrouvé le reste de l’équipe. Ensuite, après un pique-nique très sympathique dans un parc en face de la chocolaterie, nous avons tous repris le chemin en direction du pont de Corbières, en parcourant cette fois le sentier du côté de Morlon.

 

La première partie du parcours est un peu plus accidentée que la deuxième : il y a quelques montées et quelques sorties assez raides qui nous ont bien fait transpirer par ce magnifique jour d’été ; mais - en même temps - une grande partie du parcours jusqu’à Broc est ombragé ; c’est juste vers la fin, vers Botterens que le chemin sort du bois et quitte le bord du lac en obligeant le promeneur à faire un détour à travers le village avant de descendre vers la fabrique électrique de Broc. La deuxième partie du parcours présente des pentes plus douces, avec des bouts de chemin en forêt, un camping avec buvette à mi-chemin, des plages et des petits ports de plaisance ; il faut dire que du côté de Morlon la morphologie du territoire et beaucoup plus douce que du côté de Botterens où le Lac mouille déjà les pieds des Préalpes.

 

Le rythme de marche était assez tranquille. Nous avons pris notre temps pour admirer le paysage, reprendre notre souffle et de profiter d’une météo exceptionnelle ; nous sommes arrivés au pont de Corbières peu après 16 heures ; là, nous avons repris les voitures et nous nous sommes tous retournés à Broc où une partie des collègues avaient laissé leur véhicules ; arrivés sur le parking de la chocolaterie, l’équipe a décidé d’aller boire un dernier verre sur la magnifique terrasse du Vignier ; hélas, je n’ai pas pu les accompagner car je devais prendre un train pour Saint-Ursanne vers 17h30 à Fribourg afin de me rendre aux Médiévales avec Julienne.

 

Voilà. Avant de vous quitter, je vous laisse à quelques clichés qui illustrent cette promenade.

 

Bien à vous

 

Votre Stefano

Un aperçu du lac depuis la forêt qui pousse sur sa rive entre Corbières et Villarvolard.

Un aperçu du lac depuis la forêt qui pousse sur sa rive entre Corbières et Villarvolard.

Clair-obscur.

Clair-obscur.

Un bref regard en direction du Moléson (le troisième sommet à droite).

Un bref regard en direction du Moléson (le troisième sommet à droite).

Le lac de Gruyère dans toute sa splendeur.

Le lac de Gruyère dans toute sa splendeur.

L’été c’est aussi le temps des foins et des regains…

L’été c’est aussi le temps des foins et des regains…

Le charmant (et mondialement célèbre) village de Broc sur sa colline.

Le charmant (et mondialement célèbre) village de Broc sur sa colline.

Champ de blé vers l’usine électrique de Broc.

Champ de blé vers l’usine électrique de Broc.

Encore un cliché du même champ de blé.

Encore un cliché du même champ de blé.

L’usine électrique de Broc, à quelques pas seulement de la chocolaterie Cailler.

L’usine électrique de Broc, à quelques pas seulement de la chocolaterie Cailler.

Derrière cette colline se cache le sympathique village de Morlon.

Derrière cette colline se cache le sympathique village de Morlon.

Après un pique-nique en face de la chocolaterie à Broc et un café au camping près de Morlon, la Joyeuse Equipe reprend la route en direction du pont de Corbières.

Après un pique-nique en face de la chocolaterie à Broc et un café au camping près de Morlon, la Joyeuse Equipe reprend la route en direction du pont de Corbières.

De l’autre côté du lac on devine Botterens, localité très connue pour ses meringues.

De l’autre côté du lac on devine Botterens, localité très connue pour ses meringues.

Le lac.

Le lac.

La maison de mes rêves ! Et le panorama qui va avec !

La maison de mes rêves ! Et le panorama qui va avec !

Un paysage très bucolique : l’idéal pour se détendre et se ressourcer.

Un paysage très bucolique : l’idéal pour se détendre et se ressourcer.

Un paysage typiquement fribourgeois.

Un paysage typiquement fribourgeois.

La Joyeuse Equipe fait une petite halte avant d’affronter le dernier bout de route.

La Joyeuse Equipe fait une petite halte avant d’affronter le dernier bout de route.

Le pont de Corbières, notre destination finale.

Le pont de Corbières, notre destination finale.

La journée étant splendide, beaucoup de personnes ont sorti leur bateau.

La journée étant splendide, beaucoup de personnes ont sorti leur bateau.

Le château de Corbières (en blanc sur la droite de la photo).

Le château de Corbières (en blanc sur la droite de la photo).

Un dernier petit effort : nous sommes presque arrivés à la voiture !

Un dernier petit effort : nous sommes presque arrivés à la voiture !

Corbières et son château. Ce village me paraît très chouette : à visiter !

Corbières et son château. Ce village me paraît très chouette : à visiter !

Un dernier cliché pour la route : on aperçoit tout au fond la tour du Gibloux.

Un dernier cliché pour la route : on aperçoit tout au fond la tour du Gibloux.