Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

5 novembre 2005 - Assemblée constitutive de Happy Gays

 

 

Bonsoir à toutes et à tous !

Ce soir je souhaite vous ouvrir encore une fois les portes de mes archives photographiques afin de vous présenter quelques clichés qui ont été pris le 5 novembre 2005, lors de l’assemblée constitutive de l’association Happy Gays. C’est en effet ce jour-là qu’un groupe d’amis a souhaité rendre plus « officielle » sa démarche d’aide au coming-out. Tout avait commencé quelques mois plus tôt avec quatre amis unis par la même orientation sexuelle qui ont décidé de créer le groupe d’amis qui deviendra Happy Gays, afin de passer des bons moments en compagnie de personnes qui le comprennent et partagent les tracas quotidiens liés à l’homosexualité. Ce quatuor s’est ensuite élargi pour accueillir de nouvelles personnes dont moi-même (j’ai officiellement été admis dans le groupe le jour de la Pride de Lucerne). Puis certains membres du groupe ont souhaité créer une association plus sérieuse et crédible, qui puisse être un point de référence pour les jeunes gays et lesbiennes du Canton de Neuchâtel. C’est pour cette raison que nous nous sommes retrouvés ce jour-là au Café du théâtre : pour fonder Happy Gays.


Blog 2843

L’assemble constitutive.


Blog 2844

Ça bosse dur…


Blog 2845

Alain, le premier Président…


Blog 2846

… et son successeur ;O).

Bien à vous

Votre Stefano

5 novembre 2005 - soirée en ville

Bonsoir à toutes et à tous !

Ce soir j’ai envie d’ouvrir à nouveau les portes de mes archives photographiques et vous proposer quelques clichés qui ont été pris le 5 novembre 2005 lors d’une soirée fort agréable que j’ai passé avec quelques copains dans un pseudo-bar à cocktails qui venait d’ouvrir au-dessus du mythique Café des moulins (plus connu sous le nom « le Débit »). A l’instar de da plupart de nouveaux bars ouverts à Neuchâtel au cours de ces dernières années, ce petit bistrot au charme indéniable, mais dont je ne me souviens malheureusement pas le nom, n’a pas fait long feu ; il n’a même pas eu le temps de faire des vagues dans la vie nocturne extraordinaire de la ville. Enfin, il nous aura au moins permis de passer une bonne soirée (et ce n’est pas un mérite que j’attribuerais à n’importe quel bar neuchâtelois).


Blog 2838

Samuel et moi.


Blog 2839

Moi-même...


Blog 2840

Christophe.


Blog 2841

Alain.


Blog 2842

Une inspiration très "sixtine"...


Bien à vous

Votre Stefano

Some news

Bonsoir à toutes et à tous !

Je traverse une période assez tranquille de ma vie. Il n’y a rien de bien palpitant à raconter : mon existence est rythmée par des journées de travail très remplies et des séances de fitness qui  continuent à avoir des effets bénéfiques sur mon corps si longtemps maltraité.

Mon stage à Fribourg est entré dans son sixième mois. Selon mon contrat d’origine, j’aurais dû terminer à la fin du mois de mai, mais j’ai fait une demande de prolongation qui – après une attente déchirante – a été acceptée. Du coup, je reste aux archives d’Etat jusqu’à la fin du mois de novembre.  Je vous avouerai que j’ai été soulagé d’apprendre qu’on me gardait à Fribourg pour six mois supplémentaires, car je n’avais pas d’autres pistes concrètes pour donner un nouveau cap à ma vie professionnelle à la fin de mon stage.

D’ailleurs, pendant cette deuxième partie du stage on m’a confié un projet important et assez conséquent ; je vais devoir terminer de décrire, classer et reconditionner le fonds de la famille d’Affry. Vous le savez peut-être, mais cela fait depuis le début du mois de janvier que je travaille sur cette famille : j’ai d’abord décrit et reconditionné les quelques deux cents parchemins du fonds, avant de passer aux papiers de la famille et à la description de plusieurs correspondances que Louis-Auguste Augustin d’Affry, un personnage très proéminent de cette famille fribourgeoise, a entretenu avec des gens de haut rang de la cour de France. Maintenant, je suis toujours sur les papiers d’Affry et j’ai devant moi une tâche immense : réorganiser, reclasser, décrire et reconditionner tous les papiers du fonds.

Autant vous dire que c’est une mission qui risque de me prendre une bonne partie des six mois ; j’avouerais même que je ne suis pas certain à cent pour cent de parvenir au but qui a été fixé au cours d’un entretien avec mon directeur de stage. Le nombre de papiers à trier et classer est juste immense : le fonds contient, rien que pour ce cher Louis-Auguste Augustin d’Affry, une série de correspondances composée par près de trois mille cinq cent lettres… et ce n’est qu’une partie du fonds : après il y a les enfants et les petits enfants dudit (mythique) comte d’Affry et qui ont aussi produit un nombre important de documents.

Enfin bref, c’est un vrai challenge celui auquel je me suis attelé depuis mon retour des vacances ; j’avais peut-être besoin de ce défi pour trouver une sorte de motivation et d’envie de me dépasser. Je trouve que je n’ai pas aussi bien travaillé qu’au cours de ces dix derniers jours. Je vous tiendrai – bien évidemment – au courant de la suite de mes aventures professionnelles, en espérant de pouvoir vous en donner des bonnes… J’aimerais pouvoir vous parler de ce projet dans trois mois et vous dire que je suis dans les temps et que je gère comme un grand.

Voilà, je vais m’arrêter ici pour ce soir.

Bien à vous

Votre Stefano