Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Fête de l'Uni '10

Bonsoir à toutes et à tous !

Après la page « culturelle » que j’ai consacrée hier soir à la finale de l’Eurovision, ce soir je reprends la narration de mes péripéties avec un petit texte (accompagné d’une dizaine de photos) sur la Fête de l’Uni cuvée 2010. Eh oui, malgré le fait que j’ai terminé mes études académiques, je me suis retrouvé à la Fête de l’Uni… encore pire : je me suis engagé dans le montage et la gestion du bar des HG.

Je savais pertinemment qu’il y aurait des heures difficiles et beaucoup de stress, cependant je me suis dit qu’au bout de plusieurs mois de chômage, il me fallait bien un peu d’animation dans ma vie ; de plus que ce n’était pas la première fois que je travaillais à la/ pour la FdU… enfin, j’ai travaillé au Bar des HG en 2008 et en 2009, mais il y a plus qu’un petit pas entre la fonction de « bénévole de bar » et celle de « responsable de bar ». J’aurai passé pas mal d’heures à rechercher des bénévoles pour le bar, les contacter, faire les plannings, etc… beaucoup d’heures de travail qui ont payé car l’organisation était quasiment parfaite.

En plus de l’organisation de mon propre bar (dans laquelle Romain, mon coresponsable, m’a donné quelques petits coups de main), il a fallu trouver du monde pour le montage et le démontage de la fête… il faut dire qu’il n’y avait pas beaucoup de monde motivé et que je me suis retrouvé tout seul au montage avec Romain... au final j’aurai fait de 7 heures à 17 heures le mardi et le mercredi encore de 7 heures à 17 heures plus encore toute la durée de la fête derrière notre bar ; inutile de dire que je n’étais pas très frais lorsque je suis – enfin – arrivé chez moi peu avant 6 heures.

Mais que dire des heures passées derrière le bar ? Eh bien elles ont été très éprouvantes : du point de vue physique il faut admettre que j’étais déjà assez fatigué… deux jours de montage intense, une petite heure pour souffler avant le début de la soirée et voilà qu’à 19 heures il fallait déjà s’injecter un peu d’adrénaline pour pouvoir assurer toute la soirée… en plus, comme si le stress n’était pas déjà à son comble, il a fallu que notre tireuse à bières tombe en panne quelques minutes après le début de la fête… donc au moment même où les autres bars distribuaient la bière gratuite de leur premier fût, nous ne pouvions rien faire ; au final, ils nous ont changé la tireuse et finalement nous avons eu de la bière gratuite un peu plus longtemps que les autres.

Pour le reste, il faut avouer que j’étais un peu sous pression : il n’est pas toujours facile de diriger une équipe et il faut admettre que j’ai un peu crié sur tout le monde ; mais bon, il faut aussi dire que des fois il y avait de quoi, comme – par exemple – lorsqu’à 2h40 quelqu’un veut ouvrir une bouteille de 6 Litres de Vodka (alors que la fête se termine à 3 heures et que j’avais clairement dit qu’il fallait utiliser les petites bouteilles d’un litre). Il fallait quelqu’un d’autoritaire et qui gueule et c’est tombé sur moi ; cela ne m’enchante pas spécialement, mais toute la responsabilité reposait sur mes épaules et je n’avais pas trop envie de me faire engueuler par les gens de la FdU.

Finalement, je crois que malgré mon stress considérable et la fatigue que j’essayais de ne plus prendre en considération, nous avons fait du bon travail : les bénévoles ont été géniaux (déjà il fallait du courage pour me supporter), les clients patients et – apparemment (car je n’ai rien vu) – les gens se sont bien amusés derrière le bar. Est-ce que je vais remettre cette expérience l’année prochaine ? Je pense que oui, mais on verra d’ici là... entre temps je tiens à remercier encore une fois de tout cœur tous les bénévoles qui sont venus me donner un coup de main ; je ne serais parvenu à rien sans vous et je vous dédie cet article.

Merci !



Blog 2453

Voici pour commencer notre bar : La Dolce Vita. J’aime bien la déco que Romain et moi avons fait.



Blog 2454

Romain tire la première bière après le remplacement de la tireuse défectueuse… du pur bonheur !



Blog 2455

Matthias et Ilhan, deux des bénévoles qui ont été capables de me supporter au cours de la soirée… Apparemment ils s’éclataient tellement qu’ils sont restés plus longtemps que prévu à servir des clients ;O).



Blog 2456

Cette photo cache un petit délire dont seuls Florian et Loïc sont à connaissance… :D.



Blog 2457

Un duo de choc : l’ATF et Bibi mangent après leurs deux heures et demi de labeur.



Blog 2458

Devinette : qui se cache sous ces manteaux ? a) La Zibeline folâtre, b) Bibi, c) Satasse.



Blog 2459

La seule photo potable de moi qui a été prise au cours de cette soirée… enfin, la seule où je ne crache pas du feu par la bouche et où j’ai eu le temps de dissimuler mes yeux rivés de sang… :D



Blog 2460

Un trio de choc : les frères T. et Loïc.



Blog 2461

Bertrand, notre star à nous ;O).



Blog 2462

Coraline et son as de cœurs.



Blog 2463

Voilà voilà, cette photo pourrait mettre un terme à ma carrière en tant que responsable d’une petite équipe de travailleurs… on me voit en train de martyriser le pauvre Flopi avec une bouteille de 6 Litres de Vodka (non, ce n’est pas celle qu’une certaine personne voulait remplacer à 2h40…).



Blog 2464

Romain, Marie-Laure et Loïc.



Blog 2465

Et on finira avec ce magnifique cliché de Loïc et Bibi.

Bien à vous

Votre Stefano

Une soirée de folie : la finale de l'Eurovision 2010

Bonsoir à toutes et à tous !



Lena Meyer-Landrut

Lena Meyer-Landrut, la gagnante 2010 de l'Eurovision.


Ce soir je vais vous faire grâce de mes aventures et je vais vous proposer un petit texte sur la finale de l’Eurovision qui a eu lieu hier soir. Je sais, cette manifestation est kitch et ringarde à souhait, mais – depuis deux ans – elle m’a donné l’occasion de passer une soirée agréable avec des personnes que j’aime bien et rien que pour cela, elle mérite qu’on s’y attarde un peu. L’année passée j’ai regardé la finale moscovite en compagnie de Davy et Thibaut ; cette année les deux garçons étaient occupés dans leurs révisions d’examens (si si, ils ont passé le samedi soir à réviser les maths), mais j’ai trouvé deux autres « volontaires » : Julienne et Mylène.

C’est ainsi qu’à 21 heures nous étions prêts devant la télé pour voir qui succéderait au norvégien Alexander Rybak (le gagnant de l’édition 2009) ; il faut avouer que pour ma part je n’avais pas totalement digéré le fait que Michael Von der Heide, le saint-gallois sélectionné pour représenter la Suisse ait été éliminé lors de la demi-finale de jeudi ; je trouvais sa chanson chouette : en plus, un suisse-allemand qui décide de chanter en français ne naît pas tous les jours. L’impression qu’il ait été éliminé « injustement » s’est renforcée après avoir écouté la première dizaine de finalistes : il y en avait dès qui n’avaient pas vraiment de place en finale… un exemple ? Le représentant de la Belgique ou encore celui de la Serbie…

… enfin, le chanteur serbe était assez mythique avec sa coupe au bol platine (je précise encore qu’il s’agissait d’un garçon et non d’une fille, bien que ce n’était pas facile de savoir). Mais, finalement, le kitch est une partie intégrante de l’Eurovision : que dire de la robe « papillon » des chanteuses biélorusses ? Ou bien de la robe violette « abat-jour » de la chanteuse islandaise ? Et le déhanché très « sensuel » du saxophoniste moldave ? Ce sont juste quelques perles de cette soirée exceptionnelle.

Il y a – évidemment – eu des bons chanteurs et des bonnes prestations : celle qui m’a le plus plu était celle du chanteur norvégien, un magnifique ténor qui – en plus d’avoir une très jolie voix – était plus que charmant. Une autre chanson que j’ai bien aimé était la chanson – qui a fini par gagner – de l’allemande Lena : « Satellite », le morceau de la jeune et jolie Allemande était toute simple, mais d’un style bien différent et original par rapport à ce qu’on entend d’habitude à l’Eurovision. Et le public l’a récompensée.

Quoiqu’il en soit, c’était très amusant de suivre cette finale sur France 3 (eh oui, nous avons fait des infidélités à Jean-Marc Richard) avec Stéphane Bern (l’expert mondial de la royauté) et le comique Cyril Hanouna : en effet les deux conducteurs étaient persuadé que la France avait une réelle chance de gagner grâce à Jessy Matador et à sa chanson « Allez, Olla, Olé » ; ils pensaient même rentrer dans le Top cinq… finalement Monsieur Matador et sa chanson se sont classés aux alentours de la quinzième place, donc la chanson n’a pas cassé la baraque, ni séduit les 150 millions de spectateurs derrière leurs postes de télévision. Les deux animateurs y ont cru jusqu’au bout, mais ils n’ont pas été capables de cacher leur déception lorsque certains pays (comme par exemple la Suisse) n’a pas donné douze points à leur chanteur vedette (en réalité la Suisse n’a donné aucun point à la France).

Il est vrai que Julienne, Mylène et moi avons constaté qu’il y avait pas mal de favoritismes de voisinage, cependant je n’ai pas vu des ralliements puissants d’états derrière un seul concurrent ; la petite Lena a gagné avec une bonne marge (environ 240 points) par rapport au deuxième du classement, mais le score n’était pas aussi important que celui qu’Alexander Rybak a réalisé l’année passée (348 points). Voilà donc qu’une édition se termine et que certaines personnes attendent avec impatience la prochaine qui aura lieu en Allemagne ; quant à moi, je me sens en droit de me poser une question : Est-ce que la Suisse saura trouver un nouveau candidat ? Est-ce que cette fois nous arriverons en finale ? Est-ce que nous avons une réelle chance de gagner l’Eurovision sans faire appel à Céline Dion ou Lady Gaga ?

Only Time Will Tell

Bien à vous

Votre Stefano

 

Crémaillère de Julienne

Bonsoir à toutes et à tous !

Le jour de Pentecôte je vous ai proposé un petit article sur la sortie Karting des HG ; ce soir je vais poursuivre avec la narration de mes péripéties ; en fait je vous propose un petit texte sur la pendaison de crémaillère de Julienne, LA soirée mondaine de ce mois de mai… enfin, il s’agit en tout cas de la soirée que beaucoup d’entre nous attendait. Et elle n’a pas déçu nos attentes…

… elle n’a pas déçu car elle a été délicieuse : de la nourriture fantastique (entre des magnifiques gâteaux au carottes, des cakes au gingembre, des brownies et des rouleaux au jambon), des liqueurs paradisiaques et des convives très intéressants et passionnants. J’ai donc passé une bonne soirée à manger, boire, rire et discuter avec des personnes que je ne vois pas forcément tous les jours ; c’était par exemple très chouette de retrouver Daisy, Sophie ou encore Mylène à cette crémaillère. Et – bien évidemment – il était aussi très chouette de retrouver des personnes que je vois un peu plus souvent et de faire la rencontre d’une ou deux personnages dont j’avais juste entendu parler.

Quoiqu’il en soit, Julienne a eu du boulot… et je ne parle pas uniquement de ses devoirs d’hôtesse ; en fait, en plus de devoir s’entretenir avec tous ses invités, elle a même dû essayer de déjouer la petite farce préparée par Domenico qui s’est dit que ce serait sympa de coller des gommettes fluorescentes un peu partout dans l’appartement ; c’est ainsi qu’une semaine après la pendaison de crémaillère Julienne était encore en train de décoller des gommettes collées dans des endroits improbables de son deux pièces. En ce qui me concerne je n’ai pas été muni de gommettes car Domenico savait que je n’en aurais pas collé… d’ailleurs j’ai même essayé de filer un coup de main à Julienne et d’en décoller quelques-uns.

Mis à part cette farce qui n’a pas vraiment fait rire notre hôtesse, la soirée s’est bien déroulée et à tenu toutes ses promesses.

 


Blog 2447

Notre Julienne portait plusieurs casquettes au cours de cette soirée : photographe, hôtesse, « policière » et même aubergiste pour ces amis venus de trop loin et devant attendre leur premier train.

 


Blog 2448

Petit moment de franche rigolade entre ex-universitaires…

 


Blog 2449

Photo de groupe : Mylène, Romain et votre serviteur dans toute sa splendeur.

 


Blog 2450

Jérôme, Stéphanie et Auréliane.

 


Blog 2451

Une nouvelle photo « volée » de Florian et Loïc… et un nouveau regard complice.

 


Blog 2452

En fin de soirée on ne savait plus trop où coller les gommettes et c’est donc pour cette raison que tout le monde en avait un peu partout sur lui.

 

Bien à vous

Votre Stefano

Est-ce que Blanche-Neige aime le Karting ?

Bonsoir à toutes et à tous !

Je profite d’un moment de tranquillité en ce dimanche de Pentecôte pour avancer avec la narration de mes aventures et différentes péripéties ; après avoir consacré un petit texte à mon dernier cours de répétition, ce soir je vais totalement changer de registre et vous proposer un petit article sur la sortie Karting qu’Edmond a organisé pour l’association HG le 8 mai dernier.

Ce n’était pas la première fois que le Grand Prix de Karting était organisé pour nos membres et nos amis : en effet, Edmond avait déjà proposé cette activité l’année passée et elle avait rencontré un franc succès ; malheureusement, d’autres obligations (dont je ne me souviens pas en ce moment) m’ont empêché d’être de la partie et j’ai donc raté la grillade très sympathique qui a suivi l’effort considérable de nos pilotes…

Cette année encore je n’ai pas pu participer au Grand Prix car j’ai eu une matinée plutôt chargée (et, la veille, une soirée plutôt arrosée pour fêter l’anniversaire à notre mythique Bibi nationale) ; cependant, contrairement à l’année passée, j’ai pu rejoindre nos braves pilotes et Edmond pour la grillade qui avait lieu – à l’instar de l’année précédente – à la Cabane Blanche-Neige qui se trouve dans la région de Romont, charmante ville du canton Fribourg pourvue d’une vieille cité que j’espère visiter au plus vite (message subliminal à l’intention de l’ATF).

Il faut tout de même que j’avoue que je n’ai jamais eu une passion très développée pour les moteurs ; je n’ai jamais compris qu’est-ce qu’il y a de tellement excitant sous le capot d’une voiture ; certes, je peux admirer le côté pratique de ces véhicules, mais je ne passerais jamais mes journées à monter et démonter un moteur… et donc vous pouvez imaginer que le Karting ce n’est pas non plus une activité qui m’intéresse ou me passionne… on peut sans autre dire que j’étais beaucoup plus attiré par le pique-nique et la grillade et par l’opportunité de voir des personnes que j’apprécie que par le côté moteurs/vitesse de la sortie.

Et finalement la grillade a été très intéressante ; nous avons passé un bon moment à cette cabane, même si Blanche-Neige ou son Prince n’ont pas pointé le nez (enfin, on s’en foutait un peu de Blanche-Neige… par contre si un beau Prince avait passé par là, j’aurais eu l’obligeance de partager mes cervelas avec lui :D).

Voilà donc ; je vais vous laisser à quelques clichés que j’ai pris, un peu n’importe quand et un peu n’importe comment…

 


Blog 2443

Pour commencer, voici une petite photo de groupe alors que les rescapés du Karting s’apprêtaient à terminer leur repas. Une discussion très vive sur les cinémas du Canton Neuchâtel s’était engagée et a bien chauffé les esprits.

 


Blog 2444

On continue avec ce cliché (pas terrible, il faut l’avouer) de la cabane de notre conas… ehm amie Blanche-Neige. On a raté de justesse les sept nains qui sont allés pique-niquer dans les environs de Romont.

 


Blog 2445

Le coin autour du feu était très chouette ; il y en a même des qui ont profité de quelques rayons de soleil pour faire leur sieste.

 


Blog 2446

Les trois grands gagnants du Grand Prix de Karting : Olivier, Stéphane et Michael.

 


Blog 2447

Et on continue avec cette photo exceptionnelle de Jean qui – comme moi – n’a pas participé au Grand Prix et avec qui j’ai fait les trajets en voiture en écoutant « Effets secondaires » (eh non, il ne faut pas dormir… point dormir !).

 


Blog 2448

Et je finirai avec ce beau cliché d’Olivier et Stéphane… y sont mignons :D.


Bien à vous

Votre Stefano

Cours de répétition v4.0

Bonsoir à toutes et à tous !

Après quelques jours passés au Tessin pour ma toute première conférence sur mon village de Prada chéri, me voici de retour à Neuchâtel pour la suite de mes aventures ; et pour bien me remettre dans le bain, je vous propose ce soir un petit article sur mon dernier cours de répétition.

Je dois avouer que ce tout dernier cours a été – de loin – le meilleur de tous, et cela pour plusieurs raisons : tout d’abord, nous nous trouvions dans un cadre exceptionnel : nous étions logés au château de Vaulruz, un magnifique bâtiment médiéval qu’au cours des siècles a fait office de résidence seigneuriale, d’hôpital et – récemment – d’école et d’infrastructure d’accueil. C’était très étrange de faire des appels en début d’après-midi entourés par une meute d’enfants ; à Wittnau (en 2009) nous étions aussi tout près d’une école, mais l’ambiance n’était pas aussi exceptionnelle.

Un deuxième élément qui a rendu ce cours inoubliable a été le fait que – pour la première fois depuis près de quatre ans – on m’a affecté à un travail qui me convenait : on m’a demandé de faire la traduction (en français) d’un essai sur la logistique militaire et de collaborer au montage d’un film souvenir de notre compagnie étant donné que c’était le dernier cours qu’on effectuait en tant que compagnie ; à partir de l’année prochaine nous serons dispatchés dans un autre bataillon et qui sais si nous serons encore tous ensemble…

J’ai donc passé la plus grande partie de mon temps au château (je me suis presque senti comme un véritable châtelain) en train de travailler sur le film – qui a été montré à toute la troupe lors du souper de compagnie – et sur la traduction, un petit plus que – depuis – je me suis permis d’ajouter à mon CV. Et – comme si je n’avais pas encore passé assez de temps entre les murs de la forteresse moyenâgeuse – on m’a affecté pour la garde du week-end, ma deuxième garde depuis le début de ma carrière militaire… finalement le week-end aura été moins pénible que j’aurais pu le croire et le temps a passé très vite, entre un bon repas au soleil, un film (nous nous sommes envoyés les sept premiers « Freddy Krueger »), une bonne sieste et un épisode de « Dexter ».

Et puis cette fois j’ai vraiment eu l’impression qu’il y avait une bonne ambiance parmi nous : j’ai passé des bons moments avec les autres soldats, nous avons bien ri, bien mangé et il y a eu quelques délires qui ont fusé. Qui sait, peut-être que c’est à cause de l’alarme feu le deuxième jour à 3 heures du matin, ou du mythique lapin en chocolat, ou encore de cette (froide) deuxième nuit passée à dormir sur du béton, mais j’ai eu le sentiment que la compagnie était très soudée face aux difficultés que nous étions appelés à affronter.

Enfin, plein de bons moments (et quelques moments moins bon) qui ont rendu ces trois semaines inoubliables. Comme à chaque fois, j’ai sélectionné quelques images qui ont été prises au cours de ce cours de répétition ; comme vous le savez, je n’ai pas le droit de « divulguer » des secrets militaires, donc la plupart de ces clichés n’ont quasiment rien à voir avec l’armée ;O). Enjoy !

 


Blog 2433

Je suis toujours étonné de voir combien de signes de dévotions chrétiens parsèment le territoire du Canton Fribourg. Je trouve cette présence constante du catholicisme digne de note et même très touchant. J’aimerais pouvoir être capable de me raccrocher à quelque chose de cette manière.

 


Blog 2434

Une photo prise lors de la « Prise du drapeau », cérémonie solennelle qui marque toujours le début d’un cours de répétition.

 


Blog 2435

Un détail du château du Vaulruz.

 


Blog 2436

Vaulruz by night…

 


Blog 2437

Le château sous un autre angle… Il est vraiment chouette.

 


Blog 2438

Nos voisines les vaches…

 


Blog 2439

La Gruyère, une région simplement magnifique.

 


Blog 2440

Un autre cliché de cet endroit exceptionnel…

 


Blog 2441

… et encore un pour la route (avec un coucher de soleil en bonus).

 


Blog 2442

Et pour finir, une petite image qui montre qu’à l’armée on sait quand-même s’amuser et profiter des bonnes choses.

Bien à vous

Votre Stefano

Passage en coup de vent de Marie à Neuchâtel

Bonsoir à toutes et à tous !

Me voici encore une fois pour partager les émois de ma petite vie avec vous ; après avoir publié quelques photos déliées prises au mois de février et mars, je reviens en force pour vous parler de la soirée de retour de Marie. Vous vous souvenez peut-être que ma chère amie Manti se trouve à présent au Burkina Faso où elle est engagée dans un projet humanitaire avec Jardins du monde, un projet qui la mène à travailler à contact avec la population locale et à apprendre des tas de choses sur les plantes médicinales.

Donc Marie est revenue en Suisse, pour la deuxième fois depuis son départ en Afrique, et n’a surtout pas oublié sa bande d’amis neuchâtelois avec qui elle a passé autant de bons moments au cours de nos « années-uni » (jamais je n’aurais cru utiliser ce terme un jour) ; et c’est donc le vendredi 9 avril chez Ana que la joyeuse bande s’est réunie ; hélas nous n’étions pas au complet : il nous manquait notre chère Célia – partie au Mexique pour le mariage de son amie Théa – et Christina qui a malheureusement dû décliner l’invitation de Marie.

Après un petit apéritif qui a – d’entrée – annoncé la couleur de la soirée, nous sommes passés à table : au menu une magnifique fondue chinoise avec son riz, ses champignons et ses sauces ; le tout était arrosé par du bon vin rouge qui a délié (comme si c’était vraiment nécessaire) nos langues et qui a enflammé nos discussions : au programme des conversations variées allant de mon expérience en tant que témoin auprès de deux classes de Lionel aux salaires des profs et des assistants. Par la suite, nous sommes avons pu goûter une magnifique glace à la mangue accompagnée par un coulis aux framboises.

Et que dire de la suite de la soirée ? Nous avons eu une petite séance Günther qui a déchainé l’hystérie parmi les conviés, un petit visionnage de clips de Lady Gaga, et une petite discussion autour du voyage en Islande d’Ana et Lionel… d’ailleurs, nous étions loin de douter que l’Islande serait au cœur de l’actualité des jours suivants et que cette actualité affecterait Marie et son voyage de retour au Burkina.

Nous avons donc passé une excellente soirée (enfin, en ce qui me concerne) : j’ai été ravi de retrouver Marie et je me réjouis d’ores et déjà de son prochain retour… peut-être qu’un jour j’aurai l’argent pour – une fois – aller la voir en Afrique… en attendant je ne peux que me délecter des mémoires générés par cette soirée magnifique et partager quelques images avec vous.

 


Blog 2424

Nous commencerons avec une photo de groupe de « nos » filles : Ana, Sandrine et Marie.

 


Blog 2425

On continue avec Ana et Marie qui s’attèlent à la préparation de la chinoise avec cette sagesse et ce savoir-faire qui a rendu célèbre leur colocation aux Brandards.

 


Blog 2426

Et pendant qu’Ana, Lionel, Sandrine et Pascal profitent d’une petite pause en attendant le dessert…

 


Blog 2427

… Marie et Pierrick préparent le coulis de framboises pour la glace à la mangue.

 


Blog 2428

Petit moment de détente sur Günther (Oh la la, I want to touch your tra la la… ding ding dong)…

 


Blog 2429

… suivi par un moment-câlin pour Sandrine et Pascal… y sont choux ;O).

 


Blog 2430

On poursuit avec ce beau cliché de Marie et moi-même ; je le trouve très chouette.

 


Blog 2431

Ana et Sandrine se reposent pendant quelques instants sur le confortabilissime tapis du salon d’Ana.

 


Blog 2432

Et on terminera avec ce dernier – et magnifique – cliché de Marie avec des lunettes très « Lady Gaga » ;O).

Bien à vous

Votre Stefano

Quelques miettes de vie

Bonsoir à toutes et à tous !

Comme je l’annonçais il y a quelques jours, je vais essayer de mettre à jour ce site un peu plus souvent après cette période assez tourmentée où je n’ai pas brillé par ma présence. Pour commencer en beauté, ce soir je souhaite vous proposer une petite série d’images qui ont été prises par ici et par là au cours de diverses promenades ou soirées ; il s’agit d’une série de clichés que j’ai faits entre la fin du mois de février et la fin du mois de mars, à Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds, Lausanne et Gland.

 


Blog 2418

On commencera par cette photo de Matthias, Christophe et moi qui a été prise le 27 février à La Chaux-de-Fonds : ce soir-là Matthias m’avait convié (avec l’ATF) pour un petit souper sympathique dans un magnifique restaurant indien. Une très bonne soirée pendant laquelle j’ai eu l’occasion de faire la rencontre de Christian et Florence.

 


Blog 2419

Ensuite, voici un petit cliché pris à Lausanne le premier mars passé. Pour ceux qui me lisent d’en dehors de Neuchâtel, il faut savoir qu’ici le premier mars c’est férié (on commémore la descente à Neuchâtel des paysans du Haut qui souhaitaient faire entendre leurs voix au château. C’était en 1848 et ce fut l’événement qui transforma Neuchâtel en république et canton suisse). Donc voilà, le 1er mars tout est fermé par ici, donc cette année avec Christophe, Matthias et Ilhan, nous nous sommes offerts un après-midi shopping à Lausanne. C’était assez délirant et je pense que Lausanne s’en souviendra pendant un bon moment… En tout cas la vitrine de la COOP se souviendra de ma main en train de caresser une silhouette autocollante en forme de Madonna (je veux la même chez moi).

 


Blog 2420

Encore une photo prise le premier mars à Lausanne : Ilhan, Matthias et Christophe au bout de l’escalier qui mène à la cathédrale (à mi-chemin il y a un petit café très sympathique où ils font un chocolat chaud tout simplement divin).

 


Blog 2421

6 mars : après une longue journée passée à Genève pour ma première inter-association j’ai retrouvé Matthias à Lausanne et nous nous sommes ensuite rendus à Gland pour assister au spectacle de la fanfare de cette même bourgade qui est dirigée par notre ami Vincent ; le spectacle était vraiment chouette et la soirée a été – une fois de plus – délirante ! Je pense qu’à présent tous les habitants de Gland auront entendu parler des deux Neuchâtelois qui ont mis l’ambiance à leur fête de village :D

 


Blog 2422

Sur ce cinquième cliché vous pouvez apercevoir mes mythiques colocataires… Il faut dire que je n’aurais jamais cru qu’un jour je finirais par partager mon petit appartement avec six rats ; cela faisait un moment que je voulais un animal de compagnie, mais disons que mon choix se serait plutôt porté sur un chien ou – à la limite – un chat, et pas sur des petits rats. Mais finalement elles mettent de l’ambiance et elles trouvent toujours un moyen (et ce qui est génial c’est qu’elles le font de manière inconsciente) de me faire sourire… la preuve sur cette photo : elles aiment beaucoup leur maison et elles doivent se rappeler que lorsqu’elles étaient toutes petites elles pouvaient renter à douze dans leur petit refuge… hélas maintenant ce n’est plus le cas… :D.

 


Blog 2423

Je finirai avec cette dernière photo sur laquelle je me suis rebaptisé – peut-être de manière un peu trop prétentieuse – « Lord Stefano Gaga ». Disons que je ne connais pas beaucoup de monde qu’en ouvrant un paquet de cervelas de la Migros en action a l’idée de les utiliser comme couvre-chef. Il faut dire que ce fut une idée qui m’est venue comme ça et lorsque je me suis regardé dans un miroir j’ai vraiment eu du mal à retrouver mes esprits ; quoiqu’il en soit, le délire était trop géant pour qu’il passe inaperçu… il me fallait le documenter, d’où cette photo que je partage avec vous ce soir.


Voilà

Bien à vous

Votre Stefano

Retour à la vie civile...

Bonjour à toutes et à tous !

Me voilà de retour (et cette fois j’espère pour de bon) par ici. Ces derniers jours ont été bien remplis et je n’ai pas vraiment eu le temps de me poser deux minutes et déverser sur mon clavier le flot de mes pensées ; c’est toujours comme ça lorsque je rentre de trois semaines de Cours de répétition… on passe dix-neuf jours loin du train-train quotidien, les choses à faire s’entassent et – lorsqu’on est licencié le vendredi de la troisième semaine – le retard est tel qu’on est découragé avant même de commencer à le rattraper.

Il faut aussi dire que cette fois je n’ai pas eu beaucoup de chance par rapport à ça : on m’a sélectionné (quel bol…) pour faire la garde du week-end et donc, au lieu de rentrer et de profiter de quelques heures à la maison ou avec mes amis, j’ai dû garder un château presque désert (si ce n’était pour nous, pauvres militaires…) ; enfin, j’ai quand-même eu une petite compensation : au lieu que partir vendredi après-midi, j’ai pu rentrer chez moi le jeudi matin, mais il faut dire que je n’ai pas eu la force de faire face à la montagne de choses à faire… il m’a fallu quelques jours tranquilles, des jours que j’ai utilisé pour reprendre un rythme de vie normal (ou bien civil).

A présent j’ai rattrapé une bonne partie du retard ; il y a encore deux ou trois choses que je dois faire, mais – au moins – j’ai retrouvé mon rythme quotidien de croisière. Je suis retourné à l’uni où je poursuis la révision de mon mémoire ; d’ailleurs, je vais présenter mon œuvre au Tessin le 17 mai ; je me réjouis, mais – en même temps – j’appréhende un peu car je dois trouver une manière de présenter mon bébé de manière intéressante à un public qui n’est pas forcément composé d’académiciens ; c’est un bon défi que je me sens en tout cas prêt à relever… de plus que le public est déjà partiellement acquis à la cause :D.

Sinon, je suis obligé de terminer cet article sur une note plus triste ; ceux qui sont amis avec moi sur Facebook sont déjà au courant de la triste nouvelle, mais il me semble nécessaire de m’y attarder un peu plus par ici : malheureusement la mythique Boubou, la chienne de ma grand-mère qui est devenue une star à Neuchâtel suite à la visite au Tessin de mes CardinauX et de mon ATF, nous a quitté vendredi passé. C’est une bien triste nouvelle pour ceux qui comme moi – et beaucoup d’entre vous – étaient devenus, grâce à son exemple, adeptes de la Boubou Attitude ; sa disparition a été soudaine, mais peut-être pas tout à fait inattendue : en fait, cela faisait pas mal de temps qu’elle cuvait quelque chose… elle avait cette toux bizarre lorsque j’étais au Tessin la dernière fois et il faut croire que son surpoids incontrôlé n’a pas aidé ; en tout cas, ce qui a permis à ma grand-mère de réaliser que quelque chose n’allait pas a été le fait que vendredi matin elle n’a pas pris son petit déjeuner ; venant de Boubou cela était bien étrange. Quoiqu’il en soit, notre mascotte préférée laisse derrière elle Rex, des centaines de fans autour du monde et une attitude unique ; elle nous a quitté, mais en même temps – pour elle – c’est comme si c’était le début une longue sieste.

Bien à vous

Votre Stefano