Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Des nouvelles du Tessin

Bonjour à toutes et à tous !

Je vous écris ces deux ou trois lignes depuis le bureau qui se trouve dans ma chambre d’enfant et d’adolescent. Je suis au Tessin depuis quelques jours et je vais y rester jusqu’à mercredi. Après je ferai retour à Neuchâtel où je dois participer à une sortie ciné des HG et commencer à me préparer pour le grand départ à Barcelone qui aura lieu dimanche prochain… plus qu’une petite semaine avant ces vacances tant attendues et plus que neuf petits jours avant Madonna ! Je me réjouis vraiment de la voir : c’est vrai, le spectacle est à peu près celui de l’année passée, mais il y a eu des changements très intéressants qui ont beaucoup amélioré le show. Certaines chansons ont été remplacées, Madonna semble plus radieuse (elle a pris un ou deux kilos, elle a changé de maquilleur... d'ailleurs ça se voit dans les photos qui illustrent ce texte) et la Reine de la Pop semble ravie de retrouver ses fans. Jusqu’à présent elle a déjà eu cinq concerts et ceux qui l’ont vue s’accordent à dire que le Sticky & Sweet Tour 2009 est beaucoup mieux que celui de 2008. C’est pour ça que je me réjouis d’y être. La Reine est de retour et en tant que sujet fidèle je me dois de répondre à son appel :D.

 





Sinon à part ça, je travaille (pas toujours avec passion et acharnement) sur mon mémoire. Je vois la dernière ligne droite approcher et parfois il m’arrive de me dire que je n’aurai jamais le temps de le finir avant la date à laquelle je devrai le rendre… Je sais, j’ai encore un peu plus qu’un mois et – normalement – je travaille mieux quand je suis sous pression, mais j’ai parfois l’impression de vouloir me saboter et de faire tout pour qu’il ne soit pas prêt pour la semaine du 15 août. Et pourtant il le faut ! En plus il faut avouer que, le fait de savoir qu’il ne reste plus que deux mois et des poussières avant la soutenance ainsi que le feedback positif que j’ai reçu de mon prof il y a quelques jours me motivent à poursuivre la route et tout faire pour réussir :D.

 





Que dire d’autre ? Eh bien je tiens à remercier toutes les personnes qui ont réagi, par écrit ou bien par oral, à mon dernier article. Je n’ai pas encore pris une décision sur la marche à suivre, mais il est vrai que ça faisait un bon moment que je n’avais pas eu envie de confronter directement un garçon qui me plait. Je pense que je vais finir par le faire, mais il faudra que je réfléchisse (oui oui, encore de la réflexion) à comment m’y prendre. Je ne voudrais pas faire plus de dégâts qu’autre chose :D.

Au cours des prochaines semaines j’ai donc pas mal de pain sur la planche et il me faudra rester attentif et concentré pour ne pas courir à ma perte. :D.

 





Bien à vous

Votre Stefano

Confusion, Confessions et Vie sentimentale

Mes chers amis,

Il n’y a rien de plus compliqué que les relations humaines ; même au cours d’une vie de cent ans on n’arrive pas à comprendre pleinement les gens qui nous entourent ; elles restent une énigme, un rebus inextricable ; on peut consacrer le temps d’une vie à la résolution de ce rebus mais on ne parviendra jamais à la lumière qui se trouve au fond du tunnel. C’est la malédiction de l’être humain : nous avons été dotés d’une intelligence qui nous permet de voir, percevoir et comprendre des choses très compliquées, mais qui – hélas – n’arrive pas à percer le mystère que nous constituons.

Parfois il m’arrive de me demander si notre vie ne serait pas plus facile si nous n’avions pas été des êtres « pensants »… il y a des jours – en effet – où il m’arrive de penser que ce serait cool d’être une mouette, de pouvoir passer ma journée à voler dans le ciel, manger, boire et dormir. Ce serait magnifique de ne pas avoir que des besoins physiologiques basiques et d’avoir comme unique but dans la vie de survivre un jour de plus. Mais mon esprit et ma conscience ne me permettent pas de rester longtemps dans cette rêverie ; en fait, qui voudrait une vie dénoué de but et de sens ? Il est vrai que notre petite existence n’est qu’un grain de poussière dans notre vaste univers, mais qui a dit que sa petitesse la vide de tout son sens ? Voilà des questions bien philosophiques auxquelles je ne peux pas répondre… est-ce que notre vie a un sens ? Eh bien j’aime croire (et espérer) que ce soit le cas. Après tout, même la vie du moineau a un sens et un but dans le grand dessein de l’univers : en fait cet oiseau magnifique s’occupe de la régulation de la population des côtes maritimes et joue un rôle essentiel (et qui est le sien) dans la chaîne alimentaire. Donc pourquoi l’existence de l’homme ne pourrait pas avoir un but pareil ?

Enfin, je m’égare. Je ne voulais pas parler de l’existence de l’homme, mais de notre difficulté à nous comprendre. Pourquoi est-il aussi difficile de comprendre l’autre ? Est-ce parce que nous avons une intelligence « supérieure » par rapport à d’autres espèces animales ? Mais alors pourquoi eux ils arrivent à se comprendre ? Un chien comprend tout de suite les signaux qu’un autre chien lui envoie ; la même chose est valable pour les chats, les fourmis, les poissons rouges,… En fait il semblerait – de façon assez paradoxale – que l’être le plus doué du règne animal soit en effet l’animal qui a le plus de peine à se faire comprendre par ses semblables. Il suffit de regarder nos histoires d’amour pour s’en rendre compte : hommes et femmes ne se comprennent pas. Mais ce n’est pas tout : même deux hommes ne parviennent pas à se comprendre… j’en vois la preuve en ce moment dans ma petite vie sentimentale où normalement il ne se passe jamais rien.

Pourquoi nos sentiments nous bouffent autant d’énergie ? En principe ça devrait être quelque chose censé nous faire du bien, et pourtant on perd un temps fou à essayer de comprendre la personne que nous avons en face : nous essayons de comprendre si elle partage nos sentiments, si nous avons des chances avec elle ; nous essayons également de comprendre pourquoi elle s’est conduite d’une certaine manière, pourquoi elle nous a abandonné sans raison apparente ou encore pourquoi elle joue avec nous. Vous ne croyez pas que des fois ce serait magnifique de parvenir à se comprendre du premier coup sans trop dépenser d’énergies ? Il y a des fois où je me dis que Rex et Boubou (les deux chiens de ma famille) ont dû mettre les choses au clair le premier jour où ils se sont vus et depuis leur relation a été simple et bien définie. Ce serait magnifique de pouvoir faire la même chose, mais – hélas – nous sommes des êtres pensants et devons nous plier à une série de règles, coutumes, normes sociales,…

Et puis il y a bien entendu le caractère : je me dis que si j’avais été moins timide la personne qui m’intéresse serait déjà au courant (de manière qui ne laisserait aucune place aux doutes) de mes véritables sentiments, mais je suis un grand timide et peut-être aussi un tout petit peu trouillard et donc le moment où je prendrai mon courage à deux mains pour le mettre au courant est encore loin. Enfin, il faudrait aussi que je sois sûr de ce que je ressens… mais est-ce qu’il ne vaudrait pas la peine de lui parler avant d’en être sûr et de voir comment la situation évolue ? Après tout si j’attends trop longtemps je pourrais interpréter certains sentiments de la mauvaise façon et voir des choses sous le mauvais angle.

Que faire donc ? Prendre le courage à quatre mains ? Attendre qu’il fasse le premier pas ? Ne rien faire du tout ? Réfléchir à mes sentiments ? C’est le rebus du mois ! (enfin des mois vu que ça fait depuis quelques semaines que ça continue). Enfin, je ne pense pas que je vais résoudre cette situation ce soir ! Il me faut du temps

Bien à vous

Votre Stefano

ABBA (et Madonna) - Like an Angel Passing Through my Room

Bonjour à toutes et à tous !

Ce soir je vous propose le texte d’une chanson que j’aime beaucoup ; il s’agit de « Like an Angel Passing Through my Room », un titre du groupe suédois ABBA qui n’est certainement pas aussi connu que « Dancing Queen » ou « Mamma mia », mais qui mérite d’être écouté au moins une fois dans la vie. La chanson a été écrite par Benny Andersson et Björn Ulvaeus (c’est-à-dire par les auteurs de la plupart des tubes qui ont contribué au succès planétaire du groupe) et fait partie de The Visitors, le dernier album studio de ABBA, un album qui se différencie des précédents par une série de chansons magnifiques, très intimistes mais – hélas – pas très commerciales (d’où justement un succès beaucoup moins remarquable par rapport aux autres opus du groupe) ; j’adore The Visitors et j’ai toujours aimé cette « Like an Angel Passing Through my Room » et je vous laisse donc imaginer ma joie lorsque j’ai découvert qu’une certaine artiste américaine pour laquelle j’ai une admiration sans borne en avait enregistré une version à elle, version qui n’avait finalement pas été utilisée mais qui a fait surface sur le net il y a tout juste une année.

Madonna s’était donc penchée sur ce titre de ABBA avec William Orbit dans l’optique de l’insérer dans le sublime Ray of Light ; personnellement je trouve que ce soit dommage que cette idée ait été écartée car je trouve que la démo de la Reine est vraiment très bien et peut-être même meilleure de l’originale… je sais, je ne suis pas très objectif quand il s’agit de Madonna (et c’est bien pour cela que je vous laisserai en juger par vous-mêmes), mais je trouve qu’elle a réussi à renforcer cette ambiance mélancolique créée par la chanteuse de ABBA. J’aurais bien vu « Like an Angel Passing Through my Room » à la fin de Ray of Light, tout juste avant « Mer Girl » ou bien comme b-side de « Drowned World / Substitute for Love ». En tout cas on voit bien que déjà en 1998 Madonna était fascinée par la musique de ABBA… dommage qu’on ait dû attendre 2005 et le sample de « Gimme, Gimme, Gimme » dans « Hung up » pour voir Madonna faire un tribut au groupe suédois.

Enfin, je vous laisse donc aux paroles (traduites par mes soins) ; ici de suite vous pouvez aussi visionner une vidéo dans laquelle on peut entendre la version de Madonna de « Like an Angel Passing Through my Room » et écouter la version originale de ABBA qui date de 1981.

 



Version publiée par un fan sur le net.



ABBA - Like an Angel Passing Through my Room (vidéo de fan).



Long awaited darkness falls
L’obscurité tant attendue arrive
Casting shadows on the wall
Et projette des ombres sur les murs
In
the twilight hour I am alone
A l’heure du coucher du soleil je suis seul(e)
Stitting near the fireplace,
Assis(e) à côté de la cheminée,
Dying embers warm my face
Les braises mourantes rechauffent mon visage
In this peaceful solitude
Dans cette solitude paisible
All the outside world subdued
Tout le monde exterieur est subjugué
Everything comes back to me again
Tout revient vers moi encore une fois
In the gloom
Dans l’obscurité
Like an angel passing through my room
Comme un ange qui traverse ma chamber

Half awake and half in dreams
A moitié réveillé et à moitié endormi
Seeing long forgotten scenes
Je vois des images oubliées depuis longtemps
So the present runs into the past
Ainsi le présent se mélange au passé
Now and then become entwined,
Maintenant et avant se fondent
Playing games within my mind
Et jouent des jeux avec mon esprit
Like the embers as they die
Comme les braises mourantes
Love was one prolonged good-bye
L’amour n’était qu’un au-revoir prolongé
And it all comes back to me tonight
Et tout revient à moi ce soir
In the gloom
Dans l’obscurité
Like an angel passing through my room
Comme un ange qui traverse ma chambre

I close my eyes
Je ferme mes yeux
And my twilight images go by
Et mes images de coucher de soleil continuent
All too soon
Tout tellement rapidement
Like an angel passing through my room
Comme un ange qui traverse ma chambre

Bien à vous

Votre Stefano

NRJ Music Tour 2009 à Genève - mes impressions

Bonjour à toutes et à tous !

Me voilà de retour après quelques jours de silence avec un tout nouvel article consacré à la soirée que j’ai passé jeudi 25 à l’Arena de Genève ; qui dit « Arena » (en Suisse Romande) dit forcément « spectacle » ou « concert » et c’est bien pour voir un spectacle que je me suis rendu – en compagnie de Bertrand, de sa sœur et de sa marraine, dans la célèbre salle genevoise ; en fait, mon ami chaux-de-fonnier m’a convié à l’unique date suisse du NRJ Music Tour, une sorte de concert organisée par NRJ pendant laquelle une série d’artistes « chouchous » de la chaîne se produisent sur des scènes plus ou moins prestigieuses. Il faut avouer que je n’aurais pas acheté de mon propre gré le billet pour cette soirée, mais Bertrand en avait reçu quatre et j’ai donc sauté sur l’occasion de voir – au moins une fois dans ma vie – une série d’artistes dont je n’achèterais pas forcément l’album et que je n’irais probablement pas voir en concert. Il faut aussi avouer qu’au départ je voulais vous proposer ce petit texte le vendredi soir, mais j’ai décidé d’attendre lorsque j’ai vu que Michael Jackson était décédé car je n’avais pas envie d’évoquer ces artistes (souvent médiocres et même parfois assez mauvais) le jour où le Roi de la Pop a quitté ce monde (je sais ceci semble assez tordu, mais ce geste me semblait comme quelque chose de respectueux à faire). Je reviendrai, peut-être, dans un prochain article sur cette disparition qui m’a affecté plus que j’aurais pu le croire.

Donc voilà, ce spectacle de près de trois heures a été fort sympathique avec des moments exceptionnels et des moments complètement dénoués d’intérêt. Parmi les points forts de la soirée je citerai uniquement Christophe Willem (qui – à cause de problèmes techniques n’a pu faire qu’une seule chanson), la troupe de Mozart, Opéra Rock, Superbus et Alesha Dixon (avec son excellente « He Does Nothing »). Parmi les points faibles je citerai d’abord Amandine Bourgeois qui était inexistante sur scène et complètement inintéressante, Sliimy qui n’est qu’une (très) mauvaise copie de Christophe Willem et Mika (de plus qu’il était vraiment agaçant sur scène… c’est d’ailleurs le seul artiste qui s’est fait huer) et puis je citerai encore Stress qui m’a déplu surtout parce qu’il est passé en dernier et a malheureusement cassé toute l’ambiance (mais bon, on était à Genève et Stress était le chouchou d’une bonne partie du public).

En plus de ces artistes, j’ai aussi eu quelques surprises agréables : tout d’abord cette chère Sheryfa Luna : sa musique ne m’a jamais trop emballé, mais je l’ai trouvée très sympathique sur scène, contrairement à Zaho dont j’appréciais les deux ou trois chansons que j’avais entendues sur MCM mais que j’ai trouvée complètement plate sur scène. Ensuite il y a Lovebugs qui ont ouvert la soirée et que – malgré le fait qu’ils ne nous ont pas qualifié pour l’Eurovision – ont fait preuve d’un certain talent. Je citerai – pour terminer – Jessy Matador et Big Ali, dont je n’acheterai jamais des CDs mais qui ont su mettre une très bonne ambiance lors de leurs performances. Quant aux autres artistes qui se sont produits au cours de la soirée, ils ne m’ont pas vraiment laissé des souvenirs marquants : Emmanuel Moire est très charmant et charmeur en Live, mais il a un petit défaut de prononciation qui affecte pas mal son sex-appeal (ses « s » sont plutôt des « ch »), les chansons de Peps et de Grace m’ont bien plu mais elles étaient un peu molles et – enfin – C-Shayn m’a laissé assez indifférent car il se la joue un peu trop à la Usher, sans pour autant être aussi « bon » (tout est relatif) que lui…

Enfin, je vais passer aux photos et aux autres surprises de ce soir ;O).

 


Je commencerai par ce petit cliché de Lovebugs. Rien à redire sur ce petit groupe qui s’est gentiment (mais sûrement) fait un nom dans toute la Suisse… enfin, rien à redire sur leur musique, mais il faut quand-même dire que le t-shirt en V du chanteur avec ses poils qui sortaient était une faute de goût assez grossière…

 


On continue avec mon « chouchou » de la soirée : Christophe Willem. J’aime de plus en plus sa chanson (en partant j’ai même acheté le CD).

 


Peps : sympa mais sans plus : « liberté, libertad » ça fait un peu Manu Chao ou Jovanotti version 2009…

 


Mon deuxième coup de cœur de la soirée : Mozart, Opéra Rock.

 


Vidéo de la troupe de Mozart, Opéra Rock en train de chanter « Tatoue-moi ».

 


Sheryfa Luna, une des bonnes surprises de la soirée…

 


Emmanuel Moire : Adulte et Chec-chi… c’est vrai que c’est tout à coup moins sexy (néanmoins j’aime bien la photo).

 


Zaho, une des mauvaises surprises de la soirée… c'est vraiment chelou...

 


Big Ali (on se demande bien d’où vient son nom…).

 


Grace, très belle voix mais musique un peu soporifique.

 


L’horreur de la soirée… Sliimy : dommage que je n’ai pas eu le reflexe de prendre une vidéo de sa danse rien à voir…

 


Superbus. Très très sympa.

 


D’ailleurs je vous propose aussi cette vidéo de Superbus en train de chanter « Addictions ».

 


Alesha Dixon : j’adore « Boy Does Nothing » et surtout ses danseurs :D.



Petite vidéo d'Alesha Dixon...

 


Stress et sa troupe, les derniers artistes à monter sur scène… l’ambiance en a payé les frais (les gens ont commencé à partir).

 


Et pour finir, une petite photo de Neveda, l'excellente animatrice de la soirée, et votre serviteur.

Bien à vous

Votre Stefano