Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les dernières nouvelles : Mémoire et Fête des Vendanges

Bonjour à toutes et à tous !


Je sais que je vous avais promis de vous parler de mon séjour à Paris, mais l’article est en train de me prendre plus de temps que prévu donc, pour ne pas vous faire attendre pendant trop longtemps, je vais chambouler mes projets et vous proposer un tout petit article sans prétention qui devrait vous mettre au courant de mes dernières péripéties.


Certains d’entre vous savent peut-être déjà que j’ai enfin commencé la rédaction de mon mémoire ; ça fait une semaine que j’y travaille avec passion et acharnement et je commence à voir quelques résultats… Enfin, des résultats qui ne sont certainement pas à la hauteur de mes attentes mais qui, selon les gens avec qui j’ai discuté, sont déjà pas mal…


Sans vouloir trop entrer dans le détail (je n’ai pas envie que cet article se transforme en un troisième épisode de mes « aventures d’un mémorant ») je peux vous dire que j’ai attaqué l’écriture et qu’en quatre jours j’ai écrit environ 9 pages… Pour certains c’est beaucoup, pour d’autres c’est bien, mais pour moi ce n’est pas assez ! Je sais, je ne peux pas espérer écrire 10 pages par jour, ni avoir la même facilité que j’ai pour rédiger un article pour ce blog, mais quand-même, je ne suis pas sûr que deux pages par jour soit le mieux que je puisse faire. Je sais que je peux faire beaucoup mieux et je n’attends que d’entrer en phase pour commencer à produire du travail satisfaisant.


Je n’ai pas d’excuses pour le peu de travail produit. Finalement j’aurais pu avoir écrit au moins 12 ou 14 pages, mais j’ai été un très mauvais élève et j’ai permis à des événements externes de faucher ma motivation et mon envie d’écrire et de mettre mes idées (compliquées) noir sur blanc.


Je sais, le week-end passé c’était la Fête des Vendanges et personne m’en voudra d’avoir voulu alléger mon programme, mais d’un autre côté il n’y avait pas d’excuses pour ne rien faire vendredi toute la journée et hier, j’aurais dû quand-même faire preuve d’un peu plus de courage et détermination, vaincre ma « gueule de bois » et venir continuer ce travail. Mais non, je me suis un peu reposé sur les lauriers. Là je n’ai plus d’excuses ! Il faut que je continue de bon train et que pour le 20 octobre la première des trois sections soit finie… Finalement il ne me reste plus que 23 pages à écrire…


Enfin… il me semble avoir assez parlé de ce cher mémoire et je passe à d’autres nouvelles. Comme je disais plus haut, le dernier week-end il y avait la mythique FDV, le seul week-end de l’année qui parvient à réveiller tous les esprits de Neuchâtel, même les plus endormis. Et bien entendu je ne pouvais pas m’empêcher de profiter à 200% de l’événement : vendredi soir j’ai travaillé au Stand Groupe Sida/Happy Gays avec Sam jusqu’à minuit et ensuite j’ai fait la fête jusqu’au petit matin.


Après une saine nuit de repos c’était reparti pour une deuxième soirée entamée chez moi avec un apéro réservé à quelques intimes, puis un déplacement en masse en ville où la fête a continué, encore une fois, jusqu’au petit matin. Le dimanche matin je me suis levé relativement tôt pour me préparer car je retravaillais au stand de midi à 16h, cette fois avec Thibaut. Après c’était parti, une fois de plus pour des longues heures de fête… A la base je pensais rentrer au plus tard à minuit, mais j’ai fini par rentrer à 3 heures du matin, extrêmement fatigué et imbu d’alcool (enfin il y a eu pire).


En gros donc une bonne cuvée celle de cette Fête des Vendanges 2008. Je me suis bien amusé, peut-être encore plus que les années précédentes. C’est peut-être parce que je me suis moins pris la tête pour donner des rendez-vous aux gens et pour les retrouver… Pendant ces trois jours j’ai vu plein de monde mais je suis aussi allé où le cœur me disait d’aller, sans trop perdre de vue le stand GS/HG qui était un peu mon QG.


Voilà donc, je remercie encore une fois toutes les personnes que j’ai croisées et avec qui j’ai passé autant de bons moments… J’espère vivement qu’on va remettre ça l’année prochaine et que ce sera autant génial.


Bien à vous


Votre Stefano.

Soirée entre filles...

Bonjour à toutes et à tous !


Me voilà de retour après un week-end prolongé à Paris où j’ai vu, pour la deuxième fois en quelques jours, le Sticky and Sweet Tour de Madonna. J’ai beaucoup de choses à vous raconter par rapport au concert et à ce dernier séjour parisien, mais avant de vous en parler, il faut que je publie un article qui devait être publié bien avant mon départ.


Le jour des Portes Ouvertes chez Davy et Dylan ne s’est pas terminé avec mon retour à Neuchâtel ; en fait, ce vendredi allait me réserver encore pas mal d’émotions vu que j’étais convié à une soirée « entre filles » et « sans copains » organisée par Clelia et Laure. Or, vous êtes peut-être en train de vous demander qu’est-ce que je faisais à une soirée entre filles et il est vrai qu’il s’agit d’une question plus que légitime et il faudrait la poser à Clelia et Laure…


Vous pourriez aussi vous demander si je ne me suis pas senti « seul » ou « exclu » parmi toutes ces filles et je vous répondrais par la négative ; la soirée a été très sympathique, nous nous sommes bien marrés et je ne me suis senti ni exclu, ni seul… Bien au contraire ! En plus, ce n’était pas une soirée entre fille du style « on parle de maquillage, de cheveux et de vêtements », mais plutôt du style « on parle d’hommes, de fesses et du fait qu’on n’a pas besoin d’eux pour s’amuser :D ».


La soirée a donc débuté chez Laure avec un apéro très sympathique et s’est poursuivie au Faucon où nous avons bien profité du fait que dans cet établissement le Kamikaze ne coûte pas trop cher pour nous en enfiler deux à la suite. Ensuite Clelia, Laure et moi avons eu droit à une longue (très très longue) divagation de Nathanaël sur la musique et sur les critères qu’il utiliserait pour juger un chanteur lors d’un concours de karaoké. Finalement, après une bonne heure de discussion, nous sommes parvenus à nous libérer et nous sommes allés au Luna Rossa où nous avons bu un dernier verre avant de rentrer nous coucher.


La soirée a donc été très sympa, pas trop folle (mais bon, on fera mieux la prochaine fois) et je me réjouis de la prochaine qui aura lieu, je l’espère, au plus vite. Voilà donc en gros le récit très sommaire de la soirée. Comme d’habitude je prends congé de vous en vous proposant quelques clichés qui ont été pris pendant notre session kamikaze au Faucon.


 



Pour commencer, un petit cliché des participantES à cette « soirée-filles ».


 



On continue avec une photo de Clelia qui nous montre son piercing à la langue et sa longue chevelure qui a disparu quelques jours après.


 



Voici ensuite une photo très chouette de Laure qui nous a mis son appartement à disposition pour le début de la soirée.


 



Et puis un cliché d’Anaïs et moi-même. Cette fille est tout simplement mythique et adorable ;O).


 



Ensuite un cliché de Laure et moi-même (un peu flou)…


 



… et une photo très sympa de Clelia et moi (ceux qui disent que je mets toujours des photos moches d’eux seront contents de voir que, une fois de plus, je mets un cliché qui n’est pas complètement à mon avantage).


 



Et pour finir… « Cat-man » :D.



Bien à vous



Votre Stefano

Portes Ouvertes chez Davy et Dylan

Bonjour à toutes et à tous!


Me voilà de retour pour vous proposer un nouvel article ET des nouvelles photos ; en attendant de pouvoir poster les photos prises il y a quelques semaines au concert de Madonna à Zurich, je vais partager avec vous des clichés que j’ai pris vendredi passé lors de la journée de portes ouvertes du bataillon dans lequel Davy et Dylan sont engagés.


Cela faisait plusieurs mois que j’avais promis (enfin, pas vraiment « promis », mais en tout cas annoncé) aux Jumeaux que j’accompagnerai Samuel à la journée des Portes Ouvertes de leur Bataillon ; or la malchance a voulu que cette journée ait lieu pendant les deux semaines que je souhaitais passer au Tessin pour travailler sur mon mémoire ; par conséquent, il a fallu revoir mon emploi du temps et écourter de quelques jours mon séjour à Bellinzona et revenir sur Neuchâtel le jeudi soir (au lieu que le lundi) : finalement il n’y a pas eu mort d’homme car je n’aurais en tout cas pas pu faire beaucoup plus d’avance aux archives pendant le week-end.


Donc, je me suis retrouvé à Aarau, le chef-lieu plus que mythique du Canton d’Argovie, pour cette journée spéciale que ces charmants militaires ont consacré à leurs familles et leurs amis. Je m’y suis retrouvé avec Sam, la famille de Davy et Dylan ainsi que les familles de tous les autres membres du bataillon. Le temps n’était pas au rendez-vous et nous avons eu droit, le matin, à quelques gouttes de pluie qui n’ont point découragé ni les visiteurs, ni les « visités ».


Pendant la journée les familles et les amis ont pu avoir un avant-goût de la vie de tous les jours du bataillon : nous avons pu voir la mise en pratique de leur entrainement physique, les techniques de combat qu’ils ont appris (et dont je n’ai pas le droit de parler ici si je ne veux pas me faire expulser de mon propre pays), les techniques d’auto-défense, etc. On a aussi eu droit à une présentation du matériel (armes, tenues, véhicules) et je n’oublierai pas de mentionner le concert de la fanfare qui a été sympathique et assez surprenant.


La journée s’est terminée avec un appel de bataillon (tous les militaires en colonne par huit) et le licenciement pour un long congé de quatre jours qui a donné un peu de répit à ces pauvres jeunes hommes (et femmes car il y en a quelques-unes) épuisés et tiraillés par ce climat capricieux.


J’ai été content de retrouver Davy et Dylan et j’ai passé une journée très chouette : je sais, l’armée n’est pas la meilleure chose qui m’est arrivée dans ma petite vie, mais j’ai quelques bons souvenirs et le fait de passer une petite journée parmi quelques charmants jeunes hommes en uniforme (hélas il n’y en avait pas beaucoup qui étaient charmants…) m’a un peu ramené à ma propre école de recrue et à ma propre journée des portes ouvertes qui, finalement, n’avait pas été beaucoup différente de celle de vendredi passé.


Mais le moment de me taire et de passer aux photos est enfin arrivé :


 




Ce premier cliché ne veut rien dire, mais je trouve qu’il est parfait pour ouvrir cette petite série…


 




Perdus dans la campagne, les familles et les amis des recrues ont pu assister à des démonstrations. Voici un petit cliché de la première…


 




… et un autre cliché pris pendant la démonstration faite par la section de Davy et Dylan (une démonstration concernant les postes de contrôle et la fouille des véhicules).


 




Quand je vois ça, je me sens plus en sécurité dans mon petit pays… En plus, on m’a aussi appris à faire ça. Pour le moment je n’ai jamais eu besoin de me servir de ça, mais on ne sait jamais… We live in dangerous times…


 




Le concert de la fanfare sur la place d’appel.


 




Un petit défilé de mode pour présenter aux familles les différents habits et les différentes tenues militaires.


 




Un détail de la tenue : le symbole de l’infanterie. Chaque bataillon a le sien. Sur mon écusson il y a des épis de blé.


 




Autre détail, mais cette fois du béret (il s’agit, encore une fois, du symbole de l’infanterie).


 




Et voilà, je vous ai fait attendre, mais voici enfin nos chers militaires. Commençons par Davy (en tenue mimétique car il était de garde) ici en compagnie de Sam et Stéphanie.


 




Ensuite Dylan… Mais où est Dylan ? Roh, il a disparu encore une fois ! Bon en attendant qu’il revienne, voici un cliché de mon cher CardinaL du Haut du Canton.


 




Et voilà enfin notre cher Dylan accompagné de votre humble serviteur.


 




Il faut admettre qu’elle est quand-même chouette cette tenue de sortie. On aurait pu avoir pire (lorsque je pense à celle de mon père ou à celle de mon grand-père je remercie le Seigneur d’être né à la fin du XXe siècle…).


 




Davy encore au travail… un vrai pro ;O)…


 




…qui se laisse cependant distraire. Bon disons qu’il était difficile de ne pas se distraire vu qu’on était au moins cinq autour de lui avec nos appareils et l’envie de prendre une photo avec lui : ça m’a un peu rappelé le sketch de Mr Bean où il voulait prendre sa photo avec le Garde de la Tour de Londres…


 




Et pour finir, un petit cliché (pas vraiment réussi) de l’appel.

Bien à vous

Votre Stefano

C'est la rentrée... ma septième rentrée :S


La rentrée universitaire 2008 en 401 400 mots


Quelques pensées en vrac sur ma septième rentrée universitaire qui sera de toute évidence la dernière de ma vie d’étudiant. En arrivant ce matin j’ai aperçu les nouveaux (à Canterbury on les appellerait les « freshers ») vers l’entrée de l’Aula et je me suis dit : « voilà, c’est parti (pour eux) pour une longue matinée de blablas inutiles ».


A midi le premier contact avec tout ce beau monde, à la cafétéria, orpheline de notre chère Françoise qui a provisoirement été transférée à la Faculté des Sciences au Mail, où ces jeunes se promenaient avec leurs bouts de papier en cherchant de comprendre quelque chose à leur plan fraîchement imprimé depuis le site Internet de l’uni. Pendant que je les observais en train d’essayer de s’en sortir, avec parfois des regards vides figés sur leurs jeunes visages, je n’ai pas pu m’empêcher de penser qu’il y a sept ans j’étais à leur place… J’étais aussi perdu, en train de chercher mes salles, dans un monde qui me faisait peur, et, surtout au commencement d’une aventure qui m’effrayait comme peu de choses m’ont effrayé au cours de ma vie.


Ces jeunes m’inspiraient presque de la tendresse : loin de moi l’idée de me moquer d’eux car je sais qu’est-ce qu’ils sont en train de traverser : je sais aussi que, comme tout le monde, ils devront prendre leur mal en patience et qu’ils finiront par s’adapter et embrasser ce nouveau chapitre de leur vie qui, avec un peu de chance, ne durera pas aussi longtemps que le mien…


Je me réjouis donc de voir la situation se normaliser dans les semaines à venir et puis surtout de croiser certains charmants jeunes hommes que mes yeux toujours attentifs et éveillés ont aperçus parmi lesquels il y avait (Clelia tu ne vas pas y croire !) le charmant Billard Boy du Faucon ! Je sais… tout ceci pourrait sembler peu sérieux de ma part – surtout que la plupart de ces jeunes doivent avoir 18 ou 19 ans (mon Dieu, vous vous rendez compte que cette année les gens nés en 1990 fêtent leur 18e anniversaire ? ça ne me rajeunit pas…), mais il faut bien trouver des choses pour nous motiver… après tout, une des raisons pour lesquelles je viens à l’uni tous les jours est la vue…


Bien à vous


Votre Stefano

Les aventures d'un mémorant (Partie 2)

Bonjour à toutes et à tous !


Me revoilà avec quelques nouvelles de moi. Je sais, je n’ai pas beaucoup publié ces derniers jours, mais ma connexion Internet ici au Tessin a quelques petits soucis et à cause de ces soucis j’ai pris du retard par rapport au « programme de publication » ; en fait, ça fait depuis samedi que les photos du concert de Madonna sont prêtes pour être publiées, mais cette vieille connexion ne supporte pas toutes les nouveautés Java d’Over-blog et ne me laisse pas accéder au photo-uploader. Ceci veut dire qu’il faudra que j’attende mon retour à Neuchâtel pour vous proposer ces photos et que je trouve d’autres choses à dire et à publier en attendant…


Je pensais donc vous proposer un deuxième épisode des « aventures d’un mémorant », histoire de vous mettre au courant des derniers développements concernant mon petit mémoire. Or, comme vous savez déjà, une des raisons pour lesquelles je suis venu au Tessin (en bravant le mauvais temps qui a ravagé le sud des Alpes pendant ces derniers jours) est liée à mon mémoire ; en fait, il fallait que je vienne chercher des ouvrages importants, mais, surtout, que je commence à dépouiller mes sources documentaires qui se trouvent aux archives cantonales de Bellinzona.


Le but de mon voyage au Tessin était clair et je reposais pas mal d’espoir sur mes premiers dépouillements ; finalement, cet après midi, j’ai eu accès aux premiers documents (avant il me fallait lire les ouvrages dont je parlais plus haut) et c’est avec un plaisir non dissimulé que j’ai commencé à dégoter des informations très intéressantes qui m’ont permis de confirmer des doutes que j’avais et de répondre à des questions qui s’étaient posées lorsque je lisais les ouvrages de ma bibliographie.


En rentrant à la maison ce soir, après cette première session de lecture de sources documentaires, j’ai enfin eu la sensation que mon travail de mémoire commençait enfin à prendre forme… sous la douche je réfléchissais et je me rendais compte que dans ma tête j’ai presque toute la structure du premier chapitre… et qu’une partie du deuxième est sur une bonne voie… Et pourtant les documents que j’ai consulté cet après midi ne contenaient pas énormément d’informations… c’est juste que le peu d’infos que j’ai trouvées m’ont donné la possibilité de lier mes pensées éparses un peu partout et de leur donner une forme plus ou moins cohérente.


Je ne vais pas m’attarder sur le contenu des documents que j’ai dépouillé cet après midi car ceci risquerait de vous ennuyer, mais pour ce qui me concerne je suis tellement excité que je me réjouis de retourner aux archives demain après midi pour continuer à lire et à découvrir d’autres éléments. Si tout va bien, d’ici jeudi soir j’aurai dépouillé tous les documents que j’avais prévu de consulter et une fois retourné à Neuchâtel je pourrai m’attaquer à la rédaction… Je pense que le genre de documents que je suis en train de lire ainsi que les informations que j’ai trouvé à gauche et à droite dans ma bibliographie, me permettront d’entamer la première des trois sections de mon travail. Pour la deuxième et la troisième il faudra attendre ma prochaine visite au Tessin, prévue pour le mois d’octobre.


Enfin, tout avance gentiment et je suis de plus en plus à fond dans mon mémoire. En plus là je pense même avoir décidé en quelle langue j’allais écrire mon travail : je pense que ce sera l’italien, le choix le plus « naturel » si on considère le sujet dont je souhaite écrire. En plus j’ai vraiment envie de partager ça avec ma famille.


A bientôt pour des nouvelles aventures.


Votre Stefano

Au Tessin une fois de plus

Bonsoir à toutes et à tous !


Je prends quelques nouvelles pour vous donner quelques nouvelles de moi car ça fait quelques jours que je n’ai rien publié et, croyez-moi, ce n’est pas l’envie qui manquait… Depuis mardi soir je suis de retour au Tessin et je travaille avec passion et acharnement à mon mémoire… non, je n’ai pas encore commencé la rédaction, mais j’ai enfin mis un pied (le premier) dans mes fonds d’archives et je commence à prendre conscience de la masse de documents manuscrits qui attendent d’être lus (en plus, j’ai appris cet après midi qu’une partie desdits documents est en latin, ce qui va demander le double du temps… enfin, c’est les joies du mémorant :D).


A part ça, pour une fois il fait un temps de chiottes, ce qui me va très bien car au moins je ne risque pas d’être distrait par le beau temps. Il faut vraiment que je profite un maximum de ce séjour pour avancer avec mon petit village abandonné et je suis presque ravi que ce temps pluvieux ne m’incite pas à la bronzette ou à rien faire ;O).


Je sais, il y a probablement plusieurs personnes entre vous qui seront déçues en lisant ce texte car je ne mentionne pas du tout le concert de Madonna à Zurich. Hélas je ne vous cacherai pas que c’est tout à fait volontaire ; en fait, je pensais ne rien publier avant de poster le récit de la journée que j’ai passée à Dübendorf ainsi que les photos qui vont avec, mais l’édition et le recadrage desdites photos est en train de prendre plus de temps que prévu et donc il fallait bien « meubler ». En tout cas je peux d’ores et déjà vous promettre que l’attente sera « largement » récompensée par les clichés que je compte vous proposer… pas qu’ils soient exceptionnels, mais ils valent le détour, surtout si on considère qu’ils ont été pris avec un portable.


Enfin, je n’ai pas grand-chose à ajouter donc je vous donne rendez-vous à tout bientôt pour la suite des aventures.


Bien à vous


Votre Stefano