Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Mon bilan de l'année 2007

Si je devais choisir le mot qui mieux définit cette année 2007 ce serait « mouvement » ; je n’ai pas arrêté de bouger et cela est assez nouveau pour moi.

En fait, lorsque je regarde l’ensemble de l’année, je me rends compte que je n’ai fait que bouger : j’ai commencé l’année en rentrant en Angleterre après mes vacances de Noël ; je suis revenu en Suisse en mars ; en mai je suis retourné là-haut et pendant que j’y étais j’ai fait ma mythique promenade en vélo. De retour en Suisse à la fin du mois, je n’ai pourtant pas eu de répit car j’ai commencé à voyager entre Neuchâtel et Bellinzona (je pense que ça faisait quelques années que je n’étais pas retourné au Tessin aussi souvent en aussi peu de temps), et puis mon déménagement, et encore le Cours de répétition… En gros, si je regarde 2007, je me rends compte que je n’ai pas passé plus que quelques semaines dans un endroit sans bouger.

D’un côté j’ai bien aimé ce dynamisme car ça m’a permis de faire beaucoup de choses, de voir beaucoup d’endroits etc., mais de l’autre côté, je me suis trouvé un peu perdu car je n’arrivais pas à trouver un repère fixe, un chez moi qui en soit vraiment un ; finalement cela s’est amélioré depuis que j’ai mon appartement, mais, encore une fois, il m’a fallu quelques temps avant que je m’y sente bien et que je le considère comme mon nouveau chez moi !

Je pense qu’en 2007 j’ai passé beaucoup de temps à chercher des repères et cela a eu des effets sur toute mon existence ; les deux moments noirs de l’année (en janvier et en août) ont probablement été causés par ce manque de repères ; je ne savais pas où j’étais et ma vie en général devenait floue car je n’aime pas construire des choses dans le vide. Je remarque aussi qu’une fois que j’ai commencé à considérer mon appartement comme mon « chez moi », les choses ont commencé à s’améliorer… j’ai repris le dessus dans ma vie professionnelle, j’étais plus zen dans ma vie sociale et, finalement, j’ai aussi été capable de rencontrer un homme qui me supporte.

Je me demande encore si en choisissant de partir en Angleterre je n’ai pas choisi de m’embarquer dans une aventure qui était trop grande pour moi : c’est vrai, j’ai eu du plaisir à être là-bas et je ne regrette pas cette expérience mais j’ai souvent l’impression que, pendant huit mois, j’ai mis ma « vraie » vie entre parenthèses… je ne pouvais pas faire autrement car je n’aurais pas été capable de continuer à vivre ma vie ET profiter un maximum de cette expérience Erasmus. On pourrait dire que mon séjour à Canterbury a été une partie de ma vie, mais une partie qui est déconnectée du reste : pour partir j’ai dû me faire violence et « sortir des rails » de ma petite vie à Neuchâtel et, lorsque je suis revenu en Suisse, j’ai dû me remettre dans ces rails.

Cette année a donc été plus dure et fatigante qu’on pourrait le croire en me voyant et en lisant certains articles de ce blog… je me demande si j’aurais pris d’autres décisions, si j’avais su tout cela en début d’année… je me demande si je me serais conduit de la même façon ou si j’aurais apporté quelques modifications… Me connaissant, je me dis que j’aurais quand même choisi la même route que j’ai entreprise ! Non il n’y a rien de masochiste là-dedans… c’est juste qu’à côté des difficultés, il y a eu beaucoup de moments de plaisir en compagnie de personnes que j’apprécie (mes CardinauX, l’ATF, Johann, Tito, Tetta et Manti, et tous les autres) et puis j’ai su faire face aux difficultés, j’ai su apporter des solutions et j’ai vraiment l’impression d’avoir évolué !

Si je regarde le Stefano qui faisait la fête à Vaumarcus il y a une année et celui qui passera son réveillon avec Delphine ce soir, eh bien, je peux dire que fondamentalement ils sont toujours la même personne, même si celui de maintenant a vécu des expériences que son alter-ego d’il y a une année n’a pas vécu ; le Stefano du 31-12-2007 a fait face à des problèmes, a dû résoudre des questions et, avouons-le, n’a pas toujours eu la vie facile… mais ce n’est pas la facilité qui fait évoluer ! Ce n’est pas la facilité qui nous pousse à nous remettre en question ! Ce n’est pas la facilité qui nous fait devenir une meilleure version de nous-mêmes. Donc finalement, j’ai beaucoup bougé en ce 2007, je me suis posé beaucoup de questions et j’ai dû travailler comme un fou pour retrouver un certain équilibre… mais ça en valait la peine car là je me sens plus serein et plus comblé.

Donc pour résumer, mon bilan pour l’année 2007 est plutôt positif car malgré les problèmes et les remises en question, j’ai été capable d’évoluer et de devenir une meilleure version de moi-même.

Bonne année 2008 à tous

Votre Paadre dévoué

Ma revue 2007

Ici commence une brève revue de l’année 2007 de votre Paadre dévoué


L’année
2007 a commencé en fanfare avec une grandiose fête de réveillon à l’Underground 7 de Vaumarcus (chez Alain) ; la soirée s’est terminée avec une promenade sous la pluie pour rejoindre la gare de Saint-Aubin et puis l’appartement cardinalesque de Romain. Après quelques jours de pause pour récupérer, et avant de rentrer à Canterbury, j’ai un petit peu profité de mes vacances en Suisse pour voir des amis ainsi que pour participer à la traditionnelle funi-fondue avec Ana, Marie et Célia (Sandrine et Pascal auraient dû être de la partie mais il étaient cloués au lit par une grippe).

2007---01.jpg


Ensuite, vers le 10 janvier je suis rentré à Canterbury où j’ai retrouvé ma petite vie d’étudiant Erasmus, mais la motivation n’était pas au rendez-vous ; en fait, pendant deux ou trois semaines le moral était très bas et je me suis un peu isolé… je sortais de ma chambre quand il était vraiment nécessaire et je passais le moins de temps possible avec mes colocataires et avec les autres gens. Finalement j’ai su remonter la pente et j’ai recommencé à vivre et à profiter de mon séjour en Angleterre ; vu qu’Ana m’avait laissé tout seul il fallait bien s’occuper et c’est ainsi que j’ai pris l’habitude d’aller souvent au cinéma (ce qui ne change pas par rapport à mes habitudes « suisses ») mais aussi de participer à toutes les soirées organisées par l’association LGBT.

2007---02.jpg

C’est avec ce nouvel état d’esprit que je me suis retrouvé au mois de février : de plus qu’au début du mois il a neigé, un événement plutôt incroyable à Canterbury qui n’a pas manqué d’occasionner plusieurs problèmes à ces braves anglais. Au final la neige aura duré un jour et demi… 

2007---03.jpg

Parmi les soirées organisées par l’association LGBT, il faut bien entendu évoquer le « Brighton Trip » : il faut admettre qu’au départ je n’étais pas trop motivé par cette soirée (qui me semblait excessivement chère), mais l’ambiance qui régnait dans le car, ainsi que la soirée concoctée par les organisateurs m’a rapidement incité à rejoindre ce « move » festif. En rentrant chez moi le dimanche matin très tôt j’étais fatigué mais heureux de la bonne soirée que j’avais passée (dommage que Simon n’avait pas pu nous rejoindre à Brighton).

2007---04.jpg

Après le Brighton Trip, le mois de février est passé sans événement majeur, mais il y en avait un qui m’attendait (depuis des mois) dans le premier week-end de mars lorsque mes trois CardinauX sont venus me rendre visite en Angleterre ; comment oublier cette journée à Londres, avec tous ses inconvénients et cette deuxième journée à Canterbury ? Je pense que cela est bel et bien impossible !  Nous avons bien ri, « bien » mangé, fait un peu de shopping et pas beaucoup dormi. En tous cas, je crois que la visite cardinalesque a été le meilleur moment du deuxième trimestre à Canterbury ; après ce week-end, le mois de mars a été rempli d’échéances (comme ils disent là-haut, de deadlines) pour l’université : entre un exposé et un essai je n’ai presque pas vu le temps passer et je me suis retrouvé à la fin du trimestre, une fin qui avait la saveur d’une fin d’année vu que le troisième trimestre est uniquement consacré aux examens.

2007---05.jpg

C’est d’ailleurs à la fin du mois de mars que l’association LGBT a organisé sa dernière soirée. C’est là que j’ai offert mon bracelet noir à Amanda…

2007---06.jpg

De retour en Suisse pour me ressourcer, j’ai passé la plupart du mois d’avril à Neuchâtel (mais aussi quelques jours au Tessin pour fêter l’anniversaire de ma mère) où j’ai dû remplir des « obligations officielles » comme les anniversaires de Nicole et de Léonardo.

2007---07.jpg

Et puis, c’est pendant ce long mois d’avril que Samuel et moi avons passé plus de temps au Tuyau Rouge que chez nous… ce cher Tuyau était un petit peu devenu notre résidence secondaire ; c’est donc lors d’une soirée assez sympathique que nous avons rencontré un groupe de jeunes personnes avec qui nous avons socialisé (surtout Sam) et qui, depuis, sont devenus « les petits jeunes (à Samuel) ». Enfin, nous avons bien rigolé avec cette équipe de fous ;O).

2007---08.JPG

Au mois d’avril, lorsque j’étais à Neuchâtel, je logeais chez MC dans le mythique appartement de
la Prinzessin (appartement où l’on retrouve le mythique Balcony) à Champréveyres ; c’est pendant cette période qu’MC m’a exposé son idée de Portes ouvertes qui m’a rapidement enthousiasmé, surtout parce qu’on était une petite équipe de vieux amis… je me voyais déjà comme pendant l’organisation de l’expo pour les 40 ans en 2004 : des nuits blanches et surtout beaucoup de fous rires.

2007---09.jpg

Avant de rentrer à Canterbury pour passer les examens, j’ai pris un après midi pour aller à Vevey et rencontrer mon ami Bobo ; c’est lors de cet après midi de début mai que ledit jeune homme a pris la meilleure photo de moi de cette année. En tous cas j’ai passé un après midi très sympathique et je me réjouis de retrouver Bobo, un jour ou l’autre. 

2007---10.jpg

Après un mois de vacances et de bonheur, je suis rentré en Angleterre pour mes examens finaux ; il faut admettre que je ne stressais plus que cela et que j’ai bien fait à ne pas passer mes vacances à réviser car cela n’était pas du tout nécessaire ! Je me suis pointé à mes  examens (quatre écrits car il n’y a plus d’oraux à Canterbury), j’ai écrit pendant le temps que j’avais a disposition et je suis plutôt satisfait des résultats… on pourrait presque dire que j’ai bien cartonné. J’ai fini mes examens le 18 mai et le retour définitif en Suisse était prévu pour le 31, ce qui me laissait une bonne dizaine de jours pour me ressourcer et visiter ce que je n’avais pas encore eu l’occasion de visiter.

C’est ainsi que je me suis offert (le jour même où j’ai fini mes exas) une longue visite de la ville de Canterbury ; j’ai découvert des recoins magnifiques que je ne connaissais pas du tout.

2007---11.jpg


Le week-end suivant j’ai pris le train et je suis allé à Ramsgate (un autre ville du Kent) où j’ai visité la maison néogothique projetée et construite par Pugin ; après cette visite je me suis longuement promené au bord de la mer jusqu’au North Foreland (la pointe septentrionale du Kent) ; le soir j’étais fatigué mais heureux de ma promenade.

2007---12.jpg
Et puis, quelques jours après, j’ai fait le tour en vélo dont je rêvais depuis quelques temps ; je suis parti de Canterbury et j’ai roulé en direction de Ramsgate, Margate et Whitstable… C’est lors de cette longue promenade (environ
70 kilomètres) que je me suis cramé les épaules (le touriste malin qui n’avait pas de crème solaire, un classique…) que j’ai crevé un pneu (c’était vraiment le désespoir) et que j’ai pu admirer ces magnifiques ruines… ça valait la peine de se cramer pour voir cela… ;O).

2007---13.jpg
Il est vrai que j’étais très content de rentrer en Suisse, mais quand même je sentais que mes colocataires et les gens que j’ai rencontrés en Angleterre allaient me manquer ; j’ai donc passé beaucoup de temps avec eux et j’ai participé aux activités qu’ils avaient organisé… je suis même allé au « Works » après que, pendant des mois, j’avais refusé d’y aller et finalement j’ai passé une très bonne soirée.

2007---14.jpg
Au final au départ de Canterbury j’étais un tout petit peu triste de rentrer… j’avais le sentiment de ne pas avoir profité de mon séjour comme il aurait fallu que je fasse ; mais il était trop tard pour regretter ; il fallait rentrer et reprendre ma vie « suisse » en main ! Et puis il y avait MC et l’équipe des Portes ouvertes qui m’attendaient avec hâte : on avait une dizaine de jours pour tout préparer ; on était à la bourre, il nous manquait du matériel, mais nous avons fini par organiser un week-end très sympathique ; et puis, pendant l’organisation j’ai pu mieux connaître Lara et Daniela, ces deux jeunes tessinoises déjantées.

2007---15.jpg
Les portes ouvertes n’ont pas été le succès qu’on espérait, mais avec l’équipe nous avons passé des bons moments et nous avons profité de ces moments tous ensemble ; et puis ce n’était pas faute de ne pas avoir offert un programme sympa… nous avions des beaux concerts (Nathanël et le chœur à Anne), la paella, l’après midi cinéma avec fondue au chocolat.

2007---16.jpg

Après les portes ouvertes, je suis rentré au Tessin pour fête l’anniversaire de mon papa et les vingt-cinq ans de mariage de mes parents ; pour marquer ce cap, mon frère et moi leur avons offert une grande table en bois (faite par mon frangin et peinte par mes soins) qui a été installée dans la terrasse de notre chalet à la montagne. C’est d’ailleurs au chalet que j’ai passé une grande partie de mon séjour tessinois, en train de refaire la peinture d’une des façades du chalet.

2007---17.jpg

De retour à Neuchâtel, j’ai enfin pris possession de mon nouveau logement au numéro 23 de Prébarreau. Cela faisait depuis mon séjour en Suisse du mois d’avril que j’avais entrepris des démarches pour trouver un nouvel appartement… et j’ai eu de la chance car je suis tout de suite tombé sur un appartement qui me plaisait. Finalement je l’ai eu, mais ce ne fut pas aussi simple qu’on pourrait le croire ; j’ai officiellement emménagé dans mon nouveau palais le 30 juin !

2007---18.jpg

Et le soir même, pour fêter ce déménagement, j’ai participé à une soirée à l’Underground 7, la première à avoir lieu dans cet endroit depuis Nouvel An ; le thème était « Sun, Sex and Sun », une soirée plutôt réussie, probablement grâce à la SCP (
la Sainte Cravache) qui est revenue dans les mains du Paadre qui, maladroitement, l’avait oubliée à Vaumarcus le 1er janvier.

2007---19.JPG

Pendant le chaud mois de juillet, le gros de mes efforts a été consacré à la mise en place de mon appartement ; après avoir officiellement emménagé le 30, il a fallu refaire la peinture, installer les lampes et les rideaux, aller chercher mes affaires éparpillés dans toute Neuchâtel, mais aussi aller acheter et chercher les meubles ; ainsi, le 7 juillet 2007, alors que Madonna s’apprêtait à monter sur scène à Londres lors du Live Earth, Samuel et moi étions chez Conforama à Fribourg où nous sommes allés chercher une grande partie de mes nouveaux meubles… Une expédition mythique, comme vous pouvez bien imaginer en voyant le cliché suivant…

2007---20.jpg

Quoiqu’il en soit, après deux longues et dures semaines de travail, le 15 juillet le nouvel Appartement Pontifical du Paadre était enfin prêt…

2007---21.jpg

… Prêt pour accueillir mes amis pour des apéritifs qui sont déjà devenu un classique de la vie mondaine neuchâteloise ; en peu de temps ce petit appartement est devenu un lieu de rendez-vous exclusif où on n’accepte pas tout le monde… il faut avoir un certain standing pour y accéder et jouir de la faveur du Paadre ;O). Et puis, bien entendu, un petit cercle d’habitués s’est rapidement constitué, comme le montre la photo suivante :

2007---22.jpg

Le mois de juillet est passé à la vitesse d’un éclair ; sans m’en rendre compte, je me suis retrouvé au premier août, à fond dans l’ambiance qui règne lors de la fête nationale suisse (je pense que la fête aurait été deux fois plus grandiose si on avait su que Blocher ne serait pas réélu en décembre) ; j’adore fêter le premier août et cette année le programme a été riche et fort sympathique : le 31 juillet j’ai dîné (avec Romain, Vanessa, Stéphanie et Lucie) chez ma CardinalE au Landeron, puis nous sommes allés au bord du lac pour voir les feux et j’ai fini par dormir chez Julienne. Le premier août nous avons passé la soirée à Neuchâtel et, il faut admettre que j’ai un tout petit peu bu et que j’ai failli rentrer sur les genoux… Pas bien Paadre !

2007---23.jpg

Puis sinon le mois d’août pourrait être décrit comme le mois des visites : tout a commencé pendant le premier week-end du mois, lorsque mes CardinauX et moi avons passé un petit week-end dans mes terres natales (bon il y avait aussi un tel Alessio, mais est-il nécessaire de mentionner ce fait ? A-t-il marqué mon 2007 ?) ; mes CardinauX ont adoré, malgré la marche et les valises à roulettes, mais, comme disait Julienne, « le chalet du Paadre ça se mérite !». C’est d’ailleurs lors de ce week-end pontifical au Tessin que nous avons pris la nouvelle photo officielle du clergé.

2007---24.jpg

La deuxième visite dont il faut parler a eu lieu le 12 août lorsque j’ai enfin bougé son cul et est allé visiter le fameux Creux-du-Van ; c’était la première fois que j’y aillais, ce qui est une honte étant donné que je vis à Neuchâtel depuis cinq ans ! J’ai fait cette promenade le jour après ma pendaison de crémaillère car j’avais besoin de réfléchir et me changer les idées ; en fait je pensais juste être déçu par le fait que plus que la moitié de mes invités n’était pas venu à cette soirée à laquelle je tenais beaucoup, mais en réalité il y avait beaucoup plus et il me faudra encore un petit moi pour avoir les idées claires.

2007---25.jpg

La troisième visite du mois d’août a été celle d’Aaron, ancien voisin d’appartement à Canterbury qui passait de Zurich lors de son tour d’Europe ; j’ai été content de le retrouver et de parler « du bon vieux temps » lorsqu’on habitait à dix mètres l’un de l’autre. Depuis je n’ai plus vraiment eu de nouvelles des gens de là-haut, à part quelques vœux d’anniversaire.

2007---26.jpg

Et pour finir avec les visites (et le mois d’août), comment ne pas parler de la visite de mon ATF ? Je pense que dans cent ans les livres d’histoire tessinoise vont encore en parler car ce fut un week-end mythique pendant lequel mon Abbé a fait la connaissance de la nonna, de sa cuisine, de mes parents et, bien entendu, de Boubou. Et puis il a visité beaucoup de recoins caractéristiques de Bellinzona… parmi les photos qui ont été prises lors de ce moment unique, je crois qu’il n’y en a aucune qui est plus parlante que celle-ci (n’est-ce pas mon cher Abbé ?):

2007---27.jpg

Dans le deuxième moitié du mois d’août et jusqu’au début du mois de septembre, un peu comme pendant le mois de janvier, mon moral était en baisse ; les choses n’allaient pas franchement très bien depuis ma pendaison de crémaillère, mais mon état n’a fait qu’empirer et c’est juste après la rentrée universitaire que les choses ont commencé à s’arranger… C’était une rentrée qui ne ressemblait pas à une rentrée et qui ne s’est pas passée comme j’espérais ; j’étais perdu car je me rendais compte que j’approchais la fin de mes études et je commençais à me demander ce qui m’attendait après. Finalement le noir a commencé à se dissiper et j’ai retrouvé mon chemin… Depuis je n’ai plus eu de « crises » aussi graves. La fin de septembre a été caractérisée par une magnifique Fête des Vendanges (dommage que cette année il a plu le samedi soir) où j’ai rencontré un nouvel ami : Johann.

2007---28.jpg

Et on arrive au mois d’octobre qui a commencé avec la fête d’anniversaire de Célia, une soirée magnifique passée à Yens et au MAD de Lausanne (dommage que la fin de soirée n’ait pas été aussi magnifique : je me suis endormi dans le train et je me suis réveillé à Bienne au lieu qu’à Neuchâtel).

2007---29.jpg

Quelques jours après, j’ai été invité, avec toute l’équipe, chez Sandrine pour un souper magnifique. Voici une photo de notre équipe au grand complet ; depuis cinq ans on s’adore et on se supporte… que demande de plus le peuple ? J’adore ces filles ! 

2007---30.JPG

Bien entendu, le mois d’octobre est aussi marqué par mon anniversaire, une récurrence importante que j’attends toujours avec impatience ; et puis cette année c’était mes vingt-cinq ans et il fallait faire quelque chose de grand, très grand. Alors j’ai commencé par une fête en famille le 12 octobre, où nous avons aussi officiellement fêté le 25e anniversaire de mariage de mes parents ; nous voici en photo lorsque je m’apprêtais à ouvrir le champagne pour le toast.

2007---31.jpg

Après cette soirée en famille, j’ai aussi organisé (avec l’aide précieux de Julienne et Romain) une soirée à Neuchâtel ; une petite trentaine de personnes a répondu « présent » à cette soirée dont le thème était le Tessin ; j’ai vu toute sorte de déguisement, mais deux restent inoubliables : le bandeau de Mister Salametti de mon ATF et les Tito, Tetta et Manti de Célia, Ana et Marie. La soirée a aussi été animée par une vidéo réalisée par mes soins qui retraçait les premières vingt-cinq années de ma vie et la désormais classique chorégraphie du Paadre qui a enthousiasmé les foules. En trois mots, une fête grandiose !

2007---32.jpg

Hélas le 21 octobre correspond aussi avec la date de fermeture du Tuyau Rouge ; je ne vais pas reprendre ici les raisons pour lesquelles un de mes bars préférés a été fermé car rien qu’à y penser il y a la colère qui remonte ; ici je voulais juste repenser aux bons moments que j’ai passé au Tuyau et remercier tous ceux qui ont rendu cela possible, donc Cindy, Kristel et les autres qui travaillaient au Tuyau, mais aussi les gens avec qui j’ai passé des soirées là-bas.

2007---33.jpg

J’attendais avec crainte l’arrivée du mois de novembre car depuis des mois je savais que j’aurais dû partir trois semaines à l’armée ; ce n’est pas que j’avais peur de ne pas y arriver, mais, en tant qu’homo j’avais plusieurs raisons de craindre ce cours de répétition ; pour me donner du courage (et pour épuiser les stocks d’alcool accumulés lors de mon anniversaire), au début du mois, j’ai convié beaucoup d’amis chez moi pour un apéritif tranquille ; le résultat a été une soirée fort sympathique qui m’a redonné les esprits nécessaires pour faire face à ce nouveau défi.

2007---34.jpg

Et puis finalement le cours de répétition n’était pas la mer à boire… C’est vrai, ce n’était pas toujours la joie, mais j’ai vécu pire. Pendant trois semaines je me suis changé les idées, j’ai oublié les examens, le mémoire, l’essai d’anglais et cela m’a fait du bien. Rendez-vous en juin 2008 pour le prochain cours. En plus, le mois de novembre n’a pas été aussi horrible que je le croyais : en fait, un samedi soir à Berne, lorsque je ne m’y attendais pas du tout, j’ai rencontré Olivier avec qui le courant s’est rapidement bien passé… oui, tellement bien passé que le jour d’après on sortait déjà ensemble. Après un mois et demi je sens que je m’attache de plus en plus à lui et qu’avec le temps cette histoire pourrait devenir très sérieuse ; on verra bien qu’est-ce que l’avenir me réserve dans ce domaine… 

2007---35.jpg

Et j’arrive à décembre… Difficile de dire quels ont été les événements marquants de ce mois car on y est encore à fond dedans ; j’ai passé presque trois semaines sur mon essai (alors qu’à la base je voulais le finir en une seule semaine), j’ai été convié à plusieurs soirées de Noël et j’ai été très peu dans mon petit Appartement Pontifical ; encore une fois je n’ai pas vu le temps passer, entre un souper, une page d’essai, un apéritif de Noël ou une soirée avec mes amis. La photo qui suit a été prise lors d’un souper chez Sandrine, le 15 décembre, juste avant que l’appareil m’annonce qu’il n’avait presque plus de piles.

2007---36.jpg

Voilà, j’espère que ce récit de mon année 2007 vous a plu et que vous êtes arrivés jusqu’au bout sans vous décourager… je sais, ça fait pas mal à lire, mais c’est difficile de résumer une année en quelques lignes. Demain c’est le dernier jour de l’année, le temps du bilan est enfin arrivé !

Bien à vous

Votre Paadre dévoué

Ma B.O. de l'année 2007

Chères lectrices, chers lecteurs,

Voici le premier de cette série de trois articles sur les points forts de 2007. Et, comme déjà annoncé, je commence avec la présentation des morceaux qui ont composé la B.O. de cette année. J’espère que ce voyage vous plaira…


01) Mika – Grace Kelly
: c’est Mika avec son premier single (et tube) qui ouvre cette collection des meilleurs moments musicaux de l’année 2007. A chaque fois que j’écoute ce titre, beaucoup de souvenirs de mon séjour en Angleterre me reviennent à l’esprit car là-haut ce jeune artiste cartonnait bien avant que Grace Kelly atteigne les ondes et les bacs en Suisse. C’est une chanson que j’ai beaucoup dansée et chantée durant mon séjour à Canterbury et il faut admettre que tout l’album vaut la peine d’être écouté, et écouté et… écouté (un peu comme nous avons fait, mes CardinauX et moi, lors de notre week-end au Tessin au mois d’août).

02) Kylie Minogue – Like a Drug : Kylie est de retour après des longs mois de maladie avec un nouvel album au titre intriguant (ndr X) ; le tout a été lancé par le titre 2 Hearts qui ne m’a pas vraiment convaincu… Mais, lorsque j’ai écouté le CD en entiers je suis tombé sous le charme de cette Like a Drug qui a été, pendant quelques jours, une véritable drogue pour mes oreilles et mon cerveau. Je suis ravi de retrouver Kylie et il se peut que je la voie sur scène en 2008…

03) Daftpunk – Around the World / Harder Better Faster Stronger : les Daftpunk sont de retour et cette fois ils ont frappé fort ! Enfin, en 2007 ils nous ont juste présenté un album « live », mais il est très bien fait et j’ai beaucoup apprécié le mixage de leurs tubes pendant ces 80 minutes de pure musique électronique. Ce CD, avec celui de Kylie, celui de Britney et celui des Spice Girls a aussi le mérite de me faire penser à ma première sortie shopping avec Olivier (pour ceux qui auraient raté quelques épisodes, Olivier est mon copain ;O)). Ce fut un après midi de début décembre fort sympathique…

04) Britney Spears – Piece of me : je parlais de Britney et à raison car elle a été, malgré elle, une des protagonistes de la presse à scandale pendant toute l’année 2007. On a beaucoup parlé de son pétage de plombs, de la perte de la garde de ses enfants et je dois admettre que je n’ai pas lu une seule critique concernant son nouvel album… On a un peu parlé de son clip pour Gimme More (le premier single) et de la performance désastreuse du même titre aux MTV Awards, mais je n’ai pas beaucoup entendu parler du contenu du CD qui est, certes, très Britney, mais avec quelques perles dignes d’un tout petit peu d’attention.

Un de ces morceaux est sûrement Piece of me dans laquelle la jeune femme nous parle de son rapport (catastrophique) avec la presse. « Do you want a piece of me? », elle demande sans cesse. Et finalement c’est ce dernier titre que j’ai choisi pour cette collection car j’aime bien le texte et d’un certain côté j’aimerais bien que l’on se concentre un peu plus sur sa musique et un peu moins sur sa vie privée… Tout le monde s’en fout de savoir si elle roule sans culotte ! Franchement… En plus, elle a sa place ici car malgré tout, on a beaucoup parlé d’elle pendant cette année 2007.

05) Rihanna – Umbrella : et tandis qu’une fille touche le fond de l’abîme de la célébrité, il y en a une autre qui atteint le sommet d’une carrière qui s’annonce prometteuse ; cette chère Rihanna, qui m’avait déjà touché avec son titre Unfaithful est arrivée dans les bacs avec un titre intéressant : Good Girl Gone Bad… j’espère juste que ce ne soit pas une prémonition concernant son avenir et qu’elle ne sombre pas comme notre chère Britney ou sa copine Paris. Un jour Rihanna aurait déclaré (comme Britney à une certaine époque) qu’elle veut devenir la nouvelle Madonna ; j’attends avec hâte ma chère et pour le moment je profite de cette Umbrella qui m’a fait tant danser au début de cette été lorsque j’emménageais dans mon nouvel appartement, ainsi que d’autres titres intéressants de l’album.

06) Nelly Furtado – Say it Right : lorsque je suis rentré d’Angleterre on entendait Say it Right partout… le clip passait au moins trois fois par jour à la télé et c’est probablement pour cette raison qu’il a autant marqué cette période. A chaque fois que j’entends cette chanson je pense à cette période en juin-juillet où je n’habitais pas encore dans mon appartement et je vivais chez MC. Et puis c’est la chanson qui m’a (enfin) persuadé à acheter le CD de Nelly… Il m’aura fallu quatre singles : Maneater, Promiscuous, All Good Things (Come to an End) et puis Say it Right.

07) Gwen Stefani – 4 in the Morning : un peu comme le CD de Nelly Furtado, il m’a fallu un bon moment avant de craquer et acquérir le dernier album de Gwen Stefani ; j’aimais biens Wind it up et The Sweet Escape, mais il m’a fallu entendre cette 4 in the Morning  pour craquer définitivement. C’est une chanson très douce et je trouve que notre chère Gwen est tout simplement magnifique dans le clip qui a été réalisé pour promouvoir le single… Un des plusieurs coups de cœur de cette année 2007…

08) Justin Timberlake – What Goes Around (Comes Around) : ah Justin ! Dire que cet homme est 100 % sexuel et phallique n’est pas une exagération. Notre cher jeune homme n’est pas seulement talentueux, il est aussi danseur hors paire, parolier subtil et aussi beau gosse au beau corps ; je ne sais pas combien de personnes auraient parié sur lui lorsqu’il faisait partie de N*Sync (mais bon, il faut bien commencer quelque part, ou bien ?). What Goes Around est un petit chef d’œuvre que l’on peut trouver dans FutureSex LoveSound qui, publié à fin 2006 n’a pas manqué de faire des ravages en ce 2007 avec plusieurs singles à succès. J’ai suivi Justin Timberlake pendant toute sa carrière solo (au début avec un peu de réticence) et je me réjouis déjà de la suite.

Mon seul regret c’est de ne pas l’avoir vu en concert… j’espère avoir l’opportunité de combler cette lacune au plus vite !

09) Christophe Willem – Jacques a dit : premier artiste francophone de cette collection, Christophe Willem a été une des plus belles surprises du monde musical francophone de cette année. Il faut admettre que je ne l’aimais pas trop lorsqu’il était candidat à la Nouvelle Star… je n’aimais pas trop celle que je croyais de la fausse modestie… on peut même dire qu’elle me tapait pas mal sur le système ;O). Mais il y avait pas mal de monde qui attendait avec hâte la sortie de son album et il faut admettre que, pour ce qui me concerne, j’ai été bluffé ! Inventaire est un album très bien ficelé et bien fait avec des très beaux morceaux. Ainsi, après Elu produit de l’année et Double je le jeune chanteur nous a proposé, en troisième single, Jacques a dit, un morceaux écrit par Zazie. J’aime beaucoup cette chanson et l’album en général… ça me fait penser à mes vacances en Suisse en avril passé.

10) Christophe Maé – Ça fait mal : j’ai découvert Christophe Maé grâce au « Roi Soleil », la comédie musicale qui a fait tant de ravages dans toute la francophonie durant ces deux dernières années. En 2007 il est revenu avec Mon paradis, un album solo qui ne m’a pas entièrement convaincu jusqu’au moment où j’ai été un peu « forcé » à l’écouter avec plus d’attention ; en fait, il faisait partie de la petite collection de CD qu’on avait lors du week-end pontifical au mois d’août au Tessin et il est passé plusieurs fois… Finalement j’ai appris à apprécier plusieurs chansons dont cette ça fait mal qui vient de sortir en single.

11) Grégory Lemarchal – De temps en temps : la disparition prématurée de Grégory au mois d’avril a fait couler beaucoup d’encre sur ce site et a marqué mon retour en Angleterre. Grégory était un artiste que j’aimais beaucoup et sa mort m’avait bouleversé ; il est donc plus que normal et naturel pour moi d’inclure une de ses chansons dans ma B.O. de l’année 2007 et De temps en temps n’est pas n’importe quelle chanson ; c’est le seul titre que Grégory a écrit lui-même et enregistré. J’aime beaucoup ce titre qui me fait penser à beaucoup de choses et me rend toujours un peu triste… C’est vrai, c’est un peu bizarre d’écouter quelque chose qui nous rend tristes, mais j’aime bien, de temps en temps me plonger dans cet état d’âme. J’ai d’ailleurs appris que le prime de vendredi soir de la Star Académy sera consacré à Grégory. Je pense que je vais regarder l’émission, surtout pour voir les académiciens de cette année s’attaquer à un personnage de la taille de Grégory… Je suis sûr que Quentin fera du bon boulot ;O) (et oui je l’aime bien lui :D).

12) Thierry Amiel – De là-haut : c’est une chanson qui va très bien avec De temps en temps de Grégory et en plus j’aime bien le charmant Thierry Amiel qui nous est revenu, à fin 2006, avec Cœur Sacré, son deuxième album. Je sais, vous allez vous dire que je suis accroc’ de tous ces académiciens et tous ces « nouvelles stars », mais ça s’arrête à Grégory, Thierry et Christophe Willem ; je n’ai jamais pensé une seule seconde de suivre les carrières d’Elodie, Cyril (qui est-ce ?), Magalie et compagnie. Par contre j’avoue que j’attends de voir qu’est-ce que Julien va nous proposer comme album en 2007 et j’espère que ce sera à la hauteur des attentes. En revenant à Thierry, j’aime bien De la haut que j’ai découverte grâce au clip qui passait en boucle sur mcm ; c’est d’ailleurs cette chanson qui m’a donné envie d’acheter l’album.

13) France Gall – Message personnel : ah France Gall ! Dire que j’adore cette femme n’est pas suffisant pour exprimer ce que je ressens pour elle ; je l’ai découverte, presque par hasard, en 2004 et depuis je n’ai eu qu’une envie : connaître le plus possible sur sa carrière et sur sa vie. Cette année a été marquée par l’achat d’un coffret de 13 CDs avec l’intégrale de l’époque Warner de France (en gros toute sa production musicale de 1973 à 1996). Et puis je me suis aussi récemment acheté un coffret de trois CDs avec l’intégrale 1963-1968… J’adore France, la douceur de sa voix, la naïveté des paroles de la période pré-Berger et cette longue histoire entre France et Michel.

Ici j’ai inclus un titre que Michel Berger avait écrit pour Françoise Hardy mais qu’il avait aussi lui-même repris ; France l’a à son tour repris dans son album de 1996. Dans cette collection je voulais mettre une chanson qui représente cette magnifique histoire d’amour qui ne peut qu’inspirer ceux qui écoutent les paroles de Michel et la voix de France Gall. Mon rêve secret c’est de revoir cette femme magnifique sur scène, mais je ne pense pas que ce rêve se réalisera un jour… Cette année c’était aussi le quinzième anniversaire de la mort de Michel qui nous a quittés en 1992 (en novembre France a animé une émission consacrée à Michel sur France 2).

14) Kyou Kara Maoh (OST) – Hateshinaku Tooi Sora Ni (version instrumentale) : cette année j’ai aussi eu ma période « animés » et il y en a un qui a bien marqué mon séjour en Angleterre ; en fait j’ai suivi avec passion les 78 épisodes de « Kyou Kara Maoh » qui racontent l’histoire d’un jeune terrien qui se retrouve dans un monde parallèle et il en devient le roi. J’ai trouvé l’histoire très touchante et Sam aussi (même si lui n’a pas pu suivre tous les épisodes) ; enfin, un peu de fantaisie dans ce monde ne peut que faire du bien ! La chanson que j’ai choisie pour ma B.O. est l’instrumentale du générique car elle passe pendant les moments les plus touchants de l’histoire… Enfin, à chaque fois où je pleurnichais il y avait cette chanson ;O).

15) Nathanaël – Chasseur d’étoiles : mais la fantaisie toute seule ne sert pas a grand-chose… il faut des rêves et c’est bien un des messages que l’on retrouve dans le CD de mon ami Nathanaël qui, en 2007, a enfin publié son Mots pour maux, un opus tant attendu par ceux qui le connaissent ; pour cette collection j’ai choisi Chasseur d’étoiles, mon titre préféré qui parle justement de l’importance de suivre ses rêves jusqu’au bout.

16) Bénabar – Le dîner : j’ai découvert Bénabar en fin d’année 2006 grâce à Julienne et Romain et je dois admettre que j’ai tout de suite adoré ; mais bon, comme c’était la fin de l’année je n’ai pas pu l’inclure dans mon Best of 2006, je l’inclus donc ici dans ce Best of 2007 ; aussi parce que ces chansons ont beaucoup passé dans mon iPod au début de cette année. Le dîner, titre phare de l’album m’a plu dès la première écoute et c’est pour cette raison que je l’ai choisi pour ce B.O.

17) Dalida – Comme disait Mistinguett : Dalida est une autre chanteuse qui fait partie du peloton des artistes français ; Dalida nous a quittés il y a vingt ans et donc cette année elle a eu droit à une longue série d’émissions-tribut ainsi qu’à une nouvelle compil’ de ses meilleurs titres que j’ai acheté. J’adore cette femme au destin tragique et j’ai beaucoup écouté ses chansons au mois de juin – juillet. Comme disait Mistinguett est une chanson que j’adore parce que je m’y retrouve à 100 %... « On peut bien dire ce qu’on voudra, je ne serais pas Stefano si j’étais pas comme ça » ;O).

18) Madonna – Hey you : bien entendu, pour la onzième année de suite, voici Madonna qui fait partie de mon best of. Et ce ne serait pas concevable qu’elle n’en fasse pas partie ; en fait, malgré toutes mes découvertes et expériences musicales, je reviens toujours vers elle, vers sa musique et vers univers. Aucun artiste ne sera jamais aussi important que Madonna qui est là depuis ce lointain 22 décembre 1996… Onze ans… c’est presque la moitié de ma vie… et ce n’est pas près de s’arrêter.

Cette année elle nous a proposé cette Hey you, l’hymne du Live Earth, un grand concert organisé pour sensibiliser les gens au problème du réchauffement climatique ; j’aime bien cette Madonna engagée et je ne comprends pas pourquoi certains fans voudraient qu’elle ne s’engage pas autant… Madonna évolue et ne peut pas rester la « Material Girl » pour toute sa vie car à un certain moment cela risquerait de devenir ridicule…

En 2008 elle nous revient avec un album qui a déjà beaucoup fait parler de lui à cause des collaborations avec Pharrell, Timbaland et Justin Timberlake (miam) ; moi je suis persuadé que cet album sera très intéressant et que Madonna va, une fois de plus, cartonner et consolider sa position sur son trône de Reine de la Pop. Elle n’es pas près de partir à la retraite notre chère (et heureusement !).

19) Spice Girl – Headlines (Friendship Never Ends) : de retour après une bonne dizaine d’années d’absence, les Spice Girls on beaucoup fait parler d’elles et de leur réunion. Dans Headlines elle disent que l’amitié ne finit pas, mais il n’en faut pas beaucoup pour voir qu’il n’y a que l’amitié qui les a poussées à se réunir… je pense qu’il y a pas mal de monde (et peut-être même moi) qui se réconcilierait avec des anciens amis pour vingt millions de francs… Enfin, peut-être que c’est sincère, mais c’est clair qu’ensemble elles gagnent beaucoup plus que toutes seules.

On a dit que ce nouveau single des Spice est un bide, mais moi je l’aime bien… même si les paroles semblent un peu fausses dans la bouche des cinq filles, elles sont très chouettes… en plus les Spice Girls font partie de mon adolescence et c’est bien de les retrouver (en quelque sorte) dix ans après.

20) Zazie – Vue du ciel : le dernier titre de cette collection est un titre assez inconnu d’une artiste que j’ai découvert cette année et qui m’a beaucoup marqué (sinon je n’aurais pas acheté tous ses albums en quelques mois). J’aime bien les textes de Zazie car elle sait jouer avec les mots, les sous-entendus et les doubles sens. Et en plus elle a des textes très engagés qui ont le pouvoir de faire un carton à la radio… Ses chansons sont souvent à la fois légères et engagés… le pied ! Vue du ciel est le titre idéal pour clore cette collection car il est un peu mélancolique et m’a beaucoup touché.

Bien à vous.

Votre Paadre dévoué

L'avant-première de la Saint Etienne

Comme promis, me voilà de retour (déjà ?) pour la suite du programme ; dans mon dernier article, je vous avais annoncé que ces derniers jours de l’année 2007 seront assez riches en articles et, pour une fois, au lieu que faire régner le suspense (comme j’essaie de faire normalement), je vais vous présenter, dans les grandes lignes, ce qui vous attend dans les jours à venir. Comme beaucoup de gens, lorsque la fin de l’année approche, j’aime bien m’arrêter quelques instants et jeter un coup d’œil à l’année qu’on vient de vivre pour voir ce qui s’est passé, ce qui m’a plu, ce qui m’a fait rire et aussi ce qui m’a fait pleurer… Et normalement, depuis mon premier blog, j’aime bien partager mes réflexions avec mes lecteurs… Hélas pour cette page-ci, ce sera la première fois que je m’adonne à ce genre d’exercice car à la fin de 2006 j’étais très « débordé » et je n’ai pas partagé mes réflexions par ici.

Dans les trois prochains articles je vais donc faire une sorte de revue et de critique de 2007 ; dans le premier texte de la série, je vais vous présenter les chansons qui ont marqué cette année ; chaque fin d’année je me promène sur mon iTunes et je défile la liste des morceaux pour chercher ceux qui ont fait partie de la bande sonore de l’année… dans la plupart des cas il s’agit des tubes de l’année en question, mais il y a toujours quelques classiques et 2007 ne fait pas exception à cette « règle ». Les vingt titres choisis cette année sont à mon avis très intéressants et je vous invite déjà à réfléchir aux chansons qui pourraient faire partie de la liste… je suis persuadé que vous pouvez facilement trouver au moins deux ou trois artistes qui sont forcement entrés dans ce « top 20 » ;O).

Le deuxième article sera plutôt une revue générale de ces 365 jours ; j’aime bien, à la fin de chaque année pouvoir dire « ah j’ai fait ça, ça, ça et ça et je n’ai pas fait ça, ça, ça et ça). Ce sera une manière assez pratique et rapide de parcourir la petite centaine d’articles que j’ai écrit ici pendant ces douze dernier mois ; une année défilera en un seul et unique article. J’espère avoir la possibilité d’y inclure quelques photos, mais je ne suis pas sûr que j’arriverai à le faire car j’ai des petits problèmes avec mes ordinateurs et Internet et, par conséquent, mes possibilités de publication sont assez limitées… Je vous promets en tout cas de vous présenter un texte passionnant et intéressant à lire ;O).

Le dernier article de cette année constituera une sorte de complément des deux dont je viens de parler ; la B.O. et la revue de 2007 ne serviraient pas à grand-chose si je n’essayais pas, à côté, de dresser un petit bilan de l’année. Ah le bilan… je sais que beaucoup de personnes redoutent ce moment de l’année, mais, pour ce qui me concerne, je l’approche toujours avec sérénité car c’est l’occasion de voir si j’ai tenu les résolutions que j’ai formulées en début d’année, mais aussi une manière de voir si j’ai avancé ou si je suis toujours au même endroit. Et puis il est bel et bien nécessaire de faire ce bilan si l’on veut formuler des résolutions pour l’année prochaine…

Voilà pour ce qui concerne le programme… J’espère qu’il est à votre goût et que vous lirez ces articles avec autant de plaisir que je prendrai pour les rédiger.

Bien à vous.

Votre Paadre dévoué

PS : aujourd’hui c’est la Saint Etienne, le jour de mon saint patron : eh oui car Etienne ou Stéphane ou Stefano ou bien Stefan, Steven, Steve ou encore Steeve, Stephen, Esteban ou Stephanos (ainsi que leurs équivalents féminins) était le nom du premier martyre, un gaillard qui a vécu il y a presque 2000 ans et qui s’est fait lapider parce qu’il professait sa foi chrétienne. Je souhaite donc une bonne fête donc à tous ceux qui, comme moi s’appellent comme ce premier martyr. (D’ailleurs notre nom vient du grec « stephanos » qui signifie « couronne de fleurs »).

Joyeux Noël

Bonjour mes chères lectrices, bonjour mes chers lecteurs,

Cela fait quelques jours que je n’ai rien rédigé pour le site, mais ce serait fort maladroit de ma part de laisser passer Noël sans vous adresser mes meilleurs vœux. Je sais que parmi vous il y en a probablement des qui ne fêtent, pour une raison ou pour l’autre la Nativité de Notre Seigneur, mais il s’agit quand même d’une journée spéciale pour des millions de gens et j’y fais partie.

Hier soir j’ai assisté, comme chaque année, à la Messe de minuit et le prêtre a dit que ce n’est pas Noël si on ne croit pas à l’incarnation de Dieu en Jésus et que ce n’est pas Noël tant que ce n’est pas Noël tous les jours pour tout le monde… C’est vrai que ça n’a pas beaucoup de sens de fêter Noël si on ne croit pas à l’incarnation de Dieu ; cependant, Noël n’est pas uniquement cela… c’est un esprit, des moments partagés avec des êtres chers et chéris.

Il faut savoir que j’insupporte toute sorte de fête « commerciale » et que j’ai absolument horreur de ce que Noël est en train de devenir (et est déjà devenu)… La période de préparation à cette journée de fête est désormais devenue un grand cirque : les gens courent dans tous les sens pour acheter les cadeaux (toujours à la dernière minute car sinon ce ne serait pas assez drôle), pour acheter le nécessaire pour le plus grand festin de l’année (des délices qu’on mange avec gourmandise à midi et qu’on regrette d’avoir mangé le soir).

On dit que tout le monde est plus bon et gentil et justement tout le monde semble en profiter… Avouez qu’on vous a déjà saoulé dans la rue pour vous demander de l’argent ou d’adhérer à telle ou telle association caritative ; or, je m’explique, je ne suis pas contre ce genre d’associations et je me rends parfaitement compte qu’il y en a plusieurs qui font un bon boulot, mais pourquoi faire du chantage moral aux gens juste parce que c’est Noël ?

Non parce qu’en entendant certains représentants de ces associations « c’est juste dix francs ! ». Ah oui ? Eh bien c’est vrai c’est juste dix francs par moi pour les pandas, après il y a dix francs par mois pour la scolarisation des enfants en Afrique, puis dix francs pour les femmes battues, dix francs pour l’Eglise X, dix francs pour ceci et dix francs pour cela… Alors c’est vrai, on est égoïstes lorsque avec un budget mensuel de 700 francs on pense d’abord à soi… non mais faites vite un calcul : si on donnait rien que dix francs à chaque association il ne nous resterait rien pour nous… Ce qui me fait plus rire c’est « ah mais c’est juste dix francs, c’est même pas deux paquets de cigarettes ! ». Or, entendre ça de la part d’un de ces « bénévoles » qui nous cassent les noisettes (pour rester poli) qui est souvent payé pour nous les casser, ça me contrarie… Si tu crois vraiment en cette cause, pourquoi tu ne renonces pas à ton salaire ?

Enfin, je suis un tout petit peu acide avec ces pauvres gens… il est vrai qu’ils doivent bien gagner de l’argent pour vivre, mais j’insupporte les chantages affectifs ; ce n’est pas parce que je ne donne pas ce qui est nécessaire à ma propre survie que je dois me sentir une merde ! Ou bien ? Mais j’arrête de parler de cela… je voulais écrire un article tout positif et regorgeant d’amour et je me réduis à faire des jérémiades ;O).

Comme je disais avant cette digression, Noël peut être un moment spécial, même si on ne croit pas en la Nativité… C’est un moment que l’on passe avec des êtres chers. Le moment d’un repas ou d’un apéritif on discute, on rit, on s’engueule (ça c’est assez typique des grandes familles je pense), on mange, on boit et on s’aime. Il est vrai qu’il faudrait aimer nos chers tous les jours de l’année, mais il n’y a rien comme le repas de Noël pour se rassembler et résoudre les petits conflits familiaux. En ce qui me concerne, c’est une occasion de revenir au Tessin et de revoir toute ma famille que, comme vous le savez bien, je ne peux pas voir tous les jours… Et ce qui est merveilleux c’est que tout le monde est réuni dans une ambiance gaie et festive.

Normalement le jour de Noël est toujours organisé de la même façon : le matin je me lève (toujours avant 10h), puis je déjeune j’échange mes vœux avec mes parents et vais voir mes grands-parents, oncles et cousins du côté de mon père. S’ensuivent un apéritif et un repas de midi avec mes parents et mon frère. L’après midi est consacré à la visite de ma grand-mère maternelle et toute la famille du côté de ma maman pour le quatre heures. Inutile de dire que durant cette journée la nourriture est encore plus délicieuse que d’habitude et que les boissons coulent à flots. C’est une journée que je chéris beaucoup parce que, comme j’ai dit, je peux voir tout le monde.

Cette année ça s’est passé à peu près comme les années précédentes, sauf que, malheureusement, mon grand-père est à l’hôpital (depuis désormais deux semaines) à cause d’un mal à la jambe qui laissait les médecins perplexes ; finalement ils ont découvert qu’il ne s’agit pas de la goutte, mais d’une kyste. Avec mes cousins et mes oncles nous l’avons quand même eu au téléphone ce matin (on ne pouvait pas lui rendre visite car il avait sa dialyse aujourd’hui). Enfin, j’espère qu’il pourra revenir vite à la maison et en tous cas avant la fête qu’on aimerait organiser à fin janvier pour les cinquante ans de mariage des grands-parents.

Bon allez, cet article est en train de devenir bien plus long que les dix lignes que je voulais rédiger pour souhaiter un joyeux Noël à vous tous… Je ne voulais pas vous obliger à lire un pavé en ce jour de fête, mais apparemment des fois j’ai du mal à me retenir ;O). Je vais donc m’efforcer de m’arrêter ici, mais je peux déjà vous annoncer que ces derniers jours de l’année seront riches en articles… J’ai encore pas mal à écrire avant la fin de 2007 (au moins, et je dis bien « au moins » trois articles) ; je vous attends donc au plus vite sur cette page.

Joyeux Noël

Votre Paadre dévoué

Des news...

Bonsoir à tous, me voilà de retour dans ce coin de paradis que j’ai pas mal délaissé ces derniers temps pour me lancer dans « l’enfer des essais ». Eh oui, la fin du semestre d’hiver approche à grands pas et les échéances s’empilent… Pour le moment il y en a une qui me fait plus souci que les autres ; en fait, je dois rendre mon dernier essai d’anglais avant la fin de la semaine prochaine… normalement ce genre de délais ne me ferait pas trop peur, mais il faut avouer que cette fois j’ai une peine incroyable à rédiger ce misérable écrit de quinze pages.

Ce n’est pas que je ne sais pas quoi dire parce alors ce n’est pas du tout le cas : le thème (la relation entre corps et âme au Moyen Age) est très intéressant et j’ai assez de matière pour écrire un petit mémoire là-dessus… c’est juste que j’ai de la peine à écrire, à ficeler mes idées… Et pourtant, la structure et la suite logique des idées est bien claire depuis bien longtemps dans ma tête ; dans ma tête l’essai est fini depuis plusieurs semaines, mais sur papier ça n’avance pas très rapidement. En quatre sessions de travail acharné (ouais bon, peut-être pas aussi acharné que cela), je n’ai écrit que 1800 mots, 7 pages (9 si on compte la bibliographie). Je n’avance pas et je ne fait que tourner en rond… je passe des heures et des heures sur une seule et unique phrase. Je l’écris, je l’efface, je la réécris avec une minuscule variation et je la ré efface quelques minutes après. Je ne sais pas pourquoi j’ai autant de peine… je me dis que ça doit être la pression du dernier essai : comme c’est probablement le dernier que je vais écrire dans ma longue carrière académique, je veux qu’il soit parfait et sans faille et c’est pour cela que je me perds dans les petits détails. A cette vitesse, j’aurai mes 2500-3000 mots dans les temps, mais j’aurais bien aimé finir cette semaine, pour passer à autre chose la semaine prochaine… Car oui, les essais c’est bien, mais il y a aussi la préparation à la licence d’anglais qui doit être entamée (si je ne veux pas me louper et rester là une année de plus).

Enfin voilà quoi, c’est des trucs complètement débiles, mais je perds un temps fou et je n’arrive pas à trouver deux minutes pour écrire par ici… de plus que je n’ai pas des grandes nouvelles à annoncer ; oui je suis toujours en couple, oui on se voit de temps en temps, mais bon, il n’y a pas besoin d’écrire un article pour dire ce genre de choses. S’il fallait écrire un article sur ma relation avec Olivier, ce serait pour parler de mes doutes concernant cette histoire, mais, je n’ai pas trop envie d’en parler. Enfin, les vacances de Noël approchent et je vais bientôt avoir des choses à raconter… de plus qu’il y aura bientôt le bilan de fin d’année à faire ;O).

Enfin un petit pavé pour finalement dire peu de choses.

Bien à vous

Votre Paadre dévoué

Fini le célibat !

Dans les dernières lignes de mon dernier billet j’ai rapidement mentionné des bouleversements assez importantes dans ma petite vie… le moment de lever le voile de mystère que j’ai fait planer sur ces événements est désormais arrivé. Certains parmi vous ont pu deviner de quoi il s’agit car j’ai inconsciemment (ou bien tout bêtement) fourni un spoiler géant à tous ceux qui lisent mon blog avec attention ; en fait, sur la barre de gauche j’ai changé une petite info « personnelle », une petite info de rien du tout qui fournit quand même des détails assez clairs et précis sur ma vie sentimentale.

Il faut aussi avouer qu’il n’était pas impossible d’arriver à la bonne réponse, même sans ce spoiler… Qui me lit depuis un moment (plus ou moins attentivement) sait que je suis assez satisfait de ma petite vie et que le seul domaine qui attendait d’être rangé et arrangé de façon convenable était bel et bien le domaine « sentimental ». Par conséquent, après le petit cliffanger de mon dernier article, il n’était pas impossible d’arriver à la bonne réponse… Donc oui, le bouleversement s’est bel et bien produit dans ma vie sentimentale.

Il semblerait que je ne sois plus célibataire ! Et cela depuis bientôt trois semaines… Je dis bien « il semblerait » car j’ai souvent l’impression de toujours être seul… j’ai souvent tendance à voir la vie de couple comme un grand changement par rapport au célibat et là je me rends compte que le changement a été certes important, mais ne m’a pas sorti de ma quotidienneté… Ma vie n’a pas subi ce déclic que j’attendais et je redoutais… C’est aussi peut-être parce que nous sommes ensemble, mais nous prenons notre temps pour nous connaître et nous attacher à l’autre ; je pense que cela est d’autant plus normal vu que nous nous sommes « mis ensemble » assez rapidement après notre rencontre.

Pour la petite histoire, le « lucky guy » (c’est ainsi que mon ami Nikos de Canterbury l’a décrit) s’appelle Olivier, a 34 ans, il habite à Berne mais travaille à Bienne et il est parfaitement bilingue (français / allemand), ce qui n’est pas pour me déplaire... ça n’aurait pas été facile de communiquer s’il ne parlait que le suisse-allemand... bon ça m’aurait peut-être poussé à m’y mettre, mais ce n’est pas exclu que j’améliore mes connaissances de cette langue nationale grâce à cette relation… en tous cas, il a beaucoup d’amis sur Berne et il faudra bien que je m’y mette si je veux communiquer avec eux ;O).

Comme j’ai déjà eu occasion de dire quelques lignes plus haut, tout s’est passé très rapidement : le samedi nous nous sommes rencontrés au Samourai (une boîte gay-friendly de Berne), samedi nous nous sommes revus (il est venu faire le goûter chez moi et je suis ensuite aller souper chez lui) et je crois pouvoir affirmer que c’est ce jour là que notre histoire à véritablement débuté ; donc tout s’est passé en moins de vingt-quatre heures… cela peut sembler très cours, mais le courant s’est vite bien passé entre nous que je n’ai pas l’impression de m’être lancé dans cette aventure de manière trop insouciante ; le dimanche, lors de notre rencontre nous avons beaucoup discuté et j’ai rapidement réalisé que nous avions beaucoup de point communs, mais ce qui compte le plus c’est que j’avais très envie d’être dans ses bras et que lui il avait envie que j’y sois.

Et puis, il est vrai que cette rapidité n’est pas quelque chose de naturellement négatif… J’ai souvent le sentiment que plus on connait une personne et moins on a envie de sortir avec (si le courant se passe bien avec) de peur de gâcher le lien qui s’est crée. Là nous nous sommes rapidement rapprochés et j’avais vraiment envie de lui, de partager des choses avec lui, d’être dans ses bras, de l’embrasser… Depuis nous nous voyons dès que possible, ce qui veut dire, pas trop souvent… avant j’étais à l’armée et même maintenant que j’ai retrouvé ma vie civile, lui il a toujours beaucoup de choses à faire… et le fait qu’on n’habite pas dans la même ville ne facilite pas les choses… mais ce n’est pas non plus quelque chose de fondamentalement négatif. : il est vrai, je ne peux pas le voir tous les soir, mais en revanche c’est magnifique de le retrouver dès que possible ; et, en plus, le fait de vivre dans deux villes différentes, nous laisse une ample marge d’autonomie à tous les deux (ce qui est aussi très bien).

Voilà, je pense que je vais m’arrêter ici…

Je vous embrasse

Votre Paadre dévoué

Swiss Army Champion - le retour à la vie civile

Me voilà enfin de retour après quelques semaines d’absence. J’ai survécu à mon premier cours de répétition (plus que 111 jours à écoper dans le cadre de six cours à effectuer avant mes 34 ans), même si ce n’était pas toujours facile… Non, il ne faut pas imaginer que l’on me faisait faire des choses qui mettaient ma vie en danger (loin de là), mais ce n’est pas facile, pour un homosexuel, de vivre dans une ambiance où l’homophobie est encore très présente. Il faut faire abstraction des blagues salaces et des propos souvent ouvertement blessants que certains individus tiennent.

C’est vrai, je me dis que ça doit être le cadre et que dans la vie de tous les jours ces jeunes hommes devraient être un brin plus tolérants, mais j’ai de la peine à comprendre que l’on puisse affirmer sa virilité ou son « être homme » en s’attaquant et en humiliant des autres gens. Je ne me sentais pas attaqué directement, mais plusieurs fois j’ai eu la tentation de leur dire « je suis homosexuel », juste pour voir leur réaction et pour voir s’ils allaient tenir leur propos… je ne l’ai pas fait car j’ai encore six cours de répétition à faire et ce serait horrible de les faire dans un climat d’hostilité.

Je trouve que c’est assez incroyable de voir comment l’homosexualité fait encore peur dans ce monde de plus en plus « civilisé » ; on a peur de quelqu’un qui est différent… différent oui, mais qui n’a pas choisi de l’être. Pendant les premiers jours de ce CR j’ai entendu quelqu’un raconter une blague sur un homo qui arrivait en enfer : une autre personne l’a interrompu pour dire quelque chose qui ressemblait à « oui de toute façon ils ne méritent que d’aller en enfer avec leur choix de vie ! ». Je pense que le jour où l’on comprendra que l’homosexualité en soi n’est pas un choix de vie, eh bien on aura fait un grand pas (voir un bond) en avant. Le seul choix pour un homosexuel c’est d’accepter ou pas sa différence. Mais là je m’égare… je reviens à ce qui compte ici.

Malgré tous ces propos homophobes, je ne peux pas nier que je me suis bien marré pendant ces trois semaines… j’étais dans une petite équipe formidable, des gens avec qui le courant s’est bien passé (mis à part leurs blagues homophobes et le « bouton cul » enclenché en permanence) ; nous avions un noyau dur de blagues et de délires qui ont réchauffé les esprits pendant les longues heures de travail inutile que nous avons dû effectuer.

Car oui, le travail qui nous a été attribué n’était pas des plus utiles ou sympathiques. Comme j’ai peut-être déjà dit, je suis incorporé dans les troupes de soutien, c’est-à-dire ceux qui s’occupent du ravitaillement (de nourriture, essence et munitions) des autres troupes ; or le bataillon dont je fais partie est un bat. mob. (bataillon mobile)… on devrait donc s’occuper du transport des ravitaillements. Par je ne sais pas quel jeu machiavélique, ma compagnie (mais je suppose que tout le bataillon y est passé) s’est retrouvée à faire des rangements dans divers arsenaux de Suisse ; nous avons donc assuré la tâche qui devrait être accomplie par un autre bataillon.

Je trouve que c’est quand même débile (mais bon, quand l’armée n’est-elle pas débile ?) que l’on nous forme pour devenir des soldats de soutien « mobiles » et que l’on finisse par travailler dans des arsenaux. De plus que les travaux qu’on a dû faire pendant une petite dizaine de jours n’étaient que le travail qui découlait du retard accumulé par les employés des arsenaux. Ma petite personne a eu le plaisir et l’honneur de faire la connaissance de Ueli, mon chef, et du Zentrallager d’Othmarsingen (à côté de Lenzbourg, dans le canton d’Argovie). Ueli m’a fait faire des choses « très intéressantes » dans ce magasin où l’on stocke des pièces défectueuses venant de toute la Suisse. C’était, bien entendu, un travail pour lequel il ne fallait pas trop réfléchir et cela s’est vite révélé assez frustrant.

Je pense que ce qui m’a fait le plus cheese pendant ces trois semaines de Cours de répétition ce soit le fait que j’aurais pu employer ces trois semaines de manière plus « productive » et utile vis-à-vis de ma carrière universitaire. Si je n’étais pas parti dans la nature pendant presqu’un mois, j’aurais pu avoir terminé mon dernier essai d’anglais et commencé mes révisions pour les examens de février. Et encore, j’aurais même pu faire pas mal d’avance. J’ai donc eu le sentiment de perdre mon temps, de faire des choses « inutiles » et de passer ma vie à attendre que le temps passe ; et ceci est un sentiment que je n’aime pas du tout.

Heureusement, ces dernières trois semaines n’ont pas uniquement été caractérisées par le cours de répétition… D’autres choses ont bouleversé ma petite vie, mais pour savoir de quoi s’agit-il, il faudra attendre jusqu’au prochain article (qui ne va pas tarder à apparaître par ici). Je vous souhaite une bonne journée

Bien à vous

Votre Paadre dévoué