Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

25 ans - Les photos (Partie 1)

Chères lectrices, chers lecteurs,

J’ai enfin un peu de temps à consacrer à ce site ; je ne vais pas m’étaler ici sur les raisons qui m’ont obligé à prendre cette petite « pause », mais il faut quand même que vous sachiez que ce n’était pas complètement dépendant de ma petite volonté. L’album photos de ma fête d’anniversaire était déjà prêt en fin de semaine passée (jeudi sauf erreur), mais j’ai découvert, au moment de le publier, que je ne pouvais pas le faire car j’avais épuisé le quota d’albums photo accordés aux utilisateurs de la version gratuite d’over-blog.

Je suis donc obligé à vous présenter ces clichés sous forme d’article… vous comprendrez que je ne peux pas faire cela en une seule fois (il y a cinquante et une photos et peu de monde supporterait de regarder autant de photos en un coup) ; je vais donc publier une série de deux articles pour vous présenter ces clichés… J’espère que vous allez apprécier ce petit effort de ma part et que vous arrivez à la conclusion que ça valait la peine d’attendre un petit peu plus longtemps ;O).

Chaque photo est, comme d’habitude, accompagnée par un petit commentaire « made in Paadre ». Bonne vision et laissez-moi un petit commentaire ;O).

Catherine-01.jpg
On commence par un petit cliché du « buffet » que le Paadre et ses adjoint on préparé pour les convives ; pour la petite histoire : ce qui se trouvait en direction « Bienne » était salé, tandis que ce qui se trouvait en direction « Lausanne » était sucré… Autant dire que cette explication du Paadre n’a pas convaincu tout le monde…

Catherine-02.jpg
Un cliché de mes adjoints : mon CardinaL du Littoral Ouest, le HC de la CardinalE et ma CardinalE. Je tiens, encore une fois à les remercier pour m’avoir donné un tout petit coup de main pour préparer la salle (et aussi pour la remettre en état lorsqu’il s’agissait de partir).

Catherine-03.jpg
Que la fête commence ! Petite équipe autour du bar…

Catherine-04.jpg
Il est vrai que le thème de la soirée était le « Tessin », mais je n’avais pas demandé à mes invités de faire beaucoup d’efforts pour respecter le thème… J’avais, bien entendu demandé que chacun essaie de respecter un certain code vestimentaire, mais jamais je n’aurais imaginé de voir mon ATF débarquer comme vous le voyez sur la photo : Mister Salametti ! J’étais déjà joyeux avant de voir ceci, mais j’ai eu du mal à redevenir sérieux après ça… mythique et unique…

Catherine-05.jpg
Vanessa et Julienne nous proposent un usage « original » des châtaignes… Très beau ;O).

Catherine-06.jpg
Votre Paadre et Stefi, la Reine des gâteaux !

Catherine-07.jpg
Encore une photo de votre Paadre, portant cette fois le chapeau de Cathérinette confectionné par Delphine. Et puis, bien entendu, sur la photo vous pouvez aussi voir l’ATF… Un duo de choc :D.

Catherine-08.jpg
Et puis voici Delphine et l’ATF… Ciao ragazzo… :D.

Catherine-09.jpg
Petite photo de groupe : Olivier, le HC de la CardinalE et Vanessa.

Catherine-10.jpg
Si je pensais qu’après le coup de Mister Salametti j’avais tout vu, eh bien cette photo montre que je me trompais car Célia, Ana et Marie avaient préparé quelque chose d’aussi mythique et à mourir de rire… Tito Tettamanti (ou Tito – Tetta – Manti)… en gros Tito est un personnage très connu par les Tessinois (ah bon ?) qui nous poursuit depuis notre première année à l’université. Je ne m’attendais pas du tout à cela et je dois admettre que le fou rire était de mise.

Catherine-11.jpg
Photo de votre Paadre avec Tito, Tetta et Manti :D.

Catherine-12.jpg
Stefi, Marie et Célia.

Catherine-13.jpg
Qu’est-ce qu’ils nous font ces deux avec les grissini ? Je ne sais pas si je veux vraiment le savoir…

Catherine-14.jpg
Autre photo de groupe : Célia, Pascal, Sandrine et Marie.

Catherine-15.jpg
Et encore une photo de groupe : Mélanie (Balcony, répondirent en chœur le Paadre et l’ATF), Adrien, Léonardo et Olivier.

Catherine-16.jpg
Votre Paadre et Tetta (alias Ana)… Ana a volontairement choisi d’être « Tetta » dans le triptyque Tito, Tetta et Manti, mais elle ignorait qu’en italien « tetta » veut dire « nichon »… Enfin, c’était tellement mythique que j’en avais les larmes aux yeux :D.

Catherine-17.jpg
Autre photo de Tetta et de votre Paadre :D.

Catherine-18.jpg
Petit cliché de Romain, votre Paadre (dévoué) et Mélanie (Balcony :D).

Catherine-19.jpg
Et bien entendu, votre Paadre n’a pas pu éviter de faire sa star…

Catherine-20.jpg
Ni sa salope :D.

Catherine-21.jpg
Mon CardinaL du Haut du Canton avec Dylan.

Catherine-22.jpg
Les mêmes que sur la photo d’avant, mais avec une valeur ajoutée… le Paadre !

Catherine-23.jpg
Les Paadre’s Angels : Marie, Ana, Célia, Vanessa, Stefi, Mélanie, Julienne, Sandrine et Delphine.

Catherine-24.jpg
Le Paadre et ses Paadre’s Angels.

Catherine-25.jpg
La nouvelle photo du Clergé… Je ne pense pas qu’elle remplacera celle du Motto della Croce, mais elle est fort sympathique.

Catherine-26.jpg
Et pour finir ce premier volet de photos, voici un cliché de ma CardinalE et de son HC ;O).

La deuxième partie des photos paraîtra sur ce site tout bientôt.

Bien à vous

Votre Paadre dévoué

25 ans - les réflexions du quart de siècle...

De retour au Tessin pour travailler sur mon mémoire, j’ai eu le temps d’encaisser le passage du cap du quart de siècle et de digérer les émotions de ces derniers jours. Je sais que j’ai promis à certains d’entre vous que j’allais poster les photos de la soirée de samedi le mardi ou mercredi soir, mais des empêchements de la dernière minute m’empêchent de respecter ce délai. Je suis sûr que personne ne va m’en vouloir surtout parce que ce soir je vais vous offrir un article où j’essaie de coucher sur papier ce que j’ai ressenti ces derniers jours…

Ce passage du cap des vingt-cinq ans pourrait sembler quelque chose de trivial et je suis persuadé que pour beaucoup d’entre vous ce n’est qu’une journée comme toutes les autres… on a juste une année de plus et c’est tout… mais finalement qu’est-ce que ça fait d’avoir une année de plus ? Ce n’est qu’un chiffre, un chiffre comme les autres… Il faut admettre que d’un côté je suis complètement d’accord avec ce point de vue… vingt-cinq n’est qu’un chiffre, il suit le vingt-quatre et précède le vingt-six et, appliqué au décompte des années et le chiffre qui indique le quart de siècle (étant donné que, et là je ne dis rien de nouveau, ce dernier est composé par cent ans). Et pourtant, de l’autre côté, ce passage qui aurait dû être tout à fait normal, a été l’occasion (rêvé) de faire le point sur mon passé, mon présent et d’essayer de réfléchir à mon avenir…

Commençons donc par le passé : chaque année, lorsque mon anniversaire approche et que je me rends compte que je vais bientôt avoir une année de plus, je me mets à remémorer et analyser l’année qui est sur le point de s’écouler pour voir si j’ai avancé, si j’ai reculé ou bien si je suis resté le même qu’une année plus tôt. Heureusement, la plupart des fois cette analyse me permet de conclure que j’ai changé et évolué et que je suis devenu une meilleure personne.

A l’aube de mes vingt-cinq ans je suis, bien entendu, retombé dans ce mécanisme pervers, mais cette fois il y a eu une différence assez importante : ce n’était pas uniquement l’année en train de se conclure qui était sous la loupe mais, carrément, tout le quart de siècle… Bon, vous pouvez bien imaginer que je n’ai pas eu beaucoup de choses à me reprocher pour ce qui concerne mon enfance et une partie de mon adolescence, mais je voulais voir comment j’avais grandi, changé et évolué ; je voulais aussi voir si je pouvais être fier de mon parcours, si je devais avoir des regrets et aussi si en ayant la possibilité de le faire, j’aurais changé quelque chose de mon passé. Mon analyse a été très longue et laborieuse car j’ai dû retrouver beaucoup de souvenirs et faire face à des souvenirs que j’aurais, peut-être, préféré ne pas retrouver.

Quoiqu’il en soit, cette analyse m’a permis de conclure que mes premières vingt-cinq ans de vie ont été remplis de belles choses, qu’il n’y a pas beaucoup de choses que je regrette d’avoir fait ou dit et que j’ai été capable, grâce à l’aide de mes proches, de construire les bases de l’homme que je suis et que je serai par la suite. Un jour j’ai dit que je suis reconnaissant de toutes les bonnes choses que l’on m’a apporté pendant ce quart de siècle, mais je suis aussi reconnaissant de tous les coups qu’on m’a donné, de tous les problèmes qu’on m’a causé et aussi pour chaque fois que quelqu’un m’a rendu la vie difficile… c’est grâce à ces personnes que j’ai appris à me battre pour ce que je crois et à me défendre.

Le présent ensuite : que dire du présent ? Eh bien je pu jeter un regard sur ma vie, sur ce que j’ai et ce que je n’ai pas et je peux dire que je suis assez satisfait… Bon, j’atteins la Sainte Catherine avec un seul (véritable) copain à l’actif, mais, comme on le dit souvent ce n’est pas la quantité qui compte mais la qualité… J’ai eu des flirts, des amourettes et des plans cul… Je ne peux pas me plaindre et de toute façon mon célibat n’est pas une raison suffisante pour me faire décider que ma vie est merdique… il y a plus que ceci dans la vie... Ou bien ?

Je me rends compte que je peux être fier de moi… Il y a dix ans je n’aurais jamais cru qu’à vingt-cinq ans je serais en train de finir l’uni (attends ce n’est pas encore sur hein ?), que j’habiterais à Neuchâtel et que j’aurais fait mon coming out… Bon il faut aussi dire que le Stefano d’il y a dix ans était bien naïf et ne voulait pas admettre certaines choses. Ma vie va bien… j’ai du succès dans mes études (remarque ce n’est pas si difficile que cela), je bosse un peu de temps en temps pour ne faire de l’argent de poche et j’ai un tas d’amis qui m’apprécie pour ce que je suis, qui me respecte et qui m’apporte beaucoup de choses… Il y a dix ans c’était bien différent sur ces trois niveaux… La vie m’a probablement bien gâté et j’espère qu’elle va continuer à le faire.

Et pour terminer, l’avenir : comment ne pas penser à l’avenir lorsqu’on arrive au quart de siècle ? A vingt-cinq ans je ne suis toujours pas entré dans le monde du travail (certes j’ai fait quelques boulots en été, mais ce n’est pas comme y être tous les jours de l’année), je suis toujours étudiant et je me rends compte que tout cela risque de changer très bientôt… Je n’ai aucune envie de rester étudiant pendant toute ma vie (aussi parce que je voudrais bien gagner ma vie, un jour ou l’autre) et donc le grand pas vers le monde du travail est inévitable (à moins que je gagne le Loto ou l’Euromillion)… Enfin, des grands changements se profilent à l’horizon et je ne peux m’empêcher de craindre ces changements… Ce ne va pas être de tout repos je suppose ;O).

Pour le reste j’espère que l’avenir me réserve quelques histoires d’amour intéressantes, ou au moins une mais qui dure pendant quelques décennies (hi hi hi). J’ai dit que je préfère être seul que mal accompagné et que je ne veux pas avoir un copain juste pour dire à tout le monde « hey j’ai un copain »… Je cherche toujours la perle rare et je compte bien la trouver… Je me dis que si mes parents ont pu être mariés pendant vingt-cinq ans et mes grands-parents pendant cinquante, la perle doit bel et bien exister. Je la cherche mais je ne veux plus me prendre la tête avec cela… Un jour nos chemins finiront bien par se croiser ;O).

Pour finir, je voulais dire qu’il m’est arrivé de penser à une prière pour demander un avenir radieux : ô toi qui est là-haut, je ne sais pas s’il faut t’appeler Dieu, Allah, la Lumière ou quoi d’autre, mais je te demande de veiller sur moi, de me protéger des mauvais gens, de me maintenir en bonne santé et de veiller sur tous ceux que j’aime. La vie est courte et je veux en profiter, je veux vivre jusqu’au bout ces instants merveilleux et je te demande juste d’être à mes côtés et de m’en donner la force.

Voilà, je pense avoir tout dit.

Je vous embrasse très fort.

Votre Paaadre dévoué

 

25 ans - Il était une fois... moi ! (la vidéo)

Voilà le temps de donner quelques nouvelles après le week-end qui a marqué mon passage du cap du quart de siècle… Quoi dire de cette transition ? Eh bien je suis encore en train de méditer là-dessus et je n’ai pas encore vraiment eu le temps de concocter un texte qui exprimerait dignement le fond de ma pensée… C’est ainsi que pour vous faire patienter je vous propose de découvrir le petit montage vidéo que j’ai proposé samedi soir aux personnes qui étaient conviées à ma petite fête ; il s’agit d’un petit montage d’environ huit minutes qui essaie de retracer ces vingt-cinq premières années sans pour autant être un bilan de mes réussites et de mes échecs… c’est juste une manière de célébrer une vie, ma vie.

J’espère que vous allez apprécier ma petite vidéo… Ce n’est pas un chef d’œuvre digne d’être présenté à Cannes ou à Venise, mais je suis assez fier de mon travail ; j’attends vos commentaires avec impatience.

Pour voir la vidéo, cliquez ICI !!!

Bien a vous

Votre Paaadre dévoué

12 juin + 21 octobre = 12 octobre

Lors de mon dernier séjour au Tessin (du 11 au 13 octobre), j’ai organisé, avec l’aide de mes parents, une petite fête pour fêter mes 25 ans avec ma famille bien-aimée ; il faut dire que ce n’était pas uniquement une fête pour mon anniversaire, mais aussi pour le 25ème anniversaire de mariage de mes parents. En fait, depuis quelques mois, nous avons décidé d’organiser une seule et unique fête pour célébrer les deux quarts de siècle ; après avoir jeté un coup d’œil à mon agenda, une seule et unique date s’était révélée propice à cette fête : le 12 octobre (qui d’ailleurs et un blend parfait 12 juin et 21 octobre).

Après avoir convié la famille proche (hélas, les membres de la famille du côté de ma mère n’ont pas pu être de la partie), mes parents et moi avons commencé à travailler pour préparer une soirée agréable et inoubliable… Bon, il faut admettre que le Paadre n’a pas pu donner le meilleur de soi-même : il voyait sa fête d’anniversaire comme quelque chose de pharamineux et de glamour, mais sa conception de « glamour » risquerait de choquer une bonne partie de la famille (il n’aurait pas, par exemple, pu engager des strip-teaseurs).

La soirée s’est déroulée sans trop d’incidents, a été très arrosée et les délires ont fusé pendant des heures ; mon oncle nous a fait tellement rire en nous racontant ses histoires de chasse que j’avais mal au ventre en fin de soirée... enfin, je ne sais pas si cela était dû à la grande quantité de nourriture avalée, au mélange de boissons alcoolisées ou encore aux blagues de mon oncle,  mais je suis prêt à avoir cent, voir mille de ces maux de ventre si ceci est le prix à payer pour passer des soirées pareilles !

Je pense qu’il est temps de vous proposer quelques clichés de la soirée… ça me permettra d’ailleurs de vous présenter ma famille une bonne fois pour toutes.

Blog-548.jpg
Pour commencer, voici notre souper… Eh bien oui, nous avons osé faire des grillades au mois d’octobre et ce n’était pas mal du tout. Mon père et mon oncle Togn se sont occupé de la cuisson de la viande et c’est bien que ce soit eux car ils sont les plus compétents ;O).

Blog-549.jpg
Mes grands-parents et ma tante Doris prennent l’apéritif autour de la cheminée ; si je devais citer un bémol de la soirée ce serait le fait que mes grands-parents sont partis assez tôt, mais papy était très fatigué et je suis déjà très content qu’il se soit joint à nous pour quelques moments.

Blog-550.jpg
Ma tante Doris (toujours le verre à la main… mmmm est-ce donc un vice de famille ?) et mon cousin Matteo… Oui c’est mon cousin et pas mon frère, même si la ressemblance pourrait être trompeuse.

Blog-551.jpg
Mamie avec mes quatre cousins : Matteo (que je vous ai déjà présenté), Daniele et Samuele (Sam est mon filleul) et Luca ; on voulait prendre une photo de mamie avec tous ses petits-enfants, mais mon frère faisait son sourd d’oreille…

Blog-552.jpg
Mamie, moi et Milù (alias Boubou) !

Blog-553.jpg
Et puis une photo que je dédie à mon ATF : j’espère que tu apprécieras ce cliché fantastique de Boubou :D. Il faut savoir que mon cher ATF a développé une adoration (presque) sans précédant pour le « petit » chien de ma grand-mère…

Blog-554.jpg
La Famille, enfin, attablée.

Blog-555.jpg
Et puis, comme pendant chaque anniversaire digne de ce nom, le moment du gâteau (la Torta) arrive…

Blog-556.jpg
… et aussi celui du champagne… et je ne sais pas pourquoi (peut-être parce que l’on se doute de mes déboires neuchâtelois) c’est à moi d’ouvrir la bouteille…

Blog-557.jpg
Les rois (et la reine) de la fête (ou le Paadre avec sa Maaadre et son Paaadre).

Blog-558.jpg
Photo de famille, la première depuis plusieurs années d’ailleurs… dommage que mon frère tire un peu la gueule, mais bon, comme dirait ma grand-mère « il est tout à fait naturel sur cette photo ! ».

Blog-559.jpg
Mon oncle Manu avec ses deux fils (mes deux cousins) Matteo et Luca.

Blog-560.jpg
Mon oncle Peo, ma tante Ale(ssandra) et leur fils (mon cousin) Daniele ; Samuele s’était déjà couché.

Blog-561.jpg
Ma tante Doris et mon oncle Togn.

Bien à vous

Votre Paadre dévoué

Entre-acte : tu sais que tu es Suisse si... (vive les clichés)

Bon j’avoue, après cette petite semaine de pause, il me faut un article pour reprendre le contact avec le monde… Seulement, que j’ai oublié de transférer les photos de mon anniversaire (chez mes parents au Tessin) sur mon ordinateur… il me fallait donc une autre idée et je suis tombé sur un texte qui m’a fait beaucoup rire. Le texte n’a donc pas été rédigé par moi-même, mais je vais vous le proposer pour que vous compreniez qu’est-ce que c’est un (vrai) Suisse ; les phrases entre crochets [] c’est des ajouts et des commentaires personnels.

Tu sais que tu es Suisse si…

01) Tu te plains si ton train / bus / tram a plus de cinq minutes de retard. Enfin, s’il a plus d’une minute de retard. [c’est tout à fait cela ! Je me vois en train de râler pour mon bus en retard…].

02) On a déjà cru que tu étais Suédois (Swede ou Swiss c'est presque pareil en effet...) [cela m’est déjà arrivé ! N’est-ce pas mes chers CardinauX ?].

03) Tu rigoles quand les Américains croient que Swiss Miss est un produit Suisse, mais ne connaissent pas Nestlé ou Rolex [c’est quoi Swiss Miss ?].

04) Tu es frustré lorsque tu vas dans une épicerie à l’étranger et tu ne trouves pas au moins dix sortes de chocolat et quinze sortes de fromage [très vrai !].

05) Tu as appris trois ou quatre langues et tu penses que ce soit normal [mais c’est normal ! Ou bien ?].

06) On te demande toujours, lorsque tu déclares ta nationalité, si tu vis dans les montagnes et si tu sais yodler [oui on m’a aussi demandé cela à Canterbury…].

07) Tu sais prononcer correctement le mot « Chuchichäschtli » et tu connais sa signification [eh oui…].

08) On t’a demandé qui était le Président de la Confédération et tu n’as pas réussi à expliquer que tu t’es perdu vu que ça change chaque année [enfin, là je ne suis pas trop d’accord… Il faudrait quand même connaître la réponse à cette question…].

09) Tu sais qu’est-ce que c’est les « rösti » et t’as déjà traversé la « röstigrabe » au moins une fois dans ta vie [et pas qu’une fois…].

10) Tu es parti en camp de ski tous les hivers pendant ton école secondaire [ah, là ce n’est pas mon cas… Je n’ai jamais été fan des camps de ski].

11) Pour toi les skis sont une extension de tes pieds car tu skies depuis que t’es capable de marcher [enfin, non ! Je ne suis pas un grand skieur, mais cela ne concerne que moi…].

12) Tu rigoles lorsque les gens te demandes quel est la langue officielle de ton pays et /ou lorsque tu dois expliquer que le « suisse » n’est pas une langue, qu’il y a quatre langues officielles en Suisse et qu’aucune d’entre elles s’appelle « suisse » [pour la petite histoire, les quatre langues nationales sont l’allemand, le français, l’italien et le romanche].

13) Tu possèdes ou tu as possédé au moins un Swatch au cours de ta vie [c’est exact !].

14) Tu as déjà vu « Sandmännchen » doublé en romanche [eh bien non, je n’ai pas eu ce plaisir !].

15) Si tu es une fille, tu fais trois bisous sur la joue aux autres filles pour les saluer [n’importe quoi ! Même les hommes et les homos font cela].

16) Tu aimes la Migros et tu jures que certains produits que t’as vu dans ce magasin sont mieux que ceux que t’as trouvé ailleurs [molto giusto !].

17) Quand deux amis qui ne sont pas Suisses te demandent d’intervenir dans une querelle tu leurs répond : « Hey, je suis Suisse » comme prétexte pour ne pas t’impliquer [comme je dis toujours, faites l’amour et pas la guerre !].

18) Ton pays a six chaînes de télévision publique en trois langues différentes – et tu ne penses pas que cela est bizarre [je pense même qu’il y a sept chaînes… Et non, je ne trouve pas cela bizarre !].

19) Ça t’amuse de voir que la télévision allemande double ou met des sous-titres aux Suisse allemands [car effectivement, eux non plus ne comprennent pas nos chers compatriotes…].

20) Tu crois fermement qu’il est plus important de faire les choses de manière soignée que de les faire le plus rapidement possible [c’est clair… pourquoi faire les choses rapidement si après il faut revenir en arrière pour corriger les erreurs ? Il vaut mieux les faire lentement et ne pas faire d’erreurs…].

21) Tu as le droit de boire de la bière et du vin à partir de l’âge de seize ans [ouais, dans d’autres pays les jeunes n’ont pas le droit légal de boire à partir de seize ans, mais ils le font quand même…].

22) Tu te promenais dans un jardin d’enfant sans supervision et portant un triangle orange autour de ton corps [ouiii, j’avais oublié ça ! Que des souvenirs…].

23) Tu penses que c’est normal que pour des raisons de sécurité chacun ait un bunker dans sa cave ou puisse accéder à un bunker « collectif » situé sous un établissement public. A part cela, voici une chose drôle à faire : invitez un ami étranger (les Américains sont les candidats idéaux) et prenez une photo de la tête qu’il fait lorsqu’il VOIT le bunker… ça vaut le coup ! [il faudra que j’essaie ceci].

24) Quand on te demande comment certaines choses fonctionnent dans ton pays, tu dois utiliser la phrase « en fait c’est différent dans chaque canton… alors… » [effectivement c’est dur d’expliquer que certaines compétences sont attribuées à la Confédération (exemple : l’armée) et d’autres aux 26 Cantons (exemple : l’instruction)].

25) Tu dois voter pour des « référendums » ou des « initiatives populaires » au moins trois ou quatre fois par année [les joies de la démocratie directe].

26) Tu as l’habitude de boire l’eau de n’importe quelle fontaine sauf s’il y a un panneau qui dit « eau non-potable » [effectivement… Par contre nous n’avons pas de fontaines de chocolat].

27) Tu as grandi en croyant que les vaches DOIVENT porter des cloches [oui, et pas que les vaches : les chèvres et les moutons aussi !].

28) Tu penses qu’un voyage de quatre heures en voiture ou en train est un très long voyage [tout à fait ! Je me fais royalement chier lorsque je rentre au Tessin en train, et le voyage ne fait que quatre heures…].

29) Tu es irrité ou au moins confus si un visiteur étranger te demande de visiter une chocolaterie [ah les clichés…].

30) Tu sais qu’est-ce que c’est les produits Betty Bossy et tu en as déjà achetés [oui !].

31) Tu connais quelqu’un qui collection les capuchons des crèmes à café [on peut même dire que pendant un temps je les collectionnais moi-même !].

32) Tu ne comprends pas pourquoi le fait que chaque homme qui a été à l’armée ait son fusil d’assaut sous son lit pose des problèmes à certaines gens [enfin, chez moi ce n’est pas sous le lit, mais il traîne quelque part dans la maison, bien gardé !].

33) Tu dois payer les entrées dans les musées deux fois plus chères parce que tu n’est pas citoyen de l’UE alors que tu vis au plein milieu de l’Europe [là ça devient politique, mais pour ce qui me concerne, je préfère continuer à payer les entrées au musée deux fois plus cher que d’entrer dans l’UE… mais cela est juste un point de vue personnel…].

34) Tu te trouves dans un pays en dehors de l’Europe, tu entends des personnes parler suisse allemand et tu vas discuter avec elles, même si tu ne les connais pas [euh, peut-être pas tout à fait… Il faudrait déjà comprendre le suisse allemand pour pouvoir le parler…].

35) Peu importe si t’es gentil garçon ou bad boy, tu ramasseras toujours un bout de papier (que t’as négligemment jeté au sol) si une vielle dame te le demandait [Evidemment ! Respectons notre environnement !].

36) Tu crois fermement que tout est moins cher à l'étranger qu'en Suisse [ah là je ne suis pas d’accord : on voit que le rédacteur de n’a pas été en Angleterre…].


Et pour finir : la capitale de la Suisse n’est ni Zurich, ni Genève, mais ? Allez, voyons combien de non-suisses peuvent répondre à cette question sans regarder sur google ;O).

 

Bien à vous

Votre Paadre dévoué

Soirée chez Sandrine

Après la soirée très sulfureuse de samedi à Lausanne, le début de semaine a été très rempli pour votre Paadre ; cela ne veut pas dire qu’il a passé son temps à travailler comme un malade sur son mémoire… ce serait vous mentir si j’osais affirmer une chose pareille ! En fait, à côté de certaines activités assez ennuyantes et éprouvantes, j’ai aussi eu la possibilité de m’adonner à des activités plus plaisantes et sympathiques qui ne m’ont pas du tout pesé ; c’est le cas, par exemple, du souper qui a eu lieu hier soir chez Sandrine.

Pour la deuxième fois en quelques moi, Ana, Célia et moi étions conviés chez Sandrine et Pascal pour un repas gargantuesque ; Marie, qui n’était pas là la dernière fois, était aussi de la partie. Comme la dernière fois, nos hôtes nous ont proposé des délices culinaires qui ont titillé nos sens et nous ont transporté dans une autre dimension. Comment décrire ce ben di Dio ? Eh bien disons qu’il y avait des légumes, des viandes et des fromages combinés de manière inattendue qui donnaient des combinaisons de goût et saveurs surprenants. Je ne dirai pas plus car ce n’est pas à moi de dévoiler les recettes secrètes de Sandrine ;O).

Enfin, la soirée fut fort sympathique avec des fous rires interminables et, de temps en temps, des discussions profondes. Et il y a même des photos qui ont été prises (merci Sandrine)… Je vous présente ici une petite sélection de tout cela et je tiens encore une fois à remercier (ici) Sandrine et Pascal pour la magnifique soirée qu’ils nous ont offerte.

Blog-543.JPG
Pour commencer cette petite série, voici votre Paadre (Paater voster) choppé dans l’acte d’imiter un de ses professeurs… Un moment mythique et, il faut avouer, assez récurant de nos soirées de délire.

Blog-544.JPG
Première photo de groupe : Ana, Marie et Pascal.

Blog-545.JPG
Deuxième photo de groupe : Pascal (avec sa grimace mythique), Célia et votre Paadre dévoué.

Blog-546.JPG
Cette troisième photo de groupe présente une équipe qui s’est formée il y a longtemps et qui s’est soudée avec les années. Vous aurez sûrement reconnu votre Paadre, Ana, Célia, Marie et Sandrine.

Blog-547.JPG
Et pour finir, voici une autre photo de groupe ! Vous y voyez les mêmes personnes qui sont sur a photo précédente mais en version plus souriante et « folle » (cela s’applique surtout au personnage sur la gauche de la photo :D).

Bien à vous

Votre Paadre dévoué

Anniversaire de Célia

Samedi soir j’étais en déplacement sur les rives de Lac Léman (non, pas le Lac de Genève) pour fêter les vingt-cinq automnes de mon amie Célia ; après un début de soirée dans le charmant village de Yens (près de Morges), où nous avons cédé aux plaisirs de la bonne cuisine, une petite équipe de cinq personnes (Célia, Marie, Olivier, Sophie et moi-même) s’est déplacée à Lausanne pour rejoindre le Mad.

Que dire de cette soirée ? Eh bien déjà que j’ai passé des moments inoubliables en compagnie de personnes que j’apprécie beaucoup ; ensuite, il faut aussi dire que j’ai un peu abusé avec la nourriture (j’étais ravi de pouvoir danser au Mad pour digérer toutes ces bonnes choses que j’avais savourées chez Célia) et aussi avec l’alcool… Ce qui fait que j’étais un tout petit peu saoul en sortant du Mad et que je me suis endormi dans le train ; or il est vrai que j’étais content d’avoir mon train à 5h39 car je me disais que je serais dans mon lit à 6h30… Eh bien, le destin en a voulu autrement car je me suis endormi pendant le trajet et je me suis réveillé à Bienne où j’ai dû prendre un régional pour Neuchâtel (sans billet, donc j’ai risqué de chopper une belle amende)… résultat des courses : je suis arrivé chez moi après 7h30…

Je me dis même que si je m’étais fait contrôler dans le régional, peut-être le conducteur aurait eu pitié de moi en voyant mon état… Enfin, tout est bien ce qui finit bien : la soirée a été géniale et ce ne sera pas un petit inconvénient survenu pendant le retour qui va me faire changer d’avis.

Pendant la soirée j’ai pris beaucoup de photos (environ une centaine… j’ai dépassé le cap des 10'000 clichés avec mon appareil), mais je ne vais pas toutes les poster ici… il vaut mieux que certaines d’entre elles (surtout celles de la fin de la soirée) restent d’usage privé de votre Paadre et des autres invités de la soirée.

Blog-529.jpg
Comme je disais, la soirée a commencé dans le jardin de la maison de Célia à Yens. Voici Sophie et Olivier, deux jeunes gens fort sympathiques  que j’ai rencontré pour la première fois samedi soir. Dommage que je les aie un peu perdus de vue au Mad et que je n’aie pas pu leur dire au revoir de façon convenable.

Blog-530.jpg
Deux visages très connus par les lecteurs de ce journal : Marie et Ana, colocataires de Célia depuis longtemps. Elles étaient bien entendu aussi de la partie ! Dommage que Ana ne soit pas venue au Mad avec nous, je suis sûr qu’elle aurait adoré… Enfin, je suis persuadé qu’elle s’est aussi amusée où elle devait aller ;O) (à elle de le confirmer par ici).

Blog-531.jpg
Et on continue le tour de table avec une nouvelle photo de Sophie…

Blog-532.jpg
… et, ensuite, un petit cliché de Sandrine et de votre Paadre ; Sandrine et Pascal ne sont pas non plus venus au Mad. En tout cas j’étais content de les revoir car ça faisait un bon moment qu’on n’avait plus passé une soirée ensemble… D’ailleurs on va très rapidement remettre cela…

Blog-533.jpg
Et puis une photo de votre Paadre avec la Reine de la Soirée ! Il semblerait qu’il y ait une petite différence de longueur de cheveux entre nous… une toute petite différence… Merci encore une fois Célia pour cette magnifique soirée. C’était génial et j’espère que ce sera pareil dans deux semaines lorsque tu sera mon invitée ;O).

Blog-534.jpg
Célia qui essaie le cadeau que nous (Ana, Marie, Sandrine, Pascal, Christina et moi) lui avons fait. Une petite tenue sympa et originale pour le Mad…

Blog-535.jpg
Et en parlant du Mad, nous y voilà… Enfin, sur cette photo vous voyez surtout Célia qui pose à côté du billet qui faisait savoir à tout le monde que cette place lui était réservée… Et quelle place ! Juste à côté du bar, avec une belle vue sur le podium et le poste du DJ… Et en plus il y avait des jolis canapés. C’est le pied de sortir et d’avoir sa place réservée dans une boîte… cela faisait très VIP ;O).

Blog-536.jpg
Et voici donc une photo des VIP : Marie, Olivier, Célia et votre Paadre. Ce qui était bien aussi c’est que j’ai pu laisser le sac à côté du fauteuil lorsque je suis allé me trémousser sur la piste de danse.

Blog-537.jpg
Et en plus, le Mad présentait une soirée fort sympathique : en tête de l’affiche il y avait Kenny Carpenter, DJ new-yorkais à la renommée mondiale (il a mixé dans le mythique Studio 54) qui a choisi le Mad de Lausanne pour fêter son cinquantième anniversaire. J’ai bien aimé la musique qu’il a passée et l’ambiance était électrique. Voici donc une photo que j’ai pu prendre du cher Kenny à qui j’ai même serré la main… Je me suis senti encore plus VIP :D.

Blog-538.jpg
Et avec Kenny, il y avait cinq danseurs qui ont mis un spectacle très sympathique. A l’arrivée du DJ, deux d’entre eux se sont livrés à un chorégraphie très sympathique : l’un était habillé en sirène et dansais dans une espèce de cercle descendu du plafond. L’autre faisait tourner le cercle… Enfin, c’était très sympa… Et ces danseurs ont animé toute la soirée.

Blog-539.jpg
Et comment ne pas parler de CE danseur un peu plus longuement ?Il faut savoir que le Paadre (grâce à l’alcool) était un peu plus lancé que d’habitude et a un peu tout fait pour attirer l’attention de ce danseur qu’il trouvait bien canon… Eh bien à partir d’un certain moment il s’est retrouvé sur le bar à danser avec lui autour d’une barre ! Il semblerait que j’avais une touche, mais bon, il ne parlait qu’espagnol…En tous cas, samedi soir je me suis presque senti sexy et attirant… ;O).

Blog-540.jpg
Et puis la fête était au rendez-vous, comme le démontre cette photo de Marie, Célia et Stéphane.

Blog-541.jpg
Enfin, je me sentais vraiment bien samedi soir… Par contre je ne vous dirai pas comment je me sentais dimanche… C’est la dernière fois que je bois de l’alcool, c’est promis (mon œil !!!).

Blog-542.jpg
Et pour finir, une photo pour Ana ! Toi qui voulais se déguiser en boule à facettes pour ma soirée d’anniversaire… Eh bien là je crois que tu peux bien t’inspirer ;O).

Bien à vous

Votre Paadre dévoué

Confession d'un célibataire endurci...

Ces derniers jours j’ai à nouveau eu le temps (et l’envie) de faire quelques réflexions sur ma vie sentimentale ; je crois même, que tout à commencé après les événements qui se sont produits chez moi le dernier soir de la Fête des Vendanges… Je n’ai pas su résister à mes pulsions et j’ai été « obligé » d’assouvir mon envie de sexe avec un jeune homme tout à fait sympathique mais que j’ai rencontré le soir même. Je sais cela ne me ressemble pas du tout et il faut dire que normalement je n’agis pas de la sorte ; mais que voulez-vous ? Personne n’est parfait et des fois on commet des actes que l’on regrette tout de suite après.

Finalement le jeune homme sympa de dimanche nuit ne restera qu’un one-night stand ; il n’y aura pas une autre rencontre avec lui, tout simplement parce que je ne veux pas le revoir et donc j’ai « oublié » de lui donner mon numéro de portable… j’ai passé un bon moment avec lui, j’en avais besoin, mais ce genre de « moments agréables » ne calme pas le désir qui brûle en moi, ce désir d’avoir, à côté de moi, quelqu’un qui m’aime avec qui je pourrais partager plus qu’une heure ou deux de sexe.

Et pourtant, en y réfléchissant, j’ai comme l’impression de ne pas être prêt à m’engager avec quelqu’un… Non ce n’est pas vrai ! En réalité j’ai peur qu’il n’existe pas une personne qui soit faite pour moi ; je ne suis pas quelqu’un de facile : j’ai mes idées, mes convictions et un mode de vie qui ne convient pas à tout le monde. Il est donc assez difficile de trouver quelqu’un qui puisse me supporter et puisse faire partie d’une vie qui est déjà si bien remplie. Parfois je me demande si je trouverai un jour cette personne, si elle existe… Franchement, j’ai dit plusieurs fois que je cherche une histoire sérieuse, mais de l’autre côté je n’arrive pas à dresser le profil de mon homme idéal…

 

Oui je me dis :

Qu’il doit faire attention à son physique, être grand, un peu musclé et pas gros ; qu’il doit être intelligent et avoir de la conversation ;

Qu’il doit avoir à peu près mon âge (même si je ne chipote pas vraiment sur cela) ;

Qu’il doit être célibataire et prêt à se lancer dans une histoire sérieuse ;

Qu’il ne doit pas être hétéro car j’ai assez donné dans le domaine… 

Qu’il peut être bisexuel mais alors il ne doit pas utiliser cela comme une excuse pour avoir un copain et une copine en même temps (oui je sais mes chers bisexuels, cela est très stéréotypé, mais ce n’est pas de ma faute si vous avez une sale réputation ;O)) ;

Qu’il ne doit pas habiter trop loin de Neuchâtel ;

 

Mais finalement je me rends compte que je demande beaucoup trop, que je ne rencontrerai pas beaucoup d’hommes qui rassembleront toutes ces caractéristiques ; il y a quelques mois je me disais qu’il faudrait que j’apprenne à devenir plus souple et à m’ouvrir aux compromis, mais cela n’est pas facile ; lorsqu’on est exigeant avec soi-même, on le devient aussi avec les autres... Et Dieu sait comme je suis exigeant avec ma petite personne (on dirait presque que je suis maniaque).

Quoi faire donc ? Continuer cette recherche « inutile » du sacré Graal ? Ou bien me laisser aller aux pulsions et laisser une chance à tout le monde de conquérir mon cœur ? Je ne sais pas ! Je ne sais pas du tout ! Je suis un peu perdu… En plus, le fait d’être célibataire, d’être repoussé par les hommes qui m’intéressent et de me faire draguer par des hommes qui ne m’intéressent pas du tout, n’aident pas non plus mon cœur et mon esprit à avoir un peu plus de confiance en nos moyens… Bref… Je ne vais pas partir dans un délire pseudo-dépressif du style « je suis gros, je n’ai pas un corps musclé ni un beau visage ni des longs cheveux » car je trouve cela pitoyable, mais des fois, j’aimerais trop que les gens aillent au-delà des apparences…

Je trouve que le milieu gay (en général, après il y a bien entendu beaucoup d’exceptions) soit un monde très, très, très superficiel ; et ce qui me fait peur c’est que souvent on ne fait pas d’efforts pour sortir de ce cercle vicieux… Je sais, la société en général juge une personne d’abord par son aspect, mais dans le milieu c’est mille fois pire : un faux pas et on est fiché à vie (c’est d’ailleurs pour cela que je ne fréquente pas trop le milieu). C’est très triste de penser que la société en soit arrivée là…

Enfin, on parlait de mon célibat et je m’adonne à des réflexions profondes sur la société dans laquelle nous vivons ; pour revenir à ma petite personne je dois dire que je me sens un peu perdu et je me demande s’il existe un homme qui aura le courage de passer sa vie à mes côtés… des fois je me dis que je vais finir mon existence tout seul, dans un home pour personnes âgés, seul avec mes pensées et mes regrets (et Dieu sait comme je n’aime pas avoir de regrets).

Enfin, on verra bien… La démarche à suivre est incertaine.

Bien à vous

Votre Paadre dévoué

Zazie - Sur toi / l'envie d'écrire et de partager

Hier j’ai découvert une nouvelle (en fait, une ancienne) chanson de Zazie et j’ai été très marqué par les paroles ; cette chanson, qui s’appelle Sur toi et le message d’une femme qui s’adresse à son homme et lui dit (plus ou moins) : « tu vois, si je ne parle jamais de toi dans mes chansons c’est parce que je suis heureuse avec toi… Mes textes ne parlent que de ce qui me fait mal et souffrir ».

Tout à coup j’ai pensé à ce qui me pousse à écrire et je me suis rendu compte que je ne suis pas tout à fait d’accord avec Zazie… Bon, d’un côté, mes meilleurs articles naissent quand je ne vais pas bien et que j’ai besoin d’évacuer les émotions ; mais cela ne s’arrête pas là : des fois je ressens même le besoin de dire au monde que je suis heureux et bien dans ma peau… Ce serait déprimant de parler uniquement de ce qui nous fait souffrir non ?

Et pourtant, il est vrai que, comme j’ai dit, c’est quand je ne suis pas au top que je produis mes meilleurs textes. C’est une envie de partage qui me pousse à écrire, et une envie de soulagement, d’absolution, qui me pousse à parler de ce qui ne va pas… En plus, c’est attesté, les lecteurs sont plus intéressés par les malheurs de bloggers plutôt que par leurs happy endings… ce qui est compréhensible : en tant que lecteur de blogs à mon tour, je préfère échouer sur un blog et lire des « malheurs » plutôt que lire des textes dans lesquels l’auteur nous fout son bonheur à la gueule…

Remarquez que là je ne suis pas en train de souhaiter que les auteurs des blogs que je lise soient mal... au contraire, je ne souhaite que leur bonheur car il s’agit de personnes que j’ai appris à connaître et apprécier, mais il est vrai que plusieurs auteurs n’écrivent que lorsqu’ils vont mal et donc je n’ai pas l’occasion d’apprendre à les connaître sous une lumière plus heureuse et positive…

Enfin, je pense que l’écriture soit quelque chose de fantastique et je suis toujours très réticent à critiquer ce que les autres écrivent sur leurs blogs… Chacun à ses problèmes et ses chats à fouetter et chacun réagit de manière différente : écrire c’est une bonne façon pour évacuer et coucher ses pensées… C’est comme si on voulait rendre concret quelque chose qui est abstrait et je trouve cela merveilleux ! Les pensées défilent sur une feuille ou sur un écran d’ordinateur, se rangent, se classent, se précisent et cela nous aide à avancer. Quoiqu’il en soit, je ne connais personne qui écrit pour reculer dans sa vie ou rester immobile dans son chagrin… même si on se noie dans la douleur, on ne veut qu’évacuer pour avancer.

Je suis sûr que je ne cesserai pas sitôt d’écrire et de coucher mes pensées noir sur blanc… Je veux continuer à parler de ma vie, de mes sentiments, de mes émotions et de ceux qui comptent vraiment dans mon univers : le silence et la censure sont des ennemis que je redoute et que j’essaie de combattre en criant ce que j’ai a dire et à transmettre. Et le jour où j’aurai un amoureux, un homme qui me rend heureux et qui me comble, eh bien je ne sais pas si j’arriverai à me taire sur le sujet… Je pense que je vais rester aussi prolixe que d’habitude… En attendant sa venue je ne peux que vous proposer ce magnifique texte de la chère Zazie.

 

Sur toi
(écrite par Zazie)

J'écris sur ce que j'endure
Les petites morts, sur les blessure
J'écris ma peur
Mon manque d'amour

J'écris du cour
Mais c'est toujours

Sur ce que je n'ai pas pu dire
Pas pu vivre, pas su retenir
J'écris en vers
Et contre tous
C'est toujours l'enfer
Qui me pousse

A jeter l'encre sur le papier
La faute sur ceux qui m'ont laissée
Ecrire, c'est toujours reculer
L'instant où tout s'est écroulé

On n'écrit pas
Sur ce qu'on aime
Sur ce qui ne pose pas
Problème
Voilà pourquoi
Je n'écris pas
Sur toi
Rassure-toi

J'écris sur ce qui me blesse
La liste des forces qu'il me reste

Mes kilomètres de vis manquée
De mal en prose, de vers brisés

J'écris comme on miaule sous la lune
Dans la nuit, je trempe ma plume
J'écris l'abcès
J'écris l'absent
J'écris la pluie
Pas le beau temps

J'écris ce qui ne se dit pas
Sur les murs, j'écris sur les toits
Ecrire, c'est toujours revenir
A ceux qui nous ont fait partir

On n'écrit pas qu'on manque de rien
Qu'on est heureux, que tout va bien

Voilà pourquoi
Je n'écris pas
Sur toi
Rassure-toi

J'écris quand j'ai mal aux autres
Quand ma peine ressemble à la votre
Quand le monde me fait le gros dos
Je lui fais porter le chapeau

J'écris le blues indélébile
Ça me paraît moins difficile
De dire à tous plutôt qu'à un
Et d'avoir le mot de la fin

Il faut qu'elle soit partie déjà
Pour écrire " ne me quitte pas "
Qu'ils ne vivent plus sous le même toit
Pour qu'il vienne lui dire qu'il s'en va

On n'écrit pas la chance qu'on a
Pas de chanson d'amour quand on en a
Voilà pourquoi, mon amour
Je n'écris rien
Sur toi
Rassure-toi

Bien à vous

Votre Paadre dévoué

F.D.V - Les photos !!!

Le week-end qui s’est achevé très tôt ce matin a été chargé d’émotions et de bons moments… sur trois jours j’ai réussi à dormir une petite dizaine d’heures et il faut admettre que vers la fin je ne voulais qu’une chose : aller me coucher et dormir pendant douze heures d’affilée ; finalement le destin en a décidé autrement, mais cela ne veut en tous cas pas dire que je n’ai pas apprécié cette fin de soirée « surprenante » que monsieur Destin m’avait préparé.

A part la pluie et l’incroyable vitesse avec laquelle mon porte-monnaie s’est vidé pendant ces derniers trois jours de folie, cette Fête des Vendanges a été assez épique… Et je ne me serais pas contenté de moins de cela. Des longues soirées passées à déguster les meilleurs crus de rouge, blanc et rosé de la région en compagnie de gens que j’apprécie beaucoup, des nuits très courtes souvent pas consacré au repos du guerrier et des journées marquées par des pluies de confettis et des milliers de gens dans les routes… ça c’est la Fête des Vendanges que l’on aime !

Je vous avais promis de prendre quelques photos pour vous permettre de savourer l’ambiance qui régnait sur Neuchâtel ces derniers jours et j’ai tenu mon engagement… Je n’ai pas passé mes soirées à mitrailler les gens et les lieux, mais j’ai quand même réussi à compiler une petite sélection de clichés qui vont (j’espère) vous plaire et vous « inspirer ».

2007.09.28-30---F--te-des-Vendanges-002.jpg
Pour commencer cette heureuse série de photos, voici un petit cliché de Samuel et de votre Paadre lorsqu’ils s’apprêtaient à prendre service au stand « Groupe Sida / Happy Gays ». Nous avons travaillé de 21 heures à minuit et je dois avouer que je n’ai pas vu le temps passer… Il y a eu des amis qui sont venus nous voir et ce fut vraiment très sympathique… A minuit j’étais tellement surmotivé que j’aurais aimé pouvoir continuer à travailler. Finalement j’y suis retourné dimanche en début d’après midi et ce fut un peu plus difficile (bon j’avais déjà deux jours de fête et très peu d’heures de sommeil derrière moi…).

2007.09.28-30---F--te-des-Vendanges-003.jpg
Mon CardinaL du Haut du Canton et la Raclette… Disons qu’il s’en est mieux sorti que moi… il a carrément assuré, alors que moi, lorsque je devais racler le fromage dimanche après midi, je me suis fait remplacer par Gaëlle, une véritable pro. En tout cas ce changement de positions nous a trouvés satisfaits les deux :D.

2007.09.28-30---F--te-des-Vendanges-004.jpg
Petit cliché d’Ana et Jennifer ; c’était génial de revoir Jenny que je n’avais plus revu (en vrai) depuis mon retour d’Angleterre… Nous avions beaucoup de choses à nous raconter et j’ai été content de pouvoir lui montrer mon appartement (nous avons mangé chez moi avant de bouger à la FDV) et la ville de Neuchâtel en plein milieu de cette fête géante.

2007.09.28-30---F--te-des-Vendanges-005.jpg
Samedi soir, avant de sortir à la fête, j’ai eu le plaisir d’accueillir, dans mes appartements pontificaux, quelques amis venus prendre un petit apéro avec votre Paadre ; voici les heureux qui étaient de la partie : les trois CardinauX, Vanessa (qui a désormais été nommée adjointe de la CardinalE) et Dimitri. Sur la photo vous voyez donc ma CardinalE, Dimitri et Vanessa… D’ailleurs, cette photo a déjà été au centre d’un long débat… et il faut avouer qu’elle est quand même un tout petit peu mythique…

2007.09.28-30---F--te-des-Vendanges-008.jpg
Après l’apéro, rendez-vous en ville, au stand GS / HG pour une soirée de folie ; pendant ces heures de beuverie et de perdition j’ai rencontré beaucoup de monde. Des amis des longue date, comme Ana et Lionel…

2007.09.28-30---F--te-des-Vendanges-012.jpg
… mais cette année la Fête des Vendanges a aussi été l’occasion de rencontrer des nouvelles personnes ; parmi celles-ci je ne peux pas ne pas citer Johann, un charmant jeune homme que j’ai rencontré vendredi et qui a participé à deux des trois « afters » que j’ai organisés chez moi en fin de soirée. C’est quelqu’un que j’apprécie et j’espère qu’on aura l’occasion de se connaître davantage.

2007.09.28-30---F--te-des-Vendanges-014.jpg
Johann en compagnie de Julien et Romain… Je pense d’ailleurs que, malgré qu’il soit un ami de longue date, c’est bien la première fois que je mets une photo de Julien par ici. Lui aussi c’est quelqu’un que j’apprécie énormément… dommage que nous ne trouvons jamais le temps de se voir en dehors des soirées ou bien que je passe le voir dans le magasin où il travaille.

2007.09.28-30---F--te-des-Vendanges-016.jpg
Sur cette photo, Johann est en compagnie d’Olivier, un autre jeune homme dont j’ai fait la connaissance ce week-end. Il est d’ailleurs venu faire l’after chez moi le premier soir… Je n’ai pas vraiment eu l’occasion de discuter longuement avec lui, mais les deux ou trois petites conversations que nous avons eues, m’ont donné l’impression de quelqu’un de fort sympathique... donc, d'une personne à découvrir.


Et on revient sur des têtes passablement bien connues par ici… Mon ATF et Chris (ou les deux Christophe)…

2007.09.28-30---F--te-des-Vendanges-030.jpg
Et on revient aux présentations d’une new entry dans mon cercle d’amis : Yannick, le copain à Alain. Encore une fois, et il me semble de me répéter mais c’est toujours aussi sincère, il s’agit de quelqu’un dont j’ai été ravi de faire la connaissance et j’espère qu’on pourra approfondir cette amitié naissante.

2007.09.28-30---F--te-des-Vendanges-034.jpg
Dimanche soir : après deux jours de fête on commence à être fatigués, mais on garde le sourire (comme le démontrent Nicole et Chris sur cette photo). Je peux vous dire que tout le monde était bien fatigué, mais peu de personnes avaient envie d’en rester là et voulaient finir la soirée comme il se doit…


Et pour finir, une photo de votre Paadre, the man in black :D.

Bien à vous

Votre Paadre dévoué