Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Adieu Grégory

J’étais en train de rédiger un article drôle et léger (du même style que les derniers que j’ai publiés) lorsqu’on m’a annoncé que Grégory Lemarchal est décédé ce matin ; je sais que ma passion pour ce jeune chanteur de 23 ans qui s’était imposé au grand public après avoir gagné la quatrième saison de la Star’Académy, n’était pas partagé par tout le monde, mais, pour ce qui me concerne, ce fut le coup de foudre : c’était un soir de novembre et j’étais convié chez Anne-Lise (à l’époque nous n’étions pas encore colocataires) pour un souper et après nous avons regardé un bout de la Starac’ ; Grégory m’avait tout de suite frappé pour sa voix magnifique et son caractère et j’ai été très content qu’il ait gagné l’édition 2004 de l’émission.

Au début je ne savais pas qu’il avait la mucoviscidose et je me rappelle que lorsque j’avais lu des commentaires sur l’influence de la maladie sur sa victoire j’avais été dégouté et révolté par le manque de culot et sensibilité de certains journalistes. Dans mes discussions avec les gens, j’ai toujours défendu Grégory et son talent et je ne crois pas une seconde qu’il n’aurait pas gagné la Starac’ s’il n’était pas malade (et avait le même talent).

Je ne connaissais rien à la mucoviscidose et je me suis un peu documenté : il s’agit d’une maladie affreuse que l’on ne peut pas guérir… les gens qui souffrent de cette maladie ne vivent, généralement pas plus qu’une quarantaine d’années et, comme j’ai dit, il n’y a pas de cure définitive (pour plus d’infos sur la mucoviscidose, cliquez ICI). En tout cas Grégory avait su réagir à sa maladie et à la nouvelle que son temps était compté et il a tout fait pour vivre comme ça lui chantait.


J’étais aux anges lorsqu’il a sorti Je deviens moi, son premier album et je m’en foutais si l’on critiquait mes goûts musicaux car ce garçon avait réussi à toucher mon cœur. En avril 2006 j’ai même eu la possibilité de le voir en Live à Lausanne (et là encore on se foutait de moi arrivant jusqu’à dire que j’avais des « goûts de chiottes » pour ce qui concerne la musique). Je n’ai pas regretté d’avoir acheté les billets pour le concert que j’ai apprécié du début à la fin.

Ça m’attriste beaucoup de savoir qu’il n’y aura pas de nouvel album et que ce jeune, très jeune artiste, n’aura jamais vraiment la possibilité de prouver qu’il était réellement doué ; pour ce qui me concerne, il m’a convaincu depuis très longtemps… Je vous propose ici une vidéo (trouvée sur youtube) de Grégory qui chante SOS d’un terrien en détresse, chanson phare de Daniel Balavoine (autre artiste au destin tragique), une performance qui n’avait pas manqué d’émouvoir…

Vidéo – SOS d’un terrien en détresse

 

SOS d’un Terrien en détresse

 

Pourquoi je vis, pourquoi je meurs
Pourquoi je ris, pourquoi je pleure
Voici le S.O.S
D'un terrien en détresse
J'ai jamais eu les pieds sur Terre
J'aim'rais mieux être un oiseau
J'suis mal dans ma peau

J'voudrais voir le monde à l'envers
Si jamais c'était plus beau
Plus beau vu d'en haut
D'en haut

J'ai toujours confondu la vie
Avec les bandes dessinées
J'ai comme des envies de métamorphose
Je sens quelque chose
Qui m'attire
Qui m'attire
Qui m'attire vers le haut

Au grand loto de l'univers
J'ai pas tiré l'bon numéro
J'suis mal dans ma peau
J'ai pas envie d'être un robot
Métro boulot dodo

Pourquoi je vis, pourquoi je meurs
Pourquoi je crie, pourquoi je pleure
Je crois capter des ondes
Venues d'un autre monde
J'ai jamais eu les pieds sur Terre
J'aim'rais mieux être un oiseau
J'suis mal dans ma peau

J'voudrais voir le monde à l'envers
J'aim'rais mieux être un oiseau
Dodo l'enfant do

Merci Grégory pour les émotions que tu m’as fait éprouver et pour ce que tu as partagé avec moi.

Stefano

Ticino ti amo

Ces derniers jours j’ai pas mal de temps à consacrer à ce site et j’enchaîne les articles (pour votre bonheur, mais aussi le mien) ; aujourd’hui je vais vous proposer une petite virée au Tessin et un petit tour touristique de la région dans laquelle votre Paadre a grandi. Ce n’est pas un secret que, malgré sa maîtrise de la langue française qui lui permet de se fondre dans la foule, votre Paadre peut vanter des origines tessinoises qui sont à la fois sa fierté mais aussi (parfois) un fardeau assez lourd à porter ; quoiqu’il en soit, votre serviteur retourne de temps en temps sur les terres qui l’ont vu naître et grandir et c’est pour cette raison qu’aujourd’hui il va vous accompagner dans ce petit tour de ce qui, pendant 19 ans et 364 jours a été son univers.



On ne peut pas rentrer au Tessin e ne pas aller faire un petit coucou à ma grand-mère ; tout d’abord il est impossible de l’éviter car elle habite dans la même maison que mes parents (mais à l’étage en-dessous) et il faut forcement passer devant chez elle pour aller chez mes parents. Ensuite, et cela n’est pas du tout négligeable, il faut savoir que les « nonne » tessinoises sont des vraies James Bond : elles savent tout et rien ne leur échappe ; c’est donc assez difficile de se pointer au Tessin en douce et de les éviter :D. Sur la photo vous pouvez voir Milù, le chien à ma grand-mère et une autre arme de son arsenal… Ce petit chien est très attachant et adorable…


Voici le Palais Pontifical de la famille Anelli à Artore (près de Bellinzona), un petit château dans lequel votre Paadre passe de temps en temps ses vacances. A présent ses parents, son frère et ses grands-parents y passent toute l’année. Pour les plus curieux je dirai que la chambre pontificale se trouve au deuxième étage… il s’agit de la fenêtre de gauche sur le Balcony.


Et comme au Tessin l’agriculture et l’élevage sont  encore (et toujours) assez importants, et que mon père a bâti (au fil des ans et pour hobby) une véritable petite ferme, voici la chèvre qui a été « offerte » à votre Paadre il y a quelques années… Bon en réalité c’est plus compliqué que cela, mais il est vrai que c’est ma petite chèvre avec son petit de cette année… Pour les curieux j’avouerai que je ne lui ai pas donné de nom.


Une vue très rurale des prairies en-dessus d’Artore. La montagne que vous voyez s’appelle Motto della Croce et c’est depuis son « sommet » que j’ai pris les photos « aériennes » qui suivent. Au milieu de cette montagne, à environ mille mètres d’altitude, la famille Anelli possède quatre chalets dans lesquels notre famille élargie se délecte à passer ses vacances. D’ailleurs votre Paadre a passé toute les étés de son enfance et une partie de celles de son adolescence dans un de ces chalets avec ses grands-parents… C’était le rêve et c’est dommage qu’on ne puisse plus le faire…


Sur cette photo vous voyez quelqu’un qui n’a désormais plus besoin de présentations… votre Paadre, inspiré probablement par le Confessions Tour de Madonna (mais aussi d’MC n’est-ce pas mon cher Abbé ?) essaie la croix qu’il utilisera probablement dans sa prochaine tournée mondiale :D : la croce del Motto della Croce :D, un produit du terroir :D.


Et voici une vue du Tessin prise au Motto della Croce ; ici c’est la vallée qui est au nord de Bellinzona et qui s’appelle Valle Riviera. Tout au fond, vers une ville appelée Biasca, la Valle Riviera se divise en deux parties : la Valle di Blenio et la Valle Leventina (où il y a Ambrì-Piotta, Airolo et le Col du Gothard). C’est au nord de la Valle Leventina, dans la Valle Bedretto qui nait le Ticino, la rivière qui donne le nom au canton.


Après avoir regardé au nord, voici ce que l’on peut voir si on regarde vers le sud : la grande plaine que vous voyez s’appelle Piano di Magadino et dans le passé était très différente ; la rivière n’était pas aménagée et il y avait beaucoup de marais. C’est seulement au XIXe siècle (et après que le Tessin soit devenu un canton souverain) que l’on a entrepris l’aménagement du territoire ; le résultat a été cette plaine qui est aujourd’hui le principal centre agricole du canton. Tout au fond vous voyez le Lac Majeur ou Lago di Locarno et le Mont Rose qui est une des montagnes enneigés derrière le lac.


Ma tante Doris et mon oncle « Togn » posent au Motto della Croce. Derrière vous pouvez deviner le magnifique paysage que j’ai décrit précédemment. Tante Doris est celle qui me reproche le plus souvent de ne jamais être au Tessin et de ne pas trop donner des nouvelles, mais bon, si je devais appeler toute la famille chaque semaine je crois que j’aurais droit à des factures de téléphone beaucoup plus conséquentes :s…


La ville de Bellinzona
vue depuis le « Motto ». J’adore cette ville ! Au plein milieu de la photo, immergé dans la verdure, il y a le village d’Artore.


J’ai aussi trouvé le temps de me balader un peu à la montagne et un jour je suis allé jusqu’à Pian Dolce, une « plaine » qui se trouve sur le sommet d’une « montagne » à quelques heures de marche du « Motto ». Depuis Pian Dolce on peut aussi profiter d’une vue magnifique sur le Piano di Magadino, mais aussi sur la Valle Morobbia, une vallée encore assez rurale qui se trouve près de Bellinzona. Voici un cliché du paysage alpin pris depuis Pian Dolce. Celle que vous voyez c’est la Valle Morobbia dans toute sa splendeur :D.


Autre photo prise au Pian Dolce : le Camoghé, une des montagnes les plus hautes de la région de Bellinzona. C’est un sommet que j’aime beaucoup et que j’ai eu l’occasion de visiter lorsque j’avais douze ou treize ans. J’aimerais y retourner…


Et pour finir, une photo de Samuele (à gauche) et Daniele (à droite), mes cousins. Ils posent devant le petit autel que mon oncle avait construit dans le jardin du chalet à mes grands-parents ; dans l’autel il y a une photo de la Vièrge (la Madonna) et de Saint-Joseph. Enfin je ne vais pas vous raconter l’histoire de cet autel car il n’y en a pas vraiment :D.

Voilà donc pour le petit tour… J’espère que vous avez apprécié et que cela vous donne envie de visiter mes terres natales.

Take care

Votre Paadre dévoué

Souvenirs LGBT - Partie 2

Voilà un article en vitesse qui veut être un complément à celui que je vous ai proposé hier ; il s’agit de deux petites vidéos que j’ai prises lors de la soirée que j’ai passée chez Max avec ces fous de l’association LGBT :


Vidéo 1 : Discussions d'LGBT

Vidéo 2 : L'allocution finale de la Présidente et de la First Lady

Sur la première vidéo vous pouvez essayer de suivre une conversation délirante qui part en cacahuètes alors que sur la deuxième vous verrez les salutations de Madame le Présidente et de la First Lady lors de la soirée susmentionnée.

J’espère que ces vidéos vous plairont

Take care

Votre Paadre dévoué

Souvenirs LGBT

Dans mon dernier article je vous avais promis, chères lectrices et chers lecteurs, un article un peu plus léger et « imagé ». J’ai donc pris le parti de vous proposer une série de photos prises lors du dernier samedi que j’ai passé à Canterbury, mais aussi quelques clichés que j’ai fait lors de la dernière rencontre « officielle » de l’association LGBT. Les photos du samedi ont bien entendu été prises au Studio 41 lors d’une énième soirée déjantée, alors que les photos du dernier meeting avec les LGBT ont été prises chez Max.

Il faut admettre que je suis un petit peu triste lorsque je pense qu’à la fin de cette aventure anglaise je ne verrai probablement plus jamais certaines personnes que j’ai connu à Canterbury car j’ai passé des très bons moments avec elles et elles étaient désormais devenues un peu plus que des simples connaissances ; certaines de ces personnes sont devenues des amis (voir des bons amis) et j’espère vraiment d’être capable de garder le contact après notre séparation.

En tout cas j’ai promis de publier un article léger et facile à lire vu que l’on m’a dit que mes articles sont parfois trop longs à lire (je vous assure que ces articles sont aussi longs à écrire) et je vais donc passer aux photos.



Votre Paadre et Christina, une fille fort sympathique que j’ai appris à connaître et apprécier pendant les dernières semaines passés à Canterbury. Christina vient de Scandinavie (sauf erreur d’Estonie) et était la secrétaire de l’association LGBT.


Finch
a déjà été protagoniste de quelques clichés publiés sur ce site, mais on ne s’en lasserait jamais… ce gars est extraordinaire et passer une soirée avec lui c’est du pure délire (si jamais je parle d’une soirée en boîte et pas d’autre chose). En tout cas on se sera bien amusés et je n’oublierai jamais le compliment qu’il m’a fait pour mes fesses :D.


Et comme je n’étais pas le seul gay non-britannique de l’association, voici trois beaux gosses qui représentent le bassin méditerranéen : à gauche vous avez le petit Nicolas, puis Laurent et enfin le grand Nicolas. Les deux Nicolas, comme le suggère probablement le nom, sont grecs tandis que Laurent vient du sud de la France (Marseille sauf erreur). Potin qui en est pas un, Laurent sort avec le grand Nicolas ;O).


Sur cette photo vous pouvez voir mon amie Jemma accompagnée de deux filles dont je ne me souviens plus le nom (oui c’est toujours comme ça je sais, j’oublie facilement le nom des filles) et d’Alex qu’on aperçoit derrière Jemma.


Amanda
et votre Paadre ; on passe ici aux photos de la soirée chez Max : Amanda était bien lancée et il est vrai que lorsqu’elle est bien lancée (mais qui au même temps n’a pas trop trop bu) est intenable… J’ai été obligé de lui offrir un de mes bracelets pour la calmer et ravoir mon béret… bon je lui ai fait promettre de penser à moi lorsqu’elle le mettra :D.


Votre Paadre et le grand Nicolas ; ce gars est aussi super sympathique… Je ne l’ai pas souvent vu aux activités de l’association LGBT, mais je le rencontrais souvent le samedi soir au Studio 41. On s’est en tout cas bien marrés lors de nos soirées :O ).


Britney
et Amanda : attention il ne s’agit pas de la Britney avec laquelle je partage mon appartement sur le Campus… c’est une autre Britney, originaire des Etats-Unis et bisexuelle ; une fille aussi fort sympathique.


Je pense qu’elles n’ont désormais plus besoin de présentations : Jess et Sandrinela Présidente et la First Lady ; j’adore ces deux filles et elles vont sûrement me manquer lorsque je reviendrai en Suisse à la fin du mois de mai.


Alex
et Helen : Helen était la responsable des communications de l’association mais elle n’a plus concouru pour le poste car l’année prochaine elle sera en échange en France. J’adore cette fille aussi et c’est aussi quelqu’un qui va me manquer. Pour ce qui concerne Alex, il est fort sympathique, mais je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de parler avec lui ou d’approfondir notre relation.


Max
, l’hôte de la soirée ; c’est un garçon que j’apprécie énormément et je suis content d’avoir fait sa connaissance lors de mon séjour en Angleterre. Ce sera aussi quelqu’un qui va me manquer lorsque cette aventure sera finie.

Voilà donc pour cet article ; j’espère que vous allez apprécier et j’attends des réactions de votre part. Pour ce qui concerne la suite, je pense que vous aurez droit à un autre article plutôt léger… un autre article avec beaucoup de photos, mais je ne vais pas vous en dire davantage… revenez me rendre visite et vous verrez.

Take Care

Votre Paadre dévoué

Mon dernier mois à Canterbury (résumé pas exhaustif)

Mes chères lectrices, mes chers lecteurs,

Apres avoir consacré plus de temps que prévu à la publication des photos et du récit du week-end cardinalesque en Angleterre, je me rends compte que depuis un petit moment je n’ai plus donné des nouvelles fraîches sur ma petite vie et mon séjour à Canterbury. Maintenant que je suis (plus ou moins) en vacances, je vais essayer de rattraper le temps perdu et vous mettre au courant des dernières aventures pontificales ; je ne crois pas pouvoir tout raconter dans un seul article et je vais donc commencer, dans celui-ci, avec un petit résumé de ce qui s’est passé pendant le mois de mars à Canterbury.

Il faut dire que plus la fin du semestre approchait, plus j’avais de choses à faire et moins j’ai vu le temps passer ; il est aussi vrai que, comme je le disais aux personnes qui à mon retour m’ont demandé comment c’était ce deuxième trimestre, je n’ai pas vu ces douze semaines passer. Je pense que pendant ce deuxième trimestre j’étais enfin entré dans une espèce de routine remplie de petites choses qui rythmaient ma vie à Canterbury et donc, sans que je m’en rende compte, le dernier mois est passé avec une rapidité surprenante.

Au même temps il faudrait aussi ajouter que je n’ai pas arrêté de bouger… Ceux qui me connaissent savent que je ne parle bien évidemment pas que des soirées au Studio 41 ou celles avec mes amis, mais aussi des « obligations » académiques ; en fait ceux qui disent « fin de trimestre » disent aussi « beaucoup de travail »… il y a toujours des exposés, des essais et des lectures à effectuer et, de façon pas trop surprenante le charge de boulot augmente de façon incroyable vers la fin du trimestre. On pourrait me rétorquer que je n’avais qu’à travailler un peu plus pendant le reste des douze semaines, mais cela n’aurait servi à rien car je suis incapable de commencer à travailler sur un essai ou une présentation trop à l’avance : je commence toujours une semaine avant le dernier délai et j’oserais presque dire que je suis plus performant lorsque je suis « stressé » car je dois vraiment me concentrer sur ce que je lis, écris et il ne serait pas faux de dire que, lorsque je commence juste quelques jours avant, j’arrive à mieux m’immerger dans le contexte du travail que je dois faire.

Donc j’ai rendu mon huitième (et dernier) essai de cette aventure à Canterbury le vendredi 30 mars vers 16 heures, moins de 24 heures avant mon retour en Suisse. En rentrant j’ai fêté la fin du trimestre avec Kirsty et deux bouteilles de vin pendant que je préparais mes bagages pour le retour en Suisse ; eh oui, ma grosse valise est ressortie de sa cachette et s’est, encore une fois prêtée au long et périlleux voyage entre Canterbury et Bellinzona (avec, comme d’habitude, une petite halte à Neuchâtel ;O)). Après avoir fêté avec Kirsty, je suis sorti faire la noce (bien que je n’appellerais pas cette soirée pourrie au Venue une « noce ») avec Scott, Aaron, Serina (une colocataire à Aaron fort sympathique) et une amie à elle ; en rentrant à deux heures, Aaron et Scott étaient complètement ivres et j’ai donc décidé de les abandonner chez Aaron et de rentrer chez nous pour finir de préparer les bagages. A la cuisine j’ai retrouve Jenny et son charmant copain qui avaient aussi fait la fête de leur côté ; nous avons échangé quelques mots puis ils sont allés se coucher.

Là je vois déjà quelques-uns d’entre vous se demander : « mais comment ? Le Paadre parle de nouveau à Britney ? Ils n’étaient pas en froid depuis la fameuse histoire de la poubelle ? ». Il est tout à fait vrai que Britney et moi avons eu quelques petits problèmes de communication, mais nous avons résolu nos divergences au début de la dernière semaine ; en gros elle m’en voulait une peu parce qu’elle pensait que le billet que j’avais laissé sur la poubelle lui était adressé (alors que je l’avais implicitement adressé à Adam et Scott) et c’est pour cela qu’elle avait piqué la mouche et répondu avec ses propres billets. Donc voilà, nous avons mis au clair la situation et tout est redevenu comme avant.

Par contre, avec Adam et sa copine les choses n’ont subi aucune évolution positive ; on pourrait presque dire que leur situation et popularité à l’intérieur du numéro 4 de Marley Court n’a fait que chuter. Pour ce qui me concerne, depuis l’incident du billet, c’était comme s’il n’était plus là et je me suis tenu à cette résolution ; on ne s’est plus adressés la parole et cela semblait convenir aux deux (au moins, lui aussi il n’avait pas à devoir être sympa avec moi). Malheureusement (pour lui) il a aussi réussi à se mettre à dos Kirsty et Jenny pendant les deux dernières semaines du trimestre ; tout le monde dans la maison avait beaucoup de travail à faire, tout le monde sauf Adam ! Jenny, Scott, Kirsty et moi travaillions comme des malades pour parvenir à tout rendre à temps et lui il était dans la maison avec sa copine en train d’écouter de la musique et d’être bruyant comme si rien n’était. Ce qui est pire c’est qu’il était conscient que tout le monde était débordé, mais il s’en foutait ; il est allé vers Kirsty pour savoir comment procédait son essai et lorsqu’elle lui a dit qu’elle avait encore plein de boulot à faire il lui a dit quelque chose style « oh je suis désolé », mais deux minutes après il était dans sa chambre avec la musique à coin ! Bonjour le respect.

Adam a donc fâché plus d’une personne (en effet, le seul qui s’en foutait (je crois pour solidarité masculine) était Scott) et mercredi soir, avec Kirsty, Jenny et Matt nous avons décidé de nous venger des fois qu’il nous a fait chier en étant bruyant ; il se trouve que pour une fois Arielle et lui étaient déjà au lit alors que moi je rentrais d’une soirée avec les LGBT et que Kirsty, Jenny et son copain avaient passé une soirée au Venue ; un peu enivrés par l’alcool (moi je n’avais pas énormément bu) nous avons décidé de faire exprès à faire du bruit pour faire chier Adam et Arielle et c’est ce que nous avons fait jusqu’à trois heures du matin !

Je sais, cela ne me ressemble pas trop et il faut admettre que je ne suis pas un partisan du œil pour œil, dent pour dent, mais je dois admettre que ça faisait du bien ; ça fait depuis le début du premier trimestre que Monsieur rentrait à pas d’heure et qui réveillait tout le monde et il était temps qu’il se rende compte de comment c’est plaisant de se faire réveiller comme ça. Ce qui est comique c’est que personne ne s’est jamais levé pour lui demander d’être plus tranquille lorsqu’il faisait du bordel, mais lui, il a rapidement fait comprendre qu’il n’aimait pas en claquant la porte de sa chambre (ce qui nous a fait un peu rire).

Résultat des courses, le jour d’après il est rentré chez lui sans dire au revoir à personne… Si j’étais un brin plus hypocrite je pourrais feindre que je suis triste qu’il ne m’a pas dit au revoir, mais je ne le suis pas et tout le monde dans la maison a été plus que ravi de le voir partir avec Arielle (d’ailleurs j’ai appris en discutant mercredi avec Kirsty et Jenny que je n’était pas le seul qui les entendait baiser et qu’apparemment ils l’ont même fait dans la douche… beurk :S).

Le mois de mars a donc été rempli d’aventures palpitantes et de moments que je n’oublierai jamais… Enfin, il est vrai que je me serais passé de quelques petits événements, mais bon, on ne peut pas tout avoir et puis la vie ne serait pas très palpitante si tout allait tout le temps bien. Quoiqu’il en soit, le 31 mars à 11 heures j’ai pris mon Eurostar et je suis rentré en Suisse… Depuis je n’ai pas vraiment eu le temps de vous écrire, mais je pense que vous comprenez (surtout si vous me voyez en train de boire des cafés à l’uni ou des Martinis à Tuyau Rouge).

Sur cela je vous laisse et je vous donne rendez-vous à tout bientôt avec un article avec des belles photos (enfin) ;O)

Take Care

Votre Paadre dévoué

Visite officielle des CardinauX - LE récit officiel - Parties 11 - 14

De retour en Suisse après douze semaines passées à Canterbury, j’ai enfin un peu de temps à consacrer à la rédaction de la dernière partie du récit du week-end des CardinauX en Angleterre, ainsi qu’autres articles que j’ai dans ma tête depuis un moment et que, pour des raisons déjà exposées, je n’ai pas encore rédigés. Je m’excuse encore une fois de cette longue attente et j’espère que vous allez lire cette dernière partie de nos aventures avec intérêt.

 

Partie XI – Préparation pour la soirée

La préparation pour la soirée s’est déroulée sans trop d’inconvénients ; on a même employé moins de temps que prévu et nous avons pu quitter l’auberge une demi heure plus tôt (et malgré cette demi heure d’avance sur notre planning nous sommes partis de Marley Court deux heures plus tard que prévu :D). Enfin en rentrant la CardinalE et les deux CardinauX ont pu prendre une « longue » douche et se relaxer alors que votre serviteur squattait une chaise plus ou moins confortable dans la chambre des garçons. Il est tout à fait vrai que la chaise n’était pas la chose la plus confortable que j’ai testé dans ma courte vie, mais au moins j’ai eu la possibilité de tchatcher avec Samuel et Romain et de rester fasciné par le long processus qu’ils ont entamé pour se préparer à la sortie… J’ai été très surpris de voir combien de temps il passent à se coiffer les cheveux et à arranger chaque mèche à sa place (bon là j’exagère un tout petit peu, mais lorsqu’on est comme moi et que l’on n’a plus beaucoup de cheveux, on réalise qu’en réalité on gagne beaucoup de temps :D).

De son côté Julienne a aussi effectué ses préparatifs pour être prête à 19h15 (l’heure qu’on avait fixé pour partir) ; mais lorsqu’on a vu qu’on pouvait partir un peu avant, je lui ai demandé si ça jouait pour elle et je l’ai probablement un peu forcée à augmenter son rythme. Résultat des courses, nous sommes partis à l’heure de l’auberge, mais dans le bus ma CardinalE s’est aperçue qu’elle avait oublié de mettre le collier qu’elle avait prévu de porter pour la soirée… Je pense que dans son cœur elle m’a maudit pour l’avoir pressée et je m’en suis un peu voulu d’avoir fait échouer ce projet ; si l’on était pas dans le bus en train de monter au campus, j’aurais probablement proposé de retourner chercher le collier, mais là il était trop tard pour faire marche arrière… notre moyen de transport à deux étages allait bientôt prendre la route pour nous amener au numéro quatre de Marley court.

Arrivés sur le Campus, le bus nous a dépose près de Keynes (avant l’arrêt était près du Venue, mais il a récemment été déplacé un peu plus loin pour une raison que j’ignore) ; en arrivant sur les lieux j’ai fait une mini visite guidée aux CardinauX (en effet il faut imaginer votre Paadre en train d’indiquer des bâtiments enveloppés dans l’obscurité et en train de dire leur nom et d’expliquer leur fonction à ses CardinauX) ; nous sommes passés devant le mythique Venue, puis nous nous sommes arrêtés chez Essentials pour acheter une bouteille de vin (je n’ai pas trouvé celle que j’aurais voulu acheté, chose qui m’a, bien entendu, agacé…) et après nos emplettes nous nous sommes acheminés vers Marley Court que nous avons rejoint une dizaine de minutes plus tard.


Partie XII – Les Cardinaux à Marley 4

En arrivant à la maison, j’étais ravi de pouvoir montrer mon appartement à mes trois CardinauX ; après tout il s’agit des appartements dans lesquelles votre Pontife a passé vingt cinq mois de sa vie… Il m’est donc difficile de cacher ma déception lorsque j’ai ouvert la porte de la maison et constaté l’état du sol du hall d’entrée ; ma déception s’est transformée en énervement lorsque j’ai poussé la porte de la cuisine et j’ai vu qu’elle était dans un état assez pitoyable. J’ai eu honte de la montrer à mes amis… non je n’ai pas eu honte pour moi, mais pour mes colocataires… Je ne pouvais pas croire au bordel qui régnait dans la cuisine.

J’attendais les commentaires de mes CardinauX et je n’ai pas été surpris d’entendre les réactions plutôt choquées de Romain et Julienne ; je savais que mes deux CardinauX du bas du canton sont très attentifs à la propreté et leur réaction choquée (pour ne pas utiliser le mot « dégoûtée ») était plus qu’attendue. Il faut aussi dire que mes charmants colocataires (ou peut-être certains d’entre eux) avaient fait très fort. Ici j’aimerais demander à Romain et Julienne de laisser un commentaire pour donner leur avis sur cette cuisine car je pense que tout effort de ma part ne parviendrait pas à exprimer le fond de vos pensées et les multiples facettes de votre point de vue.

Et ce sont justement Romain et Julienne qui se sont penchés sur les problèmes d’hygiène dans cette magnifique cuisine et qui ont initié les opérations de nettoyage (suivis, bien entendu par Samuel et moi) ; il a fallu un bon moment pour rétablir des normes d’hygiène acceptables et encore, nous ne nous sommes penchés que sur les nettoyages essentiels car sinon il y aurait eu une soirée de boulot. Quoiqu’il en soit, après des longs moments de nettoyage, j’ai enfin pu commencer à préparer le souper : des spaghettis à la crème et au jambon (un de mes menus fétiches).

Je ne saurais pas vous dire à quelle nous nous sommes attablés, mais il devait être entre 20 et 21 heures et le repas s’est à peu près laissé manger (ce n’était pas ma meilleure cuisine, mais pas ma pire non plus). Après le repas et quelques verres d’eau bénite, Adam et sa copine sont sortis pour rejoindre la fête à Aaron (à laquelle on avait aussi été conviés) ; comme d’habitude j’ai pu remarquer le manque d’enthousiasme d’Adam lorsque je lui ai présenté mes CardinauX… c’est toujours comme ça, il a toujours quelque chose à redire sur les potes de ses colocataires… Enfin, je dois aussi dire que je m’en fous un peu… Monsieur a la mauvaise habitude de critiquer tout le monde, mais personne ne peut vraiment oser lui adresser une critique (soit elle constructive ou pas).

Restés seuls à la maison, nous avons été rejoints par Kirsty qui a tout de suite conquis le cœur de mes CardinauX avec son caractère très ouvert et sa sympathie. Il est vrai que je n’avais aucun doute par rapport à cela… j’étais sûr que le courant entre Kirsty et mes CardinauX serait passé :D. Bon il est vrai que c’est plutôt Julienne qui a discuté avec elle, mais elle n’a en tout cas pas déplu aux autres CardinauX. Le temps passait rapidement en compagnie de Kirsty (qui nous a même amené des gourmandises) et il s’est fait tard pour sortir ; un peu à contre cœur nous avons donc quitté la charmante compagnie de ma colocataire et nous nous sommes acheminés vers le Studio 41.


Partie XIII – Soirée à Canterbury : Studio 41

Il n’était en tout cas pas concevable de ne pas montrer aux CardinauX ce lieu mythique où votre serviteur a, depuis son arrivée en Angleterre, vécu des samedis soir inoubliables avec les membres de l’association LGBT, mais aussi tout seul. C’est donc après les habituels 40 minutes de marche qu’il faut pour aller de Marley 4 au Studio 41 que nous avons débarqué dans la boîte la plus sympathique de Canterbury. Il y avait pas mal de monde, mais presque personne de l’association ; j’aurais bien aimé présenter mes CardinauX à quelques amis d’Angleterre, mais apparemment on est tombés sur le week-end où tout le monde avait déjà quelque chose d’autre de prévu :S.

Sinon mes CardinauX et moi nous nous sommes bien éclatés pendant cette soirée. Déjà lancés après les verres de vin et d’eau bénite que l’on avait bus chez moi, nous n’avons plus beaucoup dépensé au Studio 41. Romain a voulu nous faire goûter l’after shock, un breuvage typiquement anglo-saxon qui n’a pas fait l’unanimité auprès du sommet du clergé ; en fait, le CardinaL du Haut du Canton n’a pas apprécié ce shot au goût de cannelle qui arrache la gorge et le reste de la bouche avec elle.

Et à part cela, nous avons pris des photos très sympathiques (que vous pouvez trouver sur l’album photo consacré au week-end Cardinalesque en Angleterre) et nous avons même essayé de prendre une nouvelle photo officielle, sans avoir, beaucoup de succès. Il faudra encore y travailler pour réaliser un cliché qui convienne au Paadre et aux trois CardinauX… D’ailleurs je me demande s’il ne faudrait pas que sur cette photo apparaisse aussi mon HCP... Et puis, comment oublier la photo avec la fille qui croyait que nous étions suédois et qui voulait à tout prix avoir nos numéros pour nous appeler lorsqu’elle viendra en Suède… Un autre personnage assez mythique qui restera gravé à jamais dans les mémoires du souverain Pontife…

La soirée s’est donc bien déroulée… nous avons bu, nous avons dansé et mes CardinauX ont même fait la connaissance de quelques charmantes personnes… Ce qui est drôle c’est qu’il s’agit de deux mecs que j’avais déjà croisé plusieurs fois et qui n’avaient jamais estimé utile de venir me parler et qui, tout à coup, se sont intéressés à moi et à mes charmants amis suisses… ça ne le fait pas trop, il faut bien le reconnaitre, mais bon, ce n’est pas non plus les mecs avec qui j’avais le plus envie d’établir un contact…

Fini la soirée j’ai souhaité une bonne nuit aux CardinauX et je suis rentré à la maison où je ne suis pas arrivé avant quatre heures (vu que je me suis fait happer par Aaron et ses amis pendant plus d’une heure… une aventure épique que je vais en tout cas vous épargner car elle me rappelle aussi des souvenirs peu plaisants).


Partie XIV – Breakfast at Café Rouge et adieux

La nuit entre samedi et dimanche n’a pas été beaucoup plus longue que les précédentes. Je voulais à tout prix aller dire au revoir à mes CardinauX et il fallait donc se lever assez tôt pour descendre en ville… Nous avions rendez-vous à la station des bus vers 10 heures 30 ; il faisait plutôt froid et on sentait qu’il allait bientôt pleuvoir.

Arrivé au lieu de rendez-vous j’ai pu constater que Julienne, Romain et Samuel étaient déjà là et m’attendaient ; après les salutations rituelles, les trois m’informent qu’ils avaient eu droit à une panne d’électricité et d’eau chaude dans leur auberge. Cela n’a pas manqué de les contrarier et de miner l’opinion largement positive qu’ils s’étaient construits sur l’auberge Kipps. Il est vrai que cela relevait surtout du manque de chance plutôt que des services offerts par l’établissement… La panne aurait pu arriver à n’importe quel moment… c’est juste dommage qu’elle soit arrivée le samedi soir, après qu’on n’avait déjà pas eu énormément de chance avec l’auberge à Londres.

Après avoir appris cette nouvelle assez fâcheuse (surtout pour les CardinauX), nous sommes allés au Café Rouge où nous avons pris notre petit déjeuner ; Romain a voulu goûter le célèbre « English Breakfast »… Là aussi je laisserai à Romain l’honneur de commenter personnellement cette expérience unique qui change la vie… En tout cas cette virée au Café Rouge a été fort sympathique (à part le fait qu’on était assis un peu trop près de la porte d’entrée…) et c’était bien de s’asseoir autour d’une table et de discuter encore un moment avec les mythiques CardinauX.

Et puis le moment de la séparation est arrivé ; avec les CardinauX nous sommes retournés à la station des bus et nous avons attendu le coach qui allait les ramener à Londres… Le week-end arrivait gentiment à sa fin… C’était bizarre de les voir partir… Il faisait froid et il avait commencé à pleuvoir. J’étais triste de les laisser partir et de ne pas pouvoir rentrer en Suisse avec eux, mais après tout il ne me restait plus qu’un mois à passer avant les vacances de Pâques et cela m’a beaucoup aidé à résister à la tentation de sauter dans le bus et de voyager clandestinement dans l’avion Easy Jet qui a ramené Julienne, Samuel et Romain en Suisse.

Quoiqu’il en soit, le week-end qui a fait l’objet de ce long récit restera à jamais gravé dans ma mémoire. Je m’en veux d’avoir pris autant de temps pour tout écrire, mais ce qui compte c’est qu’à la fin j’ai quand même réussi à arriver au bout de ce récit. Je tiens en tout cas à remercier mes trois CardinauX pour être aussi exceptionnels et pour m’avoir permis de passer un week-end aussi inoubliable… Je vous adore

Votre Paadre dévoué