Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Cadeau : Confessions Tour Live from London

J’ai décidé de dédier et offrir l’article que je vais rédiger ce soir (ainsi que son contenu) à une personne qui m’est très chère ; on pense souvent que c’est la longueur d’une relation qui détermine son importance et sa profondeur, mais je peux vous dire que ce n’est pas toujours le cas… J’ai connu Christophe, mon Abbé de Corcelles, Marin, Epanier, Thielle (et d’autres tas de fumier) il y a environ deux ans au (Saint) Paradox et j’ai rapidement appris à apprécier son caractère et sa façon de voir la vie et le monde. Pendant ces deux années nous avons passé des moments inoubliables, nous avons déliré, nous avons ri et parfois nous avons aussi déprimé ensemble autour d’un verre (voir une bouteille) d’eau bénite.

Christophe est un ami très spécial ; j’aime beaucoup discuter avec lui et j’ai parfois été étonné de m’apercevoir que nous sommes sur la même longueur d’onde. Parmi les meilleurs souvenirs de ces deux années de sorties et de délires que je ne pourrai jamais oublier, je tiens à évoquer notre mythique semaine à Amsterdam qui est à l’origine de cette idée de cadeau ; en fait, j’avais proposé à mon Abbé de m’accompagner à Amsterdam pour pouvoir voir le Confessions Tour de Madonna, concert qui a été un des meilleurs événements de cette année 2006. Mais je divague, revenons au cadeau …

Etant donné que je ne peux malheureusement pas t’offrir un cadeau en personne pour ton anniversaire, je poste ici pour toi (et pour tous ceux qui sont intéressés) des liens qui te permettront de voir la plupart des performances du Confessions… Ce sera un peu comme retourner à la Amsterdam Arena et revivre ces moments magnifiques avec la Reine (non pas Beatrixx) elle-même. Clique simplement sur le mot "visionner" pour voir la vidéo online (ou sur le titre s'il n'y a pas le mot "visionner"). Si par contre tu souhaites télécharger la vidéo en Haute Qualité, tu n'as qu'à cliquer sur le mot "télécharger" et suivre les instructions de Megaupload. Cette série de vidéos, qui couvre à peu près tout le spectacle, devrait te donner un avant goût de ce que tu pourras trouver dans le DVD du concert (qui sort le 19 janvier en Suisse et le 22 ici en Angleterre :(...).

Joyeux anniversaire mon ami, je t’adore très fort et je me réjouis trop de te revoir à mon retour en Suisse. Gros bisous

Stefano

Madonna – Confessions Tour Live from London


Future Lovers / I Feel Love : visionner ou télécharger la vidéo en HQ.

Get Together : visionnner ou télécharger la vidéo en HQ.

Like a Virgin / Jump : visionner ou télécharger la vidéo en HQ.



Live to Tell (version non censurée) : visionner ou télécharger la vidéo en HQ.

Forbidden Love : visionner ou télécharger la vidéo en HQ.

Isaac : visionner ou télécharger la vidéo en HQ.

Sorry : visionner ou télécharger la vidéo en HQ.

Like it or not : visionner ou télécharger la vidéo en HQ.



I Love New York : visionner ou télécharger la vidéo en HQ.

Ray of Light : visionner ou télécharger la vidéo en HQ.

Let it Will be : visionner ou télécharger la vidéo en HQ.



Music Inferno : visionner ou télécharger la vidéo en HQ.

Erotica / You Thrill me : visionner ou télécharger la vidéo en HQ

La Isla Bonita : visionner ou télécharger la vidéo en HQ.

Hung up : visionner ou télécharger la vidéo en HQ.


Remarque : L'interlude avec le remix de Sorry, Drowned World / Substitute for Love, Paradise (not for me) et Lucky Star ont été coupées lors du montage final de l'émission. Probablement ces titres feront partie du DVD du spectacle dont la sortie est prévue pour janvier 2007.


Amusez-vous bien

Votre Paadre dévoué

Reflexions sur ma vie sentimentale

Pendant ces derniers jours il m’est arrivé de penser assez souvent à ma vie sentimentale et d’essayer de faire le point ; en effet il était assez difficile de ne pas y songer vu que l’amour et la passion qui enflamme les cœurs lors du début d’une belle histoire d’amour semblent m’entourer et me pousser à faire une petite analyse de ma situation pour essayer de faire le point ; je vois des chers amis à moi qui ont enfin trouvé quelqu’un de bien et je ne peux qu’être heureux pour eux car comme moi ils ont eu pas mal de couilles et ils méritent quelqu’un de bien qui ne leur fasse pas des torts et qui les traite comme il se doit. Il est donc normal qu’avec ces amis « casés », il y ait d’autres amis qui commencent à se soucier de la vie sentimentale de ceux qui sont encore et toujours célibataires et il semblerait que le célibat de votre Paadre fasse l’objet d’une attention toute particulière, ce qui m’inquiète fort. C’est donc pour cette raison que je vais faire ici le point avec vous et chercher à mettre un peu d’ordre dans la foule de pensées qui ont occupé mes nuits d’insomnie.

Pour commencer je pourrais dire qu’il est probablement vrai que pendant la dernière année ma vie sentimentale n’a pas été très mouvementée (ni palpitante) ; d’un côté elle l’a été car finalement j’ai passé une bonne partie des premiers mois de cette année 2006 à chercher l’âme sœur, mais cette recherche n’a évidemment pas été couronnée par le succès espéré. Je n’ai pas voulu écouter ceux qui autour de moi me disaient « il faut arrêter de chercher Stefano ; le jour où t’arrêtes de chercher, quand tu ne t’y attends pas, tu vas trouver ! ». Je n’écoutais pas ce conseil et je faisais à ma tête en me disant que sur 100 essais il allait bien y avoir au moins quelques succès… mais je me trompais et avec du recul je ne peux m’empêcher de penser que j’ai été un peu niaise. Il fallait en tout cas que je comprenne que ce n’était pas le nombre d’essais qui allait me garantir le succès, mais plutôt le fait de rencontrer quelqu’un avec qui il pourrait y avoir un partage réel ; en gros il fallait que je comprenne que ce n’était pas la quantité sur laquelle il fallait travailler mais la qualité.

Avant que vous commencez à vous faire une fausse image de votre Paadre je veux mettre quelque chose au clair : quand je parle de quantité, je n’entends pas le « nombre de jeunes hommes avec lesquels j’ai couché » mais plutôt le « nombre de fois où j’ai considéré l’idée d’avoir un rapport plus intime et spécial avec un homme » : eh oui je suis quelqu’un qui craque assez rapidement pour un charmant Monsieur et qui se fait assez rapidement des films ; cependant je suis aussi quelqu’un qui croit encore en l’amour dans le sens le plus naïf du terme… je crois encore (et j’espère que ce sera ainsi pour le reste de ma vie) que chacun d’entre nous est destiné à rencontrer son âme sœur, la seule (et peut-être unique) avec laquelle on pourra passer notre vie, la seule qui nous accepte et comprend jusqu’au bout, celle qui nous est probablement destinée depuis notre naissance. Oui je suis quelqu’un de très romantique et j’ai toujours cette vision très romantique de l’amour et de l’âme sœur, je crois au coup de foudre et je suis persuadé qu’on n’oublie jamais la première personne qu’on a aimée (même si elle nous a fait énormément de mal).

Mais alors comment se fait-il que votre Paadre ait cherché l’homme de sa vie de manière si inadéquate ? N’est-il pourtant évident que flasher sur tout charmant jeune homme n’est pas la manière de trouver son destiné ? Eh bien je pense que les agissements de votre Paadre ne font que refléter sa nature humaine ; comme chacun d’entre vous, chères lectrices et chers lecteurs, je ne suis qu’un être humain, avec mes faiblesses et mes défauts et malgré tous mes tentatives d’essayer de faire ce que mon cœur me conseille de faire, cela n’est hélas pas toujours facile ou possible. Je peux bien entendu dire que j’aimerais trouver mon âme sœur et passer le reste de ma vie avec, mais au même temps il y a des jours où la solitude ou le fait de se réveiller seul dans son lit chaque matin nous donne envie de faire en sorte que les choses se passent plus rapidement et on essaie de donner un coup de main au destin.

Je pense que chacun d’entre nous s’est déjà réveillé un matin, dans son lit, en se sentant seul ; c’est humain et personne n’est à blâmer pour avoir essayé de combler ce vide. Pour ce qui me concerne j’ai peut être concentré trop d’efforts là-dessus et je n’ai pas obtenu les résultats espérés : à chaque nouvelle connaissance je me disais que c’était le bon, que tout allait s’arranger, mais en réalité c’était une manière de dissimuler la peur d’échouer et à chaque échec je me sentais encore plus seul et rejeté et j’étais proie du désespoir. Comme englouti dans ce cercle vicieux je renchérissais à chaque nouvelle rencontre, jusqu’au mois de mai de cette année lorsqu’une déception plus grave que les autres m’avait enlevé toute envie de croire à l’amour et de le chercher. Je me retrouvais encore une fois au point de départ, le cœur brisé et il me manquait la force de ressayer, mais ce qui me faisait le plus mal et qui est la plus grosse source de regrets lorsque je repense à cette histoire, c’est que j’ai transformé toute cette frustration et cette déception en colère et je l’ai dirigée contre un ami, une personne que j’adore et qui s’est vu décharger ma haine sur lui-même juste parce qu’il avait réussi où j’avais « échoué ».

Face à cette déception et au vide que j’ai ressenti tout de suite après, j’ai décidé de me prendre une pause et d’abandonner cette quête qui m’avait occupé depuis la rupture avec mon ex ; j’ai donc recommencé à sortir pour m’amuser (sans avoir un deuxième but), à prendre du temps pour moi et j’ai aussi cessé de me prendre la tête avec les histoires débiles qui avaient failli me rendre dingue et me faire perdre de vue la personne que j’aimerais être ; je ne veux plus jamais arriver au point d’en vouloir à un ami ! Je n’aime pas cette personne qui avait pris ma place et je ne veux plus la revoir ! Mes amis c’est quelque chose de vraiment important pour moi (comme tout le monde sait très bien d’ailleurs ;O)).

Donc cette pause, ou stand-by, commencé au mois de mai s’est poursuivi et se poursuit encore maintenant, six mois après ; il est vrai qu’en plus de ce ralentissement il y a eu d’autres éléments qui m’ont dissuadé de « retomber dans le panneau »… en fait il n’aurait pas été suffisant d’arrêter de me prendre la tête… il fallait quelque chose de plus puissant pour me distraire complètement de cette quête et en quelque sortes ce « quelque chose » n’était rien d’autre que mon départ imminent pour l’Angleterre ; je n’aurais pas pu entrer dans une relation dans les mois qui précédaient mon départ car le fait de partir et de devoir vivre loin de lui pendant une période aussi longue n’aurait pas été facile et je n’aurais pas tenu. Donc on pourrait presque dire que j’ai soigneusement évité le risque ce qui a contribué à renforcer mon stand-by :D. Et maintenant que je suis en Angleterre la situation joue en faveur d’une prolongation assez étonnante du stand-by car je ne suis pas trop partisan de l’idée de trouver un copain aussi et puis de devoir le laisser ici lorsque je rentrerai en Suisse en juin… Hors de question d’ailleurs que je reste ici, loin de mes amis et de ma vie, juste pour pouvoir vivre à côté de lui… Bon là je parle et je parle, mais je ne sais pas comment je réagirais si je rencontrais le « seul et unique »… En tout cas n’importe quel homme ou n’importe quel copain viendra toujours après ma vie et mes amis ;O).

C’est vrai aussi que des fois les beaux côtés de la vie de couple me manquent… comme j’aimerais pouvoir me réveiller à côté de mon homme, ouvrir les yeux et voir qu’il me regarde ; ou bien passer des moments rien qu’avec lui, rien que les deux, ou encore pouvoir parler avec lui de tout et de rien, partager des choses et des émotions. Je ne parle pas volontairement de sexe car pour moi ce n’est qu’un aspect de la vie de couple mais pas sa base ou son but ultime. Ce n’est pas à moi de rappeler à chacun d’entre vous que le célibat n’empêche pas les rapports sexuels, soient-ils occasionnels ou fréquents ; mais ce n’est pas avec ces partenaires que l’on peut espérer trouver ce qu’on peut trouver quand on aime vraiment quelqu’un… c’est vrai, on peut satisfaire ses envies (et soit-il clair que je ne suis pas contre du tout), mais la personne avec qui on partage ce moment n’est pas intéressée à vous, mais à ce que vous représentez, c'est-à-dire un bon coup, ou un beau corps de beau gosse ou encore une grosse bite (excusez la vulgarité). Cette personne elle ne va pas vous regarder avec un regard d’amoureux (si vous avez la chance de pouvoir dormir dans son lit) mais avec le regard de quelqu’un qui a aimé ce que vous avez fait pendant la nuit précédente et qu’il en redemande…

Donc voilà, le sexe, bien que magnifique et indispensable, ne peut pas remplacer ce qu’un amoureux peut nous donner ; je ne vais pas faire une discours moralisateur sur les méfaits des plans Q car je serais mal placé pour le faire et en plus cela m’éloignerait du sujet principal de cet article (les sentiments) mais juste conclure en disant que j’ai appris ma leçon, je me suis brûlé et je suis plus attentif ; j’ai appris qu’il faut se laisser du temps pour comprendre ce qu’on veut et qu’il ne faut pas se jeter sur le premier venu. J’ai appris que l’homme de ma vie n’aura aucune chance avec moi si avoir une chance signifie trahir ou pire détester mes amis ou mes idéaux. J’ai appris beaucoup de choses et parmi celles-ci, j’ai appris qu’il vaut mieux que je m’arrête ici, sur ces belles paroles, plutôt que tout gâcher en ajoutant des mots inutiles.

Take Care

Votre Paadre dévoué

Just watch me burn !!!

Une phrase que j'aime bien et qui est devenue une de mes dévises...

Voilà qu’un deuxième mois s’est écoulé ; comme le premier il est passé à la fois rapidement et lentement : rapidement parce que je n’ai pas vu le temps passer et lentement parce qu’il me semble d’être en Angleterre depuis une éternité (je pense que j’avais écrit une chose semblable, voir pareille, dans l’article du premier mois :D). Je ne vois pas le temps passer et il faut admettre que je commence à m’y faire à la vie « anglaise » tout en restant le Paadre que vous avez appris (j’espère) à apprécier (j’espère) ; j’essaie de montrer à ceux qui m’entourent qu’il existe autre chose, qu’il y a d’autres modes de vie et d’autres façons de penser.

Parmi les moments dont je me rappellerai toujours je ne peux pas ne pas citer mon 24e anniversaire ; bien que ce n’était pas aussi géant et magnifique que la soirée organisée le 9 septembre à Neuchâtel, je dois admettre que j’ai passé une soirée très agréable. C’est vrai que pour une fois je me suis limité à organiser le strict minimum, mais je me réjouis d’avoir l’occasion d’organiser une grosse noce comme celle d’il y a quelques mois… je ne sais pas si ce sera ici ou en Suisse, en tout cas j’adore organiser des soirées… hi hi hi, je me dis même qu’au cas où je ratais mes études, je pourrais toujours ouvrir un service d’organisation de soirées…

Mais bien entendu, mon anniversaire n’a pas été la seule et unique soirée agréable de ce deuxième mois « anglais » ; en effet je ne peux pas passer sous silence les trois soirées de fin octobre où je me suis déguisé en sorcière… c’était fort sympathique de se déguiser en Wicked Witch pour la soirée Magicien d’Oz et en Swiss Witch pour Halloween, de se maquiller et de montrer au peuple britannique que les Suisses ne sont pas si nuls que cela quand il s’agit de faire la fête :D. Cependant je n’aurais pas pu continuer à utiliser ce même déguisement trop longtemps car tout d’abord un trou énorme s’est percé dans le collant,  ensuite je supporte très mal les sessions de maquillage (bien que j’aies eu affaire à une quasi professionnelle), mais aussi parce que ce costume ne tient pas très chaud...

Ensuite comment oublier la soirée fondue avec Ana, Lionel et Jenny ; c’était bien de faire cette petite incursion Suisse dans cette vie anglaise, une vie anglaise qui a, il faut l’admettre d’autres rythmes et d’autres usages auxquels il n’est pas toujours facile de s’habituer. Je ne vais pas commencer à me plaindre ici car je ne veux pas ressembler à ce genre d’étrangers que je critique toujours lorsque je suis en Suisse, c'est-à-dire ce genre de personnes qui critiquent chaque petite broutille et qui n’acceptent pas la différence d’un pays à l’autre… C’est drôle de voir que même ici j’ai de la peine avec ce genre de personnes : l’exemple le plus flagrant est donné par les personnes venant des Etats-Unis qui sont tout le temps en train de râler, de dire qu’ici tout est trop cher et qui ne font que répéter que les Etats-Unis c’est tellement meilleur… Pour ce qui me concerne, il y a des choses avec lesquelles j’ai de la peine, mais j’essaie de me dire que je suis hôte dans un pays qui n’est pas le mien, qu’ici les usages sont différents et qu’il est normal que des fois il faut s’accrocher pour changer des préconcepts qui nous ont accompagné pendant toute une vie ; je fais vraiment des efforts pour apprécier ce pays, que l’on me croie ou que l’on ne me croie pas :D.

En tout cas ce que je viens de dire vaut surtout pour les usages et les coutumes ; il en va diversement lorsqu’on aborde le sujet du respect de l’autre : je pense être quelqu’un qui respecte tout le monde, qui écoute tout le monde et qui respecte ceux ou celles qui ont des opinions différentes des miennes ; je suis très ouvert et je ne demande que l’on soit aussi ouvert envers moi. Or j’estime que le respect passe à travers moult choses, des éléments que je viens de citer à d’autres gestes, petits et insignifiants, qui montrent que l’on n’est pas égoïstes et que l’on se soucie des autres. Heureusement j’ai retrouvé ici beaucoup de monde qui semble connaître la signification profonde du mot « respect », mais au même temps j’estime avoir trouvé aussi des personnes qui l’ignorent et parmi ces personnes je pense de façon toute particulière (mais pas étonnante) à Britney, ma chère colocataire, et ses amies.

Mon rapport avec Britney est le réflexe des convictions exprimées précédemment car il est source de désagréments constants ; je ne sais pas si elle le fait consciemment, mais en tout cas elle arrive à me mettre dans des états dont je ne voudrais pas me trouver… d’un côté je regrette qu’il ne soit pas possible de pouvoir discuter avec elle : je me suis toujours défini comme quelqu’un d’ouvert et j’aime discuter avec les gens, mais avec elle ça ne marche pas ! Nous n’avons rien en commun et je trouve rien d’intéressant dans ses discours ; je me dis, si elle parle des mecs qu’elle s’est faite la soirée d’avant, eh bien d’accord c’est cool je peux en parler aussi, mais je ne veux pas parler uniquement de cela. Et puis voilà à côté de cette frivolité très « britneyenne », je trouve aussi que la charmante demoiselle n’est à l’uni que pour faire la fête… je ne l’ai jamais vue s’engager sérieusement dans son travail universitaire et franchement c’est quelque chose que je n’apprécie guère (cette conduite très « touriste »)… je suis quelqu’un qui aime bien quand les gens s’engagent dans ce qu’elles font.

Mais bon, je ne vais pas écrire un roman sur ceci… il y a d’autres choses fort plus intéressantes dont je pourrais parler dans cet article : il y a tous les bons moments que j’ai passé avec la société LGBT, moments qui m’ont permis de passer passablement de temps avec Mike et Simon que j’estime être les gars avec qui j’ai noué le plus ici. Avec les LGBT nous sommes allés à Londres hier soir et il faut avouer que c’était une soirée fort sympa ; vous pourriez croire que nous sommes allés au G-A-Y, mais cela aurait été fort prévisible et c’est pour cette raisons que nous nous sommes retrouvés au Popstarz, une boîte gay vers King’s Cross. Je tiens à préciser que cette fois je ne me suis pas fait draguer et que je n’ai pas non plus dragué de beaux londoniens… franchement je n’en avais pas spécialement envie, pour des raisons dont je vous parlerai dans un de mes prochains articles ;O).

La soirée d’hier a en tout cas éveillé (quoique je ne crois pas qu’il n’ait jamais été endormi) mon envie de rentrer en Suisse et de faire la fête comme il faut, dans mon petit Paradox, avec mes CardinauX, mon Abbé et tous les autres membres du clergé pontifical… d’ailleurs, vu que je parle d’eux (de vous), je tenais à remercier ici tous ceux qui ont signé la grosse carte d’anniversaire lors de la soirée Halloween à l’Underground 7 ; je l’ai reçue hier et ce fut un plaisir de voir qu’autant de monde avait pensé à moi lors de cette soirée… Vous me manquez beaucoup et je me réjouis trop de vous retrouver dans 26 jours :D.

Donc j’ai reçu la carte d’anniversaire hier et en plus elle est arrivée au même temps qu’un colis que j’attendais avec une certaine impatience… mon cadeau de Noël avec un mois d’avance :D. J’ai en effet reçu mon coffret collector japonais de 1997, celui qui contient les 40 premiers singles (japonais) de Madonna remasterisés sur CD 3 pouces ; il s’agit d’un item très rare qui ajoute pas mal de prestige à ma collection qui dépasse désormais les 300 disques (j’en suis à 308 pour être précis) ; je vais donc terminer cet article sur une photo de ce coffret ; vous y voyez le coffret proprement dit (très élégant en noir), le livret avec les paroles des quarante singles (en anglais mais aussi traduites en japonais) et puis les 40 singles… de Burning up (eh non, Everybody n’a pas été publié au Japon) à One More Chance, dernier extrait de l’album Something to Remember (de 1995).


A bientôt pour des nouvelles aventures pontificales, take Care

Votre Paadre dévoué

Soirée au WestBar

Tout ce que je souhaitais en rentrant à la maison lundi à 17h30 c’était de passer une soirée tranquille dans ma chambre en train de regarder quelques séries sur youtube ou dailymotion ; hélas, lorsque j’ai vu Britney et la charmante Astrid (que j’appelle maintenant « notre nouvelle colocataire ») j’ai assez rapidement compris que mes projets étaient compromis et qu’il y avait peu de chances de passer une soirée tranquille.

C’est probablement pour cette raison que tous ceux qui sont passés devant ma fenêtre vers cette heure-là ont pu apercevoir une fumée noire, ainsi que des éclairs sortir de ma chambre ; j’étais assez contrarié, de plus que je songeais vraiment à mettre à profit ma soirée pour faire quelque chose d’utile, comme par exemple ma lessive (et le repassage) ou bien avancer avec mes lectures.

En même temps qu’un nuage orageux commençait à se former au-dessus de ma maison, Ana et Lionel sont venus me parler sur msn et ils m’ont proposé de sortir boire un verre avec eux ; or il faut avouer qu’au départ je n’étais pas tout à fait partant et qu’ils ont dû déployer les gros moyens pour me convaincre (si si ça arrive de temps en temps), mais au final j’ai accepté et je me réjouissais déjà en quelques sortes d’avoir une échappatoire à une situation qui allait sûrement me gaver. Mais comme les bonnes choses n’arrivent jamais toutes seules, voilà que quelques minutes après c’est le tour de Simon de venir me parler sur msn et voyant que mon humeur n’était pas au top il m’a proposé de l’accompagner en ville pour une soirée tranquille au WestBar. L’idée me plaisait mais il y avait maintenant un problème : j’avais déjà dit oui à Ana et Lionel, donc je ne pouvais pas les lâcher… mais alors comment faire ?

Et c’est là que le Paadre eut l’idée de la journée : proposer à Ana et Lionel (avec lesquels il n’avait pas établi de plan précis pour la soirée) d’aller à WestBar en compagnie de Simon. Heureux de remarquer qu’il est toujours en état d’improviser et d’organiser des choses quand il le faut, votre Paadre demanda à Simon s’il pouvait proposer à Ana et Lionel de les accompagner en ville et après l’ok de son Jumeau Cosmique, il s’empressa a adresser cette nouvelle proposition aux deux amoureux qui acceptèrent illico la proposition.

Voici donc l’enchaînement d’événements qui m’ont conduit à WestBar un lundi soir ; cette sortie a d’ailleurs eu le mérite de m’éclaircir par rapport à l’habitude de mes colocataires de sortir le lundi… ici apparemment c’est la soirée des étudiants (avec le mercredi). En tout cas la soirée fut très sympathique, malgré des essais non dissimulés de Simon et Richard (un ami d’LGBT qui travaille comme serveur au WB) de me caser (ou de m’arranger un plan Q) avec Lee, le charmantissime serveur de WB. Finalement le plan a échoué, principalement à cause des réticences de votre Paadre, mais aussi parce que le Pontife n’était pas assez bourré pour aller discuter avec le charmant Lee.

Enfin Ana et Lionel nous ont quittés à un horaire raisonnable et avec Simon nous avons attendu que Rich finisse son tour à minuit car il s’était proposé de nous raccompagner. Voilà donc pour cette énième soirée de folie :D


Sur cette première photo vous pouvez voir notre mythique et unique Ana qui fait santé avec un verre de Bagpuss, un des cocktails de WestBar… Je vous assure, elle n’est pas ivre… d’ailleurs cette photo a été prise en début de soirée et donc personne n’avait encore rien bu :D.


Nos amoureux… Ne sont-ils pas chous ???


Et pour terminer, une photo de votre Paadre et de son Jumeau Cosmique en train de faire santé avec un pichet de Bagpuss et un verre de Guinness. Alors en fait vous vous demandez pourquoi le Paadre est en train de boire directement du Pichet avec une paille… ce n’est pas ce qu’il fait souvent avec le Kamikaze au Para ? En tout cas il y a une raison plus « pratique » : alors il faut savoir qu’en temps normal on peut commander chacun des 14 cocktails de la carte de WB sous deux formes : le verre qui coûte 2.99 et le pichet (jug) qui coûte 8.99 ; or le lundi soir et le mercredi soir, de 19h à 22h30 il y a une offre spéciale qui permet d’acheter des pichets pour 4.90, donc quasiment la moitié du prix normal… Une offre tellement avantageuse dont le Paadre a essayé de profiter un maximum… en effet, après le pichet de Bagpuss, il a commandé un deuxième cocktail appelé Rob Roy’s Revenge ou quelque chose comme ça.

Take Care

Votre Paadre dévoué :D

Fondue

La début de soirée de samedi a été consacré à une activité que nous (les Suisses) savons bien pratiquer : la dégustation de fondue. En effet, la venue de Lionel, dont la cause est à rechercher dans le séjour prolongé d’Ana Bananabobsky en Angleterre, a été accompagnée par un approvisionnement de produits typiquement suisses (tous atterris dans le coffre-fort d’Ana) dont justement du précieux fromage à fondue que nous avons décidé de ne pas laisser languir trop longtemps dans le frigo de Farthings 15.

Voici donc une occasion de passer une petite (ainsi que première) soirée entre Suisses à déguster cette pitance si prisée ainsi que du bon vin. Chacun a bien entendu dû se charger d’une partie des préparatifs : c’est pour cette raison qu’alors que notre hôte dût se charger du fromage, Ana se chargea du vin blanc et de l’ail (ainsi que de nous mettre sa cuisine à disposition), Jenny se chargea du pain et du rosé pour l’apéro et votre Paadre s’occupa du caquelon ce qui s’avéra plus laborieux que prévu...

En fait j’ai dû me promener assez longuement dans Canterbury pour trouver le caquelon de mes rêves et encore… les premières heures de recherche ne donnèrent aucun résultat concret et lorsque j’aperçus le premier caquelon à fondue dans un magasin d’articles ménagères j’ai cru faire un attaque cardiaque : 73 livres pour un machin tout simple (et d’ailleurs assez moche) !!! Après avoir demandé des renseignements à la vendeuse j’appris que, hélas, il n’y avait pas d’autres modèles dans ledit magasin ; cependant la jeune femme me conseilla de me rendre dans un autre magasin et ce fut justement dans ce dernier (le dernier d’une longue liste) que j’ai trouvé ce qui me fallait.

Mais toutes ces recherches et ces heures de marche dans Canterbury ne sont que des broutilles (demandez à Ana la signification de ce terme si vous l’ignorez) sans aucune importante si je repense à l’agréable soirée que j’ai passé avec Ana, Lionel et Jenny. On aurait cru être en Suisse et on aurait facilement pu se bercer dans cette illusion pendant toute la soirée si ce n’était pas pour Kerry, la colocataire à Ana, qui a pointé le nez à un certain moment de la soirée. En tout cas la fondue était très bonne, le vin coulait à flots (peut-être pas) et tout s’est terminé avec du vrai chocolat suisse (Camille Bloch sauf erreur).

La soirée ne s’est tout de même pas terminée après le souper ; en effet, votre Paadre était convié au Studio 41 pour une soirée Girls and Boys (oui la troisième à la suite… et alors ?) et ce fut avec un plaisir non dissimulé que je m’y rendis accompagné des trois jeunes personnes dont était question il y a quelques lignes. Nous avons donc marché jusqu’au centre-ville et nous sommes enfin arrivés au club… A l’entrée nous nous sommes faits contrôler et la securitas (non il n’y a pas de faute, il s’agissait d’une femme, donc « la » securitas) a demandé à mes compagnons s’ils étaient au courant qu’il s’agissait d’une soirée gay… Cela m’a fait très rire car les soirées Girls and Boys sont à la base pour des gays, mais à part quelques couples qui s’embrassent, il faut dire qu’il y a plus d’hétéros que d’homos… mais bon, c’est un peu normal… le Studio 41 c’est un peu comme la Para à Neuchâtel, c'est-à-dire le seul club potable de la ville :D… je dis bien « un peu comme » car ce n’est pas la même chose… Il n’y a pas mes Cardinaux, mes potes, mon Balcony et Bobby (il ne faut pas l’oublier lui :D).

Si je juge par ce que j’ai pu voir, je pourrais dire que mes trois compagnons se sont quand même bien amusés dans cette boîte (j’attends donc une confirmation de votre part mes chères et mon cher) bien qu’ils soient partis assez tôt laissant le Paadre libre de flap-flapper à gauche et à droite pour connaître des nouveaux jeunes hommes… mais enfin, il me semble inutile de se perdre dans ce genre de détails… passons aux photos :D.


Voici ma fierté… le caquelon que j’ai acheté dans ce magasin au centre-ville ; sur l’emballage il y a écrit que c’est pour quatre personnes, mais il faut dire que j’ai mes doutes… Pour ne pas nous planter, nous avons utilisé une autre casserole :D. En tout cas le caquelon me reviendra utile lorsque j’aurai envie de manger de la fondue la prochaine fois… des pourparlers sont déjà en cours avec mes colocataires.


Ana et Lionel… Ne sont-ils pas chous sur cette photo ? En plus Lionel était occupé dans une activité assez complexe : le retournement de l’emballage du chocolat… ce n’est qu’après des longues minutes et beaucoup d’efforts qu’il est enfin parvenu à retourner la boîte correctement.


Votre Paadre et Jenny avec la mythique bouteille de Mateus (c’est du rosé)… Je vous rassure tout de suite, il n’y a aucun trip concernant cette bouteille, mais il fallait bien que quelqu’un se sacrifie et passe pour l’alcoolique de la soirée ; cette fois c’était notre tour (à Jenny et à moi) ;O). En tout cas j’ai si bien supporté l’alcool que c’était comme si je n’avais rien bu :D (là j’entends déjà des gens dire « laide et menteuse » :D).


Votre Paadre et Jess (que pas mal de monde connaît aussi comme Madame la Présidente). J’aime bien cette fille et je peux juste vous anticiper qu’on a décidé de se lancer dans une espèce de défi/compétition… Je ne vais pas vous en dire plus pour l’instant… C’est encore en préparation :D.

Take Care

Votre Paadre dévoué

Halloween

Comme je vous avais promis il y a quelques jours, j’entame ici un article pour vous faire le récit de ma soirée d’Halloween. Je tiens d’abord à remercier Simon pour m’avoir passé ses photos et m’avoir donné la permission de les utiliser ici. En effet, il faut dire que certains de ses clichés sont tellement mythiques que je me voyais mal à publier cet article sans ces photos ;O). Donc merci beaucoup Simon ;O).

Donc la soirée a commencé comme d’habitude (je dis comme d’habitude car c’était le troisième soir en moins d’une semaine que je sortais mon déguisement de sorcière) dans mon petit appartement avec votre Paadre en train de se raser et de se préparer. Grâce aux talents de Kirsty j’ai encore une fois eu un magnifique maquillage et des ongles parfaits. Au moment d’aller cherche Ana pour se rendre au Woody’s un problème se posait : les conditions climatiques de la soirée étaient encore pires que celles des soirées précédentes et j’ai dû considérer l’éventualité de prendre une veste pour le chemin… finalement je ne l’ai pas fait et il faut admettre que je me les suis assez gelées mais c’est pas grave, car j’avais un fardeau de moins à me trimballer pendant toute la soirée.

Arrivé chez Ana j’ai l’agréable surprise de la (re)trouver presque prête :D. Et oui… ça arrive :D. Une fois tous les préparatifs terminés, nous nous dirigeâmes vers Woody’s. Il y avait déjà pas mal de monde (pour dire que c’était 20h30) et nous avons eu l’agréable surprise (la deuxième de la soirée, mais dis donc) de découvrir qu’une série de jeux étaient prévus pendant la soirée… Je ne vous dis pas… après plusieurs efforts et après avoir déployé une série d’arguments très persuasifs, Ana et Nathalie (son ex-colocataire) ont réussi à me faire participer au concours du meilleur maquillage ; je n’ai pas gagné (même si mon maquillage était très beau et que celui de la gagnante était tout à fait con… une étoile peinte sur le visage… quelle originalité :D). Après ce concours, ce ne fut pas très difficile de me convaincre à participer à d’autres jeux, bien que je me sois intentionnellement abstenu du concours du meilleur déguisement.

Vers dix heures, Ana et moi sommes allés au Venue ; or il faut savoir que cet endroit a la prétention d’être La Boîte des étudiants de l’uni… c’est pour cette raison que la Kent Union (voir une société qui est censée supporter les étudiants mais qui par contre leur suce le peu d’argent qu’ils ont) peut faire le beau et mauvais temps et fixer des prix astronomiques. Si on veut y accéder il faut payer quatre livres, et les boissons sont en tout cas les plus chères du campus… Et en fait on paie pour rien (lire la produit/prestation ne vaut pas le prix)… La pompe à fric de la Kent Union (voir the Venue) n’a vraiment rien d’exceptionne, la musique est tout à fait banale et si on n’a pas la chance d’être parmi les premières personnes à entrer il faut se les geler pendant une ou deux heures dans une queue qui atteint des fois les 100 mètres.

C’est bien pour cette raison que le Paadre n’y avait jamais mis les pieds… Mais lorsqu’il a reçu un (vip-)ticket qui lui permettait d’utiliser l’entrée VIP et d’éviter les deux heures de queue (ledit billet ne lui a pas en tout cas évité de payer les 4 livres…), eh bien il s’est dit que c’était peut-être la seule occasion qu’il avait de passer une soirée au Venue et il a donc décidé d’y aller, même si cela signifiait aller contre ses principes.

Et ce fut tout à fait jouissif de passer à côté des gens qui attendaient et de rentrer dans la boîte en moins de trois minutes… Je sais je ne suis pas gentil et je devrais m’auto punir pour ce que je viens de dire, mais il faut aussi dire que dehors il faisait tellement froid que je n’aurais pas pu attendre deux heures pour entrer dans cette pompe à fr… hem dans le Venue (et cela ne s’applique pas que pour le Venue, c’est une règle générale pour le Paadre qui tombe seulement lorsqu’il doit faire la queue pour un concert de Madonna) :D.

La soirée était en tout cas très sympathique, bien qu’il n’y avait aucune décoration spéciale pour rappeler aux gens qu’il s’agissait de la gigantesque « soirée Halloween @ the Venue »… Franchement j’aurais bien aimé voir un peu plus de déco et je me suis dit qu’il nous aurait fallu un Olivier pour décorer tout cela. Heureusement la compagnie d’Ana et de Jenny ensuite m’a un peu fait oublier cet aspect décevant. Et puis lorsque j’ai croisé Simon c’est parti encore plus en sucettes (comme dirait ma chère CardinalE). Résultat des courses : c’était deux heures à lorsque Simon et moi sommes partis du Venue (et nous sommes partis car ça fermait, pas parce qu’on voulait rentrer) ; Simon voulait aller acheter quelque chose à manger au magasin (ce qui vous donne une idée de son état) et moi qui voulait rentrer au plus vite étant donné que mon costume ne me protégeait pas trop du froid… Rentré à la maison j’ai retrouvé mes colocataires (sauf Britney qui est apparemment fini dans l’appartement de quelqu’un d’autre… comme c’est pas étonnant…) et je ne me suis pas couché avant quatre heures.

Voilà pour le récit… je vous laisse aux photos…


Ana et Nathalie, son ex-colocataire. Le jour où cette photo a été prise elles étaient encore coloc ; quelques jours après Nathalie s’en est allée car elle n’arrivait pas à dormir à cause des ronflements d’Ana… Oui, je vous jure, c’est véridique :D, c’est Nathalie qu’elle m’a dit en ajoutant qu’elle avait raconté à Ana un bobard comme quoi elle s’en allait vivre en ville avec sa meilleure amie :D…


Et je ne pouvais pas éviter de vous montrer cette photo de Kirsty ; n’est-elle pas tout à fait chou là-dessus ? Si tu passes par là, cette photo c’est pour te remercier de m’avoir maquillé et d’avoir supporté un client aussi difficile que moi ;O)… Il faut savoir que le Mascara et moi ne sommes pas des bons amis :D.


Ana et votre Paadre avec leurs chapeaux… Ne sont-ils pas gorgeous ? Eh non Julienne tu n’es pas la seule qui peut l’être :D.


Simon avec le chapeau du Paadre… Je trouve que ça lui va bien :D.


Comment attirer l’attention d’une personne quelconque sur son décolleté ? Voici une proposition de Simon et de Sian… Je trouve que c’est très original et que j’étais quand même assez mort de rire en prenant cette photo.


En plus nous avons même rencontré un parent du Paadre… le Cousin Machin qui avait eu le culot de copier le déguisement de SAP mais qui n’avait pas tout à fait compris comment il fallait mettre le chapeau… Le résultat est assez hilarant :D.


J’ai beaucoup hésité avant de mettre cette photo car on peut assez facilement affirmer qu’elle n’est pas trop à mon avantage (d’ailleurs j’en ai censurée une qui est encore pire), mais finalement je l’aime bien.


Et je vais finir avec ce cliché qui propose une interprétation assez moderne et intéressante du concept de « choix »… Sur la photo on voit Simon hésiter entre un verre de whisky coca et un verre de… whisky coca ; si on regarde la chose comme ça on pourrait se dire « mais c’est deux verres de whisky, pourquoi hésiter ? Il peut d’abord boire celui dans la main gauche et ensuite celui dans la droite » ; c’est vrai, mais alors pourquoi pas commencer avec la droite ? Ou encore pourquoi ne pas boire des deux verres au même temps ? Ou bien ne pas boire du tout… La conclusion c’est que c’est dur de choisir des fois :D

Take Care

Votre Paadre dévoué

PS : un nouveau site à visiter http://wqt.ch. A ne pas rater ;O)

My Immaculate M. Video Collection

Avec cet article, j'entends vous proposer, chères lectrices et chers lecteurs, la possibilité de pouvoir jeter un coup d'oeil à la vidéographie complète de Madonna ; je parle, bien entendu, des vidéos officielles bien entendu (car si on devait aussi compter les non-officielles un article ne suffirait pas). C'est donc pour cette raison que je vous présente ici, les 80 videoclips qui ont et qui font de Madonna une véritable légende.

Vous pouvez cliquer sur chaque titre et acceder à DailyMotion où vous pourrez visionner le clip choisi ; eh oui, j'ai passé une partie de mon temps libre à mettre toutes les vidéos que j'avais sur le serveur de DailyMotion... des 80 que vous pouvez visionner ici, j'en ai posté 72 ; les autres (ceux qui présentent le symbole *** à côté du titre) je les ai empruntés à d'autres fan de Madonna car je ne les avais pas sur mon ordi (à remarquer qu'il s'agit uniquement de vidéos mineures :D). Finalement je suis donc en mesure de vous présenter 79 des 80 clips... Seul la version Live de Causing a Commotion n'est pas visionnable, mais je pense qu'il ne faut pas m'en vouloir et profiter des autres 79 ;O).

Cela dit je vous laisse aux vidéos.



1982

01 - Everybody (réalisé par Ed Steinberg)

1983

02 - Burning up (réalisé par Steve Baron)

1984

03 - Borderline (réalisé par Mary Lambert)
04 - Lucky Star (réalisé par Arthur Pierson)




1984

05 - Like a Virgin (réalisé par Mary Lambert)

1985

06 - Material Girl (réalisé par Mary Lambert)
07 - Crazy for you (realisé par Harold Becker)
08 - Angel (divers réalisateurs)
09 - Into the Groove (réalisé par Susan Siedelman)
10 - Dress you up [Live from Virgin Tour] (réalisé par Danny Kleinman)
11 - Gambler (réalisé par Harold Becker)




1986

12 - Live to Tell (réalisé par James Foley)
13 - Papa Don't Preach (réalisé par James Foley)
14 - True Blue (réalisé par James Foley)
15 - True Blue [MTV Make my Video Contest] (réalisé par ??)***
16 - Open your Heart (réalisé par Jean-Baptiste Mondino)

1987

17 - La Isla Bonita (réalisé par Mary Lambert)
18 - Who's That Girl (réalisé par Peter Rosenthal)
19 - Causing a Commotion [Live from Who's That Girl Tour] (réalisé par Egbert Van Hess) [ND]
20 - The Look of Love (réalisé par James Foley)




1989


21 - Like a Prayer (réalisé par Mary Lambert)
22 - Express Yourself (réalisé par David Fincher)
23 - Express Yourself [Extended Version] (réalisé par David Fincher)
24 - Cherish (réalisé par Herb Ritts)
25 - Oh Father (réalisé par David Fincher)***
26 - Dear Jessie (réalisé par Animation City)




1990


27 - Vogue (réalisé par David Fincher)
28 - Hanky Panky [Live from Blond Ambition Tour] (réalisé par Aldo Miceli)
29 - Justify my Love (réalisé par Jean-Baptiste Mondino)

1991

30 - Rescue me (réalisé par ??)
31 - Holiday [Live from Blond Ambition Tour]  (réalisé par Alek Keshishian)
32 - Like a Virgin [Live from Blond Ambition Tour] (réalisé par Alex Keshishian)




1992

33 - This Used to be my Playground (réalisé par Alek Keshishian)
34 - Erotica [Censored] (réalisé par Fabien Baron)
35 - Erotica [Un-Censored] (réalisé par Fabien Baron)
36 - Deeper and Deeper (réalisé par Bobby Woods)

1993

37 - Bad Girl (réalisé par David Fincher)
38 - Fever (réalisé par Stefane Sednaoui)
39 - Rain (réalisé par Mark Romaneck)
40 - Bye Bye Baby [Live from Girlie Show] (réalisé par Aldo Miceli)




1994


41 - I'll Remember (réalisé par Alek Keshishian)
42 - Secret (réalisé par Melodie MacDaniel)
43 - Take a Bow (réalisé par Michael Haussman)

1995

44 - Bedtime Story (réalisé par Mark Romaneck)
45 - Human Nature (réalisé par Jean-Baptiste Mondino)




1995

46 - I Want you (réalisé par Earle Sebastien)
47 - You'll See (réalisé Michael Haussman)
48 - Veras (réalisé par Michael Haussman)

1996

49 - Love Don't Live Here Anymore (réalisé par Jean-Baptiste Mondino)***
50 - One More Chance (divers réalisateurs)***
51 - You Must Love me (réalisé par Alan Parker)
52 - Don't Cry for me Argentina (réalisé par Alan Parker)

1997

53 - Another Suitcase in Another Hall (réalisé par Alan Parker)***
54 - Buenos Aires (réalisé par Alan Parker)***




1998

55 - Frozen (réalisé par Chris Cunnigham)
56 - Ray of Light (réalisé par Jonas Akerlund)
57 - Drowned World / Substitute for Love (réalisé par Walter Stern)
58 - The Power of Good-Bye (réalisé par Mattew Rolston)

1999

59 - Nothing Really Matters (réalisé par Johan Renck)
60 - Beautiful Stranger (réalisé par Brett Ratner)




2000

61 - American Pie (réalisé par Philip Stolzl)
62 - Music (réalisé par Jonas Akerlund)
63 - Music [vidéo remix] (réalisé par ??)
64 - Don't Tell me (réalisé par Jean-Baptiste Mondino)

2001

65 - What it Feels Like for a Girl (réalisé par Guy Ritchie)

66 - Paradise (not for me) (réalisé par Dago Gonzales)

67 - Holiday [Live from Drowned World Tour] (réalisé par Hamish Hamilton)***
68 - GHV2 Thunderpuss Megamix (divers réalisateurs)




2002

69 - Die Another Day (réalisé par Traktor)

2003

70 - American Life [Original Version] (réalisé par Jonas Akerlund)
71 - American Life [Director's Cut] (réalisé par Jonas Akerlund)
72 - American Life [Second Version] (réalisé par Jonas Akerlund)
73 - Hollywood (réalisé par Jean-Baptiste Mondino)***
74 - Me Against the Music (réalisé par Paul Hunter)
75 - Love Profusion (réalisé par Luc Besson)

2004

76 - Nobody Knows me [Aviddiva Video Remix] (divers réalisateurs)




2005

77 - Hung up (réalisé par Johan Renck)

2006

78 - Sorry (réalisé par Jamie King)
79 - Get Together (réalisé par Logan)
80 - Jump (réalisé par Jonas Akerlund)

Londres, 3e Acte

Bonjour à tous ; tout d’abord je voulais m’excuser d’avoir été éloigné pendant plusieurs jours de ce blog, mais j’ai été pas mal occupé et pas toujours dans des activités plaisantes… En effet j’ai beaucoup travaillé sur mon premier essai d’histoire, un essai très intéressant sur les fluctuations des prix des graines (voir du blé) et de leur réaction sur le style de vie et l’économie des anglais du seizième siècle… Lol je sais ce n’est pas trop le truc de la plupart du monde, mais j’ai bien aimé ce sujet et j’espère que ce prof appréciera mon essai… Et s’il ne l’apprécie pas, eh bien il peut aller se faire voir par les fermiers Anglais du seizième :D.

De retour sur ce blog, je me dois donc de vous donner quelques nouvelles de ces derniers jours ; il faut avouer que jusqu’à vendredi à 11 heures, le 80% de mon temps était consacré au prix du blé, mais cela ne m’a pas empêché de fêter Halloween (j’attends toujours les photos de Simon, après je pourrai en faire un article, donc restez syntonisés :D) et de passer un mercredi soir fort agréable à Westbar avec l’association LGBT. Durant cette soirée j’ai beaucoup parlé avec la présidente et il faut avouer que j’aime bien ces moments « échange d’expériences personnelles ».

Pour célébrer la fin de mon travail sur les graines, je me suis régalé un après midi avec les LGBT vendredi chez Starbuck’s… J’y ai retrouvé Mike, un gars qui est dans ce même séminaire (celui des grains, avec ce prof bizarre) ainsi que Jess et d’autres gens. C’est toujours sympa ce coffee meeting hebdomadaire et me rappelle un peu les mardis après midi avec Sam (bien que ce ne soit pas, rassure-toi mon ami, la même chose et que nos mardis me manquent trop), ou les pauses café interminables à la cafétéria de l’uni avec Julienne et les autres filles.

Lol je viens de me rendre compte que j’ai déjà écrit presque une demi page et que je n’ai même pas encore effleuré le sujet principal de cet article, hi hi hi. Je vais donc m’y consacrer immediatamente (ce qu’en italien veut dire « immédiatement », n’est-ce pas Ana ?). Or samedi c’était prévu depuis quelques semaines que j’aille à Londres (eh oui encore…) pour assister à un spectacle théâtral : or pourquoi l’appeler « spectacle théâtral » et pas directement « pièce » ? Eh bien parce qu’il ne s’agissait pas vraiment d’une pièce, mais d’une révisitation des Canterbury Tales de Chaucer ; en fait le spectacle était une représentation d’une partie des contes en un langage moderne et forcement plus compréhensible (je ne sais pas si vous connaissez un peu Chaucer, mais étant donné qu’il a vécu au quatorzième siècle, il a la mauvaise habitude d’écrire dans le même langage que les gens de son époque, ce qui n’aide pas la compréhension :D).

Sinon quoi dire des Canterbury Tales ? pour ce qui ne les connaissaient pas, il s’agit d’une série de contes (je crois qu’il y en a 19, mais je ne suis pas sûr) qui sont racontés par une série de personnages (un chevalier, un cuisinier, un charpentier, un moine,…) pendant leur pèlerinage à Canterbury (ils vont à la tombe du fameux Thomas Beckett) : en fait c’est l’hôte qui a l’idée de lancer un concours de contes (pour faire passer le temps) et d’offrir comme prix (pour la meilleure histoire racontée) un repas dans sa taverne. Dans le livre de Chaucer nous ne savons pas qui a gagné et les pèlerins n’arriveront pas à Canterbury (car la narration s’arrête avant). En tout cas, en tant qu’italophone je peux vous dire que Chaucer n’est pas très original… l’idée des histoires racontées par les personnages fictifs d’une histoire qui borde les autres avait précédemment été utilisée par le mythique Boccaccio dans son Decameron (Sandrine si tu lis cela je te prie de confirmer mes dires ;O)). Bon je ne vais pas aller plus dans le détail car je sens que vous commencez à vous endormir sur vos fauteuils…

Donc je suis allé voir cette représentation et c’était vraiment très sympathique ; je me suis beaucoup amusé et je dois dire que la mise en scène des contes était vraiment bien faite. Je vous conseillerais même d’aller la voir si vous aviez l’occasion de passer par Londres un de ces quatre, mais malheureusement hier c’était le dernier jour (j’ai eu la chance de voir l’avant dernière représentation).

Sinon quoi dire d’autre ? Ben Londres c’est toujours la même catin… C’est toujours pareil quand on veut s’y rendre en bus, même si je dois avouer que pour une fois le trajet à l’allée ne m’a pas semblé si insupportable que cela. C’était même presque agréable : ma musique dans les oreilles, perdu dans mes pensées je n’ai quasiment pas vu le temps passer (de plus que nous sommes arrivés avec dix minutes d’avance). Ensuite, je me suis dirigé à la station de métro où je voulais acheter un ticket, que je n’ai pas acheté car un charmant jeune homme est venu vers moi et m’a proposé de me donner son pass pour la journée dont il n’avait plus besoin… Deux coups de bol en un jour… C’était trop beau pour durer plus longtemps… Et pourtant mon moment de gloire a continué pendant un autre heure ou deux… En utilisant ce pass je me suis rendu à Piccadilly (où se trouvait le théâtre) et j’ai un peu glandé chez Virgin et chez HMV (deux megastore de musique) en attendant l’heure du rendez vous pour le spectacle et c’est chez HMV que j’ai vécu le troisième coup de chance de la journée : j’ai trouvé le Picture Disc de Get Together et j’ai ainsi acheté les perles numéro 261, 262, 263, 264 et 265 de ma collection de Madonna (si ça continue comme ça j’arriverai à 300 avant de rentrer en Suisse :D). Heureux pour cet achat je me suis donc rendu à théâtre, je me suis fondu la gueule devant la pièce et après le spectacle je suis allé boire quelques verres avec les autres étudiants (oui parce qu’en effet j’y suis allé dans le cadre d’un séminaire).

Après ces moments de réjouissance, la chance à commencé à m’abandonner et ce fut une série de manque de bol et de malchances concentrées : tout d’abord je voulais me rendre à la Release Party de Jump (le quatrième single de Confessions on a Dance Floor) qui devait se tenir au G-A-Y ; déjà il m’a fallu un bon moment pour retrouver le quartier gay pour réaliser que au G-A-Y il n’y avait rien qui se passait… pas de fête :S. Or j’ai re-regardé le flyer en rentrant à la maison et j’avais tout juste… Donc je ne sais pas ou était le problème… Peut-être dans le fait qu’il y a un autre G-A-Y à part le bar et l’Astoria Theatre… Enfin soit… Après cela j’ai glandé un peu en attendant l’heure d’aller prendre mon bus (à 20h30) et quand j’ai estimé qu’il était temps d’y aller j’ai pris le métro et là, autre catastrophe… il y avait tellement de monde que j’ai dû attendre une correspondance pour au moins dix minutes, ce qui fait que j’ai dû courir pour arriver à la station des bus et que le chauffeur m’a engueulé en me disant qu’il fallait être là dix minutes avant le départ et tout… J’étais assez contrarié et la contrariété n’a fait qu’augmenter lorsque nous sommes restés bloqués dans le trafic. Résultat des courses ? Nous sommes arrivés à Canterbury avec une demi heure de retard… Et après on engueule le Paadre parce qu’il arrive juste deux minutes avant le départ… Ce monde est mal fait.

Un point positif de ce voyage de retour c’est qu’il y a deux mecs qui sont montés dans le bus à un arrêt intermédiaire et qu’un des deux était très charmant ; étant donné qu’il n’y avait plus beaucoup de places libres dans le car, un des deux (pas le mignon) s’est assis à côté de moi tandis que l’autre s’est assis dans le siège de l’autre côté du couloir. En les observant j’ai rapidement découvert qu’ils étaient gays… Ah dommage que ce n’était pas le mignon à côté de moi, sinon j’aurais pu engager la conversation…

Rentré à la maison je me suis rapidement changé et rafraîchi et puis je suis reparti pour aller à une soirée Girls and Boys où j’ai rencontré des LGBT ainsi que quelques charmants jeunes hommes… Rien de vraiment exceptionnel n’est en tout cas arrivé ;O).

Voilà les dernières nouvelles de votre Paadre… Je n’ai malheureusement pas beaucoup de photos, mais je vais vous en soumettre quelques-unes, juste pour vous permettre de décompresser après cette longue suite de lettres et d’espaces :D.


Sur cette première photo vous pouvez voir le théâtre dans lequel le spectacle avait lieu… Rien de vraiment exceptionnel ;O).


Par contre ici vous pouvez voir les nouvelles perles que j’ai ajoutées à ma collection : en haut à gauche il y a le vinyle 12 pouces de Love Profusion  (en 2003 l’Angleterre et quelques autres territoires préféré cette chanson à Nothing Fails en tant que troisième Single extrait d’American Life). En haut à droite vous pouvez apercevoir le magnifique picture disc de Get Together qui est sorti seulement en Angleterre ; les autres pays ont eu des Maxi Single 12 pouces comme celui en bas à droite qui est donc la version USA du Maxi vinyle de Get Together. En bas à gauche vous pouvez voir les deux titres de Hung up et de Sorry. Dans les autres pays européens ces deux titres sont normalement dans des petites pochettes en carton… eh bien pas en Angleterre ! En plus ce qui caractérise les deux titres en Angleterre c’est que dans leur code il y a souvent l’inscription CD1 ; par conséquent vous pouvez en déduire qu’il y a aussi un CD2 et c’est ce qu’on appelle normalement un Maxi : les maxis pour les singles de Confessions contiennent tous au moins quatre ou cinq remixes.

Voilà, sur cette belle image de ma collection je vous laisse.

Take Care

Votre Paadre dévoué ;O)