Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Nés un 21 octobre...

Samedi soir c’était ma deuxième soirée Girls And boYs dans le mythique Studio 41 de Canterbury ; il faut avouer que ma première soirée dans cette boîte de nuit n’avait pas été très chouette… j’irais même presque jusqu’à avouer que j’avais eu un coup de déprime et que par conséquent j’avais décidé de rentrer à la maison assez tôt. La raison de ce coup de blues était le fait qu’il s’agissait de mon premier samedi à Canterbury et que c’était très bizarre de sortir sans mes amis.

J’attendais donc une deuxième occasion de retourner au Studio 41 et cette occasion s’est présentée samedi soir lorsque je soupais avec Simon, mon jumeau cosmique [which means cosmic twin (since you shall come on this page, I will add some comments in English). Lol I call you cosmic twin because you’re the first person that I have met who is born the same day as I am.]. On venait de passer l’après midi ensemble (nous avons fait des courses en ville) [I’m telling about the shopping afternoon and the dinner] et je l’avais invite manger chez moi. En discutant je lui ai dit que j’aurais bien aimé retourner à Girls and Boys et c’est là qu’il m’a proposé d’y aller.

On y est allés et il faut dire que j’ai vraiment passé une très bonne soirée. C’est le premier samedi soir que je n’ai pas le moindre coup de blues et pour cela je dois remercier Simon qui est vraiment génial [In this passage I am saying that I spent a really nice evening with you and that it’s the first Saturday night I don’t get depressed].

En rentrant sur le campus nous avons fait un détour vers les Darwin Houses où nous sommes allés fêter l’anniversaire d’une fille très sympathique qui s’appelle Sian. Les délires étaient encore une fois au rendez vous et encore une fois c’est à cinq heures (heure d’hiver) que j’ai enfin pu aller rendre visite à mon ami Morphée [Just talking about Sian’s birthday and the fact that it was five o’ clock when I finally got to bed].

Voici donc, comme de coutume, quelques clichés de la soirée :D



Pour descendre à Canterbury nous avons pris le bus et à l’arrêt nous avons rencontré Ricky (ici tout le monde le connaît comme « l’Asiatique de Farthings 15 qui est tout le temps devant son ordi ») et Cary, le gars qui se plaint tout le temps et qui aime bien nous dire que les USA c’est tellement meilleur… Enfin bref c’était vraiment sympa de les rencontrer ; ils allaient aussi au Studio 41 et ils nous ont proposé de boire d’abord un verre au West-Bar (ou ces deux photos ont été prises). [I am just telling my Swiss friends that we met Ricky and Cary (not sure about the spelling by the way) and that we went to West-Bar with them before going to Studio 41].


Au Studio 41 nous avons rencontré des gens de LGBT : ici vous voyez Jess avec Simon. Ne sont-ils pas trop mimi là-dessus ? Il y avait aussi Finch, Max, Duncan, et plein d’autres gens [we met some people of LGBT].


Mais nous avons aussi fait des nouvelles connaissances [but we also met some new friends] ; tout d’abord ce sympathique poteau… il n’est pas très tchatche, mais il est très mignon je trouve [first of all this pole… not very chatty, but really cute].


Et puis cette charmante demoiselle qui m’a piqué mon ballon. J’étais impressionné par son costume et par ses seins :S [… and then this lovely Lady. I was really impressed by this Lady’s breasts].


Photo-délire… J’aime bien ;O). [there’s not much to say about this pic… I love it].


Une photo qui n’est pas peut-être trop top, mais qui vous montre le Paadre et sa nouvelles silouhette… Je suis moi-même assez impressionné !!! J’ai perdu du poids et ça se voit !!! C’est trop cool !!! [I’m just excited because on this picture you can actually see that I lost some weight :D]


Dernière photo de la soirée : Simon et la boîte du gâteau d’anniversaire de Sian (acheté chez Mark’s and Spencer’s s-v-p) on est aussi partis dans un trip assez blasphème là-dessus. [I love this pictures of you with the box of Sian’s Messiah cake].

Voilà, j’espère que vous n’êtes pas trop confus par ce changement de langage. Gros bisous, take care

Votre Paadre dévoué

PS: Simon thank you for this unforgettable night ;O).

Madonna @ Oprah

Cet article est d’abord un complément à la lettre ouverte aux médias que j’ai rédigé il y a quelques jours afin de critiquer l’attitude d’un certain type de presse face à l’adoption d’un petit africain de la part de Madonna. En fait, je veux vous proposer ici de visionner la première interview que la Reine de la Pop a donnée depuis son retour en Afrique.

Interrogée par Oprah (qui peut-être considéré comme une espèce d’autorité aux USA), elle explique donc pour la première fois ce qui s’est passé, les démarches qu’elle et son mari ont du suivre, mais adresse aussi une critique très juste aux médias en leur faisant remarquer que tout leur acharnement sur son adoption risque de décourager d’autres personnes qui pensaient ouvrir leur maison à un de ces enfants malheureux. Mais bon, je ne veux pas vous révéler tout le contenu de l’interview car je suis sur qu’après personne n’ira la visionner… D’ailleurs j’ai trouvé que Madonna semble très touchée par le soutien du public et que plus d’une fois elle a du mal a retenir ses larmes (moi par contre je n’y arrive pas et à la fin je verse toujours quelques larmes :D).


Voici donc le lien : Madonna @ Oprah (24 octobre 2006)

Sinon c’est vrai que toute cette histoire d’adoption et d’engagement de Madonna au Malawi m’a beaucoup fait réfléchir et je me suis demandé si je serais capable d’aller en Afrique et donner un coup de main en tant que volontaire… Il faut dire qu’en voyant la situation catastrophique dans laquelle beaucoup de gens vivent, j’aimerais bien pouvoir faire quelque chose, mais de l’autre j’ai peur de ne pas être assez « fort » pour endurer tout cela ; je crois qu’il faut vraiment avoir une sorte de vocation pour partir et voir toutes ces atrocités.

Je pense en tout cas qu’un jour ou un autre j’aimerais bien partir, peut-être au Malawi dans la fondation de Madonna, ou bien ailleurs, mais j’estime que ce n’est probablement pas encore le moment de le faire… Il faut que je devienne plus fort avant de me lancer dans une aventure pareille, et que je finisse mes études (et que je revienne en Suisse aussi ;O)).

Take Care, make love, don’t make war

Votre Paadre dévoué

Wicked Paadre ?

Hier soir votre Paadre a eu le plaisir de participer à la soirée Magicien d’Oz organisée par la société LGBT (Lesbian, Gay, Bisexual and Transexual pour ce qui ne savaient pas) au Woody’s ; on lui demandait de se déguiser et il faut avouer qu’au premier abord l’idée ne le tentait pas trop, mais après avoir vu la photo de ses CardinauX et de leurs déguisements mythiques, il s’est dit que ce serait la moindre des choses de suivre leur exemple et de jouer le jeu jusqu’au bout.

Je crois que tout le monde connaît un peu l’histoire du Magicien d’Oz et sait qui sont les personnages principaux et quels choix de déguisement s’offraient au Paadre ; comme d’habitude, il ne voulait pas faire les choses qu’à moitié et souhaitait avoir un costume qui ne passe pas inaperçu. C’est pour cette raison qu’il a assez rapidement choisi de se déguiser en Wicked Witch, un choix couronné de succès, étant donné qu’il y avait peu de monde aussi bien déguisé que lui (oui je sais c’est pas très modeste, mais c’est vrai… Demandez à Ana).

C’est donc déguisés en sorcières (en sorcière du sud, étant donné que mon visage n’était pas vert comme celui des sorcières de l’est et de l’ouest) qu’avec Ana nous avons pointé nos petits nez chez Woody’s où nous avons passé une soirée très sympathique avec les LGBT.

Voici donc quelques petits clichés exclusifs de la soirée ;O) :


Pour commencer un petit montage pour montrer le Paadre et son déguisement en Wicked Witch of the South (WWS ; c’est vrai que Wicked Witch of the West aurait été mieux : WWW). Je dois remercier Kirsty pour les ongles et le maquillage (bon le rouge à lèvres c’est moi qui l’a mis, je ne suis pas encore si bobet que ça).


Ana était, encore une fois de la partie. C’est bien, elle me suit dans tous les trips :D. Heureusement qu’elle est là des fois, sinon je ne saurais pas trop quoi faire.


Voici à gauche Finch (je ne me souviens plus de son vrai prénom, mais tout le monde l’appelle comme ça) et au milieu Max, les deux déguisés en Tin Man. Enfin j’aime bien l’idée de Max, même si je trouve qu’il n’aurait pas dû mettre un t-shirt sous son « déguisement ». J’aime bien ces deux gars.


Ana qui essaie de faire la méchante… C’est pas trop réussi n’est-ce pas ?


Un petit peu de Karaoke avec mon balai – micro et aussi une occasion de pouvoir admirer le maquillage fait par Kirsty :O)


Et enfin prêt à m’envoler dans la nuit à la recherche de l’homme de ma vie (ou peut-être juste d’une proie pour une nuit ? Naaan je ne suis pas comme ça :D)… pourvu que ce ne soit pas un vampire ou un zombie… :S

Take Care

Votre Paadre dévoué

Halloween à l'Underground 7

Et pendant que je fêtais mes 24 ans et le compte à rebours pour la Sainte Catherine commençait, de l’autre côté de la Manche (ou du Channel, comme on l’appelle ici) des personnages connus par les lecteurs de ce blog étaient conviés à une soirée Halloween à l’Underground 7. Chris m’a gentiment donné la permission d’utiliser quelques-uns de ses clichés pour illustrer cet événement. Merci de me permettre de réaliser cet article ;O)…

Je n’ai malheureusement pas grande chose à vous raconter car, évidemment, je n’étais pas présent… Je pourrais bien entendu évoquer les souvenirs de mes trois CardinauX, mais cela serait une infraction au Secret Pontifical (SP) qui m’interdit de divulguer toute information communiquée pendant la confession d’un(e) CardinaL(E). Je vais donc la fermer (pour une fois) et vous laisser aux photos ;O).


Lorsque mes deux CardinauX (du Haut du Canton et du Littoral Est) m’ont dit qu’ils avaient trouvé un déguisement mythique pour la soirée du 21 je n’ai pas voulu en savoir plus (je voulais être surpris par les déguisement… et non par les chiclettes hi hi hi)… Et j’ai bien fait car lorsque j’ai vu cette photo j’étais tellement mort de rire que j’étais sous la table. Trop mythiques, vous êtes ;O). Au cas où, les livres qu’ils ont dans leurs saintes mains ne sont pas des Bibles, mais la première et la deuxième édition de « La Vie, les Actes et les Paroles du Paadre »…


Mais aussi mon CardinaL du Littoral Ouest ne rigole pas… Ah vous ne l’aviez pas reconnu ? Ben il va être très flatté en apprenant que son déguisement le déguisait si bien :D. Un gros bec à toi aussi.


Un petit apéro (s’agissait-il d’eau bénite ? Telle est l’énigme que le Père Foura, depuis sa tour au milieu de l’océan m’invite à résoudre) avant de commencer à répandre la bonne parole… Apparemment personne n’était très ouvert à leurs efforts :S. C’est triste… Mais il faut persévérer ;O).


Photo mythique de mes CardinauX enfin réunis. Vous saviez que je vous adore ?


Hm voici d’autres visages connus ;O). Cousine (je connais cette robe), mon petit Alain et Olivia. Je présume qu'Alain a joué un rôle capital dans le maquillage et la coiffure des filles :D...


Et pour finir, une photo du Staff de l’Underground 7 ; de gauche à droite Alain (l’hôte), Xavier, barman hors pair, Michael (a.k.a Dj Cruise), Olivier (pas déguisé ?? Pas bieeen ;O)) et Chris, photographe et barman hors pair ; si l’on juge la soirées à partir des photos je pense que vous avez encore une fois réussi à amuser et divertir vos invités. Bravos !

Message du Paadre : Hey les gars vous me manquez vraiment beaucoup… Vivement le 15 décembre. Je vous adore ;O).

Take Care

Votre Paadre dévoué

24 ans

Ici commence le récit de ma journée du 21 octobre ;O) (ça fait très Chaucer ce début d’article). Comme cette année mon anniversaire tombait sur un samedi et que donc j’avais pas mal de temps à ma disposition, j’ai décidé de me faire plaisir ; c’est pour cette raison que j’ai laissé mon petit tablier au crochet de la cuisine et que j’ai décidé de m’offrir et d’offrir à Ana un repas sain et sympathique au Café Rouge. Cet endroit nous avait charmé lorsqu’on s’y était arrêtés pour boire un café, il y a quelques semaines, et nous ignorions qu’en effet café rouge est une chaîne de restaurants (oui mes chers, un peu comme le MacDo). En tout cas ce n’est pas une chaîne de restaurants comme les autres…

J’ai été franchement et positivement surpris par la politesse des serveurs du restaurant, mais aussi par ce que nous nous sommes retrouvés dans l’assiette ; tout était très bon et il faut avouer que c’est la première fois que je suis gâté comme ça dans un restaurant appartenant à une chaîne… je me sentais comme dans un hôtel cinq étoiles avec les serveurs qui venaient nous demander (tous les deux minutes) si nous apprécions le repas et tout… En plus les prix étaient tout à fait corrects (compte tenu de la qualité du service et de la quantité de nourriture). Bref je ne peux que vous conseiller de manger au café rouge… en tout cas avec Ana nous avons passé un moment fort agréable en discutant de tout et de rien.

Mon envie de me faire plaisir pour mes 24 ans a continué à m’habiter pendant tout l’après midi lorsque nous avons fait du shopping a Canterbury ; j’ai enfin craqué pour le manteau que j’avais vu chez Zara, mais ma folie acheteuse ne s’est pas arrêtée là : je me suis aussi acheté Cook, le nouveau livre de cuisine de Jamie Olivier, le nouveau CD de Jesse McCartney (très sympa en vérité), le calendrier 2007 de Madonna (l’officiel pour une fois) et last but not least, des boules lindor (vous ne pouvez pas imaginer comme le chocolat suisse me manque).

Et après toute cette folie acheteuse, il a été temps de rentrer à la maison, de se reposer un instant et de préparer la fête que l’on m’a si gentiment invité à organiser pour mon anniversaire. Je savais que je n’avais pas assez de temps pour organiser une fête aussi grande et inoubliable que celle du 9 septembre et c’est pour cette raison que j’ai décidé de faire quelque chose de tout simple et d’inviter quelques amis à la maison en leur demandant d’amener des boissons et des salés à grignoter.

La soirée était censée commencer à 20 heures, mais les premiers hôtes ont commencé à pointer leur nez à 20h45 ce qui m’a assez contrarié… Je sais que je ne devrais pas être contrarié par des détails si futiles, mais je tiens quand même à préciser que 45 minutes c’est tout sauf futile ;O) et que, comme vous savez, j’ai toujours un peu de mal avec les retardataires, hi hi hi. Quoiqu’il en soit, les gens ont commencé à arriver et la fête s’est vite animée grâce à des débats (très intéressants en vérité) tels que « les USA sont les meilleurs, le Royaume-Uni est à chier » (animé par les trois américains du coin... ah ça me rappelle les américains à Champréveyres…) ou « ici c’est trop cher et on se fait trop chier » (toujours animé par le même groupe d’américains, mécontents du fait qu’il n’y a rien à faire le soir).

J’ai même eu droit à un gâteau, que j’ai dû m’acheter moi-même, avec des jolies bougies blanches (provided by Bananabobsky :D).

La soirée a donc été très sympathique et il faut avouer que j’étais bien naze lorsque je suis allé me coucher à trois heures du matin ; naze mais content car j’avais assez peur que ce 24e anniversaire loin de tout ce que j’aime se serait transformé en une journée de déprime, ce qui (heureusement) n’a pas été le cas. Pour cela je dois bien entendu remercier Ana et tous ceux qui sont venus me témoigner leur affection et leur amitié pendant cette longue soirée pluvieuse.

Avant de passer aux photos, il me faut quand même parler de quelque chose qui m’a dérangé et qui me dérange ici en Angleterre : je suis toujours très surpris (voir scié) quand quelqu’un arrive à la maison et fait comme s’il habitait ici… Non, mais vous devriez voir, des fois c’est juste insoutenable ! Ils sont dehors et ils entrent dans la maison sans que personne ne les ait invités, ils ouvrent le frigo, prennent des choses, se promènent dans la maison, et j’en passe. Je suis toujours surpris de voir ça car chez nous ce n’est pas du tout comme ça ! J’estime que des fois ça va un peu trop loin… ça ne se fait pas d’ouvrir le frigo autrui ou de se promener dans toute la maison sans demander. Mes colocataires n’y font pas attention, mais je dois admettre que ça me dérange pas mal… De plus que cette fois il y a même des choses qui ont disparu de la salle de bain.

Enfin bref, j’en parlerai à mes colocataires, mais je ne crois pas que cela changera grande chose… passons donc aux photos ;O).


Pour commencer une petite vue du Café Rouge… Il faisait tellement bon qu’on a même pu manger sur la terrasse, une terrasse fort sympathique.


Ici vous voyez votre Paadre et Bananabobsky. Pour une fois le chapeau n’est pas au Paadre, mais il faut avouer que ça lui va quand même très bien ;O). D’ailleurs j’aime bien cette photo de moi, car pour une fois je n’ai pas une tête débile :D.


Chez Zara j’ai un peu forcé Ana à essayer cette robe. Vous ne trouvez pas que ça lui va très bien ?? Moi je lui ai conseillé de l’acheter, mais elle hésite… C’est pour cette raison que je lance le premier sondage de ce site auquel je vous invite à participer : selon vous Ana devrait acheter cette robe ?? (a) oui, ça lui va très bien. (b) non, elle est moche (la robe). (c) je ne sais pas, tu sais... [message subliminal : votez :D].


La fête commence : on a tout ce qu’il faut… du gâteau (Romain regarde, j’ai pris le FP avec moi ici :D) et du Martini… Dommage que les deux bouteilles soient déjà vides, je boirais volontiers de l’eau bénite en ce moment…


Adam avec le bonnet à sa copine… Trop mythique :D.


Sur cette photo je suis avec Ana (que vous connaissez déjà je crois ;O)), Ricky, Kerry (deux colocataires à elle) et Cary, qui a tapé un peu l’incruste sur cette photo (ainsi qu’à ma fête :D).


Voici deux mecs cool : votre Paadre en compagnie d’Adam et Aaron. En tout cas ils sont trop forts… Je me demande pourquoi on ne pouvait pas avoir Aaron comme colocataire à la place de Britney :S. Ah vu qu’on parle d’elle, il faut dire qu’elle a montré encore une fois qu’elle m’aime bien… elle était aussi invitée à la fête, mais elle a préféré rester dans sa chambre avec ses deux amies ; elle ne nous a pas daignés de sa présence (Scott et Kirsty non plus, mais ils étaient rentrés chez eux donc ils sont excusés). Enfin bref, elle ne m’aime pas, je ne la porte pas dans mon cœur, on est quittes :D.


Ana, une amie de Jess, Arielle (la copine à Adam), Jess (la présidente de l’association lgbt) et Kerry.


Et après le gâteau, les débats et les fous rires c’est le moment de danser ;O). Le Paadre a même fait une semi chorégraphie sur Material Girl :D.


Et pour finir, une photo de groupe avec les braves qui sont restés jusqu’à pas d’heure (bon là je crois que c’était vers 2h :D). De gauche à droite : Sébastien (le petit ami à Jenny), une fille qui a tapé l’incruste, Kerry, Aaron, Will (incruste numéro deux), Sören, Hannah :D, Daniel et Jenny.

Take Care

Votre Paadre dévoué

24 years old and (still) connected to the Universe

Une année de plus, et ça fait 24 ! Entre une chose et une autre je n’ai pas vraiment vu cette année passer, (ce qui est probablement le signe que je me suis bien amusé et que j’étais bien dans ma peau). Je veux ici, dans ce nouvel article pour mes « confessions », parcourir cette année et en retenir quelques impressions et quelques points forts. Je crois que vous commencez à connaître mon béguin pour la re-invention et l’évolution personnelle, hi hi hi, donc quelle meilleure occasion d’un anniversaire pour faire le point ? Mais j’arrête les papotages et je commence le voyage. Etes-vous prêts ? Are you ready ?

Partie 1 – la famille

Lorsque j’ai fait mon coming out en début de 2005, j’ai ajouté à mon agenda la voix « dire à mes parents et à ma famille que je suis gay » ; or tout le monde peux imaginer que cette révélation pourrait déstabiliser les chakras de plus d’un membre de ma famille et j’ai donc réfléchi mille fois à la meilleure manière de leur transmettre la nouvelle. Inutile de dire que je n’ai trouvé aucune recette miracle et que je suis toujours au point de départ. Mais est-ce vrai ? D’une manière ou d’une autre je pense leur avoir lancé des signes assez clairs qui devraient leur permettre de comprendre (ou qui auraient dû leur permettre de comprendre). Je suis de plus en plus convaincu que c’est à eux de poser la question et qu’après tout, le fait que je sois gay, hétéro, travesti ou asexué ne change rien à ce que je suis ; je ne veux pas que mes préférences sexuelles deviennent l’unique façon de me décrire… j’aurais horreur d’apprendre un jour qu’on me décrit comme « Stefano le gay » ou « Stefano l’homo ». Je ne suis pas uniquement gay, j’ai plein d’autres qualités et défauts ;O).

En tout cas cela ne m’empêche pas d’aimer mes parents et ma famille, de toujours leur vouer le même amour et le même respect et de les considérer comme un repère.

Partie 2 – les amis

C'est-à-dire vous. Si on m’avait dit, lorsque j’ai commencé mes démarches pour mon échange en Angleterre, qu’il aurait été aussi dur de vivre loin de ses amis, j’avoue que j’aurais hésité. Mes amis sont une partie très importante de ma vie et cela parce que autrefois je n’avais pas vraiment d’amis ! Je vois les expressions de surprise sur le visage de certains d’entre vous, mais je vous assure qu’avant de débarquer à Neuchâtel je n’avais pas la chance d’avoir des amis aussi géniaux. En déménageant à Neuchâtel, il y a quatre ans, je faisais un pas dans l’inconnu ; d’un côté ça faisait assez peur, mais de l’autre j’étais excité à l’idée de découvrir un nouveau monde. Quatre ans après, je ne peux que bénir le jour où j’ai décidé de faire ce pas dans l’inconnu (qui sait, peut-être dans quatre ans je bénirai aussi ce jour de janvier où j’ai signé les papiers pour l’échange ;O)) et cela parce j’ai eu l’honneur, le plaisir et le privilège de rencontrer des personnes exceptionnelles (j’ai presque les larmes aux yeux là), qui m’ont fait rire, m’ont fait pleurer, m’ont fait réfléchir et m’ont aidé à devenir une meilleur version de moi-même.

A toutes les personnes de Neuchâtel qui me lisent : je vous aime, vous avez une place spéciale dans mon cœur et je ne vous oublierai jamais.

Partie 3 – l’amour

Est-ce que je dois vraiment parler de l’amour et de ma vie sentimentale ? Après tout il n’y a pas grande chose à dire, de moins il n’y a pas de grandes histoires d’amour à évoquer. J’étais célibataire le 21 octobre 2005, et je le suis toujours une année après. J’ai eu mes petits coups de foudre, mes petits coups de tête durant la fin de 2005 et la première partie de 2006, mais rien ne s’est vraiment concrétisé. Au de mai j’ai vécu une déception sentimentale qui m’a vraiment beaucoup marqué et qui a mis un terme assez brusque et radical à ma recherche de l’âme sœur ; j’étais lasse des plans foireux, des prises de tête, des incompréhensions et des foutages de gueule et j’ai donc pris le parti d’arrêter de chercher et de laisser que les choses prennent leur cours. Cinq mois après cette décision je dois dire que j’ai bien fait de la prendre car ça m’a évité plein de prises de tête, de « déprimes » et d’énervements. J’aurais dû écouter ceux et celles qui me disaient depuis des mois d’arrêter de chercher, mais, vous le savez très bien, il faut que je teste les choses tout seul avant d’écouter les conseils des autres :D. On s’assagit avec l’âge et on apprend à ne pas commettre les mêmes erreurs.

Pour finir cette troisième partie consacrée à la vie sentimentale je vais dire que malgré les hauts et les bas, malgré les déceptions, malgré les énervements et les larmes, je crois toujours en l’âme sœur, en cette personne qui nous est destinée et qui nous attend quelque part… Je sais j’ai une âme assez romantique, mais c’est beau de continuer à y croire.

Partie 4 – les études

Parce qu’il faut aussi ne parler… si ce n’était pas pour mes études, pour cette soif que j’ai d’apprendre et de faire des nouvelles expériences, je crois que je n’aurais jamais débarqué à Canterbury. Ma 24e année correspond à ma quatrième année à l’Université et franchement c’est assez effrayant de se dire que j’ai déjà passé quatre ans dans les murs de ce merveilleux bâtiment au bord du lac. Ce fut une année à la fois facile (car j’ai eu un seul examen) et complique (car j’ai essayé de faire les six attestations pour la licence), mais avec du recul je suis très content du cours des événements. Je me rappellerai toujours des heures passées sur les séminaires d’histoire (en novembre avec Maite sur l’unité et la rupture du monde méditerranéen (un peu de Frédégaire ?) et en mai / juin sur la correspondance de la famille Houriet du Locle), des lectures pas toujours passionnantes pour les séminaires d’anglais et puis ce cours sur le Nouveau Testament tellement riche et passionnant (et ce n’est pas ironique).

Et puis en janvier la décision de venir ici, à Canterbury, et de passer une année à l’Université de Kent avec le but d’améliorer mon anglais. C’est une aventure et une expérience qui me demande beaucoup d’effort chaque jour, mais que je vais probablement évoquer avec plaisir une fois que tout cela se sera terminée.

Partie 5 – la musique

Pour un fan de Madonna la dernière année a été simplement riche en surprises et en événements. Tout d’abord la sortie en novembre de Confessions on a Dance Floor, qui a propulsé, une fois de plus, Madonna au sommet des classements mondiaux (dix millions d’exemplaires écoulés en moins d’une année). Cet album ne sera pas vite oublié, surtout grâce à Hung up, Sorry et Get Together, qui nous ont fait danser pendant une année, mais aussi grâce à Jump (qui va sortir bientôt). Et comme Madonna ne fait jamais les choses à moitié, nous avons eu le plaisir de la voir en tournée pendant quatre mois ; inoubliable expérience du Paadre et de son Abbé de Corcelles etc. à Amsterdam. Et puis la sortie du fameux documentaire (I’m Going to Tell you a Secret) qui parvient toujours à me faire verser quelques larmes vers la fin, l’adoption du petit David qui fait la une de la presse people et bientôt le Confessions Tour avec la performance de Live to Tell révisée sur NBC (encore une fois, grosse controverse et gros coup de gueule à l’attention de ces maudits groupes religieux aux USA).

Mais il n’y a pas eu uniquement Madonna ; je ne peux pas oublier le magnifique concert de Mylène à Bercy en janvier, qui m’a fait verser plus d’une larme, ou bien la sortie de quelques albums phare comme par exemple le dernier Muse, ou Entre deux Mondes de Najoua Belyzel.

Partie 6 – Connected to the Sky

Cette année a été très riche et je pourrais presque écrire un roman là-dessus ; malheureusement je ne peux pas le faire ici car personne ne serait intéressé par trois cent pages de délires pontificaux (vous seriez peut-être intéressés par les détails croustillants de ma vie sexuelle, mais pas par d’autres détails, importants pour moi). Je vais donc m’arrêter ici, en me disant qu’il y a vraiment trop de choses à dire et que là j’oublie probablement des choses… Ne m’en voulez pas, ce n’est pas de la mauvaise volonté, mais plutôt une manière de vous préserver et de vous épargner des longues heures de lecture. ;O). En tout cas cette année restera toujours dans ma mémoire comme une des meilleures années de ma vie.

Take care, Make Love, Don’t Make War

Votre Paadre dévoué

Lettre ouverte aux médias


Madonna au Malawi (Photo de Shavawn Rissman)

Chers médias,

Je vous adresse cette lettre ouverte pour vous faire part de mon dégoût face à votre démarche dans ce que l’on pourrait appeler « l’affaire Madonna ». En tant que fan et admirateur de celle qui est souvent définie comme la « reine de la pop », je suis fort contrarié de voir qu’un geste d’amour de sa part ait été si mal compris et mal interprété. Dans la plupart de vos articles on décrit Madonna comme quelqu’un sans cœur qui aurait adopté le petit David avec le but de se faire de la pub (énormément de pub je dirais même). Or j’aimerais que l’on arrête de toujours chercher l’objectif caché derrière chaque action de Madonna ; je trouve extrêmement ridicule de penser qu’elle ait adopté cet enfant parce qu’elle veut se faire de la publicité ! Allez, soyons sérieux et réfléchissons avant de dire des bêtises pareilles ; pourquoi aurait-elle besoin de publicité ?

Je vous rappelle, juste au passage, que Madonna est une des artistes les plus connues et les plus riches au monde ; elle a vendu près de 300 millions de disques (albums + singles) et est actuellement l’artiste la plus payée au monde. Elle vient d’achever une tournée qui a été un triomphe absolu (le Confessions Tour) et jouit aussi du succès de Confessions on a Dance Floor qui l’a, une fois de plus, propulsée au sommet des classement mondiaux. Or si vous croyez qu’une femme qui a obtenu tout cela a encore besoin de plus de publicité, eh bien laissez-moi vous dire que vous avez besoin d’un cours urgent de marketing !

Mais supposons, pour un instant, que Madonna était en manque de publicité et qu’elle devait s’en faire au plus vite (ce qui n’est pas le cas), est-ce que vous croyez vraiment qu’elle aurait adopté un petit africain pour se faire de la pub ? Il faut déjà être tordus pour croire une chose pareille. C’est vrai, en décidant d’adopter le petit David, elle a attiré (encore une fois) l’attention des médias, mais est-ce que quelqu’un de sain adopterait un enfant pour faire parler de soi ? Franchement, vous trouvez cela probable et crédible ? Il faut quand même penser qu’une fois les papiers de l’adoption sont signés, Madonna et Guy Ritchie devront s’occuper de ce jeune homme pendant toute sa vie : il devient officiellement leur fils et un fils ce n’est pas quelque chose dont on peut facilement se débarrasser, ce n’est pas un paire de chaussettes trouées, ou une robe devenue trop petite, mais un être humain. J’ai un peu le sentiment qu’en disant que Madonna a adopté David juste pour suivre la mode et faire parler d’elle, vous êtes en train de la décrire comme un monstre sans cœur, alors qu’elle a déjà deux enfants (Lourdes et Rocco) et qu’elle fait tout le possible pour les élever comme il faut… et personne ne pourra dire le contraire.

Ce que je veux dire dans cet article, c’est qu’il faudrait arrêter de s’acharner sur une femme qui a tout simplement voulu faire un geste d’amour. Je vous rappelle au passage qu’elle a passé dix jours au Malawi, le deuxième pays le plus pauvre au monde où il y a plus d’un million d’orphelins, qu’elle participe activement à la construction d’un orphelinat et que pour ce projet elle a investi près de 5 millions de francs. Mais oui, c’est vrai mes chers média qu’elle le fait juste pour se faire de la pub et qu’en fait elle a déjà tout calculé… C’est vrai qu’il est complètement impossible que Madonna, grande blasphème des anneés ’80 et catin des années ’90 veuille utiliser son argent et sa popularité pour faire du bien. Or je ne peux que vous conseiller d’aller voir le site http://www.raisingmalawi.com pour vous rendre compte que l’engagement de Madonna n’est pas venu du jour au lendemain.

Il y a même eu des spéculations sur le fait que David, qui a treize mois, n’est pas vraiment orphelin ; or il faut savoir que sa mère est morte quelques jours après sa naissance à cause de complications survenues après l’accouchement et que le père est bel et bien toujours vivant mais il a préféré mettre David dans un orphelinat car il ne pouvait pas s’occuper de lui (il ne pouvait même pas lui acheter du lait). Or le père de David a été interpellé et il a donné son accord à l’adoption de son fils par Madonna et Guy ; il a même été ravi d’apprendre que son fils aura un avenir radieux et en tout cas beaucoup meilleur que celui que l’orphelinat pouvait lui offrir.

Je ne connais pas Madonna personnellement ; j’aimerais bien la connaître et pouvoir lui poser des centaines de questions, mais je ne suis qu’un simple fan, qui aime sa musique, sa personnalité et ce qu’elle représente. En tant que fan j’ai peut-être appris à regarder plus en profondeur, à me poser des questions et à chercher à répondre aux questions qu’elle pose. En adoptant un enfant, elle lui a offert un avenir qu’il n’aurait même pas pu rêver s’il restait au Malawi ; c’est vrai, c’est un seul enfant sur un million, la classique goutte dans l’océan, mais cela n’empêche qu’elle a fait ce geste magnifique, qui a malheureusement été mal interprété par les médias.

Signé : Paadre A., Canterbury (UK), 19 octobre 2006


PS : j'aimerais lire vos avis sur la questions chères lectrices et chers lecteurs ;O)

Un mois à Canterbury

Voilà qu’un mois de mon séjour s’est déjà écoulé ; mais que dis-je ? Déjà ? Il me semble d’avoir été loin de Neuchâtel et de la Suisse pendant des années… tout me manque de Neuchâtel : les amis, les ennemis, le calme, les mardis après midi avec Sam, les longues pauses café avec Julienne, la descente à l’uni depuis la gare, et encore… La liste des choses qui me manquent est tellement longue que je ne pourrais pas la rédiger en entiers.

Ça me rend triste de passer mon 24e anniversaire loin de vous, chers amis éloignés par un destin cruel, et j’aimerais trop que vous soyez ici pour que je puisse partager cette soirée avec vous. Heureusement je ne serai pas seul ce soir-là : il y aura ma fidèle Ana et plein de gens exceptionnels que j’ai eu la chance et le privilège de rencontrer ici.

Cette expérience dure désormais depuis un petit mois et elle commence déjà à avoir des effets assez visibles sur ma personne ; tout d’abord (et on commencera par les futilités), je me trouve plus mince qu’à mon arrive !!! :D. J’ai perdu du poids et cela grâce à la nourriture anglaise… mais il faut peut-être expliquer cela : la nourriture ici elle est tellement grasse et pas saine que je ne mange que ce que je me prépare, et, étant donné que je dois cuisiner moi-même, j’essaie de faire très attention à ce que je cuisine. J’ai même appris des nouvelles recettes et je me réjouis de les tester sur vous une fois rentré en Suisse.

Je me rends aussi compte que ma compréhension de l’anglais s’améliore de plus en plus et que je suis de plus en plus à l’aise avec mes outils linguistiques ; je vois que les gens me comprennent, que j’arrive à les comprendre assez bien et que j’arrive à former des phrases de plus de trois mots :D. D’ailleurs il y a plusieurs anglophones qui m’ont dit que je parle probablement un meilleur anglais qu’eux et cela ne m’étonne point lorsque je les entends tchatcher dans leur slang.

Il y a bien entendu d’autres séquelles, mais au même temps j’essaie de ne pas permettre à l’environnement de changer ce que je suis ; hier soir, en rigolant, Lady Bananabobsky a dit que je commençais à succomber au mode de vie anglais (ou quelque chose du style… je sais que c’était pas tout à fait comme ça que tu l’avais formulée), mais non, c’est justement mon « rester ce que je suis » qui fait la différence :D. Je me vois mal à adopter leur « drinking culture » (en gros une soirée n’est pas réussie si on ne se soule pas) ou leur négative attitude concernant l’adoption de Madonna (comme si quelqu’un était prêt à adopter un enfant juste parce que c’est « fashion »… je dis Bullshit !).

Je me prépare donc au deuxième mois et à la suite de mes aventures qui s’annoncent palpitantes et remplis de surprises (le mois et les aventures donc). Je tiens aussi à remercier toutes les personnes qui passent par ici et qui lisent mes aventures. Ça me touche profondément et j’espère que vous allez continuer à me lire et à laisser des jolis commentaires ;O).

Bon, je crois que je vais m’arrêter là, avant de dégénérer :D.

Take Care

Votre Paadre dévoué

de retour à Londres

Je n’étais pas rentré de Londres depuis deux heures lorsque je reçus un appel de la part d’Alain qui me proposait de passer la soirée de vendredi avec lui et ses amis à… Londres. Il faut avouer que je n’avais pas trop envie de refaire encore une fois l’affreux voyage en bus (d’ailleurs j’ai découvert que si on prends le billet pour un allé simple ça coûte 9,10, alors que le billet aller-retour coûte, lui 9,60… bonjour la logique), mais finalement l’envie de passer un peu de temps avec Alain et les autres m’a donné la force de supporter le coach de National Express.

Et quand je dis « supporter », je n’exagère pas ; mon iPod m’a lâché après dix minutes de route (donc pas de musique durant le voyage de retour non plus) et à côté de moi s’est assis un type barbu qui puait la cigarette d’une manière plutôt fastidieuse. Le seul point positif de ce voyage, et je dois forcement en parler car il est très rare que cela se passe, c’est que nous sommes arrivés à Victoria avec dix minutes d’avance par rapport au planning. C’était tellement inattendu et agréable que cela a un peu estompé la haine que je ressentais envers ce lâcheur d’un iPod.

Après un trajet en métro dont je vous passerai les détails inintéressants, j’ai enfin atteint Camden Town ; Alain m’attendait à la sortie de la station de métro et il faut avouer que ça m’a fait vraiment plaisir de voir un visage connu. Nous avons marché un petit moment en direction de son hôtel en nous racontant les derniers ragots et les dernières aventures que nous avons vécues. Je lui ai raconté le début de mon périple anglais et il a partagé quelques souvenirs de ses vacances londoniennes.

Arrivés à l’Hôtel nous avons rejoint Céline, la cousine à Alain, Olivia, Renaud, Coralie et Nicolas dans leur chambre d’Hôtel et après un agréable moment de tchatche, nous sommes partis faire un tour à Camden Town pour faire un peu de shopping.

Or, vous commencez à connaître le Paadre et vous savez bien qu’il ne faut pas lui permettre de faire des folies avec son argent ; heureusement il n’en avait pas beaucoup sur lui (d’argent donc) car sinon il serait rentré à Canterbury avec plein de choses et les poches vides. Comme d’habitude, le Paadre n’a pas en tout cas pu s’empêcher de se laisser tenter par l’occasion d’élargir sa collection de raretés madonniennes ; c’est ainsi que trois deux magasins et 25 livres en moins plus tard, il a pu ajouter trois perles à son trésor. Par contre (et heureusement) le Paadre à su résister à la tentation de s’acheter les habits vintage qu’il a essayés, c’est à dire un manteau de fourrure années ’70 (qui m’allait très bien selon Alain) et un pantalon, trop petit (je n’arrivais même pas à le fermer) mais tellement chou. Bien joué Paadre (et oui chère CardinalE, je m’auto félicite une autre fois ce soir :D).

En tout cas, après un épuisant après midi de shopping, j’étais content de pouvoir m’asseoir et siroter une bière dans le bar qui se trouve dans l’hôtel où logeaient Alain et les autres ; et c’est finalement dans ledit bar que nous avons passé la soirée (le programme originel prévoyait une fin de soirée dans une boîte gay de Camden appelée le Black Cap) et ce fut très sympathique ; d’abord nous avons eu l’honneur d’assister à deux mini concerts de Rock (ou plutôt hard rock / punk, je ne sais pas trop), concerts un peu trop bruyants pour moi, mais qui ont beaucoup plu au public. Ensuite non avons passé le reste de la soirée à boire (le Paadre de manière modérée bien entendu) et à danser sur des chansons pas toujours très dansables (comme du hip hop ou du rap).

Comme j’ai dit notre plan d’aller au Black Cap ne s’est finalement pas concrétisé et j’ai été gentiment hébergé par Alain et ses amis qui m’ont permis de dormir quelques heures chez eux avant de prendre mon métro et mon bus et rentrer à Canterbury. J’étais mort de fatigue (et le voyage n’a pas, comme vous pouvez imaginer, beaucoup aidé), mais heureux d’avoir passé cette soirée avec Alain et les autres. En début de soirée j’ai même eu le plaisir de parler en Live avec mes trois Cardinaux en Suisse, tous réunis chez Julienne pour un souper ; je savais que ce souper était prévu et j’avais prévu de les appeler et leur faire une surprise. Et apparemment ça a marché ;O). En tout cas ça m’a trop fait plaisir de les entendre ;O). Vous me manquez trop :O(.

Pour finir voici donc quelques clichés de cette deuxième journée à Londres.


Je commence par mes emplettes (mon shopping) : voici les perles numéro 258, 259 et 260 de mon trésor. En haut vous pouvez voir le vinyle du premier album de Madonna (qui s’appelait Madonna), un vinyle assez rare à la pochette magnifique ; j’adore cette photo et je me demande pourquoi elle n’a pas été maintenue en 1985 quand on a re-publié l’album en Europe. En bas à gauche vous voyez par contre le Picture disc anglais de The Immaculate Collection. Ici en Angleterre ils aiment beaucoup sortir des Picture Discs… va savoir pourquoi :D. En bas à droite vous pouvez voir le Maxi Single de la Isla Bonita version vinyle 12 pouces ; je ne suis pas sûr de son origine : je serais fort tenté de dire qu’il s’agit du Maxi Single anglais, mais il n’y a pas d’indications sur la pochette… quoiqu’il en soit ça ne change pas grande chose, car la track listing et la pochette sont les mêmes que la version « continentale » (allemande).


Céline et Olivia coiffées et maquillées par Alain. A remarquer les magnifiques robes qu’elles portaient vendredi soir. Je les trouve assez excentriques, mais, au même temps, très jolies.


Une photo de Coralie, une fille que j’ai connu vendredi, et moi-même. J’espère avoir la chance de revoir cette charmante demoiselle car elle est vraiment très sympa et très chou.


Voici la petite Canadienne (qui est vraiment petite) et le mythique serveur Lucky (she’s so lucky, she’s a star, but… enfin bref arrêtons avec Britney). C’est deux personnages assez mythiques qu’il faut rencontrer au moins une fois dans la vie…


Photo d’Olivia (maquillée et coiffée par Alain) et Renaud (avec mon béret).


Le mythique Lucky et votre Paadre. D’ailleurs j’ai oublié de dire que Lucky vient d’Australie… J’adore les Australiens, ils sont trop drôles.


Olivia, Alain et Céline. J’aime bien cette photo.


En allant prendre le métro samedi matin je me suis aperçu que l’Hôtel dans lequel logeaient Alain et ses amis était près du Koko ; or c’est dans cet endroit, qui alors s’appelait encore Camden Palace, que Madonna s’est produite lorsqu’elle est venue à Londres pour la première fois en 1983. Or en 2005 elle a donné un petit concert promotionnel (en direct sur aol) le 14 novembre, jour de la sortie américaine de Confessions on a Dance Floor au Koko et elle a terminé son spectacle en chantant Everybody, son premier single (et tube), qu’elle avait aussi chanté 22 ans plus tôt. Voici donc un montage photo avec Madonna au Koko en ’85 et en 2005.

Take Care

Votre Paadre dévoué

but I Love London too ;O)

Bienvenus à « au secours l’Angleterre est (trop) chère », nouvelle émission de succès animée par votre Paadre et Bananabob, la Star du Web. Ce soir nous allons parler du pèlerinage du Son Altesse Pontificale et de la (co)fondatrice de Salamsky dans la chèrissime ville de Londres (qui est aussi une city). Cela vaut la peine en tout cas d’écrire quelques lignes sur ce nouveau périple qui nous a laissés épuisés et allégés dans notre porte monnaie, car nous avons vécu quelques aventures dignes d’être relatées

Le but de ce voyage était de rencontrer notre chère Marla et de passer notre journée avec elle. Au programme, la visite d’un des endroits plus connus de Londres : Harrod’s. Or votre Paadre et la mythique Ana durent se lever très tôt pour réussir à arriver à Londres à une heure potable et cela leur a demandé (c’est presque honteux de l’avouer ici) un effort considérable duquel ils ne se sont (probablement) pas encore remis…

Levés à 7 heures, la journée commence avec un petit déjeuner (très léger pour ce qui concerne le Paadre et très riche en calories pour ce qui concerne Ana). Ensuite, première difficulté de la journée : une charmante marche de quarante minutes pour descendre à Canterbury et atteindre la station des bus. Une fois arrivés, nous nous sommes aperçus qu’on a failli rater le bus (qui est censé partir à 8h30 et qui part à 8h25). Nous nous sommes donc repromis de ne plus jamais faire la même erreur ! Le voyage fut, pour ce qui me concerne, long, lent et loin d’être périlleux. Ana vit son voyage devenir fort passionnant et intéressant lorsque son voisin de siège a failli s’endormir sur son épaule ; depuis non siège derrière eux (car le fait d’arriver juste avant le départ du but fit en sorte que nous ne soyons pas assis un à côté de l’autre) je pus observer cette scène très drôle. A 10h50 nous arrivâmes enfin arrivés à Victoria Coach Station avec 25 minutes de retard par rapport au planning ! Malheur malheureux !

Après l’aventure du bus, les temps étaient mûrs pour l’aventure du métro… Quelle aventure ! Trois pounds (là vous devez m’imaginer en train de dire cela avec un regard choqué) pour un trajet de cinq minutes ? C’est de la folie ! Ca coûte vraiment la fameuse peu des fesses… Dépassé le choc, nous nous dirigeâmes vers le métro. Deux changements et trois arrêts plus tard nous nous retrouvâmes enfin devant les portes de Harrod’s (avec un retard estimé entre les 45 et 50 minutes).

Et là c’est la nouvelle catastrophe : il fallait joindre Marla et lui donner rendez vous ; le Paadre sortit donc son natel (téléphone portable :D) et essaya d’écrire un message à la charmante demoiselle. Cinq minutes plus tard le message est envoyé… Non, arrêtez, cela n’a pas pris cinq minutes parce que le Paadre n’est pas doué dans l’art de l’écriture des sms, mais parce que son natel a pris l’habitude de s’éteindre toutes les deux minutes. Pas de bol, hier il avait envie de faire chier et il y est parvenu (Ana peut témoigner). Le message envoyé, nous décidâmes d’attendre Marla à l’endroit qu’on lui avait indiqué, juste devant la porte numéro 6… Et là, encore une fois, pas de bol : il commence à pleuvoir et à côté il y a un groupe d’allumés qui demande aux gens de boycotter Harrod’s à cause de parce qu’ils utilisent des fourrures d’animaux pour leur habits. Je ne veux pas me lancer dans un débat là-dessus, mais disons que juste à ce moment-là ils commençaient à me les casser (le truc c’est que je suis même d’accord avec ce qu’ils disaient, mais là j’avais pas envie de les écouter). C’est donc pour cette raison, mais aussi parce qu’il pleut, qu’on décide d’entrer et d’écrire un autre message à Marla (cette fois à l’aide du portable d’Ana) pour lui donner un autre rendez vous. En attendant sa réponse on commence à déambuler dans cet immense magasin et on se rend assez rapidement compte que l’on ne fera pas beaucoup d’emplettes.

Nous étions au premier étage lorsque Ana reçut la réponse de Marla qui nous donnait rendez vous à la porte numéro 3 devant la statue de Diana et Dodi Al-Fayed. Le bonheur, finalement on retrouvait Marla et on pouvait aller manger… Ah le repas ! Une autre aventure que je vais éviter de raconter car elle pourrait vous faire passer le peu d’envie qu’il vous reste d’arriver au bout de ce texte :D).

Pour raccourcir mon récit de cette journée, je peux juste vous dire que ce fut très agréable de passer quelques heures avec Marla et Ana, que nous nous sommes bien amusés à regarder les marchandises chez Harrod’s (mention spéciale aux habits et aux chapeaux, mais aussi au sacs Louis Vuitton). Vers 14h30 on en avait en tout cas assez marre de déambuler dans au milieu de tout ce luxe et nous avons pris la décision de sortir et d’aller se promener ailleurs pendant que nous attendions l’heure du retour qui fut aussi pénible (voir plus) que l’allée.

Voici quelques clichés de la journée londonienne du Paadre et de ses charmantes amies :


Ana, Marla et moi devant la statue de cire de Mohammed Al-Fayed, propriétaire de Harrod’s. J’ai aussi une photo avec ladite statue, mais on a une sale gueule, et puis, on s’en fout d’Al-Fayed :D.


Votre Paadre et cette magnifique statue égyptienne ; bon il serait plus correct de dire « imitation d’une statue égyptienne », mais on ne va pas se perdre dans ce genre de futilités, ou bien ? Le Paadre a en tout cas déjà lancé une nouvelle mode : en fait, tout de suite après que cette photo a été prise, une foule de gens se sont précipités pour prendre une photo avec l’imitation de statue égyptienne. Paadre Rocks ! :D.


Ana et Marla dans le London Tube (le métro).


A la demande populaire, voici le retour du Quiz de la Semaine. J’ai été étonné de voir le succès que le quiz a eu parmi mes lecteurs et je vais donc vous proposer une nouvelle question : Qui est-ce qui n’a pas pu boire son café parce qu’il était trop chaud ? Cette fois non plus, ma chère Ana, tu ne peux pas participer et j’aimerais aussi demander au gagnant du dernier concours de s’abstenir de gagner celui-ci aussi :D.


Ana qui transgresse une règle importante des bus de National Express : on ne mange et on ne boit pas dans le bus ! Vous auriez dû voir son subterfuge pour amener son café dans le bus… C’était trop mythique :D.


Souriants malgré les péripéties. C’est ça l’esprit ! Ne pas se laisser abattre et garder le sourire ;O)

Take Care

Votre Paadre dévoué