Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Orlando Bloom

Je sors d’une longue séance cinéma pendant laquelle j’ai eu le plaisir immense de découvrir le deuxième volet de Pirates des Caraïbes. J’avais adoré le premier et il faut avouer que ça fait un moment que j’attendais (un peu comme tout le monde) la sortie de Le secret du coffre maudit et mon attente (un peu comme celle de tout le monde) s’est terminée cet après midi (ce soir) avec la première dans le plus grand cinéma de Neuchâtel. Dans une salle bondée, plus de 500 personnes s’étaient données rendez vous pour voir le film… et nous n’avons pas été déçus… si quand même un peu lorsqu’on s’est rendus compte qu’il faudra attendre encore une année pour connaître le sort des personnages principaux.

Cet article pourrait bien entendu continuer sur cette lancée et vous présenter le film, mais je ne veux pas gâcher la surprise et je vais donc aborder un autre sujet qui m’importe et vous présenter ce soir un acteur que j’aime bien, non seulement parce qu’il dégage quelque chose qui me fascine, mais aussi parce qu’il est particulièrement charmant. Ce fut en tout cas un plaisir quasiment jouissif de le voir sur grand écran pendant à peu près cinq heures : je parle bien entendu d’un des deux protagonistes principaux de Pirates des Caraïbes ! Qui me connaît aura déjà compris qui m’a tapé dans l’œil… pour les autres il suffira de dire qu’il ne s’agit pas de Johnny Depp (que j’adore comme acteur), mais d’Orlando Bloom.


J’ai l’ai découvert un peu comme tout le monde lorsqu’il jouait le rôle de Legolas dans la trilogie du Seigneur des Anneaux. Depuis j’ai vu une bonne partie des films dans lesquels il a joué et il est assez rapidement devenu mon acteur fétiche (un peu comme Nicole Kidman est mon actrice fétiche). Je l’ai trouvé trop chou dans Troie avec ses cheveux de brebis, et puis dans Kingdom of Heaven je l’ai trouvé trop excellent… il faisait plus mature que son âge avec sa barbe et en plus j’avais bien aimé ce petit film. Que dire ensuite de son interprétation dans Elizabethtown… j’ai vu ce film deux fois et j’ai trop adoré.

En gros, vous l’aurez compris, je suis devenu fan d’Orlando Bloom et je crois que c’est la première fois que je vois autant de films avec le même acteur. C’est vrai, il n’est pas spécialement beau, mais il dégage quelque chose que je ne saurais pas définir plus précisément… en plus il a les yeux bruns et moi je craque pour les yeux bruns (ou noisette) et je l’adore avec ses cheveux bruns (il me plaisait aussi en blond, mais finalement je le préfère en brun).

Sinon voici quelques informations intéressantes sur Orlando découvertes sur le net. Son nom complet est Orlando Jonathan Blanchard Bloom, il est né le 13 janvier 1977 et il fait 180 cm ; jusqu'à là pas mal... Je me verrais bien avec lui :D... sinon j'ai aussi découvert qu'il est né à Canterbury où il a grandi... Lol je vais passer huit mois dans la ville où il a grandi... qui sait, peut-être il reviendra sur les lieux lorsque je serai là :D... bon je sais j'arrête... je reconnais que ça devient pitoyable...

Pour finir une petite annonce adressée à tous ceux qui passent par ici : si t’es gay, t’as les yeux noisette et tu estimes être le sosie (ou le frère jumeau) d’Orlando Bloom fais-moi signe car je pense que tu pourrais être l'homme de ma vie ;O)

Votre Paadre dévoué et sous le charme des yeux d'Orlando :D

I'm Going to Tell you a Secret

I’m Going to Tell you a Secret c’est la dernière petite perle que Madonna a offerte à ses fans ; il s’agit d’un documentaire qui a comme but de présenter la Madonna d’aujourd’hui. En 1991 son documentaire In Bed with Madonna (ou Truth or Dare si vous voulez) nous avait présenté la superstar à l’apogée de sa « mégalomanie » et de sa montée fulgurante dans le firmament des étoiles brillantes de la musique mondiale. Le scandale était bien entendu au rendez-vous et ce documentaire n’a pas beaucoup aidé Madonna à se faire aimer par ceux qui aiment bien la critiquer et nier ses accomplissements.

Treize ans se sont écoulés entre la sortie de In Bed with Madonna (le titre d’ailleurs est très évocateur) et le commencement du Re-Invention Tour 2004, la tournée triomphale pendant laquelle I’m Going to Tell you a Secret a été tourné ; cette fois il n’y aura pas de seins en l’air ou de fellations pratiquées sur une bouteille : Madonna a mûri et veut le faire savoir à tout le monde ; son attention n’est plus concentrée uniquement sur elle-même et sur son nombril, mais aussi sur ceux qui l’entourent et sur ce qui se passe dans le monde.

Madonna a grandi, a mûri, elle chante mieux, et nous présente un documentaire beaucoup plus intéressant (à mon avis) que celui de 1991. Le DVD est sorti au mois de juin, mais il faut avouer que j’avais la vidéo du documentaire depuis longtemps ; il faut savoir que la communauté des fans de Madonna est tout simplement incroyable… vous ne pouvez pas imaginer le matos qui circule… il y a de quoi faire le bonheur de chacun pour les siècles à venir… grâce à ce réseau on arrive assez facilement à tout avoir avant la sortie officielle ; dans le cas du documentaire, il s’agit de la version qui avait passé à la télé et qui avait été capturée par je ne sais pas qui).

J’ai pleuré comme une madeleine (merci Christophe pour l’expression) en regardant le DVD et je me suis une fois de plus rappelé pourquoi je suis fan de Madonna : ce n’est pas une simple artiste, ce n’est pas non plus la plus grande chanteuse, ni la plus grande danseuse, ni la meilleure compositrice, mais elle dégage quelque chose qui la pose au-dessus de toutes les autres. Elle est simplement unique, et ce documentaire je l’ai attendu pendant un bon moment. En plus elle nous a fait une très belle surprise : un CD avec des titres live extraits du documentaire, une sorte de BO qui est tout à fait exceptionnelle car il s’agit du premier CD Live de Madonna. Quatorze titre de bonheur…

1)      The Beast Within : Bon ce n’est pas un titre qu’elle chante en live, mais c’est le numéro d’ouverture et je peux dire que c’était très impressionnant. Pour ceux qui ne connaissent pas trop Madonna, il suffit juste de dire que The Beast Within est une chanson dans laquelle Madonna chante des versets tirés du Livre de l’Apocalypse. Acolytes du « numéro de la bête », ici c’est pour vous ;O).

2)      Vogue : Premier gros tube de Madonna (c’est le single de Madonna qui a vendu le plus grand nombre d’exemplaires) présent dans le CD. Je ne vais PAS revenir sur le débat « est-ce qu’elle chante Live ou en playback » car c’est un débat sans issue et qui ne mène à rien car personne peut donner une réponse claire et définitive (sauf Madonna et son staff bien entendu) ; sachez en tout cas que le même débat se fait aussi pour Nobody Knows me et Die Another Day.

3)      Nobody Knows me : Titre tiré de l’album American Life (d’ailleurs c’est une de mes chansons préférées). J’adore cette version live et je la préfère presque à la version studio de l’album ; je trouve qu’elle est plus puissante et en plus la chorographie est simplement superbe et époustouflante.

4)      American Life : C’est la chanson qui a plongé Madonna dans la controverse en début de 2003. Aux Etats-Unis l’album American Life a été un flop retentissant en partie à cause de cette chanson et de son vidéoclip ; on s’est sérieusement demandé si la carrière de Madonna allait s’en remettre après cet échec, mais il n’y avait aucune raison d’en douter. C’est mon titre préféré sur cet album ; je trouve que la version live d’American Life avec cette intro très « militaire » est très puissante.

5)      Hollywood : Il s’agit en réalité d’un remix d’Hollywood sur lequel les danseurs exécutaient un petit numéro pendant que Madonna changeait sa tenue. Le remix qui est à la base de cette chorographie est le Thin White Duke Mix de Jacques Lu Cont (autrement dit : Stuart Price, co-auteur de la plupart des chansons de Confessions on a Dance Floor).

6)      Die Another Day : La performance et la chorographie de Die Another Day est simplement sublime et introduit très bien le moment clou du spectacle.

7)      Lament : Cette chanson tirée de la BO d’Evita constitue le cœur du spectacle, la plaque tournante du show. Madonna est ligotée à une chaise électrique et chante cette chanson d’une façon magnifique et émouvante, une chanson qui parle de choix de vie.

8)      Like a Prayer : qui ne connaît pas ce titre phare de la discographie de Madonna ? Une performance sublime et très intense.

9)      Mother and Father : Un autre titre tiré de l’album American Life ; inutile de dire que cette chanson elle parle de la relation entre Madonna et ses parents (pour ceux qui ne connaissaient pas la biographie de Madonna il faut savoir ceci : la maman de Madonna est morte d’un cancer lorsque la future star avait six ans ; son père s’est assez rapidement remarié et cela n’avait pas trop enchanté Madonna qui souffre encore aujourd’hui à cause du vide provoqué par la mort de sa mère).

10)  Imagine : Magnifique reprise de la chanson de John Lennon. J’étais en larmes lors du concert en 2004 et je suis toujours ému quand je l’entends. Madonna nous livre une performance touchante.

11)  Into the Groove : Une des surprises du spectacle : Into the Groove est introduite par un morceau joué à la cornemuse (par un vrai joueur de cornemuse, pas un figurant) un morceau traditionnel qui s’appelle Susan MacLeod. Il faut dire que l’effet est assez étonnant et il vaut le détour.

12)  Music : Pas grande chose à dire sur ce titre… je n’aime pas trop cette version live.

13)  Holiday : Le premier tube de Madonna (c’était 1983) est revisité encore une fois (c’est la seule chanson chantée par Madonna dans toutes ses tournées, sauf la dernière où elle nous fait grâce d’Holiday, grâce à Dieu :D). C’est une chanson qui ne m’a jamais vraiment emballé et qui est utilisée ici comme titre de conclusion.

14)  Bonus Track : I Love New York : eh oui c’est le Demo de la chanson de Confessions on a Dance Floor. A part les paroles, on a du mal à reconnaître le titre que  l’on a appris à apprécier dans Confessions. C’est une version plus rock qui plait beaucoup aux fans.

Voilà quelques commentaires pour les quatorze titres. Pour conclure j’aimerais dire que c’est dommage qu’il n’y a pas d’autres chansons ; elle aurait pu nous offrir Frozen, Express yourself, Nothing Fails et encore Crazy for you (qu’elle avait dédié à tous ses fans). Mais bon on sait que ce CD est à considérer comme une BO du documentaire et que ces titres magnifiques ne font pas partie de I’m Going to Tell you a Secret.

Votre Paadre dévoué, fan de Madonna (et fier de l’être).

Ricky Martin

L’article de ce soir est consacré à un autre Dieu du Paadre et j’ai envie de le dédier à un très cher ami à moi qui se prénomme Benjamin, qui vit en France dans la charmante ville de Poitiers qui a aussi un certain faible pour le Dieu du Paadre que j’ai envie de vous présenter ce soir.

C’est vrai que l’on commençait à en avoir marre des footballeurs de l’équipe de Suisse et il faut donc passer à autre chose ; c’est pour cette raison que ce soir je vais vous présenter Monsieur Ricky Martin, un des artistes latino-américains les plus sexy. C’est rare que je craque autant pour un homme plus âgé que moi, mais il faut dire que Ricky m’intrigue pour plusieurs raisons :

Tout d’abord il faut reconnaître qu’on est devant à un vrai beau gosse qui vieillit bien et qu’il devient de plus en plus charmant avec l’âge (au passage, il est né le 24 décembre 1971). Bon je suis sûr qu’il y a des gens parmi vous qui vont me dire : « mais tu sais, avec le fric qu’il a, avec photoshop et tous les autres machins, on pourrait paraître aussi charmants que lui ». C’est justement pour cela que son apparence physique ne fait pas tout son charme.

Je trouve en fait qu’il dégage quelque chose de très fort… je ne sais pas trop si c’est son regard magnifique, sa façon de bouger et de bouger son bassin ou encore ses gestes, mais je suis complètement hypnotisé par ce type ; ce soir je regardais sur MCM un petit florilège de ses vidéos les plus célèbres et je n’arrivais pas à décrocher mon visage de l’écran de la télé. Trop puissant ce mec, et en plus il semblerait qu’il assure sur scène. C’est une bombe sexuelle qui peut éclater à n’importe quel moment…

Le troisième point qui le rend intéressant, et là vous allez rire, c’est le fait qu’il y a des doutes qui planent par rapport à sa sexualité ; on dit de plus en plus haut qu’il est bisexuel et franchement je pense que cette nouvelle serait une source de réjouissance pour plus d’un… Personnellement je trouve cette histoire plausible, mais je n’irais pas jusqu’à imaginer ou fantasmer sur des nuits torrides entre notre Ricky et l’autant charmant (mais pas autant talentueux) M. Pokora… D’ailleurs on se demande comment Ricky a décidé d’enregistrer quelque chose avec le charmant M.P… Qui sait… mais c’est vrai qu’on pourrait se poser la question et d’ailleurs je trouve que les deux iraient bien ensemble :D.

Bon allez, j’arrête mes délires avant que quelqu’un décide qu’il est temps pour moi de suivre une psychothérapie…


Ce regard qui tue... Là je craque... Je veux un homme comme ça :D


Et à torse nu il fait son petit effet... Il est musclé juste ce qu'il faut... Il est trop sexy... C'est comme le bon vin : il s'améliore avec l'âge ;O)

Votre Paadre dévoué

Europa Park

Ceux qui ne me connaissent pas commencent sûrement à croire que ma petite vie n’est qu’une série interminable de fêtes et de soirées mondaines ; c’est en tout cas l’impression que l’on pourrait se faire si on essayait de me connaître seulement par ce petit espace intime et personnel. Et ce soir, je vais une fois de plus consacrer un article à une nouvelle aventure du Paadre et de son clergé.

Tout a commencé vendredi soir à Dombresson, chef lieu attitré des contrées Vaudruziennes. Invité par son Cardinal du Haut du Canton, le Paadre a pu profiter du climat merveilleusement agréable de ce coin de paradis, mais aussi d’une cuisine impeccablement délicieuse et de maintes sortes d’eau bénite. Inutile de dire que la soirée fut très sympathique et que les délires ont fusé jusqu’aux heures les plus sombres et silencieuses de la nuit. Votre Paadre s’est même improvisé chanteur et a essayé de ne pas trop massacrer des chansons de Madonna (bien évidemment), mais aussi d’autres égéries et petites étoiles du firmament musical francophone et international.

Je ne pourrais plus trop vous dire à quelle heure nous nous sommes couchés, mais par contre je peux être assez précis pour ce qui concerne l’heure du réveil le matin d’après : c’était sept heures du matin. A huit heures on partait pour Europa Park.

Et encore, avant d’aborder le récit de cette longue journée ludique, il faudrait que dise qui était de la partie ; tout d’abord il y avait Pascal, notre chauffeur infatigable qui nous a conduit dans cet endroit magique. Et en plus il a essayé avec acharnement de monter une tente casse-tête… finalement il a abandonné et nous avons monté une petite tente à Samuel.

Il y avait ensuite Samuel, alias Zamouel, co-pilote hors pair qui avait deux tâches importantes : donner les bonnes informations à Pascal et ensuite il devait s’assurer que la prise de la glacière fusse toujours branchée à l’allume-cigare. Au deuxième rang de la voiture, voici venir votre Paadre et le jeune Michaël qui étaient responsables du ravitaillement du chauffeur et des autres occupants de la voiture. Enfin (et il y a des qui diraient « on garde le meilleur pour la fin ») il y avait Romain, le Cardinal du Littoral, qui a pris le volant pendant le voyage de retour.

La journée au Europa Park s’est super bien passée je trouve ; nous avons fait beaucoup d’attractions et nous nous sommes éclatés un maximum. Voici donc quelques clichés qui me permettront de revivre cette journée avec vous.


Pascal aura tout essayé pour monter cette tente correctement, mais il n'y a eu rien à faire... Même l'expérience séculaire du Paadre n'a pas été utile...


Le Paadre qui essaie le hamac qui servira de lit à la mythique Ivana. Très confortable et très belle photo de moi (pour une fois)...


Trop chou la petite Ivana ;O).


Zamouel, mon Pizzaiolo préféré... Très sexy avec la farine sur le visage :D...


Romain et Samuel à Europa Park sur le une espèce de planche futuriste sponsorisée par Mercedes. Trop chous ces deux cocos :D...


Là on venait de se faire arroser par un des petits bateaux du Poseidon. Très rafraîchissant dans une journée si chaude.


Romain vous présente Gary l'ourson. C'est moi qui l'a gagné... C'est d'ailleurs la première fois que je gagne une peluche à un stand au Luna Park...


Photo mythique de nos héros. Remarque sur les deux petites filles au deuxième rang... Elles nous ont piqué la place (à Romain et moi), mais finalement nous n'avons pas été trop arrosés.

Voilà pour cet article

votre Paadre dévoué

Christophe


Cet article est consacré à un très cher ami à moi, un jeune homme qui aurait les caractéristiques nécessaires pour devenir un des « Dieux du Paadre », mais bon… On ne peut pas tout avoir et il doit donc se contenter d’être un des mes Abbés. Et d’ailleurs ça lui réussit bien d’être Abbé de Corcelles, Cormondrèche, Marin, Epagnier, Wavre, Thielle, et d’autres villages et tas de fumier qui bordent la grande ville de Neuchâtel…

Allez, blagues à part, nous avons pris cette photo hier soir, lorsqu’on rentrait d’une soirée très sympathique à Yverdon-les-Bains (comment dit-on en Allemand ? « Yverdon die Baden » ??). En tout cas c’était sympa de passer un moment ensemble (quoique ces derniers jours nous avons passablement passé des heures ensemble, penchés sur certaines chiffres maudites).

Quoi dire de ce jeune homme ? Que probablement c’est l’ami que tout le monde voudrait avoir. Je l’adore et j’aime bien déconner avec lui. Quoi dire d’autre ? Ben qu’il va beaucoup me manquer lorsque je serai en Angleterre et que j’espère qu’il viendra me voir (oui tu peux prendre la Prinzessin avec si tu veux).

Je t’embrasse mon cher, et je vous embrasse aussi, mes chers lecteurs.

Votre Paadre dévoué

Chambre 215

Ce dernier week-end a été très chargé du point de vue des émotions ; en fait, lundi matin j’ai quitté, peut-être à jamais, la mythique chambre 215 et cela n’est pas allé de soi. Inutile de dire que beaucoup de souvenirs de ces derniers quatre ans de ma vie sont liés à cette chambre que certaines appellent « les appartements pontificaux », et que je sens qu’une période (importante) de ma vie touche à sa fin.

C’était très difficile de préparer les cartons pour le déménagement, de mettre quatre ans de ma vie dans une boite pour les stocker dans une cave ; c’était très dur de se dire que je ne verrai pas tous ces objets pendant presque une année, de se dire que je les retrouverai dans huit mois et que ce séjour à l’étranger se passera bien. Il faut en tout cas pas méprendre mes propos : je suis très content de m’embarquer dans cette expérience et elle était programmée depuis longtemps, mais j’ai du mal à concevoir de quitter ces lieux et les gens qui rendent ma vie si unique et spéciale.


Une petite dernière photo de la 215. Dans quelques secondes je fermerai la porte et je rendrai la cléf.


Il y a quatre ans je quittais le Tessin avec l’envie non dissimulée de faire des nouvelles connaissances et de vivre une bonne expérience en terre francophone ; je n’aurais jamais imaginé que cette expérience serait si puissante ; en quatre ans j’ai évolué, j’ai changé et j’irais jusqu’à dire que je suis devenu une meilleure version de moi-même et cela a été possible grâce à vous, et grâce à tous ceux que j’ai connu et appris à connaître ici.

Peut-être que l’époque de la 215 est révolue et que je n’y retournerai jamais, mais cela ne va pas de même pour Neuchâtel car je vais revenir pour retrouver tout ce et tous ceux qui rendent cet endroit si cher à mon cœur. Et quand je serai en Angleterre et je serai déprimé, il me faudra tout simplement penser à ce qui m’attend à mon retour, et tout se passera comme il faut.

Il y a pas tout à fait quatre ans, le 20 octobre 2002 j’arrivais à Neuchâtel avec mes parents. C’était un dimanche et le jour d’après je commençais l’université. Arrivé à Champréveyres j’ai été accueilli par la chère Sabine (qui avait d’ailleurs dit qu’il fallait que j’apprenne le règlement de la maison par cœur) qui m’avait fait remplir la fiche d’arrivée et montré ma chambre. A première vue je fus très déçu : les murs rose ne passaient pas trop et les rideaux rouges non plus ; en plus de cela elle était très vide et impersonnelle. Je me rappelle qu’après avoir monté mes affaires je suis allé manger chez mes parents et qu’ensuite je suis allé en ville avec Sandrine. De retour à la maison j’avais commencé à ranger et à m’installer. Je ne pouvais pas imaginer que cette chère 215 serait devenue mon QG pour les quatre années suivantes.



Ma petite 215 au mois de novembre 2005.


Ma chère 215… mes chers appartements pontificaux (AP)… en quatre ans j’ai ri, pleuré, déconné, discuté, engueulé, mais j’ai aussi révisé pour mes examens, lu des milliers de pages, bu des centaines de cafés, tapé des millions de mots sur mon clavier d’ordinateur. C’est dans cette chambre que j’ai enfin pu prendre pleinement conscience de mon homosexualité et l’accepter ; c’est dans cette chambre que j’ai fait l’amour avec mon copain ; c’est dans cette chambre que j’ai pleuré à cause du seul mec que j’ai toujours aimé ; c’est enfin dans cette chambre que ce blog est né.

Elle me manquera ma petite 215… vous me manquerez lorsque je serai en Angleterre.

Je vous aime

Votre Paadre

Bord du Lac

Hier soir j’ai passé des heures très agréables en compagnie de mes amis de toujours. Les délires étaient au programme et le narguilé aussi :D… C’était fort sympathique et c’est droit le genre de moments qui va beaucoup me manquer lorsque je serai en Angleterre. Des fois c’est juste des petits gestes, des petits mots qui ne veulent souvent rien dire, des regards au bon moment, mais c’est tout ce dont j’ai besoin pour me sentir bien dans ma peau et heureux.

Le temps a passé affreusement vite durant ces six derniers mois et je n’ai pas vu la fin approcher… Je sais, je pars huit mois pour une aventure qui s’annonce fantastique, mais je n’ai pas envie de tout quitter. Je sais aussi que si je ne le fais pas maintenant, je vais probablement regretter un jour de ne pas l’avoir fait…

Mais je reviens à notre soirée… Avec Julienne, Lucie, Cristian et Romain, nous avons trouvé un endroit sympathique où nous avons installé la magnifique couverture à Cristian et commencé à boire des verres assez alcoolisés… Samuel nous a rejoint lorsque la machine à délires était désormais déjà en marche, mais il lui a fallu un petit verre de vodka jus de pomme pour se mettre dans le bain convenablement…


Lucie et Cristian... Elle fait sa Diam's la Demoiselle... Mais Lucie t'es plus charmante que cette rappeuse toi ;O).


J'adore cette photo... Ils sont tellement chous la-dessus...


Je sais, j'avais dit que je ne mettrais pas cette photo, mais sur l'écran de mon appareil elle ne semblait pas aussi chou qu'en taille normale. Vous êtes tellement mignons là-dessus...

Votre Paadre dévoué

Orages et Massages

Très souvent les soirées qui ne sont pas programmées dans le moindre détail sont celles qui réussissent le mieux et celles où on délire le plus ; ce qui ne va pas sans un peu de frustration lorsqu’on s’engage dans l’organisation de la soirée du siècle car on place la barre très haut et puis souvent on arrive pas à l’atteindre.

Pour vous apporter un exemple tout récent de cette « loi » bizarre je pourrais citer la soirée au MAD après la Swiss Pride : on pouvait imaginer que cette soirée aurait été fantastique et unique, mais en réalité nos attentes ont été pas mal déçues… C’est vrai, il y avait des jeunes intéressants, mais pas aussi intéressants que l’on aurait cru ; en plus on avait (j’avais) l’impression d’être une proie et que tout le monde me dévisageait lorsque je déambulais dans cette immense boîte.

Il faut que j’ajoute aussi que le fait en soi d’être regardé ne me dérange pas du tout, mais quand c’est des gens sans intérêt qui le font, ou bien des gens qui ne correspondent pas au profil de « l’âme sœur » que l’on recherche, eh bien, après un moment ça devient gênant.

Donc voilà, cette soirée était en soi une grosse déception ; par contre, jeudi soir j’ai passé une soirée imprévue chez moi et c’était très chouette…

Le Paadre a eu l’honneur de passer quelques moments agréables avec ses deux Cardinaux (Sam et Romain) ainsi que Messir David venu de l’autre côté du Lac de Neuchâtel. Les délires et les massages étaient au rendez-vous et je n’ai franchement pas vu le temps passer…



Après plusieurs mois passés dans l'obscurité du bureau à MC, voici le retour de la Sainte Cravache Pontificale (SCP), exceptionnellement dans les mains du Cardinal du Littoral... Un outil très intéressat qui a perdu tout son pouvoir intimidateur... Maintenant tout le monde veut essayer la SCP. Un autre trip du Paadre qui aura fait des nouveaux acolytes...


Euh quoi dire sur cette photo ? Disons qu'avec Samuel il ne faut pas trop nous laisser seuls trop longtemps car on risque de partir dans un de nos trips... Mais bon, même s'il y a du monde pour  nous surveiller ce n'est pas trop facile non plus de nous contrôler... La on était un peu partis dans un trip Pamela Anderson version 2006. On m'a dit que les faux seins ça m'allait mieux à moi, mais bon je ne sais pas s'il faut considérer cela comme un compliment...



Et après le trip Pamela Anderson, une petite session massages... Il semblerait que notre cher Cardinal du Littoral ait apprécié le traitement... ;O).


Et pour conclure, un gros câlin entre le Paadre et Messir David. Ce jeune homme a défié la pluie et les orages pour venir me voir... C'est chou et je suis content qu'il soit venu me voir. D'ailleur le poste de Vicaire du Paadre dans le Territoire fribourgeois est toujours vacant... Cela t'intéresse ??

Votre Paadre dévoué

Bel Inconnu

L'autre jour je me promenais sur mes sites préférés et j'ai trouvé ces trois photos ; personnellement je trouve que ce mec est trop canon et il faut peut-être dire qu'il correspond parfaitement à mon style de mec (jeune, mince,...).

J'aimerais bien vous donner quelques informations sur lui mais je n'en ai pas trouvées... j'ai trouvé ces photos de lui sur plusieurs sites, mais il n'y a pas un seul webmaster qui a été assez futé de donner son nom (après le reste aurait été assez simple à retrouver).

Enfin, il est là juste pour faire plaisir à mes lectrices et à mes lecteurs gay...


Commentaire personnel : trooop canon le gars ;O)

Votre Paadre dévoué ;O).

Swiss Pride 2006

Le 5 juin 2005 le Peuple Suisse a accepté la Loi sur le Partenariat enregistré pour les Couples du même sexe. Un petit « oui » de la part de notre Peuple, nous a projetés parmi ces pays qui ont pris conscience de l’existence des homosexuels et qui ont décidé de faire quelque chose pour eux. Un petit « oui » a permis à la cause homosexuelle de faire un bond en avant et de faire la une des journaux de notre petite Suisse ; jamais on aura autant discuté de l’homosexualité et de l’importance d’accorder aux gays et aux lesbiennes des droits « spéciaux ».

Et la communauté homosexuelle a fêté l’acceptation de la Loi à sa façon lors de la Pride 2005 à Lucerne. En 2006 la Swiss Pride s’est déplacée à Lausanne et encore une fois nous avons fait savoir à notre pays que le « combat » n’est pas encore fini et qu’il y a encore beaucoup de choses à faire.

Mais bien entendu, la Pride n’est pas seulement une manière de s’exprimer, de se faire entendre, mais aussi (et je dirais surtout) une occasion de rencontrer d’autres gays et lesbiennes de Suisse. Et vous pouvez bien imaginer que votre Paadre et son clergé ne pouvaient pas rater une occasion pareille et qu’ils ont donc organisé un déplacement en grande pompe pour faire des nouvelles connaissances.

La journée m’aura laissé des souvenirs indélébiles : les délires ont bien entendu fusé avec Samuel et Romain ; on ne peut même pas compter les moments drôles, les fous rires et les bêtises. S’il fallait citer quelques événements marquants je ne pourrais pas ne pas citer le défilé, les trois heures que j’ai passé au Stand des Happy Gays comme bénévole, le souper et l’après souper sur le petit rebord, le fait qu’avec 98% de gays dans les parages on a fini pour tomber sous le charme d’un hétéro, la soirée au Mad et j’en passe.

En tout cas, je me suis bien amusé et j’ai un peu la poisse quand je pense qu’à la fin du mois je quitterai tout ceci…



Là c’est moi devant cette magnifique fontaine. Il faut dire qu’il faisait tellement chaud que j’aurais bien été partant pour un petit bain, mais ce n’était pas trop le cas avec un pantalon de lin blanc… quoique avec certaines tenues que j’ai vues pendant le défilé, personne n’aurait remarqué mon pantalon transparent…



Voici mes Cardinaux, toujours fidèles au poste et motivés pour un petit délire en compagnie du Paadre. Je vous garantis que les trois ensemble nous sommes assez pénibles à supporter :D. Mais j’adore mes deux chous ;O).



Voici des très bons amis à moi ; je pense que c’est la première fois qu’ils apparaissent ici donc il faudra les présenter convenablement : tout à gauche vous avez Alain, Président de l’association Happy Gays. Ensuite vous avez Monsieur Vincent et Alan (son boyfriend). Tout à droite il y a Christophe (Chris pour les amis et pour tous ceux qui lui demandent comment il s’appelle).



Et voici de nouveau Chris avec ses ailes d’ange… C’est vraiment La Star du groupe, cette photo, qui pourrait quasiment faire la une du Matin demain, donne cette touche en plus à mon blog et y ramène enfin un peu de Star Attitude.



Romain et le Paadre sur une statue assez bizarre. Pas grande chose à dire sur cette photo.



J’ai mis cette photo pour toi Sam. C’est spécialement pour toi ;O). Je te passerai la version HQ. C’est vrai qu’il est passablement mignon le jeune Ivan. ;O)



Voici Olivier et Léonardo, deux amis à moi, devant le drapeau des Happy Gays. J’ai passé au stand pendant leur permanence et c’était loin d’être triste. Bisous à vous deux :D.



Bon là on pourrait penser que j’ai des pratiques un peu « déviantes » mais alors pas du tout ; je montrais juste à Romain comment il fallait qu’il s’y prenne avec ces belles chaînes. D’ailleurs ça fait très Prométhée…

Votre Paadre dévoué