Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retour au Tessin : les premières impressions

Bonsoir à toutes et à tous !

 

En ce jour qui suit le dimanche de Pâques, j’ai cru bon prendre un peu de temps pour ressusciter mon blog et vous donner des nouvelles. Ces dernières semaines je n’ai pas été très présent par ici : entre le déménagement, la fin du travail à Fribourg et le début du travail aux Archives de l’Etat à Bellinzona, j’ai pas mal délaissé ce blog pour m’occuper de ce qui me paraissait le plus urgent. Mais je suis enfin de retour et je ne compte pas abandonner ce site qui m’a tant donné ; en effet, je vais continuer à y raconter ma vie et à partager avec vous mes nouvelles aventures et péripéties tessinoises. Par ailleurs, je me suis même demandé s’il fallait que je commence à rédiger mes articles en italien, mais j’ai vite réalisé que la plupart de mes quelques lecteurs sont francophones et ce serait leur faire tort ; en plus, ça me donnera l’occasion d’entretenir mon français et de ne pas oublier les règles élémentaires de la grammaire et de l’orthographe.

 

Mais venons à ce qui vous intéresse : je suis certain que vous aimeriez tous savoir comment je me porte, comment se passe la vie dans mon village tessinois et dans ma nouvelle maison et comment j’ai été accueilli aux Archives. Tout d’abord, je peux vous dire que je me porte bien, voire même très bien. J’avouerai que je pensais que ça aurait été plus dur de quitter ma vie romande et de revenir dans mes Terres tessinoises, mais pour l’instant tout va bien ; il faut dire que je n’ai pas encore vraiment eu le temps d’avoir le blues : pendant les dix jours de « vacances » que j’ai eus entre la fin de mon travail en Chancellerie et le début de ma nouvelle fonction, j’ai passé le plus clair de mon temps à m’installer dans mon nouveau chez moi et à traiter les fastidieuses formalités administratives liées au changement de domicile. Et puis j’ai des contacts quotidiens avec mes amis (merci Facebook, Instagram et Whatsapp) ; certains d’entre eux ont même déjà programmé une visite à Artore (la première aura lieu le weekend du 19 avril). Et puis sinon je compte bien retourner de temps en temps en Romandie : je m’y rends déjà ce vendredi pour souper avec la Fine Equipe et pour aller voir le Roi Lion avec Florian et Manoel.

 

A présent, je me considère comme installé dans ma nouvelle maison : il est vrai qu’il y a encore des choses à faire, mais je peux finalement m’asseoir dans mon salon pour boire un thé sans auparavant trébucher dans dix cartons et sans devoir fermer les yeux pour ne pas voir le désordre et la salissure. Je dois encore m’occuper des deux balcons (et notamment acheter des chaises et une petite table pour profiter pleinement du printemps tessinois), du bureau, où il manque encore une bibliothèque pour ranger mes treize mètres linéaires de livres et de classeurs, ainsi que de la décoration : les plaques de plâtre ne sont pas la surface idéale pour planter des clous pour suspendre les tableaux et les photos (c’est un vrai cirque)… Ce sont tous des petits détails qui pourront être réglés à fur et à mesure que j’aurai le temps, l’inspiration, l’envie (et les moyens financiers). Dans tous les cas, je me plais bien dans cette petite maison : bon, je dois encore trouver tous mes repères, mais ça vient gentiment et je commence à avoir mes petites habitudes…

 

Revenir vivre dans mon village d’enfance est assez étrange car d’un côté on a l’impression que rien n’a changé en douze ans : je reconnais ses ruelles, ses maisons, ses coins typiques et cette atmosphère qui m’a bercé pendant vingt ans. Mais d’un autre côté, parfois je me sens un peu perdu car je ne connais plus tout le monde : beaucoup de personnes ne sont plus là et il y a beaucoup de nouvelles têtes qui n’ont aucun lien « historique » (je sais, le mot est mal choisi) ou sentimental avec Artore. C’est une sensation vraiment bizarre, mais qui n’enlève rien à la beauté du paysage et à la douceur de vivre dans ce beau village.

 

Et pour finir, deux mots sur mon nouveau travail : j’ai commencé mercredi avec une journée de présentation où j’ai fait connaissance avec mes collègues (avec qui le courant a tout de suite bien passé), j’ai fait une visite approfondie des lieux (et notamment des vastes entrepôts des Archives) et j’ai dû m’occuper de quelques formalités administratives. Le jeudi et le vendredi, j’ai pu commencer à travailler sur le premier fonds d’archives que l’on m’a confié : il s’agit du fonds d’une grande famille de Lugano qui a joué un rôle très important dans la vie administrative, politique et militaire du Tessin, ainsi que dans les luttes pour l’Unité de l’Italie ; c’est aussi une famille qui a eu des liens avec les grandes familles de Soleure, ainsi qu’avec le grand compositeur Giuseppe Verdi. Je me réjouis de travailler sur ce fonds, même si je me rends compte - après avoir lu quelques documents du XVIe siècle - que je suis un peu rouillé.

 

Je tâcherai de vous tenir au courant de la suite de mes aventures personnelles et professionnelles dans mes prochains articles ; pour l’instant je ne peux pas vous dire beaucoup plus, donc je vais m’arrêter ici.

 

Saluti dal bellissimo Ticino e alla prossima.

 

Votre Stefano