Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

9 et 10 août 2014 : Portugal, jours 5 et 6 - la fin du voyage

Toute bonne chose à une fin et ce voyage à la découverte du Portugal ne déroge pas à cette règle immuable. C’est ainsi que, après un vendredi riche en émotions en en rebondissements, les journées du samedi et du dimanche ont été consacrées au retour à Porto d’abord et puis au retour en Terre helvétique, du moins pour moi car le reste de la Fine équipe a passé quelques jours de plus dans le pays d’origine de notre Ana bien-aimée.

 

Après une nuit courte qui ne nous a pas vraiment laissé le temps de nous remettre des émotions de la veille (ou des nombreux verres de Porto ?) et un petit déjeuner plus que frugal, nous avons bouclé nos valises et nous sommes sortis nous promener ; nous avons croisé par hasard Ana et Lionel qui essayaient aussi de se remettre des émotions de la veille ; c’était chouette de les revoir une dernière fois avant de rentrer et d’entendre quelques réactions à chaud sur la journée de la veille ; j’ai été ravi d’apprendre que - en dépit de quelques petits couacs - ils ont passé des bons moments (et c’est ça l’essentiel : parfois il y a tellement de pression sur les mariés qu’ils finissent par ne pas profiter du tout de ce jour qui devrait, en toute logique, être le plus beau pour eux).

 

Mais je m’égare : après ces retrouvailles avec les mariés, nous sommes retournés à la pension où nous avons déjeuné (8€ pour des énormes assiettes avec le fameux contour « patates ET riz ») pendant qu’on attendait le minibus censé nous ramener à Porto ; le chauffeur aurait dû passer nous chercher à 14 heures, mais il semblerait qu’il ait oublié cet engagement et c’est son fils qui est venu nous récupérer vers 15h30… L’attente a été longue, mais nous avons trouvé de quoi nous occuper, entre les mots fléchés de Sandrine et une séance photos rigolote avec nos valises. Le voyage s’est bien passé ; le jeune homme a tracé sur la route et nous a ramené à Porto en à peine plus que deux heures ; par contre, il a failli s’endormir au volant… fort heureusement sa mère (qu’il a embarqué à Viseu) a tout fait afin qu’il reste éveillé.

 

Une fois arrivés à Porto, je suis tout de suite allé prendre possession de mes quartiers (j’étais de nouveau au Grand Hôtel, mais plus dans la même chambre que les trois premiers jours : celle-ci était beaucoup plus grande), tandis que les autres sont encore allés boire un verre sur une terrasse ; je serais allé avec eux, mais j’avais encore envie de me promener un peu et de faire quelques achats pour ma collection de Madonna avant la fermeture des magasins… J’ai acheté des belles pièces, toutes des éditions portugaises : il y a les 33 tours de « Like a Virgin », « True Blue » et « Like a Prayer », ainsi qui le Maxi vinyle de « Causing a Commotion  ».

 

Après cette (rapide) séance de shopping, j’ai retrouvé les autres au centre-ville et nous avons mangé dans un des meilleurs restaurants de Porto ; et nous nous sommes régalés ! Les plats proposés étaient originaux (j’ai - par exemple - goûté à un dessert composé d’une boule de glace à l’huile d’olive, une émulsion d’un fromage portugais, un crumble au romarin et des figues : su-bli-me !), les vins fantastiques et le service impeccable et très sympathique ; l’expérience a été un tel succès que les autres y sont retournés le lendemain (Sandrine et Pascal y sont même retournés le surlendemain…). Après ce souper inoubliable, nous avons encore siroté un dernier cocktail près de l’Hôtel de Ville, avant de rentrer chacun à son hôtel pour le repos du juste.

 

Le matin du sixième jour, après une dernière nuit paisible et un petit-déjeuner luxueux, j’ai bouclé ma valise et j’ai pris la route de l’aéroport pour prendre mon vol de retour qui décollait en début d’après-midi. A l’aéroport j’ai juste eu un souci avec ma carte d’embarquement (je n’avais pas pu l’imprimer avant de partir de chez moi et j’ai dû passer par le check-in pour que ce soit fait), mais pour le reste tout s’est bien passé. Je suis arrivé à Genève vers 16 heures au bout d’un voyage sans histoire et j’étais chez moi vers 18h30. Et pendant ce temps, le reste de la Fine Equipe poursuivait sa découverte de Porto et - en regardant leurs photos - je me dis que les délires ont dû bien fuser au cours des journées de dimanche et lundi, avant que chacun reprenne la route pour la maison. Ah quelle belle expérience ce Portugal ! A refaire sans aucun doute !

Portugal, jours 5 et 6 : la fin du voyage