Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

8 août 2014 : Portugal, jour 4 : Casamento de Ana e Lionel

Et voilà, le jour que nous attendions tout avec impatience est enfin arrivé : en effet, c’est au cours de cette quatrième journée au Portugal que l’événement qui a réuni la Fine Equipe si loin de nos terres neuchâteloises a eu lieu ; je parle - bien entendu - du mariage d’Ana et Lionel.

La journée a été longue : tout a commencé avec une séance intensive de préparation, chacun dans sa chambre et avec les moyens du bord ; Marie, Célia et moi nous en sommes plutôt bien sortis et nous étions prêts bien avant l’heure prévue pour le déplacement massif chez les parents d’Ana. C’est ainsi qu’après avoir retrouvé Sandrine et Pascal, nous nous sommes rendus sur le parking et nous sommes mis à la recherche d’un nombre suffisant de places dans les véhicules des invités, histoire de ne pas devoir parcourir les sept kilomètres qui nous séparaient du centre d’Aguiar à pied. Je me suis donc retrouvé dans la voiture d’Ivana, une charmante jeune femme dont j’avais fait la connaissance à l’enterrement de vie de jeune fille d’Ana, et de son mari.

 

Au Portugal, il est tradition que les parents de la mariée offrent aux invités un petit-déjeuner avant la cérémonie religieuse ; et lorsqu’on parle de petit-déjeuner, il ne s’agit pas de pain, beurre et confiture, mais d’un buffet très riche où l’on trouve de tout, des acras de morue à la charcuterie, du vin au Porto ; on sert rarement du café lors de ces fameux petits déjeuners, mais il a fallu faire une petite entorse à la tradition pour tous les Suisses en manque de caféine… bon il faut préciser que, normalement, les invités prennent un autre petit-déjeuner chez eux avant…

 

Vers dix heures et demi, nous avons été invités à rejoindre l’église et - encore une fois - j’ai voyage avec Ivana et son mari ; il aurait été impossible de faire le trajet autrement qu’en voiture car l’église se trouvait à un bon quart d’heure de voiture d’Aguiar… La chapelle choisie par les mariés était très chouette et offrait le décor idéal pour tout mariage de rêve ; une fois arrivés sur place, nous avons dû nous installer en toute hâte car Ana allait bientôt arriver ; Lionel l’attendait de pied ferme devant l’autel et lorsqu’Ana a fait son apparition, tout est allé très vite : on l’a juste vue passer en toute vitesse pour rejoindre son futur mari, le prêtre, les témoins et les deux familles, réunies sur les bancs près de l’autel.  Je vous avouerai que je n’ai pas tout compris de ce que le curé (qui était assez mythique) a dit car mes connaissances de portugais ne sont pas très développées, mais j’ai pu suivre à peu près la cérémonie parce que je connais assez bien la liturgie catholique ; par contre, j’ai eu l’impression que le tout a duré plus longtemps qu’au Tessin…

 

A la sortie de l’église, nous avons accueilli Ana et Lionel avec des « vive les mariés » sous une pluie de pétales de fleurs ; nous avons ensuite pu serrer la main de Lionel et embrasser Ana, un moment émouvant pendant lequel, c’est assez rare pour le relever,  j’avais les larmes aux yeux.

 

Après cela, nous avons bougé en direction de la salle des fêtes où avait lieu le banquet de noces ; avec la Fine Equipe nous sommes arrivés peu avant que les mariés fassent leur apparition sur une calèche ; à leur arrivée, le buffet gargantuesque a été ouvert, pour la plus grande joie des invités, qui commençaient à avoir faim (et surtout soif). Pendant l’apéritif, le photographe a pris des photos des mariés et de leurs invités. On est ensuite passé à table pour le repas proprement dit. Après la première danse d’Ana et Lionel, une bonne partie des invités et sortie prendre l’air et se dégourdir les jambes ; il faut dire qu’il faisait très beau et c’était presque dommage de rester renfermé dans une salle. Le soir venu, nous avons encore eu droit à un buffet froid (au cas où nous avions encore faim…), à un buffet de desserts et - bien entendu - au gâteau nuptial. Tout était tellement bon que - même si j’étais rassasié depuis des heures - j’ai dû tout essayer (sauf le poisson et les gambas). La soirée s’est poursuivie jusqu’à tard avec des chants (la Ruracienne et l’hymne national portugais furent à l’honneur), des animations (dont notre fameux diaporama), de la danse, ainsi qu’un bain de minuit dans la piscine, bain auquel même le marié a participé.