Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

7 août 2014 : Portugal, jour 3 : Aguiar da Beira

En ce troisième jour de séjour au Portugal, Célia et moi avons quitté la ville de Porto et avons mis le cap sur Aguiar da Beira, une charmante petite ville du Centre située à quelques dizaines de kilomètres de Viseu. Nous avons effectué notre déplacement en autocar : deux heures de trajet avec un changement dans ladite ville de Viseu ; le voyage c’est fort bien déroulé : pas d’incident majeur à relever, si ce n’est cette petite dame qui est montée en cours de route et a pesté pendant un bon moment à cause d’un autre passager qui lui avait piqué la place qu’elle avait réservée (alors qu’elle avait tout de même une place assise). Pour tout vous avouer, le plus difficile a été de trouver la station des autocars : heureusement qu’on l’avait cherchée la veille car sinon on aurait risqué de louper notre bus car elle n’est pas très bien signalisée…

 

Une fois arrivés à Aguiar, nous avons été accueilli par Ana et sa sœur et nous avons été conviés chez leurs parents pour partager un repas dans la joie, la bonne humeur et une pointe de stress (plus que normal à la veille d’un mariage). Après le dîner, le père d’Ana nous a conduits jusqu’à la pension où on nous avait réservé des chambres, un hôtel situé bien en-dehors du centre d’Aguiar, mais à deux pas du restaurant qu’Ana et Lionel avaient retenu pour leur banquet de noces. Arrivés à l’hôtel, nous avons pris possession de notre chambre (que nous partagions aussi avec Marie), puis nous sommes sortis nous promener dans les alentours, histoire de découvrir la nature sauvage du coin et d’aller jeter un coup d’œil au restaurant qui allait nous accueillir le lendemain ; il faisait chaud - peut-être même un peu trop à mon goût - mais la balade a été vraiment chouette et nous a permis de croiser quelques visages connus (la famille à Lionel).

 

De retour à l’hôtel, nous avons pris un taxi pour nous rendre à Aguiar ; par ailleurs, nous avons beaucoup ri lorsque nous avons découvert que notre chauffeur de taxi exerçait plusieurs activités à la fois : en véritable homme-orchestre, il dirige une entreprise de taxis et de transports (dans tout le pays et même à l’étranger), une entreprise de pompes funèbres et - nous l’avons découvert par la suite - un des restaurants d’Aguiar ; un vrai businessman.

 

Aguiar da Beira est une chouette petite ville agréable qui se visite assez rapidement ; l’attraction principale du vieux centre est une tour d’époque médiévale fort bien conservée qui devait faire office de prison ; à côté de la tour, il y a un autre joli bâtiment - plus récent - qui abrite le pouvoir judiciaire de la commune. Après nous être plongés dans le cœur historique d’Aguiar, nous avons continué notre promenade en direction de la colline sur laquelle surgissait jadis un château qui devait dominer toute la région ; malheureusement, il ne reste plus que quelques ruines sur lesquelles on a érigé une très belle statue de la Vierge (ou du Christ ?). Nos pas nous ont ensuite ramenés au centre-ville où nous avons croisé Niklaus, un charmant ami de Lionel dont nous avions fait la connaissance quelques heures plus tôt chez les parents d’Ana.

 

Une fois notre exploration terminée, nous avons bu une bonne bière (plus que méritée) sur la terrasse du restaurant qui fait aussi office de billetterie et station pour les autocars et qui est géré par notre chauffeur de taxi businessman. Nous sommes ensuite passés à table ; une fois de plus, tout était très bon, même si les portions étaient très abondantes et il y avait beaucoup d’ail (des demi-gousses sur des pommes de terre au four…). Le restaurant n’avait pas été choisi au hasard : en effet, on attendait avec impatience Sandrine, Pascal et Marie dont le bus est arrivé vers 21 heures. Les retrouvailles ont été joyeuses (Pascal nous a aidés à terminer nos assiettes). Au moment de partir, Ana et Claudia nous ont rejoints pour nous ramener à l’hôtel, où nous avons retrouvé une bonne partie des invités au mariage venus de Suisse. L’ambiance était à la fête et le Porto coulait à flots ; et lorsque la soirée est finie, il ne restait plus que Marie et moi au bar, en train d’essayer de terminer, sans succès, le diaporama qu’on allait projeter pendant le banquet ; c’est ainsi que, à une heure du matin, vannés, nous avons abdiqué et remis la fin au lendemain.

Exploration d'Aguiar da Beira.