Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

12 juin : Jan Oliver au Bleu Lézard

Bonsoir à toutes et à tous !

 

Le 12 juin passé - date de l’anniversaire de mon père - j’ai rajouté un nouveau concert à la liste des spectacles auxquels j’ai assisté depuis le début de cette année 2014 ; en effet, j’ai eu le plaisir et le privilège de voir Jan Oliver au Bleu Lézard de Lausanne en compagnie de Julienne, une expérience très chouette que je me réjouis de renouveler dans le futur.

 

Jan Oliver, Jan Bühlmann de son vrai nom, est un jeune artiste émergent suisse de vingt-six ans qui fait ses premiers pas dans l’industrie musicale après avoir été élu Mister Suisse en 2010 ; je me rappelle qu’à l’époque j’avais eu l’occasion de parler de son élection dans un article (je vous laisserai le soin d’aller le rechercher dans les archives si cela vous intéresse vraiment) et lorsque « The Great Escape » est sorti l’année passée j’ai tout de suite eu envie de l’écouter pour voir si ça valait quelque chose. Car il ne faut pas se leurrer : la plupart des albums publiés par des bellâtres qui ont construit leur carrière sur leur image et leur plastique de rêve n’est pas très glorieuse et même franchement assez mauvaise.

 

Jan Oliver est une exception remarquable à cette règle : tout d’abord parce qu’il n’a pas surfé sur la vague de sa nouvelle popularité acquise avec le concours de Mister Suisse pour lancer son album, mais il a pris son temps et l’a sorti bien après la fin de son règne lorsqu’il n’était - au final - « plus que » un ancien Mister Schweiz parmi d’autres. Ensuite il faut dire que l’album est d’une très bonne qualité : il est bien écrit (Jan écrit et compose ses chansons) bien produit et se laisse écouter facilement, avec des titres légers comme « Stay Young » et « Good Times » et des chansons plus profondes et parfois torturées comme « High » ou « Avalanche » ; « The Great Escape » est un album essentiellement autobiographiques, ce qui se ressent pas mal sur scène car on comprend assez vite que Jan a un lien très fort avec les textes qu’il chante. Le Lucernois nous présente un univers musical très intéressant qui lui va comme un gant, une musique très pop avec des emprunts bien maîtrisés à d’autres styles musicaux et des textes accessibles qui traitent des thèmes traditionnels de la pop tels que l’amour, la rupture, l’envie d’évasion et la jeunesse insouciante.

 

Mais parlons justement du concert : séduit par l’album, j’espérais être emballé par la prestation de Jan sur scène et je peux vous dire que je n’ai pas été déçu ; même Julienne, qui m’a avoué être un peu sceptique avant le concert, a beaucoup apprécié le spectacle. En même temps, il serait difficile de rester de marbre face à Jan : il a une très belle voix, profonde et chaude à la fois avec laquelle il est capable de monter très haut et atteindre des notes très aigues ; en plus de cela, il est un pianiste hors-pair (il joue de cet instrument depuis sa plus tendre enfance) mais cela ne l’empêche pas de délaisser son instrument fétiche pour se saisir d’une guitare sèche et l’utiliser comme accompagnement sur une partie des morceaux.

 

Au cours d’un concert qui a duré près d’une heure et quart, Jan Oliver nous a proposé une bonne quinzaine de morceaux ; la plupart des titres était tirée de l’album, mais il y avait aussi quelques inédits très chouettes (qui auraient eu leur place sur « The Great Escape ») ainsi que la reprise à mon goût très réussie de la splendide « Wicked Game » de Chris Isaac. A l’aise sur scène, Jan s’est plusieurs fois adressé au public dans la salle pour lui présenter certains morceaux ou pour exprimer sa reconnaissance envers celles et ceux qui le suivent et le soutiennent. Il faut dire que la taille de la salle facilitait et encourageait grandement le lien intime qui s’est tissé entre le chanteur et le public ; sur le titre « Always on the Run », Jan nous a demandé de nous asseoir par terre et, après avoir fait de même, il a entonné sa chanson sans micro, accompagné uniquement de la guitare acoustique débranchée de son guitariste et d’un public très réceptif. Un très bon moment qui a - à mon sens - été un des temps forts du concert, tout comme du rappel sur scène où Jan nous a offert un aperçu de sa maîtrise du piano en introduisant le titre « High » avec un medley de morceaux classiques pour piano connus de tous.

 

A la fin du spectacle, j’ai eu le plaisir de pouvoir serrer la main à Jan et d’échanger quelques mots rapides avec lui car il fallait que Julienne et moi prenions nos trains respectifs (le dernier pour moi) en direction de Genève et Neuchâtel ; j’ai même réussi à lui faire signer et dédicacer ma copie de « The Great Escape » que je conserverai précieusement da ma collection. Je regrette de ne pas avoir pu discuter plus longtemps avec ce grand gaillard (il est tellement grand qu’il fallait que je lève la tête pour le regarder dans les yeux pendant que je lui parlais, alors que je fais tout de même un bon 1m80). Enfin ce fut très agréable de converser avec l’artiste et de le féliciter, non seulement pour le beau concert auquel je venais d’assister, mais aussi pour son album que j’aime de plus en plus.

 

Bien à vous

 

Votre Stefano

Souriant et sympathique, Jan n’a pas mis longtemps à mettre le public dans la poche…

Souriant et sympathique, Jan n’a pas mis longtemps à mettre le public dans la poche…

… aidé aussi par ce bel accent suisse-allemand qui ferait craquer n’importe quel Romand.

… aidé aussi par ce bel accent suisse-allemand qui ferait craquer n’importe quel Romand.

12 juin : Jan Oliver au Bleu Lézard
En plus de maîtriser le piano, Jan s’essaie aussi à la guitare. Avec succès !

En plus de maîtriser le piano, Jan s’essaie aussi à la guitare. Avec succès !

12 juin : Jan Oliver au Bleu Lézard
12 juin : Jan Oliver au Bleu Lézard
De retour au piano.

De retour au piano.

Il est évident que Jan est très à l’aise avec cet instrument duquel il semble avoir de la peine à se séparer.

Il est évident que Jan est très à l’aise avec cet instrument duquel il semble avoir de la peine à se séparer.

12 juin : Jan Oliver au Bleu Lézard
L’artiste devant le « Wall of Fame » du Bleu Lézard :

L’artiste devant le « Wall of Fame » du Bleu Lézard :

plusieurs artistes reconnus sont passés par cette salle mythique…

plusieurs artistes reconnus sont passés par cette salle mythique…

12 juin : Jan Oliver au Bleu Lézard
12 juin : Jan Oliver au Bleu Lézard
12 juin : Jan Oliver au Bleu Lézard
12 juin : Jan Oliver au Bleu Lézard
12 juin : Jan Oliver au Bleu Lézard
Fin de concert : Jan et ses musiciens profitent pendant quelques instants  des applaudissements et de l’ovation (plus que mérités) du public.

Fin de concert : Jan et ses musiciens profitent pendant quelques instants des applaudissements et de l’ovation (plus que mérités) du public.

12 juin : Jan Oliver au Bleu Lézard